« çà va »……….


Les paroles :

{Prologue:}
Un jour le Diable vint sur terre, un jour le Diable vint sur terre
pour surveiller ses intérêts, il a tout vu le Diable, il a tout entendu
et après avoir tout vu, après avoir tout entendu, il est retourné chez
lui, là-bas.
Et là-bas on avait fait un grand banquet, à la fin du banquet, il s’est
levé le Diable, il a prononcé un discours et en substance il a dit ceci,
il a dit:

Il y a toujours un peu partout
Des feux illuminant la terre ça va
Les hommes s’amusent comme des fous
Aux dangereux jeux de la guerre ça va
Les trains déraillent avec fracas
Parce que des gars pleins d’idéal
Mettent des bombes sur les voies
Ça fait des morts originales
Ça fait des morts sans confession
Des confessions sans rémission ça va

Rien ne se vend mais tout s’achète
L’honneur et même la sainteté ça va
Les États se muent en cachette
En anonymes sociétés ça va
Les grands s’arrachent les dollars
Venus du pays des enfants
L’Europe répète l’Avare
Dans un décor de mil neuf cent
Ça fait des morts d’inanition
Et l’inanition des nations ça va

Les hommes ils en ont tant vu
Que leurs yeux sont devenus gris ça va
Et l’on ne chante même plus
Dans toutes les rues de Paris ça va
On traite les braves de fous
Et les poètes de nigauds
Mais dans les journaux de partout
Tous les salauds ont leur photo
Ça fait mal aux honnêtes gens
Et rire les malhonnêtes gens.
Ça va ça va ça va ça va

Ce soir : D’abord……….. puis ???


Pratiquement TOUTES ses chansons en vidéo :

 

https://player.ina.fr/player/embed/I00007425/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/wide/1

Puis une que j’aime beaucoup

Jacques Brel

Paroles Un Enfant

Paroles de Un Enfant
Un enfant
Ça vous décroche un rêve
Ça le porte à ses lèvres

Et ça part en chantant
Un enfant
Avec un peu de chance
Ça entend le silence
Et ça pleure des diamants
Et ça rit à n’en savoir que faire
Et ça pleure en nous voyant pleurer
Ça s’endort de l’or sous les paupières
Et ça dort pour mieux nous faire rêverUn enfant
Ça écoute le merle
Qui dépose ses perles
Sur la portée du vent
Un enfant
C’est le dernier poète
D’un monde qui s’entête
A vouloir devenir grand
Et ça demande si les nuages ont des ailes
Et ça s’inquiète d’une neige tombée
Et ça croit que nous sommes fidèles
Et ça se doute qu’il n’y a plus de féesMais un enfant
Et nous fuyons l’enfance
Un enfant
Et nous voilà passants
Un enfant
Et nous voilà patience
Un enfant
Et nous voilà passés

https://player.ina.fr/player/embed/I00007425/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/wide/1

Aux écrivains , poètes….internautes désabusés ……


Ne déchire pasP1000322
Il faut publier
Tu peux publier
Tu en a le droit
Publier même sans
Editeur tordu
Leurs sous-entendus
Et leurs boniments
Publier fait peur
Quand on ne sait pas
Qu’il suffit crois-moi
D’un bon imprimeur
Ne déchire pas

 

Moi je les lirai
Tes perles de nuit
Venues de sursis
Où tu ne dors pas
Je crierai tes vers
Sur la scène d’Alfort
Et même d’Astaffort
Devant Dieu le père
Je boug’rai des dolmens
Pour qu’on parle de toi
De cette nouvelle voie
Que les gens comprennent
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas

Ne déchire pas
Qui retrouverait
Ces mots condensés
Que tu écris là
Je te parlerai
De ces savants-là
Qui ont eu cent fois
Des oeuvres refusées
J’te f’rai rencontrer
C’lui par hasard roi
Quand Gallimard pas-
Sa sans le signer
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas

On a vu souvent
Destinés au feu
Des feuillets maintenant
Qu’on dit fabuleux
Il est paraît-il
Des vers brûlés
Qui feraient trembler
Plus d’une jeune fille
Après l’purgatoire
Où personne n’y croit
Le rouge et le noir
Ne s’impose-t-il pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas

Ne déchire pas
Tu ne vas plus douter
Tu ne vas plus compter
Sur tout leur tralala
Tu vas t’éditer
C’est ça l’avenir
Tu vas leur montrer
Qu’on peut s’en sortir
Et même réussir
A sortir de l’ombre
L’ombre de ces nains
L’ombre de ces requins
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas

Je découvre encore !


