On n’y pense jamais….


  Mais , même quand ils sont dans l’espace , les astronautes restent des humains  et…….un homme, çà mange , çà boit  et …..l’humain doit ensuite passer par les toilettes ….pour  » évacuer  » tout cela ……..

  Comment çà se passe pour ces astronautes vivants dans leurs volumineuses combinaisons ?astronaute ( une fois dans leurs combinaisons , il est impossible pour l’astronaute d’atteindre son propre corps même pour se gratter le nez  !  Il n’y a que lorsqu’ils sont à l’intérieur de  la station spatiale internationale ( après deux jours  d’attente ? ) station spatialequ’ils peuvent aller aux toilettes , alors , pour l’instant ils emploient la  » bonne vieille  » méthode des couches ! couche

   La NASA se prépare pour la conquête de Mars et la durée du trajet vers cette planète durera environ une semaine , il faudra donc trouver avant une nouvelle méthode pour l’évacuation des selles ….Un système de gestion des excréments intégré à la combinaison devra être trouvé ! ( les ingénieurs pensent à un dispositif qui réduirait les effets de la  » microgravité  » ? et éviterait aux liquides de flotter dans l’air  !)

La Nasa vient de proposer la somme de 30 000 dollars à l’ingénieur qui l’aidera à résoudre ce problème ! 

Publicités

Il faut bien passer le temps …….


 

« Les couleurs sont le sourire de la nature », disait le poète anglais Leigh Hunt. Les scientifiques eux, savent que, dans la nature, les couleurs, au-delà de nous enchanter, jouent généralement un rôle important. Les animaux notamment s’en servent pour se camoufler ou pour communiquer, par exemple. Et même lorsque ces « couleurs » se réduisent au noir et au blanc !

 

 

 

 

Un papillon aux allures de léopard :

papillon
Ce surprenant papillon de nuit — de son nom scientifique Hypercompe scribonia — est appelé, dans l’est des États-Unis où il vit, Leopard Moth, comprenez papillon léopard. Un surnom qu’il doit bien sûr à ses ailles blanches tachées de noir. Des taches qui, comme c’est le cas chez le léopard, sont en fait des rosettes – pour beaucoup d’entre elles en tout cas et même si c’est difficilement discernable sur cette photo -, c’est-à-dire, de simples contours noirs sur un fond blanc brillant.
Sachez par ailleurs que l’abdomen de ce papillon nocturne est bleu nuit avec des marques orange. Curieux mélange…

Le blaireau, ce mal aimé

blaireau
Le blaireau européen est un mammifère que l’on reconnaît par sa tête blanche avec ses deux bandes noires de part et d’autre de son museau. C’est un animal crépusculaire et nocturne qui a l’habitude d’hiverner. Avant de passer la saison froide au chaud au plus profond de son terrier pour n’en sortir que rarement, il passe son automne à manger pour atteindre un poids qui lui permettra de survivre jusqu’au printemps. Il pèse alors jusqu’à 3 kilogrammes de plus qu’aux beaux jours, soit entre un quart et un tiers de plus que son poids moyen.

Le raton laveur, mignon mais nuisible raton-laveur
Le pelage du raton laveur est globalement poivre et sel. On y trouve aussi quelques reflets roux. Mais on le reconnaît surtout à son visage blanc et à son masque noir autour des yeux. Un ensemble qui le rend éminemment sympathique.
Originaire de l’Amérique du Nord, il a été introduit en Europe au milieu du XXe siècle. Et dans les années 2000, la Commission européenne l’a classé nuisible. Car il est susceptible de transporter des maladies — y compris la rage — et de causer des dégâts sur les habitations.

Le panda :

panda

 
À l’état sauvage, le panda géant ne vit plus que dans le centre de la Chine. Son pelage est essentiellement blanc, mais ses oreilles, le contour de ses yeux et ses pattes sont noirs. Il se nourrit presque exclusivement de végétaux : du bambou notamment. Pourtant, le panda est bien un carnivore.
Ses difficultés à se reproduire — la femelle panda n’est féconde que 48 heures par an — le rendent en effet particulièrement sensible à la réduction de son habitat. Mais son attitude et son physique attendrissants ont fait de lui le symbole de la lutte contre la disparition des espèces.

Un singe sans pouce:

singe sans pouce
Ces singes africains que l’on nomme colobes noir et blancs présentent au moins deux singularités. Pour leur permettre de virevolter dans les airs, d’arbre en arbre — car les colobes vivent dans la canopée, la partie de la forêt qui correspond à la cime des arbres —, l’évolution a fait disparaître… leurs pouces !
Et comme les vaches, ils disposent d’un estomac à compartiments. De quoi digérer et détoxifier les feuilles dont ils aiment se nourrir. Les bactéries qui peuplent cet estomac particulier leur permettent d’assimiler deux fois mieux ces aliments que les autres singes.

Un tigre inadapté:

tigre-blanc
Le tigre blanc est un animal rare. Il doit sa couleur particulière à une mutation génétique naturelle baptisée leucistisme. Mais ce n’est pas un animal albinos.
L’ennui avec cette couleur blanche, c’est que, dans le milieu naturel, elle empêche les tigres de se camoufler efficacement. À l’image de ce que parviennent assez aisément à faire leurs cousins dorés lorsqu’ils chassent ou lorsqu’il s’agit de se protéger des prédateurs au tout début de leur vie. Ainsi l’espérance de vie d’un tigre blanc dans la nature est-elle limitée. 

