???????????


Parfois, il peut arriver que l’on utilise un objet tous les jours sans se rendre compte qu’il nous faciliterait la vie si on l’utilisait d’une autre manière. Entre les paquets de chips, les casseroles ou encore les cannettes de soda : Quelques objets du quotidien qui pourraient être beaucoup plus faciles à manipuler si l’on connait les bonnes astuces.

Orthographe….?


  Même si , aujourd’hui , on rédige ses courrier via internet ( qui inclus souvent un  » correcteur  »  ) ,il nous arrive encore décrire une lettre avec un stylo et une feuille de papier  lol …..Et là ,même si on ( je )  maitrise bien notre langue , il arrive que ces courriers comporte des fautes / erreurs d’orthographe..

 Quelques exemples ,astuces :

1) Les adverbes en  » ment  » : un ou deux  » m  » ?

Moi, fréquemment ,remarquablement , abondamment , j’ hésite souvent entre un « m » ou deux  » m  »  .Il y a une astuce : Si la syllabe  » ment  » est  précédée du son  » a » (écrit avec un e ou un a ), l’adverbe prend alors deux  » m  » , comme par exemple évidemment ( qui se prononce évidAmment  ,comme chacun sait) ou élégamment, l’adverbe prend alors deux  » m  » . si la syllabe  » ment est précédée d’un son  » e  » comme dans notablement , il ne faut alors qu’un seul  » m  » .

2 )  » ai  « ou  » ais  » ?

Là il est question de conjugaison : Parfois, il est difficile de distinguer le futur  » ai  » du conditionnel   » ais  » …Il y a bien la prononciation (  » é  » pour le premier ) et  » è  » pour le second mais ce n’est pas toujours perceptible …La solution : mettre la phrase à la 3ème personne du singulier : La différence devient alors plus évidente = J’aurai ou j’aurais  devenant  » il aura  » ( futur ) et  » il  aurait  » : la sonorité règle le problème ..

3 ) Cent ou centS ? Mille ou milles ?

Pour les chiffres / nombres ,c’est plus simple :

 Ils sont invariables à l’exception de  » vingt  » et de  » cent  »  qui prennent un s lorsqu’ils sont multipliés et non suivis d’un autre chiffre .Par exemple : 80 sera écrit  » quatre-vingts  » , alors que 83 sera écrit  » quatre-vingt-trois  » , 120 =  » cent vingt  » etc…

Mais ! Comme souvent , il y a une exception : On écrit  » quatre- vingtS millions car , comme  milliard n’est PAS considéré comme un chiffre , mais comme un nom !!

4 ) Sensé ou censé ? Davantage ou d’avantage ? 

Les homonymes sont un  » casse – tête  » : Ces mots se prononcent de la même façon, mais n’ont pas du tout le même sens :

Ici , » sensé  » signifie avoir du bon sens alors que  » censé  » signifie  » supposé faire quelque chose . Idem : Davantage est synonyme de  » plus  »  alors que  » d’avantage  » signifie gain ou privilège … ( par exemple : Il travaille davantage  , donc il est payé d’avantage depuis quelques temps )

5 ) « a » ou « à » 

Pour ne pas faire d’erreur  ,il suffit de changer de personne ou de temps . ( Par exemple ) : Devant une phrase comme  » il a à faire  » , on passe à l’imparfait :  » il avait à faire « => la différence entre le verbe et la préposition devient évidente .

6 ) L’accord du participe passé ?

   Même si le correcteur automatique sur le P.C ne reconnait pas toujours ces fautes , pratiquement tout le monde connait la règle : Le participe passé s’accorde en genre et en nombre  ,si il est conjugué avec le verbe  » être  » , avec le sujet comme dans  » Elles sont parties en réunion » . Avec Le verbe  » avoir  »  , le participe passé s’accorde avec le complément d’objet direct , si ce dernier est placé avant , mais, si il est placé après , le participe passé reste invariable . ( par exemple :  » j’ai mangé des tomates  » , mais  » les tomates que j’ai mangées « 

7)  » Dis  » ou  » dit  » 

  La terminaison du participe passé  des verbes du 3ème groupe , souvent muette , pose aussi des problèmes parfois : doit on écrire  » j’ai dit  »  ou  » j’ai dis  » ? Là encore, il suffit de  » féminiser  » la phrase ..( par exemple :  » j’ai retranscrit la conférence  » devient  » la conférence que j’ai retranscrite «  => la terminaison prononcée au féminin permet de savoir qu’il faut un  » T  » à la fin .

8)  » é  » ou  » è  » 

  Les différences de prononciation rendent parfois la différence entre  » é » et  » è  » difficilement audible ..Comment savoir alors à l’écrit s’il faut employer un accent aigu ou grave ? 

