La vitesse de la lumière ?..!!!


De mémoire ….heu?

  Je l’ai écrit souvent ici : Mon traitement ( obligatoire ) me cause des problèmes de mémoire …..( boof , je m’y habitue , note pratiquement tout  …..et vis avec …) . Cependant, je m’amuse à chercher des moyens mnémotechniques ………..et ce samedi  , j’ai lu  quelque chose de ce genre : Pour retenir la vitesse de la lumière  ( d’aucune utilité  si ce n’est pour  » briller  » en société  mais ….)( klikez sur l’image pour la voir )

    Pour retenir la vitesse de la lumière en mètre par seconde : Il parait que  la phrase :  » Ah, messagère admirable , lumière éclatante , je sais votre célérité  » pourrait me ( nous ) aider à retenir cette information  pour le moins complexe : En effet , il suffit de compter le nombre de chacun de ces mots  puis de les noter à la suite : 2,9,9,7,9,2,4,5 et 8  , là on obtient bien la vitesse de la lumière : 299 792 458 m/seconde !

Une technique lumineuse non? ( Encore faut il mémoriser la phrase  et là….? )

çà s’est passé ….


Il y a environ 18 ans :

    Le 5 avril 2001 : Guy Georges G.Georgesétait condamné à la prison à perpétuité ….La cour d’assises de Paris condamne alors  » le tueur de l’est parisien  » ( surnom de G.Georges ) à la réclusion à perpétuité avec une peine de sureté de 22 ans ….

Cet homme avait violé et assassiné sept jeunes femmes à Paris de 1991 à 1997 , créant une véritable psychose dans la capitale ……

Il fut reconnu coupable et arrêté grâce à son A.D.N en 1998

 ( Cette affaire , parait il est à l’origine de la création du Fichier national automatisé des empreintes génétiques ) …..

Qui était il / d’où venait il ? 

   Fils de George Cartwright, soldat afro-américain (cuisinier sur la base américaine de l’OTAN de Marly-le-Roi) de passage en France et déjà marié aux États-Unis, et d‘Hélène Rampillon (angevine montée à Marly-le-Roi travailler  » au bouchon  » , dans les bars américains), mère d’un premier enfant non désiré né trois ans plus tôt, prénommé Stéphane, d’un autre soldat américain, Guy Rampillon naît le 15 octobre 1962 à Vitry-le-François. Il est rapidement abandonné par sa mère et rejeté par ses grands-parents maternels. Son grand-père, militaire à la retraite, gardait déjà Stéphane en attendant que sa fille émigre aux États-Unis avec le père de l’enfant qu’il voyait d’un bon œil, car militaire comme lui. Il considérait que Guy n’était que le fruit d’une aventure extra-conjugale et était peut-être mal à l’aise avec sa couleur de peau. Hélène Rampillon récupère Stéphane et part vivre avec le père de l’enfant en Californie.

   Guy Rampillon est d’abord placé chez des nourrices à Angers qu’Hélène ne peut ou ne veut pas payer, puis confié le 9 mai 1963 à la DDASS qui le place , en  juin 1963 , dans la banlieue d’Angers, chez la famille Morin qui compte cinq enfants. Mme Jeanne Morin avait déjà eu par la DDASS un enfant noir qu’elle avait pleuré quand on le lui avait repris. Guy Georges est accueilli comme un enfant de substitution. Il révèle très tôt un caractère solitaire au sein de cette famille nombreuse constituée de 13 enfants adoptés, puis, très vite, un tempérament violent et agressif

   Sa mère n’ayant pas signé les papiers officiels d’abandon, il ne peut être adopté.    En février 1966, la DDASS constate « l’état d’abandon » de Guy Rampillon, bientôt pupille de l’État sous le matricule 5086. Afin de faciliter son adoption, par décision de justice le 23 février 1968, on substitue son nom de naissance (Rampillon) qui est celui de sa mère pour le remplacer par un patronyme (Georges) provenant du prénom de son père

 

 

 

 

Un léger sourire….


Pour finir…….

  Un automobiliste tombe en panne sur une route de campagne  . Il ouvre le capot de sa voiture ….C’est alors qu’arrive une vache qui lui dit :  » Je parie que ce sont les bougies  »

Surpris / choqué , le gars va voir le fermier  et lui dit : 

   » Votre vache vient de me parler , elle m’a dit que ma panne vient de mes bougies  » 

Alors, le fermier répond :   » ne l’écoutez pas , elle n’y connait rien en voiture  » 

çà s’est passé il y a…..


