Un lac ….. » cimetière  » ???


     Mystère !  

  Le   » lac des squelettes  » c’est un plan d’eau se trouvant en altitude et qui est pour le moins énigmatique. Enigmatique car il regorge d’ossements humains.

   Ce lac du nom de lac Roopkund se trouve dans l’Himalaya, près de la frontière entre l’Inde et la Chine, à 5 000 mètres d’altitude. Depuis plus de 100 ans, au printemps, lorsque le dégel a lieu, apparaissent des centaines de squelettes humains. On en trouve aussi bien dans l’eau qu’aux alentours du lac.

  Or personne ne parvient à expliquer la présence de ces os. Est-ce un massacre ? Comment ces ossements sont arrivés là ? Qui est impliqué ? Mystère total.

   Récemment des scientifiques se sont penchés sérieusement sur la question et leurs conclusions ont été publiées dans la revue Nature Communications.

  Jusque là il était admis que ces os humains dataient de 1 200 ans. Mais cette nouvelle étude semble plutôt prouver que plusieurs groupes de corps se trouvent sur les lieux, et que les dates de leur mort sont différentes, réparties sur plus de mille ans.

   Comment expliquer  ?

    Il semble que le lac ait été dans un premier temps le lieu du dernier séjour de nombreux groupes du 7e au 10e siècle. Puis 1.000 ans plus tard, entre le 17e et le 20e siècle, celui de deux autres groupes.

   Si l’on croit les résultats des tests ADN, comment expliquer la présence de Grecs certainement contemporains de Louis XIV dans l’Himalaya ?

    Aucune maladie ne semble avoir ravagé ces groupes d’humains. En l’absence d’armes on ne peut non plus conclure à une guerre. Une étude menée sur cinq échantillons de squelettes, avaient indiqué que des fractures par compression non cicatrisées figuraient sur les cranes. Peut-être causées par d’énormes grêlons.         Mais cette conclusion est pour le moins  » farfelue  » .

  D’autre part , une légende locale raconte qu’un roi avait entrepris un pèlerinage dans la région pour honorer une déesse. Mais cette dernière, en colère contre la présence de danseurs et de musiciens au sein du cortège, a déclenché une terrible tempête, tuant tous les pèlerins.

Photos :

squelette

squelette 1

squelette 3

squelette 4

 

çà s’est passé il y a environ ….


23 ans : 

Le 27 mars 1996 , les moines de Tibhirine disparaissaient : 

   Dans la nuit du 26 au 27 mars 1976 , sept moines cisterciens furent enlevés en Algérie ( où régnait la guerre civile ) . Le groupe islamiste armé ( G I A ) fut aussitôt mis en cause par les services de sécurité algériens .

Les têtes des religieux français égorgés  furent retrouvées 28 jours plus tard . Les responsabilités dans la mort de ces moines n’ont toujours pas été clairement établies .

   Cette petite communauté de l’Atlas vivant en proximité avec ses voisins algériens est allée jusqu’au bout de l’amitié et de la fidélité à une vie monastique plantée en terre d’Islam. Ce qui a fait vivre cette communauté continue d’inspirer bien des hommes et des femmes aujourd’hui, de tous horizons, aspirant à vivre cette fraternité qu’ils ont signée de leurs vies. Sous l’égide de « l’Association des écrits des 7 », regroupant les familles, les amis et l’Ordre Cistercien de la Stricte Observance . 

La confusion règne au sujet  de cette  » affaire  » :