Après tant d’années à écouter Mr Brel , je découvre encore certaines de ces chansons  comme :

Se tiennent par la main
Et marchent en silence
Dans ces villes éteintes

Que le crachin balance
Le sol que leur pas
Pas à pas fredonné
Ils marchent en silence
Les désespérés Ils ont brûlés leurs ailes
Ils ont perdu leurs branches
Tellement naufragés
Que la mort paraît blanche
Ils reviennent d’amour
Ils se sont réveillés
Ils marchent en silence
Les désespérés Et je sais leur chemin
Pour l’avoir cheminé
Déjà plus de cent fois
Cent fois plus qu’à moitié
Moins vieux ou plus meurtris
Ils vont terminer
Partent en silence
Les désespérés Lente sous le pont
L’eau est douce et profonde
Voici la bonne hôtesse
Voici la fin du monde
Ils pleurent leurs prénoms
Comme de jeunes mariés
Ils fondent en silence
Les désespérés Que se lève celui
Qui leur lance la pierre
Il ne sait de l’amour
Que le verbe s’aimer
Sur le pont il n’est plus rien
Qu’une brume légère
Ça s’oublie en silence
Ceux qui ont espéré

 

La vidéo /musique:

 

Texte de Mr Brel (pas trouvé la vidéo )


 

Mon ami, qui croit que tout doit changer
Crois-tu le droit d’aller tuer les bourgeois
Si tu crois encore qu’il nous faut descendre
Dans le creux des rues pour monter au pouvoir
Si tu crois encore au rêve du grand soir
Et que nos ennemis, il faut aller les pendre

 

Dis-le toi désormais
Même s’il est sincère
Aucun rêve jamais
Ne mérite une guerre
On a détruit la Bastille
Et ça n’a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Quand il fallait nous aimer

 

Mon ami, qui croit, que rien ne doit changer
Te crois-tu le droit de vivre et de penser en bourgeois
Si tu crois encore qu’il nous faut défendre
Un bonheur acquis au prix d’autres bonheurs
Si tu crois encore que c’est parce qu’ils ont tort
Que les gens te saluent plutôt que de te pendre

 

Dis-le toi désormais
Même s’il est sincère
Aucun rêve jamais
Ne mérite une guerre
On a détruit la Bastille
Et ça n’a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Quand il fallait nous aimer

Mon ami, je crois que tout peut s’arranger
Sans cris sans effroi même sans insulter les bourgeois
L’avenir dépend des révolutionnaires
Mais se moque bien des petits révoltés
L’avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre
Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner

Hâtons-nous d’espérer
Marchons aux lendemains
Tendons une main
Qui ne soit pas fermée
On a détruit la Bastille
Et ça n’a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Ne pourrait-on pas s’aimer

Jacques Brel – La Bastille (HD) Officiel… par elverrecords

 » Si c’était vrai « ? ………il suffit d’y croire ………


Pour m’endormir en rêvant : Un texte ( poème ) de Mr Brel :Jacques Brel
Dites, dites, si c´était vrai
S´il était né vraiment à Bethléem, dans une étable
Dites, si c´était vrai
Si les rois Mages étaient vraiment venus de loin, de fort loin
Pour lui porter l´or, la myrrhe, l´encens
Dites, si c´était vrai
Si c´était vrai tout ce qu´ils ont écrit Luc, Matthieu
Et les deux autres,
Dites, si c´était vrai
Si c´était vrai le coup des Noces de Cana
Et le coup de Lazare
Dites, si c´était vrai
Si c´était vrai ce qu´ils racontent les petits enfants
Le soir avant d´aller dormir
Vous savez bien, quand ils disent Notre Père, quand ils disent Notre Mère
Si c´était vrai tout cela
Je dirais oui
Oh, surement je dirais oui
Parce que c´est tellement beau tout cela
Quand on croit que c´est vrai.

P.S: Il y a une vidéo , mais de mauvaise qualité ……….