Impôts allemands :


Lorsqu’ils remplissent leur déclaration d’impôts chaque année , les allemands sont soumis à un questionnaire étrange : Il leurs est demandé……s’ils sont membres d’une religion ! Si la réponse est  » oui  » , alors , ils doivent payer un » impôt religieux  » !! Impôt qui équivaut à environ 9% de l’impôt sur le revenu .. Et ce n’est pas tout ! Si un croyant , une personne qui à la foi déclare avoir perdu celle-ci ( çà arrive ) , pour échapper à cet impôt , la dite personne doit même se rendre devant un tribunal pour arguer / argumenter sur leur perte de foi !

Décidément ,  » les voies de Dieu ( et du trésor public lol ) sont impénétrables  » mdrrrr !

Avec l’informatique , les curés allemands savent que les contribuables n’ont pas payé l’impôt  » religieux  » ?

En février 1945 :


( Là : Simplement copié sur le net …)

Du 4 au 11 février 1945 se tient la conférence de Yalta.

    Pendant une semaine, au bord de la mer Noire, Churchill, Staline et Roosevelt se concertent sur le sort futur de l’Allemagne et du Japon dont la défaite ne fait plus de doute.

Churchill et Staline entourent Roosevelt, à Yalta

Quel avenir pour l’Allemagne ?

    Quand commence la conférence, l’Armée rouge de Staline a déjà atteint l’Allemagne orientale. Les Anglo-Saxons, quant à eux, n’ont pas encore franchi le Rhin. D’où l’assurance dont fait preuve Staline face à ses alliés occidentaux. Assurance d’autant plus grande que Roosevelt est malade (il meurt trois mois plus tard) et Churchill physiquement usé.

 Les trois chefs alliés projettent de démilitariser l’Allemagne et de la découper en trois zones d’occupation (Churchill obtient après coup qu’une zone soit accordée à la France). Ils se proposent aussi de réunir une conférence internationale en vue de remplacer la défunte Société des Nations (S D N). Ce sera l’ONU.

 Churchill plaide pour qu’en plus des Trois Grands (États-Unis, Royaume-Uni, URSS), la France et la Chine disposent aussi d’un siège permanent à la tête de la future institution.

     Bien entendu, il n’est pas question de contester à l’URSS les territoires qu’elle a déjà annexés ou s’apprête à le faire. C’est ainsi qu’elle conserve les États baltes, la Moldavie, la Carélie, la Pologne orientale et même la Prusse orientale. En ce qui concerne les pays européens libérés de la tutelle nazie, les  » Trois Grands  » s’engagent à les laisser libres de choisir leur destin.

   Contrairement à une légende postérieure, il n’a pas été question d’un  »partage  » de l’Europe au cours de la conférence de Yalta. Mais Roosevelt se laisse abuser par la bonhomie de Staline. Il ne lui faut que quelques semaines pour constater en Pologne et ailleurs le peu de crédit de ses promesses.

c’était il y a environ 29 ans…..


  Le 3 octobre 1990, presqu’un an  après la chute du Mur ( le 9 novembre 1989 ), la République Fédérale Allemande et la République Démocratique Allemande célèbraient officiellement leur réunion en un seul État.La   » fusion  » est permise par le traité de Moscou  , qui rend au territoire allemand ( partagé après la seconde guerre entre les U.S.A , l’Angleterre ,la France et l’U.R.S.S sa  » souveraineté  »’ 

Pour illustration : Avant la réunification =

Allemagne divisée

Encore un 3 septembre mais….


  Plus  » proche  » de notre époque : 

  Il y a tout juste 80 ans, le dimanche 3 septembre 1939, à 17 heures, la France entrait en guerre contre l’Allemagne. Dans les journaux du Loiret, les événements internationaux font la une, jour après jour.
  Le 1er septembre, les troupes allemandes et slovaques attaquaient la Pologne sans avoir émis de déclaration de guerre préalable. Le gouvernement français déclare alors la mobilisation générale. Le lendemain, le Royaume-Uni et la France adressent un ultimatum commun à l’Allemagne, dans lequel elles exigent que les troupes allemandes évacuent le territoire polonais dans un délai de 12 heures.        Mais Hitler ne répond pas. Le 3 septembre, à 11 heures, le Royaume-Uni déclare la guerre à l’Allemagne. À 17 heures, la France entre en guerre à son tour.

çà s’est passé en août…..


Le 3 août 1914 ( il y a environ 104 ans ): L’Allemagne déclarait la guerre à la France :

  Cette décision plongea le monde dans le chaos ….Deux jours après avoir déclaré la guerre à la Russie et envahi le Luxembourg , l’Allemagne met en place le  » plan Schlieffen » et attaque la France …..Quelques jours après , les anglais déclarent à leur tour  la guerre à l’Allemagne ……….Le conflit fera près de 20 millions de mort laissant l’Europe exsangue ……

Le 11novembre pour les Allemands ?


    Pour moi , le 11 novembre ne signifie plus grand chose ,je n’aime pas ces cérémonies cependant ,je m’efforce d’y voir une sorte d’hommage ,hommage rendu aux « poilus  » bien sur , mais plus un hommage à la liberté , l’entente ,cohabitation etc…..Il en est de même pour le 8 mai (peut – être plus encore )…. »La musique qui marche au pas , çà ne m’intéresse pas  » ,mais c’est l’occasion de faire comprendre à nos enfants que la liberté et la paix , c’est important ……..

    Alors que la France s’apprête à célébrer l’armistice de la Première Guerre mondiale, nos voisins d’outre-Rhin n’en font pas une date aussi lourde de symboles.

En Allemagne, le 11 novembre n’est pas célébré et encore moins férié. «L’armistice de 1918 n’a pas de signification pour les Allemands. Cette n’est pas inscrite dans la culture politique fédérale», rappelle Arndt Weinrich, chargé de recherche à l’Institut historique allemand à Paris. «La Grande Guerre ne parle pas aux Allemands pour qui elle n’a pas le même impact que la Seconde Guerre mondiale et la Shoah». D’ailleurs, peu de place est réservée à la Première Guerre mondiale dans les programmes scolaires dans ce pays. Pour nos voisins, le 9 novembre est une date plus symbolique qui fait référence au pogrom qui s’est produit à la même date en 1938, au coup d’État d’Hitler en 1923 mais également à la chute du mur de Berlin en 1989.

«En Allemagne, on ne se rend pas vraiment compte de ce qui se passe en France le 11 novembre», explique le chercheur. Pour les Allemands, commémorer la victoire de la France sur l’Allemagne s’apparente à renouveler le patriotisme. «Cela passerait mal en Allemagne. Les événements en faveur de la paix et de l’Europe leur parlent beaucoup plus», affirme Arndt Weinrich.