Environ 98 ans :

Adrienne Bouland traverse la cordillière des Andes en avion ! 

  Quelques semaines après l’exploit d’Adrienne Bolland, première aviatrice à traverser la Cordillère des Andes en avion — un Caudron G-3 construit en bois et toile  —, l’héroïne de l’air fait l’objet d’un élogieux article rédigé par Louise Faure-Favier et publié au sein des Annales politiques et littéraires.
    Elle a votre âge, mesdemoiselles, écrit Louise Faure-Favier ; c’est une jeune fille comme vous, une Parisienne élégante et toute menue, qui vient de franchir ce grand mur de montagnes qui s’appelle la Cordillère des Andes, où tant d’aviateurs ont déjà trouvé la mort.    De la République Argentine agricole et pastorale au Chili industriel, elle a survolé les hauts sommets, et partie de Mandoza, elle est venue se poser « comme une fleur » (c’est l’expression des aviateurs pour qualifier les bons atterrissages  )  sur l’aérodrome militaire de Santiago. Tel est l’exploit de cette petite Française de vingt-quatre ans.
   N’est-ce pas que vous avez envie, maintenant, de la mieux connaître ? poursuit la journaliste. J’ai moi-même fait la connaissance d’Adrienne Bolland, l’automne dernier, au meeting de Buc. Elle m’emmena dans les airs sur son G-3. J’étais sa première passagère, et nous reçûmes les félicitations du ministre. Mlle Bolland les méritait, car elle est un excellent pilote, un véritable acrobate de l’air. Tandis que nous nous promenions par-dessus Versailles et la vallée de Chevreuse, elle riait, lâchait les commandes, me proposait loopings et glissades ; mais, lorsque vint l’instant de l’atterrissage, elle parut soudain sérieuse, le regard durci et toute sa volonté tendue. Je compris alors que ma pilote était un bon pilote.
    » Ce jour-là, Mlle Bolland, dans sa combinaison, ressemblait à un petit mécano imberbe. Seuls, ses pieds et ses mains menus révélaient la femme. Je la revis le surlendemain. Elle portait une jolie cape de Parisienne et un chapeau de dentelles. Je ne la reconnus pas. »
   Le ministre lui-même, qui était alors M. Flandin, éprouva la même méprise lorsqu’elle l’alla voir, quelque temps après, pour lui demander de l’accréditer officiellement auprès de la République Argentine. Car Mlle Bolland. avant que d’accomplir son raid, est allée représenter l’aviation française en Amérique du Sud. Depuis le 15 décembre, elle fait à Buenos-Aires des exhibitions d’appareils français, organise des meetings, emmène des passagers. Elle a même emmené une passagère, la belle Mlle Mercédès de Narvaja, qu’elle a promenée sur la vallée du Tigre.

   Excellente représentante ! Mlle Bolland a pris à cœur sa mission patriotique. Elle m’écrivait, le mois dernier : « Chaque fois que je m’élève pour une exhibition, je tremble un peu, car il y a là non seulement de bons Argentins pour me regarder voler, mais il y a encore des Anglais, des Espagnols, des gens de tous les pays du monde. Et il y a aussi des Boches, des Boches qui me font beaucoup de politesses, mais qui, je le sens bien, sont jaloux de mon succès et guettent un instant de faiblesse, une erreur, une faute. Alors, vous comprenez !… »
    Adrienne Bolland a tout de suite, en effet, retrouvé auprès des Argentins son succès parisien. Son talent de pilote a été apprécié dès le premier jour, tandis que sa grâce de femme lui attirait déjà toutes les sympathies.

Adrienne Bolland. Timbre émis le 24 octobre 2005 timbre-bolland
dans la série Poste aérienne. Dessin de Christophe Drochon
    À tant de mérites, Adrienne Bolland joint une parfaite éducation. Elle est la fille de l’écrivain sportif Henri Bolland. A vingt ans, cette jeune fille, qui est bien de son époque, à la fois pratique et aventureuse, dut songer au moyen de gagner sa vie. Quel métier choisir, où il n’y eût pas déjà de l’encombrement ? Pilote d’avion ? Pourquoi pas ? Là, du moins, elle ne rencontrerait pas de rivalités féminines ! Elle se présenta donc à la maison Caudron, avec ce mélange d’audace et de timidité qui la caractérise ; six mois après, elle obtenait son brevet de pilote et, en février de l’an dernier, elle traversait la Manche toute seule, sur son G-3, par un vilain temps de brume. Elle montra, comme pour son raid argentin, une ténacité extraordinaire.
    Dès qu’il s’agit d’aviation, Adrienne Bolland témoigne d’une volonté d’acier, et ses nerfs sont forts aussi comme ceux d’un homme. Pour le reste, elle est très femme, très douce, coquette, sentimentale et semble un petit être très faible. Un mot la dépeint tout entière sous son double aspect. Le Chili, me disait-elle, est un pays où il y a peu de terrains d’atterrissage, mais, au contraire, beaucoup de grands champs broussailleux pleins de serpents. Or cela m’est égal de me « bigorner » et de mourir ; mais je ne voudrais pas être piquée par les serpents. J’ai tellement peur des serpents !

