J’aime les gens qui doutent :

 J’aime les gens qui doutent

 Les gens qui trop écoutent

 Leur cœur se balancer

 J’aime les gens qui disent

 Et qui se contredisent

 Et sans se dénoncer

 J’aime les gens qui tremblent

 Et parfois ils nous semblent

 Capables de juger

 J’aiment les gens qui passent

 Moitié dans leurs godasses

 Et moitié à coté

 

 J’aime leur petite chanson

 Même s’ils passent pour des cons

 

 J’aime ceux qui paniquent

 Ceux qui ne sont pas logiques

 Enfin, pas comme il faut

 Ceux qui avec leurs chaines

 Pour pas que ça nous gène

 Font un bruit de grelot

 Ceux qui n’ont pas honte

 De n’être au bout du compte

 Que des ratés du cœur

 Pour n’avoir pas su dire

 « Délivrer nous du pire

 Et gardez le meilleur »

 

 J’aime leur petite chanson

 Même s’ils passent pour des cons.

 

 J’aime les gens qui n’osent

 S’approprier les choses

 Encore moins les gens

 Ceux qui veulent bien n’être

 Qu’une simple fenêtre

 Pour les yeux des enfants

 Ceux qui sans oriflamme

 Et daltoniens de l’âme

 Ignorent les couleurs

 Ceux qui sont assez poires

 Pour que jamais l’histoire

 Leur rende les honneurs

 

 J’aime leur petite chanson

 Même s’ils passent pour des cons

 

 J’aime les gens qui doutent

 Mais voudraient qu’on leur foute

 La paix de temps en temps

 Et qu’on ne les malmène

 Jamais quand ils promènent

 Leurs automne au printemps

 Qu’on leur dise que l’âme

 Fait de plus belles flammes

 Que tous ces tristes culs

 Et qu’on les remercie

 Qu’on leur dise, on leur crie

 Merci d’avoir vécu

 

 Merci pour ta tendresse

 Et tant pis pour vos fesses

 Qui ont fait ce qu’elles ont pu

 

             Anne Sylvestre

Résultat d’images pour anne sylvestre photo
A. Sylvestre ( jeune )

Souvenir….


Paroles :

Moi untel
Sous tous les cieux en toutes saisons
Quand s’allument les premiers néons
Je vais r’trouver mon grand patron
Le cirque
Moi untel
Perdu dans le flot des passants
Qui va vers lui je sens mon sang
Qui se réveille en le voyant
Le cirque

J’ai
Taille moyenne nez moyen
Signe distinctif néant
Et
Pour tous ces gens je ne suis rien
Et rien pour les petits enfants
Moi untel
On me regarde sans me voir
On ne rit pas de mes histoires
On s’en moque on est venu voir
Le cirque

Une table de maquillage
De l’or du rouge et puis du bleu
Il ne m’en faut pas d’avantage
Un’ ritournelle et les pleins feux
Et je deviens
Moi le clown
Dans mon costume de diamant
Sous le tonnerre étourdissant
De mille bravos je bondis dans
Le cirque
Moi le clown
Je joue du violon du saxo
Je fais des bonds je fais des sauts
A en crever le chapiteau
Du cirque


Je jongle avec dix mille étoiles
Signe distinctif géant
Et
Je vois briller toutes ces étoiles
Dans les yeux des petits enfants
Moi le clown
Je suis celui qui peut dev’nir
Le plus beau de leurs souvenirs
Un demi-dieu sur son navire
Le cirque

A minuit fini le miracle
Quand je regagne mon hôtel
Je suis redevenu untel
Untel jusqu’au prochain spectacle
Oui mais demain
Moi le clown
Dans mon costume de diamant
Sous le tonnerre étourdissant
De mille bravos j’entrerai dans
Le cirque

(ah les p’tits enfants vous êtes là)

Résultat d’images pour clown images

Pas de commentaire depuis plus de 5 jours : Je les bloque ….marin-francis08@outlook.com

Tous égaux ?


