Similitude….+ délire ( épidémie volontaire ? )


En comparaison du Coronavirus : la grippe espagnole (1918) a tué 60 millions de personnes

 ~ MICHEL DUCHAINE  »Une pandémie est un moyen efficace de se débarrasser des  »bouches inutiles » !!!!! sans détruire de biens  » .La pandémie de grippe de 1918-1919 a infecté 500 millions de personnes, 20% de la population mondiale et tué plus de 60 millions de personnes. C’est environ trois fois plus que les personnes tuées et mutilées pendant la Première Guerre mondiale, et c’est comparable aux pertes de la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, cette peste moderne a glissé dans le trou de mémoire. Pourquoi? Était-ce un stratagème délibéré des  » Illuminati  » ( encore eux ! ) pour terminer le travail commencé par la Première Guerre mondiale?

Grippe espagnole

Le coronavirus chinois se propage dans le monde entier et les investisseurs s’en inquiètent. Les autorités sanitaires américaines surveillent plus de 60 personnes pour détecter d’éventuelles infections, y compris des patients à New York et en Illinois, et la France a confirmé ses deux premiers cas.

Au moins 903 personnes en Chine ont été malades, dont 26 morts, a rapporté le Global Times. 45 millions de Chinois sont en quarantaine.

Les vaccins utilisés pour lutter contre les virus sont la véritable menace.

La grippe espagnole (1918) était-elle un génocide délibéré ?

En 1948, Heinrich Mueller, l’ancien chef de la Gestapo, a déclaré à l’enquêteur de la CIA qui le questionnait   que la pandémie de grippe de 1918-1919, la peste la plus dévastatrice de l’histoire de l’humanité, était fabriquée par l’homme.

Mueller a déclaré que la grippe a commencé comme une expérience de guerre bactériologique de l’armée américaine qui a infecté les rangs de l’armée américaine au Camp Riley KS en mars 1918 et s’est propagée dans le monde entier. Il a dit que cela  » est devenu incontrôlable  » mais nous ne pouvons pas ignorer l’horrible possibilité que la  » grippe espagnole  » ait été une mesure délibérée de l’élite afin d’éliminer un maximum de populations. Les chercheurs ont trouvé des liens entre elle et la  »grippe aviaire  » .

On l’a appelée   grippe espagnole car le premier cas humain  a été identifié en Espagne. Naturellement, il y avait   la panique dans le monde entier, la grippe n’ayant été découverte qu’en 1933, alors le mystère était plutôt effrayant.

   »  Aux États-Unis, environ 28% de la population a souffert dont 500.000 à 675.000 sont morts. En Grande-Bretagne, 200.000 sont morts; en France, plus de 400.000. Des villages entiers ont péri en Alaska et en Afrique australe. En Australie, environ 10.000 personnes aux îles Fidji, 14% de la population est décédée en seulement deux semaines et 22% aux Samoa occidentales. On estime que 17 millions sont morts en Inde, soit environ 5% de la population indienne. Dans l’armée indienne, près de 22% des soldats qui ont attrapé la maladie en sont morts. »

 » En effet, les symptômes de 1918 étaient si inhabituels qu’au départ, la grippe a été diagnostiquée à tort comme la dengue, le choléra ou la typhoïde  » . Un observateur a écrit:

   » Une des complications les plus frappantes était l’hémorragie des muqueuses, en particulier du nez, de l’estomac et de l’intestin. . Des saignements des oreilles et des hémorragies pétéchiales de la peau se sont également produites. … Une autre caractéristique inhabituelle de cette pandémie est qu’elle a tué principalement des jeunes adultes, avec 99% des décès dus à la grippe pandémique survenant chez les personnes de moins de 65 ans et plus de la moitié chez les jeunes adultes de 20 à 40 ans. Ceci est inhabituel car la grippe est normalement la plus meurtrière pour les très jeunes (moins de 2 ans) et les très vieux (plus de 70 ans). »

Source de Mueller :

Lors d’une conférence de guerre bactériologique du Troisième Reich, en 1944 à Berlin, le général Walter Schreiber, chef du corps médical de l’armée allemande, a déclaré à Mueller qu’il avait passé deux mois aux États-Unis en 1927 pour s’entretenir avec ses homologues. Ils lui ont dit que le  » soi-disant virus à double détente  » (c’est-à-dire la grippe espagnole) avait été développé et utilisé pendant la guerre de 1914.

Heinrich Mueller

 » Mais  », selon Mueller, abandonné,  » car il  est devenu incontrôlable et au lieu de tuer uniquement les prisonniers Allemands qui s’étaient rendus à ce moment-là, il s’est retourné contre nous et presque tout le monde

 James Kronthal, le chef de la station de la CIA à Berne, a demandé à Mueller d’expliquer le  » virus du double détente ».