Et voilà , nous y sommes :


   Je viens de m’en apercevoir sur le P.C : Il est 3h 00 ! horloge

Qu’elles sont les conséquences / effets de ce changement ?

 

   Il y a des effets positifs dans ce changement, mais aussi des impacts négatifs.
Comme chaque année depuis 1976, on a eu droit au refrain : « Dans la nuit de samedi à dimanche, à 2 heures, il sera 3 heures ! ». Par cette phrase, on nous a annoncé le changement d’heure, le passage à l’heure d’été. Si l’heure d’été est habituelle pour les Français, ça ne l’est pas pour de nombreux pays dans le monde. 

    Le passage à l’heure d’été a été conçu pour économiser de l’énergie l’été en profitant des périodes de jour plus longues. Une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) publiée en 2010 a démontré que le changement d’heure provoquait :
  1 :Une consommation électrique plus importante le matin, notamment un pic à 06h00.
   2 : Une consommation beaucoup moins importante le soir, notamment entre 20h00 et 21h00.
     Concrètement, les foyers paient en moyenne un peu plus d’électricité le matin, mais économisent plus que cela le soir. Une heure d’éclairage en moins permet d’économiser approximativement 10 centimes d’euros. Selon cette étude faite avec les chiffres de 2009, la demande moyenne en électricité à 19h00 a été diminuée de 3,5 gigawatts, soit une économie annuelle d’énergie de 440 gigawatts/heure, principalement sur l’éclairage public, soit l’équivalent d’une année d’éclairage d’une ville de 800 000 habitants, par exemple Marseille.
    Mais ce changement d’heure n’est pas que positif. 54% des Français seraient en fait contre ce changement d’heure, seulement 19% étant par contre favorables. Le plus incroyable dans ce sondage, c’est que 59% ! ignorent que cela leur permet des économies d’énergie. 75% des personnes interrogées mettent surtout l’accent sur l’impact négatif sur « le sommeil, l’alimentation ou l’humeur ». Ce constat est d’ailleurs régulièrement confirmé  par des études sur l’impact du changement d’heure.
    La plus récente de ces études, réalisées par la Commission européenne l’année dernière, écrit que « la santé peut être affectée par le changement de biorythme du corps, avec de possibles troubles du sommeil et de l’humeur ». Une étude suédoise de 2008 constatait pour sa part « une augmentation statistiquement significative du risque de crise cardiaque » dans la semaine suivant le changement d’heure.
    ACHED, l’Association contre l’heure d’été double, évoque « des augmentations des accidents de la circulation » : en 1976, il y a eu 661 morts de plus sur les routes que lors de l’été 1975.
   Un rapport du Sénat, daté de 1997, fait pour sa part état que « le monde médical est très partagé sur l’existence de troubles imputables à l’heure d’été », indiquant tout de même que « 19% des médecins faisaient état d’une augmentation de la consommation de médicaments et particulièrement de tranquillisants, au moment du changement d’heure ».
     En fait, comme le soulève le dernier rapport de la Commission européenne, « les résultats sont souvent contradictoires » sur le sujet. Certains rapports suggèrent que le changement « améliore la sécurité routière », d’autres démontrent « une augmentation potentielle des accidents de la route à cause des troubles du sommeil ».
   Qui croire dans tout cela ? Une chose est en tout cas certaine, la Russie a arrêté de passer à l’heure d’été en 2011 en s’appuyant sur des rapports médicaux faisant état d’une augmentation des accidents de la route le matin, mais aussi parce que l’heure d’été créait « des problèmes de stress et de santé ».
La Russie n’est pas la seule à avoir suivi cette démarche. L’Ukraine et l’Égypte sont revenues en arrière, même si cette dernière a finalement réintroduit le changement d’heure en 2014. Dans le monde, ce sont environ 70 pays qui changent d’heure deux fois par an.
   À l’échelle de l’Europe, le changement d’heure est harmonisé depuis 1998, pour faciliter les communications et les transports.

