Aider…..Je découvre……


Aidant familial:  ( On peut considérer que Emmanuel l’est …..pour moi ) 
  Devenir un aidant familial est rarement un choix. De nombreuses personnes se retrouvent brusquement contraintes de s’occuper d’un proche en perte d’autonomie dans les tâches de sa vie quotidienne. Qu’il y consacre tout ou partie de son temps, l’aidant familial ne bénéfice pas encore d’un réel statut juridique. Pourtant, les impacts sur sa vie personnelle et professionnelle ne sont pas négligeables.

Qu’est-ce qu’un aidant familial ?

On estime à plus de 4 millions le nombre d’aidants familiaux en France dont une grande partie sont actifs (c’est-à-dire occupant un emploi). Ce sont en majorité des femmes et des membres de la famille (conjoint ou enfant) mais il peut également s’agir d’un voisin ou d’un ami. L’aidant familial est celui qui s’occupe au quotidien et de manière bénévole d’un proche dépendant, handicapé ou malade. Ses tâches sont de nature très diverse, il peut intervenir dans la préparation des repas, la toilette, et/ou le ménage. Il peut également s’acquitter des formalités administratives et apporter un soutien moral. Dans tous les cas, l’aidant familial joue un rôle primordial surtout dans le maintien à domicile des personnes dépendantes.

La gestion du temps

S’occuper d’une personne dépendante demande beaucoup d’organisation. Si l’aidant familial exerce une activité professionnelle, il devra adapter son emploi du temps (modification des horaires de travail, prises imprévues de congés, etc.). Les répercussions sur sa vie professionnelle peuvent être nombreuses. C’est pourquoi le ministère du travail a mis en place le congé de soutien familial. Il permet aux salariés ayant au moins deux ans d’ancienneté dans l’entreprise de suspendre leur contrat de travail pour s’occuper d’une personne en état de dépendance (période non rémunérée par l’employeur d’une durée maximale de 3 mois renouvelables, dans la limite d’un an pour l’ensemble de la carrière) . Les aidants familiaux peuvent aussi bénéficier de la réduction du temps de travail ou de l’aménagement des horaires, ce qui a très souvent un impact sur les revenus.

La question de la formation

Au-delà de la gestion du temps, le rôle d’aidant familial peut être une source de stress. Car rares sont les personnes qui maitrisent d’emblée les techniques médicales nécessaires à l’accompagnement d’une personne dépendante. Le soutien d’un professionnel (infirmier, kinésithérapeute, médecin…) est souvent souhaitable. Il existe aussi de nombreuses formations et structures utiles pour apprendre à gérer les troubles d’un proche, les effets de la maladie ou encore faire face à l’urgence en maîtrisant les gestes de premiers secours.

Les difficultés des aidants familiaux

Inquiétude, fatigue, problèmes d’organisation et poids de la responsabilité sont les principales difficultés rencontrées par les aidants familiaux. Et lorsque le quotidien se retrouve soudainement centré sur une personne à soutenir, le risque d’épuisement physique ou moral est fréquent. La charge de travail est importante et le piège de se couper de son environnement social est réel.