En pensant à ma mère…..


Depuis le jour ou je suis né
Tu n’as pas cesser de m’aimer
Mais c’est pareil pour moi
Je ne peux pas vivre sans toi.
Saches que mon cœur, c’est l’espace
Et qu’ il y a plein de place
Et tout ça, c’est rien que pour toi
Pour que je te garde tout près de moi.
Tu es le soleil qui illumine ma vie
Tu es la lune qui éclaira mes nuits
Afin qu’il n’y ait pas d’ombre sur mon chemin
Et que je vive bien.
Tu es mon diamant
Tout en argent
Tu es mon trésor
Tout en or
Tu es la pierre la plus précieuse
Celle qui est la plus merveilleuse
Celle qui est la plus bleue
Et qui fait briller mes yeux.
Je pourrais réunir tous les éléments de la Terre
Afin de te reconstruire ton univers
Celui qui te fait rêver
Avec tes enfants à tes côtés.
Je pourrais amasser des pétales de roses
Pour te créer un bouquet grandiose.
Je pourrais inventer tous les dieux
Afin qu’ils exaucent tes vœux.
Maman, saches que je ne pourrais cesser de t’aimer
Tu es ma maman tant adorée.
Ils passent les
jours, je suis aussi âgé…
Mais ne passe pas mon amour

Souvenir….


Paroles :

Moi untel
Sous tous les cieux en toutes saisons
Quand s’allument les premiers néons
Je vais r’trouver mon grand patron
Le cirque
Moi untel
Perdu dans le flot des passants
Qui va vers lui je sens mon sang
Qui se réveille en le voyant
Le cirque

J’ai
Taille moyenne nez moyen
Signe distinctif néant
Et
Pour tous ces gens je ne suis rien
Et rien pour les petits enfants
Moi untel
On me regarde sans me voir
On ne rit pas de mes histoires
On s’en moque on est venu voir
Le cirque

Une table de maquillage
De l’or du rouge et puis du bleu
Il ne m’en faut pas d’avantage
Un’ ritournelle et les pleins feux
Et je deviens
Moi le clown
Dans mon costume de diamant
Sous le tonnerre étourdissant
De mille bravos je bondis dans
Le cirque
Moi le clown
Je joue du violon du saxo
Je fais des bonds je fais des sauts
A en crever le chapiteau
Du cirque


Je jongle avec dix mille étoiles
Signe distinctif géant
Et
Je vois briller toutes ces étoiles
Dans les yeux des petits enfants
Moi le clown
Je suis celui qui peut dev’nir
Le plus beau de leurs souvenirs
Un demi-dieu sur son navire
Le cirque

A minuit fini le miracle
Quand je regagne mon hôtel
Je suis redevenu untel
Untel jusqu’au prochain spectacle
Oui mais demain
Moi le clown
Dans mon costume de diamant
Sous le tonnerre étourdissant
De mille bravos j’entrerai dans
Le cirque

(ah les p’tits enfants vous êtes là)

Résultat d’images pour clown images

Pas de commentaire depuis plus de 5 jours : Je les bloque ….marin-francis08@outlook.com

Hommage ….


 » Kindred Spirits  »

Cette sublime sculpture rend hommage aux Amérindiens qui ont aidé l’Irlande pendant la Grande Famine :

Entre 1845 et 1852 , la récolte de pommes de terre en Irlande a été mauvaise et a provoqué ce qui est resté dans l’histoire comme une période nommée  » la grande famine  » …Environ un million de personnes sont mortes de faim et deux millions ont fui le pays .Cette crise est devenue une des plus importante migration de masse humaine et a déclenché de graves conséquences économiques .

L’aide humanitaire est venue du monde entier , mais un groupe de personnes s’est distingué par sa générosité :

En 1847 , au plus fort de la famine , le peuple Chactas , une tribu amérindienne originaire du sud est des Etats – Unis a collecté 170 dollars ( soit 4300 euros de nos jours ) .

L’argent a permis de fournir de la nourriture à de nombreux Irlandais affamés , et le don a également créé un lien très étroit entre les deux cultures , lien qui se poursuit encore aujourd’hui via le relations qu’entretiennent leurs membres ….