Mueller:  » Je ne suis pas médecin, vous comprenez, mais le  » double coup   » ou double détente, faisait référence à des virus, ou en fait à une paire d’entre eux qui fonctionnaient comme un chasseur de prix. Le premier coup  attaque le système immunitaire et rend la victime vulnérable, fatalement, jusqu’au deuxième coup qui était une forme de pneumonie … Schreiber m’a dit  qu’un scientifique britannique l’a développée … Maintenant vous voyez pourquoi de telles choses sont de la folie. Ces choses peuvent changer elles-mêmes et ce qui commence comme un une chose limitée peut se transformer en quelque chose de vraiment terrible.  »

Le sujet de la grippe espagnole s’est posé dans le contexte d’une discussion sur le typhus. Les nazis ont délibérément introduit le typhus dans les camps de prisonniers de guerre russes et, avec la famine, ils  ont tué environ trois millions d’hommes. Le typhus s’est propagé à Auschwitz et dans d’autres camps de concentration avec des prisonniers de guerre russes et polonais.

Dans le contexte de la guerre froide, Mueller dit:  » Si Staline envahit l’Europe … une petite maladie » ici et là  » ( ! ) anéantirait les forces de Staline et laisserait tout les reste intact. En outre, une petite bouteille de germes est tellement moins chère qu’une bombe atomique. Pourquoi est-ce que vous pourriez tenir plus de soldats dans votre main que Staline ne pourrait en avoir et vous n’avez pas à les nourrir, à les vêtir ou à leur fournir en munitions. D’un autre côté, la menace de guerre … fait des merveilles … pour l’économie.  »

Mueller est-il crédible? Gregory Douglas est apparemment un pseudonyme pour son neveu avec qui il a laissé ses papiers. Normalement, un canular ne fonctionnerait pas sur des milliers de pages. L’interrogatoire fait 800 pages. Les Mémoires font 250 pages. Les archives microfilmées couvrent apparemment 850.000 pages. Enfin, le matériel est incroyablement bien informé, cohérent et plein de révélations plausibles

La mode du masque…en 1917

Les  »’ Illuminati  » ? ! n’ont pas caché leur désir de diminuer la population mondiale. (Voir Alan Stang :  » Extermination de la population: comment cela se fera-t-il?  »)

Il est possible que la Première Guerre mondiale ait été une déception en termes de nombre de morts . Que la  » grippe espagnole  » ait été délibérée ou non, nous ne pouvons pas le dire. Mais apparemment, l’armée américaine a des antécédents d’expérimentation de drogues / produits chimiques / bactéries sur des soldats imprudents. Une telle expérience est-elle devenue  » incontrôlable  » à Fort Riley? Ou était-ce son objectif en premier lieu?

Premier commentaire de George » Les vaccins utilisés pour lutter contre les virus sont la vraie menace.  »

Les armes biologiques sont limitées à un facteur très important: elles doivent avoir une très faible transmissibilité secondaire. La soi-disant grippe espagnole, qui pourrait très bien avoir été une arme de guerre biologique, n’a pas satisfait à cette exigence fondamentale. De nouveaux candidats pour des armes de guerre biologique idéales comprennent l’anthrax, l’hantavirus, le virus Ebola et d’autres.

Mon opinion personnelle ( déclare  » Georges  » ), pour ce qu’elle vaut, est que la véritable arme ne sera pas la maladie, mais les vaccinations obligatoires. Ces vaccinations ne seront pas aveugles, mais codées par couleur sur un score de crédit social semblable à celui de la Chine. Le code rouge sera pour la résiliation immédiate. Le vert serait pour les amis du système. Le jaune serait pour les personnes à problèmes qui sont des poids pour le système en raison de leur alcoolisme, de la toxicomanie, de la criminalité chronique et même de la vieillesse et des coûts excessifs sur le système de pension.

Les vaccinations conçues pour tuer assez rapidement mais pas immédiatement, y compris les mélanges spéciaux induisant la maladie d’Alzheimer, pourraient faire l’affaire sans provoque un tumulte excessif. Le code bleu serait destiné aux personnes qui peuvent réparer votre voiture, construire des maisons, faire des travaux électriques, etc., et dont les pensées ne s’étendent pas au-delà des sports et de la pornographie (ceux qui, aux USA votent Trump et qu’on appelle les déplorables, qui en France, votent Le Pen, et qui, dans les pays musulmans, votent pour la pègre islamiste). Naturellement, ils seraient autorisés à vivre à moins qu’ils ne deviennent jaunes ou, très peu probable, rouges. L’abattage ne peut pas être aveugle. Ce sera très précis   

Soit dit en passant, il y a eu un nombre suspect de décès de microbiologistes en 2001, ce qui suggère qu’il pourrait y avoir un plan d’utilisation de la guerre biologique dans le cadre du coup d’État du 11 septembre et une tentative de faire taire à l’avance d’éventuels fauteurs de troubles. L’anthrax a effectivement joué un rôle au départ, mais s’est estompé après.

