C’était il y a 75 ans ….


Le massacre de Tulle
Le 9 juin 1944 est un jour de grand deuil pour Tulle.
  Sous les yeux de la population, 99 otages, des hommes de seize à soixante ans, sont pendus aux réverbères et aux balcons de la ville par les soldats de la Panzerdivision SS Das Reich.
   Trois jours après le débarquement des Alliés sur les plages de Normandie, les troupes d’occupation voulaient de la sorte terroriser la population et dissuader les maquis de la région d’entraver leurs déplacements.

Les « maquisards » s’emparent de Tulle
    Enclavée dans une cuvette au coeur du Massif Central, la petite préfecture de la Corrèze était jusque-là surtout connue pour ses dentelles et sa manufacture d’armes, laquelle travaillait depuis l’année précédente pour le IIIe Reich. Mais à l’heure du débarquement allié, elle avait aussi un rôle stratégique du fait de sa situation à proximité de deux voies majeures de communication majeures, l’une Est-Ouest (Lyon-Bordeaux), l’autre Sud-Nord (Toulouse-Paris).
   Aussi la Résistance était-elle très active dans la région : désorganisation du trafic ferroviaire du réseau téléphonique, attaques de convois… La division SS Das Reich du général Heinz Lammerding, établie à Montauban après avoir combattu sur le front de l’Est, avait pris en charge la lutte contre les maquis corréziens en attendant d’intervenir contre le débarquement imminent. Elle bénéficiait dans cette besogne du concours d’Henri « Lafont », le chef de la Gestapo française, et de ses hommes.
  Dans la région de Tulle, le commandant des FTP (Francs-Tireurs-Partisans, communistes), Jacques Chapou, dit « Kléber », décide de son propre chef de s’emparer de Tulle avec plusieurs centaines d’hommes. C’est la première initiative de ce genre, jamais les résistants ne s’étant hasardés jusque-là à attaquer un centre urbain (trop de risques pour un gain aléatoire). La ville est occupée par quelques centaines de soldats allemands et à peu près autant de miliciens et de supplétifs de la police (GMR, Groupes Mobiles de Réserve).
   L’attaque débute le 7 juin à l’aube. Les policiers et miliciens français obtiennent le droit d’évacuer la ville avec leurs armes. Les Allemands, quant à eux, se replient dans la manufacture d’armes, dans l’École normale de jeunes filles et dans une école communale. À la gare ferroviaire, ils massacrent les dix-huit gardes-voies, qui avaient renoncé à suivre les maquisards.
   Le lendemain 8 juin, les assaillants concentrent leurs tirs sur l’École normale et mettent le feu à l’édifice. Les Allemands finissent par se rendre dans l’après-midi, dans la plus grande confusion, au milieu des explosions de grenades et des tirs de fusils. Ils ont en définitive 149 tués et quarante blessés. Certains Allemands, blessés, auraient été achevés par les résistants et ceux-ci auraient aussi retiré du lot de prisonniers une dizaine d’hommes identifiés comme des membres du redoutable SD (Sicherheitsdienst, service de sécurité de la SS), les auraient conduits vers le cimetière et abattus.
Jacques Chapou juge la victoire acquise, la prise de la manufacture et de l’école le lendemain ne devant plus être qu’une formalité. À ceux qui s’inquiètent d’un retour en force de la division Das Reich, il répond en riant que celle-ci doit juger plus urgent de gagner la Normandie où vient d’avoir lieu le débarquement. Mais, dès le soir, de premiers chars allemands font leur entrée à Tulle en trois lieux différents. Les maquisards, faute d’artillerie et d’armes en nombre suffisant, se replient aussitôt.
Répression allemande:
   Le 9 juin au matin, la ville est investie par les Allemands. Par mesure de sécurité et en prévision d’éventuelles représailles, ils s’empressent de parquer dans la cour de la manufacture un total de trois mille hommes, le reste de la population restant cloîtrée chez elle.
   L’officier Aurel Kowatsch prend contact avec le préfet du département, lequel fait valoir que les blessés allemands de l’École normale ont été pour la plupart correctement pris en charge dans l’hôpital. S’étant concerté avec son supérieur, le général     Lammerding  lammerding, arrivé en fin de matinée, il renonce donc à brûler la ville comme il en aurait eu d’abord l’intention. Mais voilà que les Allemands découvrent les corps de quarante des leurs qui auraient été délibérément suppliciés par les maquisards. C’est en tout cas ce qu’affirme un SS survivant des combats de la veille, Walter Schmald.
    Ils décident de sévir en conséquence et ordonnent la pendaison de cent vingt otages. C’est tout de même moins que le quota que Lammerding avait lui-même fixé, inspiré de son expérience sur le front de l’Est : trois otages exécutés pour chaque soldat blessé, dix otages exécutés pour chaque soldat tué !
   Les SS font dans la cour de la manufacture un premier tri de quatre cents hommes, renvoyant les autres chez eux, puis un tri ultime sous la supervision de Walter Schmald, non dénué de sadisme.
  Les pendaisons débutent vers 16 heures. Sous les yeux des autres prisonniers et également de quelques notables de la ville, dont le maire, les malheureux sont conduits par groupes de dix au pied des noeuds coulants, encadrés par deux Allemands. Ils sont poussés à tour de rôle sur une échelle ou un escabeau et meurent pour la plupart dans une terrible agonie. L’effet est terrifiant aussi pour les femmes et les enfants qui observent la scène derrière les volets.
  Sans raison apparente, les SS s’arrêtent au 99e supplicié. Les autres otages sont transférés vers Limoges d’où 149 gagneront le camp de déportation de Dachau. 101 n’en reviendront pas. Pour Lammerding, l’objectif est atteint car une bonne partie de la population qui, la veille, applaudissait aux exploits des maquisards, les vomit désormais et n’est pas loin de leur attribuer la responsabilité du drame.
  Le lendemain, un détachement de la même division SS entre dans la cité d’Oradour-sur-Glane…
   Certains participants du drame ont été jugés après la guerre et condamnés à quelques années de prison. Condamné par contumace, Heinz Lammerding a pu quant à lui se reconvertir en chef d’entreprise prospère à Munich et finir ses jours sans plus de tracas!