La petite ville de Midleton , située dans le comté de Cork , en Irlande ,abrite aujourd’hui une sculpture qui commémore la contribution des Chactas . Cette sculpture est baptisée  » Kinder Spirit  » ( Esprits solidaires en français )




Créée par l’artiste Alex Pentek ( le sculpteur )

Alex Pentek

, lui-même originaire de Cork, cette œuvre de six mètres de haut est faite d’acier inoxydable. Elle comporte une série de plumes métalliques géantes qui symbolisent les celles utilisées dans les cérémonies traditionnelles organisées par le Chactas.

Les pièces sont disposées en cercle pour représenter la forme d’un bol vide, une image particulièrement forte pour les Irlandais qui ont souffert de la famine.  » Je voulais montrer le courage, la fragilité et l’humanité dont ils ont fait preuve dans mon œuvre  » a déclaré Alex Pentek. ( En voyant la beauté du résultat, on peut dire son pari est clairement réussi ) .

Si le peuple Chactas a éprouvé autant d’empathie et de sympathie envers la population irlandaise de l’époque, c’est aussi car elle a connu le traumatisme de quitter sa patrie et son territoire.

En effet, 16 ans à peine avant la Grande Famine, le gouvernement américain a expulsé de force les Chactas de leurs terres et leur a ordonné de se réinstaller dans certaines régions de l’Oklahoma, ce qui a évidemment été vécu comme un réel traumatisme.

Chez la tribu, cet événement très difficile est appelé  » le sentier des larmes et de la mort  ». Et pour cause, des milliers de Chactas ont parcouru plus de 1 600 km à pied avec à peine de quoi se nourrir et le peu de biens qu’ils ont pu emporter. Pendant le périple, 4 000 personnes sont mortes de faim, de froid et de maladie.

 » Contact irlandais / indiens  » ( tapisserie )
La sculpture illuminée

________________________________________

Aujourd’hui encore, les relations entre les Chactas amérindiens et l’Irlande sont très fortes

Outre le somptueux monument métallique Kindred Spirits, d’autres exemples montrent que les Chactas et les Irlandais continuent de se soutenir mutuellement et prouvent que la fraternité entre ces deux peuples, malgré la distance qui les sépare, n’a jamais cessé :

En 1990, plusieurs dirigeants Chactas amérindiens  se sont déplacés en Irlande pour participer à la première marche annuelle contre la famine à Doolough, dans le comté de Mayo. Quelques années plus tard, en 1995, la présidente irlandaise Mary Robinson a rendu visite aux Chactas pour la remercier de leur aide précieuse.

Et en 2020, les Irlandais ont collecté près d’un million d’euros pour tendre la main à la Nation navajo pendant la pandémie de COVID-19. Il s’agit d’un territoire semi-autonome localisé dans le nord-est de l’Arizona qui constitue la plus grande réserve amérindienne aux États-Unis.

En tout cas, cela fait chaud au cœur de voir que les peuples et les Homme sont capables de s’entraider avec autant de vertus et de volonté !

Pour finir : Une vidéo

Peintures rupestres …….


Les hommes préhistoriques , peignaient…. dans un état second ?

J’ai lu que , selon une étude récente , les artiste du paléolithique supérieur se privaient consciemment / volontairement d’oxygène pour peindre leurs plus grandes  » fresques  » …

Pas besoin de drogue pour être créatif ! D’après une étude réalisée par des chercheurs de Tel-Aviv ,les hommes préhistoriques avaient trouvé une technique pour embellir , »magnifier  » (? pas sur que ce verbe existe lol ) leurs œuvres . En analysant des peintures issues de grottes situées en Espagne ou en France , les chercheurs ont observé que de nombreuses peintures avaient été réalisées dans des coins exigus ,difficilement accessibles et privés de lumière des grottes …Pourquoi se compliquaient ils ainsi la tâche ?

Un manque d’ oxygène entrainant hallucinations et euphorie

Les chercheurs ont observé que le taux d’oxygène pouvait diminuer de 18 / 20% en une quinzaine de minutes dans un grotte profonde et avec une seule entrée . Un manque d’oxygène pouvait amener à une situation d’hypoxie ( = une quantité insuffisante d’oxygène dans le sang )Or , si ce manque était , évidemment dangereux pour la santé , il pouvait aussi plonger les hommes dans un état altéré favorable à la création : En effet, le manque d’oxygène libère de la  » dopamine  » dans le cerveau …. Ce qui peut conduire à l’état d’euphorie et d’hallucination , un effet qui pourrait expliquer le choix des recoins exigus et sombres ( la torche allumée augmentait aussi le manque d’oxygène ).