Les paroles :

On les a crus 2019

On les a crus les experts
Ils savaient ce qu’il fallait faire
Z’avaient des diplômes
Du baratin le décorum
Présentés comme des sur-hommes

On a cru les technocrates
Avec eux nos routes seraient droites
Nous serions heureux
En marchant en rang derrière eux
Fallait juste fermer les yeux

On a cru les candidats
A chaque élection c’est comme ça
La main sur le cœur
L’intérêt général blabla
Puis tais-toi sale électeur

On a cru les pollueurs
Ils nous apportaient le bonheur
Y’avait pas d’soucis
Ils la respectaient notre vie
Aucun danger c’est écrit

On a cru nos diplomates
De la paix les acrobates
Soyez rassurés
La compréhension du monde
Tournait dans leur tête bien ronde

On les a crus les menteurs
Quand ils juraient sur leur honneur
Tout p’tit Cahuzac
Se croyant plus grand que Balzac
Même pris la main dans le sac…

Refrain :
Devine devine
Qui fut roulé dans la farine
Devine devine
Qui profite des rapines
Démocraties qu’on assassine

Stéphane Ternoise

Le pantalon


Résultat d’images pour images pantalons ''pattes d'eph' ''

 » pattes d’eph.  »

…….ne dateraient pas des années 60 !?

Même si les origines de ce genre de pantalon sont incertaines ,on les fait généralement remonter à une pratique courantes dans la marine U.S au début du 19ème siècle ….

Ce serait un tailleur ( ancien marin ) , installé à New-York qui aurait créé les première marques  » pattes d’eph.  » appelée  » Seafer  ».. Ses  » jambes  » évasées vers le bas avaient l’avantage , pour les marins , de pouvoir être facilement roulées pour marcher dans l’eau ou laver le pont ….

Résultat d’images pour images marin u.s sur le pont d'un navire

Une fois mouillé , le pantalon s’enlevait aussi plus facilement . Enfin , en cas de naufrage ,les pattes d’éléphant se gonflaient en laissant entrer une  » colonne d’air  » au moment de sauter du navire en perdition , et facilitaient ainsi la flottaisons ….

P.S : On trouve une allusion aux pattes d’eph. dans une chanson d’Aristide Bruant

Résultat d’images pour Aristide Bruant

 » Belleville- Ménilmontant  » ( de 1892 ) dans laquelle les pantalons sont  » minces des genoux et larges des pattes  » …Vers 1926 , Mistinguett utilise aussi l’expression  » pattes d’éléphant  » pour désigner des pantalons à la mode dans les années 1920….

Ces pantalons n’auraient donc eu un regain de popularité que grâce au mouvement Hippies de la  » contre- culture  » dans les années 60…..

La chanson de A . Bruant :

Comme une prière …..


…..mais d’un athée : D’actualité en ce jours de Noël .

Toujours d’actualité malheureusement  est ce que çà finira un jour ???????,

Les paroles :

Pourra-t-on un jour vivre sur la terre
Sans colère, sans mépris
Sans chercher ailleurs qu’au fond de son cœur
La réponse au mystère de la vie?
Dans le ventre de l’univers
Des milliards d’étoiles
Naissent et meurent à chaque instant
Où l’homme apprend la guerre à ses enfants

J’suis trop petit pour me prendre au sérieux
Trop sérieux pour faire le jeu des grands
Assez grand pour affronter la vie
Trop petit pour être malheureux

Verra-t-on enfin les êtres humains
Rire aux larmes de leurs peurs
Enterrer les armes, écouter leur cœur
Qui se bat, qui se bat pour la vie?

