A Fripon mon fidèle compagnon .


p1000291.jpgRien que par ta seule présence

Tu me consoles des absences …

Quand tu es là , blotti contre moi ,

 Tu combles le vide , donnes la joie .

Tes ronronnements réchauffent mon coeur

Sans toi , ma solitude serait tristesse.

Mais là, elle est presque allégresse.

Tu es plus qu’un »animal de compagnie « 

En réalité , tu es mon ami , un vrai ami.

Tu m’offres l’amitié ,qu’a oubliée l’humanité.

Certains disent qu’un chat ne sait pas aimer

Pour nous ,c’est faux n’est ce pas mon Fripon?

Parce que nous le vivons , le ressentons …

Allez , viens ensemble montons et dormons.

Out off order

 

 

 

Je le suis ….verseau et …flatté lol


Le Verseau est un précurseur,
souvent un marginal qui montrehttp://ts1.mm.bing.net/th?&id=HN.608031953576593864&w=300&h=300&c=0&pid=1.9&rs=0&p=0
de nouvelles voies.

Sa conscience intuitive de l’avenir lui
donne une effervescence intellectuelle
et un enthousiasme contagieux.

Le Verseau est aussi le signe de l’amitié.

Il est toujours prêt à offrir
son secours ou ses conseils.

C’est dans sa nature de donner
et de comprendre.

Le sentiment et l’intellect sont chez lui
étroitement liés.

Il a l’esprit d’invention et son originalité
l’amènera parfois loin des sentiers battus.

Il se croit, souvent avec raison,
en avance sur son temps.

 

Le Verseau se caractérise par une
intellectualité plus intuitive que logique,
par l’émotivité et la sociabilité.

Ses tendances négatives sont l’idéalisme
et le manque d’esprit pratique,
l’excentricité, le mépris des conventions
ou des usages établis.

Il a parfois envie de démesure,
du ‘’dernier cri’’ et
de modernisme à tout prix.

verseau

Souvenirs…..nostalgie ?


Surement déjà quelque part sur mes blogs ( retrouvé sur papier lol )

souvenirs ….salle de classe : Gros plan de l'écriture à la main mâle sur un tableau noir avec copie espace pour un texte

 

Souvenirs

Un jour tu entras l’artiste
Dans la classe en douceur,
Ainsi,à l’improviste
Provocant notre stupeur…..

« On » ne nous avait rien dit.
Nous avions cours de dessin?
La prof avait l’air ravi
Tu te mis au tableau soudain…..

Traçant de ta leste main,
Aidé de multiples craies
Un portrait bariolé.
Un visage parut enfin.

Nous y cherchions l’actrice?
Peut-être le poète?
Non!C’est l’institutrice!
Son visage,ses lunettes..

Qui,sous nos yeux effarés,
Fut au tableau exposée…
Elle semblait un peu gênée
D’être ainsi,dévoilée…..

L’artiste:Peux tu savoir
Combien d’entre nous,le soir.
Ton dessin dans nos mémoires,
Rêvâmes d’avoir ton pouvoir?

Le lendemain:Tableau noir……
Nous n’allions plus te revoir.
Ni le portrait éphémère
Que tes mains tracèrent.

En nettoyant le tableau,
Elle ne dit que quelques mots:
Que nous ne comprimes pas
Ce soir,j’ai compris,je crois:

« A ce soir,merci à toi »
L’instit. aimait le trublion….. (=======> »trublion »= quelqu’un qui sème le trouble )
Son logement « de fonction »
Pour l’artiste était un toit.

Ou il s’abritait parfois…..
Partant après quelques jours
Passés dans leur nid d’Amour.
Maitresse la nuit parfois….
Maitresse le jour,toujours…

Amante,Amour pour lui,
Maitresse pour nous ainsi….
Ce mot,rien ne signifie!
Maitrise,mais maitrise qui?

L’ Amour point ne le retenait…
Ces « astuces » du français
Aux élèves échappaient…
Pourtant,ELLE s’évertuait
A enseigner le français.

Ou que vous soyez tous deux
Ensemble ou séparés,
Vous pouvez être heureux.
L’envie,vous m’avez donnée
De vouloir me « cultiver »…………..