Il faut s’en tenir à la règle suivante : La lettre  » e  » ne prend l’accent grave que si elle est précédée d’une autre lettre et suivie d’une syllabe qui comporte un  » e  » muet . Dans les autres cas , le  » e  » sera marqué d’un accent aigu d’où  » aérer mais il aère  » , colge mais colgien ,célèbre mais célébrer  » 

Mais : Exception ( encore ) : Les mots formés à l’aide des préfixes dé et pré  ( comme se démener , prévenir, médecin , ère et èche…..

9) Avec ou sans trait d’union ? 

L’utilisation du trait d’union est régie par certaines règles :

Si le  » pronom sujet  » est placé après le verbe , on lie les deux éléments par un trait d’union : ( était-ce , veux – tu , ou jouons- nous ) . Même chose pour le  » t  » intercalé à la 3ème personne du singulier ( comme dans  » va – t – il  » ) . Pour  » Ci et là  » il faut aussi un trait d’union ( pourquoi ??? ) ;comme celui-ci ou celui-là 

10)  » RobeS bleueS mais JupeS marron  « ? !

  En général , l’adjectif de couleur s’accorde :  » des robes vertes  » , ,  » des fleurs bleues  »  . Mais, si un nom est utilisé pour désigner une couleur comme  » marron  » par exemple , il est invariable ( ici  » marron  » est aussi le nom du  » fruit  » du marronnier  .  Mais ! 5 exceptions sont à noter : rose ,mauve, pourpre, écarlate, et fauve ….( Je ne savais pas que pourpre et écarlate sont des noms ? !)

On écrit donc des jupes marron ,mais des jupes roseS ou mauveS !

   N.B : Les adjectifs composés restent aussi invariables comme :  » des briques rouges , MAIS :  » des briques rouge-vif ,  » des pommes vertes  » , mais  » des murs vert-pomme  » ou  » des pulls bleus  » mais  » des chemises bleu-clair  »

 Pfffffffffff! Ce fut long et certainement sans intérêt ( sauf pour moi ) 

 

 

 

 

 

 

   

Surdoué ???


Un sourire avant d’en finir …

 

« Le petit écolier »

 

Le petit Thomas demande à sa maîtresse s’il peut lui parler

après le cours. Elle accepte.

La maîtresse : Alors, que veux-tu me dire, Thomas ?
Thomas :   Je pense être trop intelligent pour rester dans

cette classe, je m’embête !  Je voudrais passer directement au Lycée.

Sur ce, le directeur informé, demande à Thomas s’il veut bien

passer des tests.

Thomas accepte sans hésiter, le directeur débute les tests.
Le Directeur :  Voyons voir Thomas, 3 x 4
Thomas :  Douze !
Le Directeur : Et 6 x 6

Thomas :  Trente six, Monsieur le Directeur.

 

Le Directeur :  Capitale du Japon ?
Thomas : Tokyo

 

Le test continue pendant une demi-heure, Thomas ne fait

aucune erreur !

A la fin du test, le directeur est satisfait mais, la prof

demande si elle peut à son tour lui poser des questions. Tous deux

acceptent, et la prof commence:

 

La Maîtresse : Bon Thomas ! La vache, elle en a 4 et moi j’en

ai 2, qu’est-ce que c’est ?

Thomas : Les jambes, Madame.

La Maîtresse :   Correct.. Qu’est-ce qu’on trouve dans tes

pantalons et pas dans les miens ?

Le Directeur s’étonne de la question…
Thomas : Des poches, Madame.
La Maîtresse : Bien, Thomas. Qu’est-ce que les hommes et les

femmes ont en plein milieu et qui est en double ?

Le directeur se prépare à intervenir lorsque Thomas répond.

Thomas : Les deux « M », Madame.

La Maîtresse : Où est-ce que les femmes ont les poils les

plus frisés ?

Thomas : En Afrique Madame, répond le gamin sans hésiter.

La Maîtresse :  Qu’est-ce qui est mou mais qui, aux mains

d’une femme, devient dur ?

Le Directeur ouvre grands les yeux mais Thomas répond :

Thomas: Le vernis à ongles, Madame.

La Maîtresse :  Qu’est-ce que les hommes et nous les femmes,

nous avons au milieu des jambes ?

  Thomas : Les genoux !

 

La Maîtresse : Bien. Et qu’est-ce qu’une femme mariée a de

plus large qu’une femme célibataire ?

Le Directeur n’en croit pas ses oreilles !

 

Thomas : Le lit, Madame.

 

La Maîtresse :  Quelle est la partie de mon corps qui est

souvent la plus humide ?

 Thomas : Votre langue, Madame.

 La Maîtresse :  Quel mot commençant par la lettre « c »

désigne quelque chose qui peut être humide ou sec et

que les hommes aiment regarder ?

 

Thomas : Le ciel ! Affirme Thomas.
Le Directeur soufflant, transpirant comme un sauvage, décide

d’arrêter le test et s’exclame :

Ce n’est pas au lycée que je vais t’envoyer mais directement

à l’université ! Même moi, je l’aurais complètement  raté ce test…

Morale de l’histoire:

C’est avec l’âge que l’on devient PERVERS