J’suis trop petit pour me prendre au sérieux
Trop sérieux pour faire le jeu des grands
Assez grand pour affronter la vie
Trop petit pour être malheureux

Trop petit
Pour les grands
Assez grand
Pour la vie

J’suis trop petit pour me prendre au sérieux
Trop sérieux pour faire le jeu des grands
Assez grand pour affronter la vie
Trop petit pour être malheureux

J’suis trop petit pour me prendre au sérieux
Trop sérieux pour faire le jeu des grands
Assez grand pour affronter la vie
Trop petit pour être malheureux

J’suis trop petit pour me prendre au sérieux
Trop sérieux pour faire le jeu des grands
Assez grand pour affronter la vie
Trop petit pour être malheureux

Pour finir…


Seulement les paroles :  » Benabar : Le destin  »

Non tout n’est pas écrit il n’y a pas de grand livre
Dans lequel est inscrit ce qui nous reste à vivre
Le stylo nous appartient,
Les fautes, les ratures
Aussi les passages bien
C’est notre écriture

Ce qui est tout tracé
Ce n’est que le passé
L’avenir au contraire …

Je ne crois pas au destin qui expliquerait tout
On ne connaît son chemin que quand on arrive au bout
Il ne faut pas croire,
Qui prétend le contraire ?
Histoire qu’on fasse pas l’histoire
Qu’on le laisse faire

Ce qui est tout tracé
Ce n’est que le passé
L’avenir au contraire …
Grand ouvert
C’est pas prévu d’avance
Y a pas de providence

Ce qui est tout tracé
Ce n’est que le passé
L’avenir au contraire …

Qu’on se lève tôt ou tard demain est à nous
Jusqu’au matin trop tard on se lèvera plus du tout
L’avenir indocile
A bien sûr le dernier mot
Mais c’est au plus servile
Qu’il ne fait pas de cadeau

Ce qui est tout tracé
Ce n’est que le passé
L’avenir au contraire …
Grand ouvert
C’est pas prévu d’avance
Y a pas de providence

Ce qui est tout tracé
Ce n’est que le passé
L’avenir au contraire …
Grand ouvert
C’est pas prévu d’avance
Y a pas de providence

Pas de commentaires depuis plus de 5 jours : Je les bloque .

marin-francis08@outlook.com

 

Fallait oser !?


   Le 7 juin 1977, le Royaume Uni célèbre le 25e anniversaire de l’accès au trône d’Élisabeth II    . Mais sur la Tamise, face au palais de Westminster, les Sex Pistols Sans titre  donnent un concert à bord d’une péniche. Shocking ! Le groupe joue le titre sulfureux qui leur a apporté la célébrité, God Save the Queen, dont les paroles détournent crûment l’hymne anglais :  » Dieu sauve la reine et son régime fasciste !  »  Elles font mouche car, derrière les festivités monarchiques, l’inflation et le chômage règnent. Et le mouvement punk, dont les Sex Pistols sont les hérauts, rappelle bruyamment aux Anglais cette réalité-là, à l’aube des années Thatcher.

La vidéo :

Les paroles ( + traduction )

God Save The Queen (Dieu Sauve La Reine )

God save the queen
Dieu sauve la reine
The fascist regime
Le régime fasciste(2)
They made you a moron
Ils ont fait de toi un connard
A potential h-bomb
Une bombe H potentielle

God save the queen
Dieu sauve le reine
She ain’t no human being
Elle n’est pas un être humain
There is no future
Il n’y a pas de futur
In england’s dreamland
Dans le pays féerique d’ Angleterre(3)

Don’t be told what you want
Qu’on te dise pas ce que tu veux
Don’t be told that what you need
Qu’on te dise pas ce dont tu as besoin
There’s no future there’s no future
Il n’y a pas de futur Il n’y a pas de futur
There’s no future for you
Il n’y a pas de futur pour toi

[Chorus]
[Refrain]
God save the queen
Dieu sauve la reine
We mean it man
Nous le pensons vraiment, mec
We love our queen
Nous aimons notre Reine
God saves
Dieu sauve

God save the queen
Dieu sauve la reine
‘cos tourists are money
Parce que les touristes, c’est du fric
And our figurehead
Et notre emblème
Is not what she seems
N’est pas ce dont elle a l’air