 » Corona song »


Renaud ? il y avait longtemps : ( comme d’habitude , il faut aimer …..)

Les paroles :

Coronavirus
Connard de virus

T’as débarqué un jour de Chine
Retournes-y, qu’on t’y confine
Dans ce pays, où on bouffe du chien

Des chauves-souris,  et du pangolin

Moi devant ma télé pourrie
Entre BFM et LCI
J’me cogne sans cesse Arlette Chabot
Ou la pauvre Roselyne Bachelot
J’en peux plus,  d’être planté chez moi
J’veux voir le monde, comment y va
J’veux respirer de l’air bien pur
J’veux retrouver la nature

Coronavirus
Connard de virus
Coronavirus
Connard de virus

Et le pire, c’est que ces salauds
Y m’ont fermé tous mes bistrots
J’peux plus boire ma flotte peinard
Avec mes potes, le désespoir
Même pas un petit restaurant
Fermé pour cause de confinement
Faire la queue avec ces blaireaux
Pour un pauvre menu MacDo
Les caissières d’Intermarché
En ont
ras-l ‘bol, et j’les comprends
Elles sont masquées toute la journée
Quant à leur salaire, parlons-en

Coronavirus
Connard de virus
Crevard de virus
Coronavirus

Franchement, ce brave Docteur Raoult
Conchiés par les confrères jaloux
Par des pontes, des sommités
Qui ont les boules de perdre du blé

J’vous dis c’monsieur Douste-Blazy
Dit pas toujours que des conneries
Mais ce monde, plein de voyous
Qui voit le mal un peu partout
Moi j’m’en fous, j’suis immunisé
J’ai des anticorps par milliers
Mais j’ai aussi des anti-cons
Faut dire qu’en France, ils sont légions

Coronavirus
Connard de virus
Crevard de virus
Coronavirus

Heureusement, en ces temps malsains
Tu as épargné les gamins
Tu n’as pas touché aux enfants
Ces petits être innocents
Z’ont pu sécher l’école, un peu
Et vivre des moments joyeux
Sans les copains, sans les potos
Avec leurs consoles Nintendo
Y va donc, salaud, l’virus, enfin
Tuer nos amis américains
Et bah ils ont une autre maladie
C’est Donald Trump, et sa connerie

Coronavirus
Connard de virus
Crevard de virus
Coronavirus

Coronavirus
Connard de virus
Crevard de virus
Coronavirus

La pandémie de coronavirus nous a confinés, éloignés de nos proches, angoissés, endeuillés.


Mais si nous voyons le verre à moitié plein, elle nous a aussi beaucoup appris sur nous-mêmes….

Il y a un an, alors que 2020 commençait avec pour certains de bonnes résolutions, pour d’autres de projets ou grandes ambitions, qui aurait cru que, douze mois plus tard, cette année aurait été celle que nous avons vécue?

Qu’à défaut de voyager, nous serions confinés . Qu’au lieu de partager du temps avec nos proches, nous serions dans la solitude (pour moi , çà n’a pas changé :Toujours la solitude , que j’aime ). Qu’à la place de nous rendre au travail, nous ne verrions nos collègues qu’en vidéo . Que 2020 serait à ce point marquée par le deuil, la maladie, la perte de tous nos repères.

Ce fut une année difficile, et ce n’est qu’un euphémisme. Et alors que 2021 est tout juste entamée, nous n’avons pas encore tourné la page de l’épidémie et devons faire face à des jours, des semaines, sûrement de mois de lutte contre le coronavirus. Mais  »’rien n’est jamais tout noir ?  » . Et les moments les plus douloureux d’une existence ne sont pas sans porter des leçons. En ce sens, 2020 n’aura pas fait exception. Elle nous aura imposé certaines bonnes habitudes que nous ferions bien de garder en tête

Comme : La bienveillance envers les autres

Lorsque tout a commencé, la peur de la contamination était proportionnelle à l’inconnu auquel nous faisions face et telle que des comportements individualistes ont rapidement émergé.: Stigmatisation, recherche de boucs émissaires, individualisme prononcé ont été certaines des premières conséquences de l’émergence du virus.