Si,près de moi,vous étiez,
Madame,vous me diriez:
« Ces mots sont mal ficelés »
C’est vrai,il faut l’avouer.
Mais on peut me pardonner:

Mots sortant de ma mémoire
Mots jetés ici,un soir
Frêle lueur dans le noir
Impression de vous revoir….

Ces souvenirs surgissent
de très profonds abysses
Sans que je ne réagisse…
Ils ne sont pas supplice..
Ils sont plutôt délices……

Ces mots ne sont que preuve
Qu’ aimer fait « fi » des épreuves

L’ Amitié….


Les deux amitiés.

Il est deux Amitiés comme il est deux Amours.
L’une ressemble à l’imprudence ;
Faite pour l’âge heureux dont elle a l’ignorance,
C’est une enfant qui rit toujours.
Bruyante, naïve, légère,
Elle éclate en transports joyeux.
Aux préjugés du monde indocile, étrangère,
Elle confond les rangs et folâtre avec eux.
L’instinct du cœur est sa science,
Et son guide est la confiance.
L’enfance ne sait point haïr ;
Elle ignore qu’on peut trahir.
Si l’ennui dans ses yeux (on l’éprouve à tout âge)
Fait rouler quelques pleurs,
L’Amitié les arrête, et couvre ce nuage
D’un nuage de fleurs.
On la voit s’élancer près de l’enfant qu’elle aime,
Caresser la douleur sans la comprendre encor,
Lui jeter des bouquets moins riants qu’elle-même,
L’obliger à la fuite et reprendre l’essor.

C’est elle, ô ma première amie !
Dont la chaîne s’étend pour nous unir toujours.
Elle embellit par toi l’aurore de ma vie,
Elle en doit embellir encor les derniers jours.
Oh ! que son empire est aimable !
Qu’il répand un charme ineffable
Sur la jeunesse et l’avenir,
Ce doux reflet du souvenir !
Ce rêve pur de notre enfance
En a prolongé l’innocence ;
L’Amour, le temps, l’absence, le malheur,
Semblent le respecter dans le fond de mon cœur.
Il traverse avec nous la saison des orages,
Comme un rayon du ciel qui nous guide et nous luit :
C’est, ma chère, un jour sans nuages
Qui prépare une douce nuit.

L’autre Amitié, plus grave, plus austère,
Se donne avec lenteur, choisit avec mystère ;
Elle observe en silence et craint de s’avancer ;
Elle écarte les fleurs, de peur de s’y blesser.
Choisissant la raison pour conseil et pour guide,
Elle voit par ses yeux et marche sur ses pas :
Son abord est craintif, son regard est timide ;
Elle attend, et ne prévient pas…..

 

Auteur ??????

Camille…


Camille

Camille

    C’est une jolie brindille       

Au gré des câlins elle frétille  

    Mais qu’elle jolie petite fille

Enfantine bien sur, si fragile

Lys des champs gracile,

Au  parfum si subtile         

Elle est toute docile…….( pour l’instant lol)

A les yeux bleus qui brillent

Tels ceux de son papa autrefois

Manu et Lise qui l’aiment ma foi!

Seront des parents de choix ,croyez moi !

Comme j’espère l’avoir été autrefois…..       

Ma petite fille , tu seras ma dernière joie .

En ce monde fatiguant et débile

Jamais ,ces mots tu ne liras, n’en doutons pas.  

Mais je t’aime Camille , ma petite fille…

Comme Léone m’a aimé autrefois …

Vieil écrit…retrouvé au fond d’un tiroir…


foret.jpgIl date de 2006 !!

Illusions…

Ils marchaient main dans la main,

suivant l’allée dans la forêt

Ils étaient jeunes , faisaient des projets :

 » Nous aurons une belle maison demain.. »

Était ce le matin ou le soir ?

Peu importe : Ils avaient le cœur plein d’espoir…

 

Ils rêvaient:

« Nous partagerons notre Amour,

Ensemble , nous vivrons toujours… »

« Ton travail  » disait elle amènera l’argent.

« Moi , je me chargerais de l’enfant et de la maison « 

Les rêves de jeunesse ignorent , de la vie, les leçons…..

Puis, , de l’union officielle , vint le moment :

Ce fut la cérémonie du mariage ! Fini le mirage!

Il ne fut plus question que de travail , d’argent…

La routine, les obligations sociales , l’Amour efface ….

Pour les illusions et rêves de jeunesse: Plus de place!

 

Il ne fut plus question de maison..