    S’agit-il réellement d’un assassinat des islamistes du GIA ? D’une bavure de l’armée algérienne ? Ou d’une manipulation des services secrets algériens ? Les conclusions des dernières expertises scientifiques, confirment que les moines ont vraisemblablement été tués un mois avant l’annonce officielle de leur décès. Et qu’ils ont été décapités après leur mort.
   Au printemps 1996, en pleine guerre civile en Algérie, les sept moines trappistes français avaient refusé de quitter leur monastère de Tibhirine, dans l’Atlas algérien. Christian de Chergé, Luc Dochier, Paul Favre Miville, Michel Fleury, Christophe Lebreton, Bruno Lemarchand et Célestin Ringeard étaient restés en dépit de l’insécurité croissante régnant dans la région de Médéa, à une centaine de kilomètres au sud d’Alger.
   Les religieux ont été enlevés par une vingtaine d’hommes armés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996. Aussitôt un communiqué du chef du Groupe armé islamique (GIA) Djamel Zitouni, daté du 26 avril, revendique l’enlèvement des moines qu’il menace d’égorger.
  Deux mois plus tard, le 23 mai 1996 le GIA, revendique cette fois la séquestration des sept moines et leur assassinat deux jours plus tôt.

Tombes des moines 

Devinette : Solution =


La page 167 et 168 sont sur la même feuille, ainsi il ne peut y avoir de code caché entre les deux.

Manipulation des masses ?


 Bien qu’on parle beaucoup de  » manipulation des masses  » aujourd’hui , celle ci ne date pas d’hier ! 

  Certaines sont même parvenues jusqu’à nous via les livres d’histoire les plus sérieux . Ainsi en serait il de l’une de nos icônes les plus  » tenaces  » : Jeanne d’Arc !J.D'Arc 

Cette dernière a bel et bien existé, mais pas forcément sous les aspects qui nous sont familiers …. L’histoire de la Pucelle se passe en effet alors que deux rois se disputent pour accéder au trône du royaume de France . 

  Yolande d’ Anjou , belle-mère de Charles VII ( si mes souvenirs sont bons ) , prétendant au trône de France aurait eu alors l’idée d’une  » opération mystique  » pour soutenir son poulain : Faire intervenir une pucelle prophétique , en lien direct avec dieu et lui faire annoncer que Charles est le seul héritier légitime de la couronne .

  Si on considère le niveau d’éducation , le langage et la formation militaire de Jeanne , il est difficile d’accepter l’affirmation selon laquelle elle serait une simple paysanne paysanne…de plus, les  » ordres  » qu’elle recevrait de Dieu lui même correspondent tant aux volontés de Charles et de sa famille , qu’on peut se demander qui lui parlait réellement  » à l’oreille  lol .

Enfin , de nombreux historiens affirment que Jeanne n’a jamais été brûlée  et qu’elle aurait fini sa vie tranquillement mariée à un certain chevalier Robert des Armoises …..couple

 

macabre découverte pour un jeune  » Indiana Jones » Allemand


Ce jeune garçon allemand a dû s’imaginer un instant dans la peau d’Indiana Jones. Sa curiosité l’a amené à découvrir un sarcophage renfermant une momie dans le grenier de ses grands-parents, a rapporté la presse allemande mardi. Soumise à un scanner, la momie découverte par ce jeune explorateur en herbe de 10 ans s’est révélée être celle d’un être humain dont le crâne est bien préservé.

Il aurait tout de même l’orbite gauche transpercée par une flèche, selon le journal local Kreiszeitung. Un masque mortuaire, retrouvé dans le sarcophage, ajoute encore au mystère, tout comme la fine couche de métal recouvrant les ossements de ce corps mesurant 1,49 m, que le scanner a signalée.A 10 ans, il trouve une momie dans le grenier

Les bandes datent du XXe siècle

Le père du garçon, Lutz-Wolfgang Kettler, a indiqué que son propre père, décédé il y a 12 ans, avait voyagé en Afrique du Nord dans les années 1950 et qu’il était possible qu’il ait rapporté la momie comme une sorte de souvenir morbide. Les bandes ayant servi à confectionner la momie et qui ont été laissées en l’état pour ne pas endommager les ossements, datent du XXe siècle, et ont été fixées à la machine, a déclaré le dentiste qui était présent lors du scanner.

« Chaque question en appelle une autre » depuis que le petit garçon, Alexander, a découvert la mystérieuse momie, a-t-il ajouté. La police de cette petite ville de Basse-Saxe et le parquet local suivent l’affaire. « Nous attendons de savoir de quand datent les ossements », a déclaré un porte-parole de la police à l’agence de presse allemande DPA.