çà s’est passé il y a …


environ 75 ans :

   Le 21 avril 1944  , les femmes françaises obtiennent le droit de vote ! Par une ordonnance signée du général de Gaulle , les femmes deviennent enfin  » électrices et éligibles dans les mêmes conditions que l’homme  » . Leur premier vote aura lieu un an plus tard , à l’occasion des élections municipales de 1945 .

   La revendication était de longue date :  Olympe de Gouges ( ? ) , réclamait déjà le droit de  » monter à la tribune  » dans sa déclaration des droits de la femmes et de la citoyenne  » en……1791 ! 

Olympes de Gouges : Olympe de Gouge image (portrait aquarelle )

   Personnage secondaire de la Révolution française, Olympe de Gouges a été redécouverte à la fin du XXe siècle par les mouvements féministes qui se l’ont appropriée, à juste titre d’ailleurs. Nul doute qu’elle aurait soutenu leurs combats pour l’égalité des droits entre les sexes.
Libre de moeurs, libre de pensée
   Née en mai 1748 dans un ménage modeste de Montauban sous le nom de Marie Gouzes, elle se marie à seize ans. Veuve et mère deux ans plus tard, elle se remet sans attendre en ménage avec un entrepreneur qu’elle suit à Paris.
   À vingt ans, tandis que le règne de Louis XV arrive sur sa fin, la jeune provinciale entame une nouvelle vie, libre de toute contrainte… mais avec tout de même le soutien financier de son compagnon.
   Reniant ses origines quercynoises, elle prend le nom de scène Olympe de Gouges et fréquente assidûment les écrivains et intellectuels qui gravitent autour du duc d’Orléans.
   Quant arrive la trentaine, elle s’offre divers amants dont l’écrivain François Sébastien Mercier, auteur du Tableau de Paris, et écrit des pièces de théâtre et des romans qui fleurent bon les sentiments compassionnels à la mode. Mais son ton et ses idées ne tardent pas à mûrir…
   En 1785, elle publie pour le Théâtre-Français une violente dénonciation de l’esclavage. En 1788, elle récidive avec ses Réflexions sur les hommes nègres, qui lui valent d’être accueillie par les abolitionnistes dans la Société des Amis des Noirs.
  En 1786, elle écrit aussi une suite au Mariage de Figaro de Beaumarchais dans laquelle elle dénonce le mariage forcé des filles et plaide pour l’émancipation féminine.
Femme et révolutionnaire
    Quand survient la Révolution française, en 1789, Olympe de Gouges, déjà quadragénaire, redouble d’activité et multiplie brochures et libelles dans lesquels elle réclame avant toute chose l’égalité des droits entre tous les citoyens sans distinction de sexe, de couleur ou de revenu. Elle plaide aussi pour le droit au divorce (elle sera exaucée dès le 20 septembre 1792).
    Olympe de Gouges brave la bienséance révolutionnaire en publiant une parodie de l’auguste Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen sous l’intitulé : Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, avec une dédicace à la reine Marie-Antoinette, où l’on peut lire : « La femme a le droit de monter à l’échafaud, elle doit avoir également le droit de monter à la tribune » .
   En matière institutionnelle, Olympe s’en tient toutefois au souhait d’une monarchie constitutionnelle à l’anglaise et restera jusqu’à la mort attachée à la royauté.
    Sous la Convention, après la chute de celle-ci, elle milite au club des Jacobins. Elle y dénonce la peine de mort et revendique le droit de vote sans distinction de sexe… Hostile à la Terreur et proche des Girondins, elle est arrêtée sur ordre de Robespierre et guillotinée le 3 novembre 1793. « Enfants de la Patrie, vous vengerez ma mort ! » lance-t-elle avant de mourir.