Peu d’argent , donc un appartement seulement .

Toujours, le rêve de notre jeunesse nous ment?

« Pourtant » ,disaient ils , » il n’y a pas de raison »..

Ils apprirent que dans cette société vorace ,

L’Amour et les beaux sentiments n’ont pas de place.

 

Chacun reporta la faute sur l’autre .

Le bonheur espéré devint impossible

Elle chercha l’Amour avec un autre

Lui , retourna à sa solitude pénible

Le regard des  » autres  » sur lui posé

A nouveau , la pitié, lui fit entrevoir .

Et revint le désespoir , le noir…..

 

Parceque IL


Nous…TOI et moi une vie

Emmanuel…..

Ta mère et moi ,depuis quatre ans ,étions mariés

C’est alors que TU es né ,toi,mon? bébé

Les liens m’unissant à ta maman se sont « dégradés ».

Pourquoi? Je ne le sais,ne veux pas le savoir…

En fait,je veux ignorer les raisons de son départ.

Probablement m’a-t-elle trompé,un autre aimé?

Tu avais six mois quand le divorce fut décidé…

Divorce « à l’amiable »! sans animosité affichée.

Surprise de Mme la juge visible dans son regard

Quand j’ai déclaré vouloir « la garde » du bébé!

« Vous êtes sur de ce que signifie ce que vous demandez? »

Après plusieurs questions/réponses,elle a accepté.

L’avocate me dit en aparté  » Vous savez;c’est rare »

Elle a ajouté que ma détermination avait joué.

Puis ,la vie a suivi son cours,les années ont défilé….

Je t’ai vu grandir ,moi vieillissant ,j’ai « trimé »

Mais je ne regrette rien :Il faut,tu dois me croire!

Nous avons vécu heureux toutes ces années.

Je t’aime tout simplement ,car TU es mon enfant..

Je t’ai chéri,aimé ,appris la vie durant tout ce temps..

Aujourd’hui,je suis vieux,fatigué et TU veilles sur moi..

Je ne voudrais qu’une chose:Ne pas être un fardeau pour toi…

De cette chienne de vie,tu es le seul vrai cadeau,le seul présent.

Suis je ton père « biologique »? pffffff! TU es mon enfant!!!!!!!

Aujourd’hui , toi et Lise m’avez donné la joie d’être grand-père..

 » papy  » d’une petite Camille que je vais grandir encore un peu j’espère …

Ces mots,tu ne les liras pas de mon vivant,peut-être même ne les liras tu jamais  ,peu importe mon enfant….Je ne souhaite qu’une chose :Que ta vie soit emplie de bonheur ,que toi et Lise,ton épouse, soyez heureux  très longtemps…..

Leny Escudero….. » Le cancre » !!!! Magnifique …Emouvant


 

 

Les paroles: 

Je vis tout seul au fond d´la classe
Je dis je vis mais pas vraiment
J´ai pas d´cervelle, j´ai que d´la crasse
Faut s´faire tout p´tit, petitement
Et pendant que les purs, les vrais intelligents
Vous savez ceux qui sont toujours au premier rang
Pendant qu´ils vivent la vie des autres
La vie des bons auteurs, la vie des douze apôtres
Moi j´vis la mienne, et vive le naufrage
Moi j´vis la mienne, et vive le voyage

Un bout d´soleil tombé du ciel au creux d´ma main
Et je voyage
Un chant d´oiseau qui s´est perdu parc´que personne l´a entendu
Et je voyage

Bouche fermé, les bras croisés, les yeux levés écoutez bien têtes incultes
Le bon savoir, le vrai savoir, le seul savoir et vous serez de bon adultes

Et mon frère corbeau à l´autre bout du champs
Chante pour lui tout seul la chanson du printemps

Le professeur m´a dit que j´étais intelligent, mais pas comme il le faudrait,
C´est pas d´la bonne intelligence

Je suis ce qu´on ne doit pas faire
L´exemple à ne pas retenir
Qui rit quand il faudrait se taire
Et mon avenir, j´ai pas d´avenir
Et pendant que les autres font des sciences naturelles
Moi je pense à Margot, Margot, qui est si belle
Qui ne sait rien du tout, ni d´Iena, ni d´Arcole
Mais qui à la peau douce et douce la parole
Qui se fout du génie
Et vive le naufrage
Et qui aime la vie
Et vive le voyage