çà s’est passé en mars………….


Il y a eu 332 ans le 22 /03/2019 :

Un  » couac  » de trop :

Ce 22 mars 1687 , le compositeur Jean Baptiste Lully  répète son  » fameux  » Te Deum …Soudain , un musicien fait une fausse note …Furieux , Lully , voulant frapper le sol avec sa canne se blesse au pied ! Un abcès se forma , le gangrène s’étend et le musicien meurt quelques semaines plus tard !

Ironie du sort : l’œuvre qu’il dirigeait était destinée à remercier Dieu de la guérison de Louis XIV , après une opération ….!

P.S : Né Giovanni Battista Lulli, Jean-Baptiste Lully est venu à monde à Florence le 28 novembre 1632. Arrivé en France à 13 ans, il intègre le service de la duchesse de Montpensier puis celle-ci le fait entrer dans sa « Compagnie des violons de Mademoiselle ». Frondeuse, elle tombe en disgrâce en 1652 et le roi Louis XIV engage Lully dans la « Grande Bande des Violons du Roi ». Il devient ensuite surintendant de la musique royale et composera un ballet dans lequel le Roi dansera et représentera le Soleil. Molière et Lully créeront le genre de la comédie-ballet dont « Le Bourgeois gentilhomme » et son ballet turc est un bon exemple. Bien qu’ayant largement contribué à la musique religieuse et de scène, il reste connu comme le vrai créateur de l’opéra français.

Vidéo  » le TE DEUM :

Un sourire…..


heu  » salé  » pour finir ………

C’est un type qui marche dans la rue et qui croise un de ses copains.
– Tiens salut ! Mais qu’est ce que tu transportes dans ces 2 grosses valises?
– Ouvre, tu verras.
Le type ouvre une des deux valises, et il y trouve une espècede gros insecte gluant, en fait, une mite géante.
– Qu’est-ce que c’est que cette bestiole ?
– Bah ! Tu vois bien, c’est une grosse mite.
– Ouais ! Et qu’est-ce que tu as dans l’autre valise ?
– Ouvre, tu verras bien. Le type ouvre la deuxièmevalise et là, il y a un gros nuage de fumée,puis un génie qui sort et qui lui dit :
– Fais un voeux et je l’exaucerais. Le type ne fait ni uneni deux, il demande :
– Je voudrais un milliard ! Alors, il lève la têteet il voit une fissure s’ouvrir dans le ciel et un gros truc tombe sur le sol : une grande table de billard !
– Hé ! Il est sourd ou quoi ton génie ? J’avaisdemandé un milliard, pas un billard!
– Et moi, tu crois que j’avais demandé une grosse mite?

Fanta SS ? !


  Le Fanta, cette boisson pétillante serait  100%   »made in troisième Reich  » :

   En 1940, guerre oblige, l’Allemagne est privée du sirop nécessaire à la fabrication du Coca-Cola,coca à cause du blocus du régime nazi par les Alliés. Un coup dur pour les 43 usines d’Allemagne qui produisent le populaire soda américain. Max Keith, responsable de la filiale germanique de Coca, invente alors un nouveau soda composé uniquement de produits disponibles en temps de guerre.

Fanta = la boisson de l’imagination :

La formule varie, mais on y trouve presque toujours de la pulpe de pomme (issue de la production du cidre). Keith baptise sa trouvaille Fanta et en fait la « boisson de l’imagination » (Fantasie, en allemand)

Humour ….noir ?


Macron consulte une voyante discrètement , 

La voyante :  » je vous vois dans  une longue voiture noire roulant sur les Champs Elysées ;  défiléla police qui ouvre le convoi à des difficultés pour se frayer un chemin dans une foule ivre de bonheur qui chante un avenir meilleur « 

    Macron jubile Macronet lui dit :  » Et moi , je réagis comment à tout cela ? « 

La voyante répond :  » Je ne vois pas , le cercueil et fermé « corbillard

P.S: Bien entendu ce billet est valable ( à mon avis ) pour TOUS hommes politiques ! 

 

 

Pfffffffffff!………


Depuis le 18/12 ( 2 jours /nuits avec 2 billets environ à chaque fois ) : AUCUN commentaire ! Des  » like  » çà !!!!! Oui !

 

Alors : J’arrête ( j’ai des choses plus importantes à faire ) , ou j’écris encore de temps en temps mais en bloquant commentaires et  » like  » 

Bye! 

Bonnes fêtes de fin d’année à vous.