Les mystérieuses rayures du zèbre :

zebre
Le zèbre vit en Afrique et il est connu pour son pelage caractéristique, fait de bandes noires et blanches. Il paraîtrait qu’en réalité, on peut dire que le zèbre est noir, rayé de blanc. Car au stade fœtal initial, les zèbres en devenir semblent être entièrement noirs.
Et si vous vous demandez pourquoi de telles rayures, sachez que les scientifiques se posent toujours la même question. Ils proposent plusieurs pistes dont les plus sérieuses semblent être le fait que ces rayures éloigneraient les insectes et autres parasites ou qu’elles faciliteraient la thermorégulation. Affaire à suivre… 

Une vache… avec des tâches:

vache taches
Les robes des vaches se distinguent par leur couleur et par leur texture (uniforme, tachetée, etc.). La couleur de la robe est contrôlée par plusieurs gènes. Et elle marque l’identité de la race.
Ainsi ici, une vache normande — qui produit un lait riche et une viande savoureuse — à la robe dite caille, en d’autres termes, à la robe blanche parsemée de taches noires. D’autres vaches présentent la même texture de robe, mais les Normandes sont généralement reconnaissables leur ventre blanc et à leurs lunettes… noires dans ce cas ! 

Un lémurien en danger d’extinction:

lemurien
Le vari noir et blanc vit à l’est de Madagascar. Malheureusement pour lui, la déforestation menace son habitat. Il est aujourd’hui placé sur la liste des espèces en danger critique d’extinction. Pourtant son pelage contrasté lui permet de se cacher dans les arbres — lorsqu’il en reste — des forêts tropicales humides.
Petite anecdote : les lémuriens doivent leur nom à des fantômes de la mythologie romaine. De gentils fantômes toutefois. Le cri de ces primates, en effet, n’est pas sans rappeler les bruits que l’on attribue aux esprits lorsqu’ils viennent nous hanter. Quant à leurs grands yeux qui brillent dans la nuit… 

Une chèvre protégée :

chèvre
La chèvre à col noir du Valais est, comme son nom l’indique, originaire du sud de la Suisse. C’est une chèvre rustique de montagne. Tant et si bien qu’on l’appelle également la chèvre des glaciers. Son pelage bicolore permet de la reconnaître entre toutes. Car la partie avant de sa robe est toujours noir de jais alors que la partie arrière apparaît d’un blanc pur. Et la séparation entre les deux est nette.
Même si les effectifs sont stables, il n’existe aujourd’hui pas plus de 3 500 individus de cette race ce qui lui vaut la protection de ProSpecieRara, une fondation suisse pour la diversité du patrimoine.

Un chat, entre noir et blanc :

chat
On dit des chats noirs qu’ils sont chats de sorcière. Quant aux chats blancs, ils seraient au contraire de bon augure. Alors, que penser des chats noir et blanc ? Rien de bien scientifique là-dedans — même si un vétérinaire britannique a noté pendant plus de 50 ans, des liens entre pelage et personnalité du chat —, mais il se dit que les chats bicolores sont les meilleurs chasseurs de souris ! Et ils seraient particulièrement sociables et joyeux. Tout comme les chats tigrés…

Un Dalmatien à l’œil bleu:

dalmatien
Le pelage d’un Dalmatien, tout le monde le sait, est blanc avec des taches noires. Des tâches qui, pour entrer dans le standard de la race — notez d’ailleurs que celui-ci, avec son irrésistible œil bleu, sera rejeté —, doivent être rondes et réparties sur l’ensemble du corps. Mais ces tâches peuvent aussi… être couleur chocolat.
Malheureusement, la surdité est parfois le prix à payer par les Dalmatiens pour ce beau pelage. L’action du gène qui détermine leur manteau blanc en effet, s’étend sur l’oreille interne et provoque parfois quelques défauts d’audition. 

La discrète « fourmi-panda »

fourmi-panda
  Moitié-fourmi, moitié-panda, mais en réalité ni l’un ni l’autre. Car cet étrange animal au corps de fourmi et au pelage de panda n’est autre… qu’une guêpe — découverte en 1938 et que les scientifiques nomment Euspinolia militaris — dont les femelles sont dépourvues d’ailes. D’où la confusion avec une fourmi.
La « fourmi-panda », qui mesure entre 3 et 4 centimètres, vit dans les forêts de pins du Chili. Et elle sait se faire discrète. Cependant sa piqûre est extrêmement douloureuse. D’où son second surnom : la « tueuse de vaches » !

Un lapin à lunettes noires

lapin
Une tache noire sur le nez dont la forme rappelle vaguement celle d’un papillon et voilà que ce lapin se retrouve appelé le géant papillon. Sa fourrure est essentiellement blanche, mais ses oreilles sont noires et on lui voit quelques taches également noires sur les flancs et le long de sa colonne vertébrale. Quant à ses yeux, ils sont entourés de noir comme ceux du panda. D’ailleurs, on l’appelle parfois le lapin à lunettes. Et sur ses joues, une nouvelle tâche et une seule de chaque côté.
Particulièrement mignon ? Certes, mais le géant papillon est principalement élevé… pour la production de viande