Un grand loup bleu danse dans ses yeux quand je le veux
Et je voyage
Puis il me mord au creux des reins c´était hier je m´en souviens
Et je voyage

Bouche fermé, les bras croisés, les yeux levés écoutez bien têtes incultes
Le bon savoir, le seul savoir, le vrai savoir et vous serez de bon adultes

Et mon frère corbeau à l´autre bout du champs
Chante pour lui tout seul la chanson du printemps

Apprendre à lire et à écrire, pour moi aussi c´est important
Mais après pour lire quoi, écrire quoi, ce qui les arrange les grands
Le jour de ma naissance, je suis venu dans le tumulte
Sans doute pour m´avertir que je venais dans un monde occupé par les adultes
Ca s´rait bien l´école, si au lieu de toujours parler d´hier
On nous parlait un peu d´aujourd´hui, de demain
Mais d´quoi j´me mêle moi, j´y connais rien
Pourtant j´ai l´impression que j´apprendrais mieux
Ce qui me touche un peu, ce que j´aime bien
C´est peut-être pour demain, qu´est-ce que ça s´ra chouette

Vous avez entendu, il faut qu´je parte, la cloche à sonner
Composition d´histoire, j´aurais dû réviser
Et moi j´suis là à parler, j´perd mon temps oui
Vous savez peut-être, il y a eu un coup d´Etat au Chili
On y assassine pour un non, pour un oui
Au Portugal, il y en a eu un aussi
Au petit matin, c´était la fin de la nuit
Et il paraît qu´en Espagne, on recommence à chanter dans les rues
Mais je n´suis sur de rien, j´ai seulement entendu dire
Ah, il faut qu´je parte la cloche à sonner
Ah, composition d´histoire et j´ai encore oublié
Et pourtant c´est facile, et puis c´est important
Mais.. Mais j´m´en rappelle jamais la date de la bataille de
Marignan
Mais je sais qu´c´est facile, mais j´ai encore oublié, ah merde!
Dimanche j´vais encore être collé
Mais pourtant c´est facile, et puis c´est important, la date de la bataille
De Marignan
C´est ça qu´y est important, la date de la bataille de Marignan

ZIP……………( vieil écrit retrouvé …..)


Zip!!!!  

Journée passée en un éclair !

Vive les boutons et boutonnières!!!!

Un « éclair » ,sans orage à l’horizon .

Ce n’est pas la saison,ni celle des boutons….

Non,l’éclair est celui des fermetures..

Fermetures souvent utiles en « couture »….

Ce matin,au lever ,j’enfile un pantalon bien sur….

Et…vous savez ,un éclair suffit pour clore le pantalon

Ben :Non la fameuse fermeture « à glissière » refusa de glisser!

Peu importe,je vais de ce pas ,un autre pantalon enfiler.

Ensuite ,je choisis un pull-over pouvant du froid me protéger…

Et là! Croyez le ou non :La fermeture « éclair  » dit non!

Si pull et pantalon se liguent contre moi ,où va t on?

Mais je ne vais pas me laisser faire ! Ah çà non!

Je change le tout par des vêtements à boutons..

Mais ne m’arrête pas là: Je vais réparer cela!

Du fil et une aiguille et çà ira n’en doutons pas……

Le « raccommodage » ,moi, célibataire,je connais çà !

Un homme sachant coudre :Il n’a pas de honte…

Du pull ,en premier,la fermeture je démonte .

Là vient le plus délicat:Les « crans » ré-emboiter..

Ceci fait,il suffit de tester,le « curseur » ,le faire glisser.

Après quelques « va et vient » , il me donne satisfaction…

Je passe donc aussitôt à la prochaine opération :

Via quelques points de couture , »suture »

Je finis par replacer solidement la fermeture…

Demain,je m’attaquerais au pantalon.

J’avoue que ,même si ce n’est pas un exploit en soi (ni en soie) ,je suis satisfait de moi……

Ceci dit,dès que possible,j’achèterais une autre fermeture pour le pantalon…

Espoir…Desespoir ?


Parce que c’est beau et vrai…tout simplement…Pas triste : VRAI .

(« Il y a pire que le désespoir:Il y a la négation de l’espoir……..Le désespoir est le degrès ultime de l’espoir:Celui où on a fini d’espérer…. »)

Mr Prévert…