God save history
Dieu sauve l’histoire
God save your mad parade
Dieu bénit ta parade folle
Oh lord god have mercy
Oh Seigneur Dieu Sois Miséricordieux
All aims are paid
Toutes les finalités sont payées

When there’s no future
Quand il n’y a pas d’avenir
How can there be sin
Comment peut-il y avoir du péché ?
We’re the flowers in the dustbin
Nous sommes les fleurs dans le benne à ordures
We’re the poison in your human machine
Nous sommes le poison dans ta machine humaine
We’re the future you’re future
Nous sommes le futur, ton futur(4)

(Chorus)
(Refrain)

God save the queen
Dieu sauve la reine
We mean it man
Nous le pensons vraiment, mec
There is no future
Il n’y a pas de futur
And england’s dreaming
Et l’Angleterre rêve

No future no future no future for you
Pas de futur Pas de futur Pas de futur pour toi
No future no future no future for me
Pas de futur Pas de futur Pas de futur pour moi
No future no future no future for me
Pas de futur Pas de futur Pas de futur pour moi

 

_______________________________________________

Pas de commentaires depuis plus de 5 jours => comme prévu , je les bloque !

marin-francis08@outlook.com

fralurcy085903@gmail.com

 » INFIDÈLE  »


Paroles :

J’en demande pardon au ciel
Qui dit qu’ la femme doit être fidèle
Et suivre partout son mari
Armée de bonne volonté
Dix fois, cent fois j’ai essayé
Mais je n’ les ai jamais suivis

Dès qu’ils avaient tourné le dos
Je foutais l’ camp sur mon vélo
En direction d’un autre lit
Impossible de m’habituer
Au traditionnel canapé
Que le couple achète à crédit

J’ai beau me dire que c’est pas bien,
Que j’ me conduis comme une putain

Si j’en crois c’ que dit ma grand-mère
Qui, pendant plus de soixante ans,
A démerdé les caleçons blancs
D’un vénérable fonctionnaire

J’ai beau me dire qu’une vraie fille
Doit faire honneur à sa famille
Quand elle a dit oui devant Dieu
Y a rien à faire, j’entends mon cul
Qui veut descendre dans la rue
Pour monter dans un autre pieu

Qu’est-ce qui m’arrive, qu’est-ce qui me prend ?
Pourtant ce n’ sont pas mes parents
Qui m’ont donné cet exemple-là
Chez nous, y a jamais d’adultères
On est tranquille comme des cimetières
Et le cocu n’existe pas

J’ai même triplé ma communion
Pour être sûre d’être en union
Avec les lois du Saint-Office
Du père, du fils, du Saint-Esprit
De ces trois-là, dites-moi qui
M’a foutu le feu au clitoris ?

Je fais l’amour en auto-stop
On m’ traite si souvent de salope
Que j’ai oublié mon prénom
Mais moi, les hommes, je les aime tous
Alors, ils me détestent tous
Et face à cette situation

Certains vont jusqu’à me faire suivre
Par leur mère, par un détective
Et me séquestrent à double clé

Mais je me casse à tire-d’ailes
Et je suce le père Noël
En passant par la cheminée

La liberté, la liberté ! (x2)
Ah ! C’est tout ce qui me fait jouir
Bien qu’ ce n’ soit pas original
Si j’en crois les radios locales
Qui n’ont pas voulu s’en servir

La liberté, cette liberté !
C’est cher, mais c’est bien remboursé
Ça vous console de presque tout
Ô liberté, ma tourterelle
À toi seulement je suis fidèle
Quand je te trompe, tu t’en fous !