Cela ne veut pas de dire que ces habitudes ont disparu. Mais d’autres ont pris une place importante dans la lutte contre l’épidémie. À commencer par une forme de bienveillance pour autrui. ( C’était l’une des hypothèses émises par Marie-Claire Villeval

Résultat d’images pour Marie Claire Villeval
M.C Villeval

, directrice de recherche au CNRS, spécialiste d’économie expérimentale et comportementale ), qui travaillait sur la manière dont les interactions sociales allaient évoluer durant la pandémie: celle d’une société plus bienveillante.  » Les réseaux sociaux ont permis aux gens de garder contact, ils ont pris conscience du manque de l’autre, de ce qu’était la vie sans les autres. Cette prise de conscience peut avoir un effet sur la bienveillance vis-à-vis des autres  ». Cette année , bien que dans notre bulle ,peut-être plus que les autres, nous avons été attentifs au monde qui nous entoure, qu’il soit proche ou moins proche .

Responsabilité envers autrui

C’est peut-être par bienveillance que nous avons aussi pris sur nous en termes de responsabilisation. Confinements, multiples restrictions allant de la simple impossibilité de partager un verre dans un bar à celle de ne pas pouvoir rendre visite à nos aînés… En 2020 peut-être plus que jamais, notre liberté s’est arrêtée là où commençait celle des autres.

Cette responsabilité qui, comme l’écrit Sartre

, est le penchant de notre liberté. Pour Sartre, la liberté absolue implique la responsabilité absolue. » C’est parce que l’homme est libre qu’il est responsable (…) nos actions et nos choix impactent les autres qui nous entourent, et c’est précisément parce que ces actions sont libres que nous devons répondre de leurs conséquences  » Même confinés, nous avons été libres, libres de choisir la responsabilité. Et c’est l’addition de ces responsabilités individuelles qui fait que nous avons évité plus de décès que nous n’en connaissons déjà.?

Prendre le temps

Bien qu’elle ait été tumultueuse, l’année 2020 nous a aussi énormément appris sur nous, et notamment en termes de patience. Confinés, le temps s’est étiré. Parfois pour le pire, mais parfois, aussi, pour le meilleur. Un temps qui ne doit plus être rempli, mais simplement structuré et organisé, avec quelques rendez-vous dans la journée, mais, surtout, des intervalles vides.  »Ces intervalles sont vitaux, ce sont de vraies respirations temporelles, de potentielles sources de créativité. Pour une fois, on peut passer une demi-heure à boire son café, et simplement jouir du temps qui passe  », soulignait la philosophe Hélène L’Heuillet . À la fin, affirmait la philosophe,  »on aura gagné en termes de connaissance de soi-même”.

Libération de certaines injonctions

En avons profité pour nous libérer de certaines injonctions pour cette raison ? Oui, le confinement a accru la charge mentale portée par les femmes ainsi que les inégalités entre les femmes et les hommes. Cela nous ne pouvons pas le nier . Mais, en parallèle, cette parenthèse forcée a permis à certaines de se libérer de certaines injonctions . Comme laisser ses cheveux respirer, nouveau souffle pour le  »no bra », c’est à dire ne plus porter de soutien-gorge, et aussi délaissement du maquillage : En 2020 les femmes se sont libérées de  » certains diktats  » .

Une expérimentation temporaire qu’il faudrait faire durer ?

Enfin, et c’est peut-être le plus important, sans oublier bien sûr que de nombreuses personnes ont souffert, souffrent et souffriront encore de la pandémie: 2020 nous a montré que nous étions capables de nous adapter, même dans l’urgence, à une situation donnée. Avec des hauts et des bas, certes, mais il semble qu’il s’agit d’une excellente leçon à appliquer dans de tous autres domaines.

Bref : Positivons ! ……..?

Pourquoi le corona virus….


…est  » nommé  » Covid – 19 ?Résultat d’images pour covid 19 illustrations ( Sans importance étant donné les dégâts causé par le corona )…..simplement par curiosité .

C’est  l’O.M.S  qui a choisi cet  » acronyme  » annoncé le 11 février 2020  :   » Co  » se rapporte à corona , le nom de la  » famille  » du virus ;  » vi  » à virus , et  » d  » à  » disease  » (  » maladie en anglais ) . Le chiffre 19 indique l’année de son apparition ( 2019  ) .

     Lorsqu’ils créent un nom , les experts de l’ O.M.S  s’attachent à ce qu’il comporte une information biologique ( ici   » corona  » , une famille de virus en forme de couronnes .

    Ils évitent maintenant les associations qui pourraient se révéler  » discriminantes  » pour une région ( comme ce fut le cas pour la maladie de Lyme , qui porte le nom de la ville américaine où ont été  diagnostiqués les premiers cas et aussi pour une personne  comme la  » maladie de Chagas  » ,  » baptisée du nom de son découvreur . L’O.M.S s’abstient aussi de lier le nom à un animal :  » grippe porcine  » ou  » grippe aviaire  » ( aviaire => oiseaux ) .

Cependant, malgré ces recommandations , la population finit souvent par imposer certains nom de famille …..

Voilà , passionnant n’est pas ?