Le sourire :


C’est un peu le regard du cœur
Celui qui nous vient de l’enfance
Une arme faite de pudeur
Pour combattre l’indifférence
Le sourire

C’est cent fois mieux qu’un long discours
Surtout quand on ne sait plus quoi dire
C’est plein de tendresse ou d’humour
Ou d’humour jusqu’à la satire
Un sourire

Il en est qui sont séducteurs
Qui cajolent et qui ensorcellent 
D’autres qui ne sont que frimeurs
Et puis certains qui sont cruels


Des sourires

Il y a celui que l’on reçoit
Avant même qu’on ne le donne
Et celui qui est maladroit
Il arrive même qu’on pardonne
D’un sourire

Celui qui donne le frisson 

De peur ou bien de gratitude
Mais c’est souvent la seule façon
De rompre avec la solitude
Un sourire

Celui à peine dessiné
Tant il renferme de tristesse
Pour arriver à demander
Du plus profond de sa détresse

Un sourire

Parfois il ne dit pas son nom
Tant cela semble ridicule
Alors on rit par dérision
Pour taire l’angoisse que dissimule
Un sourire

Il y a en a qui vous diraient
Que c’est le rire en minuscule
Que ce n’est rien mais moi je sais
Que c’est la vie en majuscule
Le sourire, le sourire

J.Marie Vivier .

La vidéo :

Pour compenser…..


….l’émotion ? , tristesse du billet précédent :

Autre version :

les paroles:

 ( Extrait de l’opérette TOI C’EST MOI )

 

Pedro]:
L’amour, ce fruit défendu
Vous est donc inconnu ?
Ah ! Cela se peut-il,
Joli petit bourgeon d’avril ?
[Honorine]:
Ah ! Je ne l’ai jamais vu,
Jamais vu ni connu,
Mais mon cœur ingénu
Veut rattraper, vois-tu,
Tout le temps perdu !

[Pedro]:
Ah ! Rien ne vaut pour s’ aimer
Les grands palétuviers,
Chère petite chose !

[Honorine]:
Ah ! Si les palétuviers,
Vous font tant frétiller,
Je veux bien essayer…

{Refrain:}
[Pedro]:
Ah ! Viens sous les pa …

[Honorine]:
Je viens de ce pas,
Mais j’y vais pas à pas !

[Pedro]:
Ah ! Suis-moi veux tu ?…

[Honorine]:
J’ te suis, pas têtu’,
Sous les grands palétu …

[Pedro]:
Viens sans sourciller,
Allons gazouiller
Sous les palétuviers

[Honorine]:
Ah ! Sous les papa papa
Sous les pa, les létu,
Sous les palétuviers …

[Pedro]:
Ah ! Je te veux sous les pa,
Je te veux sous les lé,
Les palétuviers roses …

[Honorine][Pedro]:
Aimons-nous sous les palé,
Prends-moi sous les létu,
Aimons-nous sous l’ évier !…

 

{2ème couplet:}

[Pedro]:
Ah ! Ton cœur me semble encor’
Hésiter cher trésor,
Mais je veux tout oser
Pour un p’tit, tout petit baiser !

[Honorine]:
Un vertige m’éblouit ,
Un baiser c’est exquis ! …
Même un p’tit tout petit,
Je crains d’être pour lui
L’objet du mépris !…

[Pedro]:
Non, le mépris, je t’en prie,
Ce n’est pas dans mes prix ,
Car je suis pris, mignonne !…

[Honorine]:
Ah! mon coeur est aux abois,
Tu peux prendre ô mon roi,
Mon corps au fond des bois …

{au Refrain}

[Pedro]:
Près des arbres enchanteurs
Viens goûter les senteurs
Ce cocktail où se mêlent
Le gingembre avec la cannell’

[Honorine]:
Oui c’est l’ effet du tropique
Qui me pique , pic, pic, pic…
Je sens les muscadiers,
Je sens les poivriers
Et les bananiers !…

[Pedro]:
Le parfum des néfliers
Et des doux pistachiers
N’ vaut pas l’étuvier tendre …

[Honorine]:
Tous ces arbres tropicaux
Vous incitent aux bécots,
Allons-y mon coco !…

{au Refrain}

Si je comprends bien
Tu me veux mon chien
Sous les grands palé…
Tu viens !…