Selon les chercheurs , les artistes ne choisissaient pas de peindre dans un  » état second  » pour exacerber leurs créativité et laisser leurs œuvres à la vue du reste de la tribu , mais plutôt pour  » entrer en connexion  » avec le cosmos ! ? …Et peut-être entrer en communication avec un autre monde . Les grottes n’étaient donc pas choisies au hasard puisqu’elles jouaient un rôle important dans les croyances de l’époque .

Les chercheurs en concluent que ce n’était pas les peintures qui donnaient un sens aux grottes mais qu’elles étaient plutôt choisies pour être peintes parce qu’elles voulaient dire quelque chose ……. ??????

Si quelqu’un a le courage de lire , et comprend quelque chose . Bravo !

KLIK……….A plus ….peut-être ….

La fin ????


J’ai régulièrement des  » notes  » de Word Press prévenant que ce blog va être  » inutilisable  » ( car pas payé ) …là la  » note  » dit :  »fralurcy.blog expires in less than 7 days!  » Dans 7 jours ..? Alors, j’espère que cet  » avertissement  » n’est pas valable pour mon autre blog sinon ..???

Bien sur , çà n’intéresse pas mes rares lecteurs , mais …..il y a tout de même quelques visiteurs assez fidèles alors , autant les avertir …

KLIK

1913: Quand Hitler,


Trotsky, Tito, Freud et Staline vivaient tous au même endroit …!!!

En janvier 1913, un homme dont le passeport porte le nom de Stavros Papadopoulos débarque du train de Cracovie à la gare du terminal nord de Vienne. De teint sombre, il arbore une grosse moustache de paysan et porte une valise en bois très basique.

L’homme qu’il est venu rencontrer, écrira des années plus tard :  » J’étais assis à table lorsque la porte s’est ouverte en frappant et qu’un inconnu est entré. Il était petit … mince … sa peau brun grisâtre couverte de marques de poches … Je n’ai rien vu dans ses yeux qui ressemblait à de la gentillesse. »

L’auteur de ces lignes est un intellectuel russe dissident, le rédacteur en chef d’un journal radical appelé Pravda (Vérité). Son nom ? : Leon Trotsky. En fait ,l ’homme qu’il décrit n’est pas que  » Papadopoulos  ». Né Iosif Vissarionovich Dzhugashvili, il est connu de ses amis sous le nom de » Koba  » et est maintenant connu sous le nom de Joseph Staline. Trotsky et Staline ne sont que deux des nombreux hommes qui vivaient dans le centre de Vienne en 1913 et dont la vie est destinée à façonner, voire à briser, une grande partie du XXe siècle.

C’est un groupe , un trio disparate. Les deux révolutionnaires, Staline et Trotsky, sont en fuite. Sigmund Freud , lui , est déjà bien établi. Le psychanalyste,  » exalté  » par ses adeptes comme l’homme qui a ouvert les secrets de l’esprit, vit et exerce sa profession sur la Berggasse ( rue au cœur de la ville , de Vienne ).

Le jeune Josip Broz, devenu plus tard célèbre en tant que leader de la Yougoslavie, le maréchal Tito, travaille à l’usine automobile Daimler à Wiener Neustadt, une ville au sud de Vienne, et cherche un emploi, de l’argent et des bons moments.….

Ensuite, il y a le jeune homme de 24 ans originaire du nord-ouest de l’Autriche, dont les rêves d’étudier la peinture à l’Académie des beaux-arts de Vienne ont été anéantis et qui loge maintenant dans une maison à Meldermannstrasse près du Danube, un certain Adolf Hitler .

Dans sa majestueuse évocation de la ville de l’époque,  » Thunder at Twilight  » , Frédéric Morton

( un écrivain juif autrichien qui a émigré aux États-Unis en 1940 ) imagine Hitler haranguant ses camarades de logement sur la morale, la pureté raciale, la mission allemande et la trahison slave, sur les juifs, les jésuites et les francs-maçons. :  » Son toupet se balançait, ses mains tachées de (peinture) déchiquetaient l’air, sa voix montait à un ton d’opéra. Puis, tout aussi soudainement qu’il avait commencé, il s’arrêtait. Il rassemblait ses affaires avec un cliquetis impérieux, (et ) filait dans sa cabine.  » 

L’empereur Franz Joseph, qui règne depuis les grandes révolutions de 1848, préside sur le palais de la Hofburg. ( résidence de la plupart des dirigeants de l’histoire de l’Autriche )

Son successeur désigné, l’archiduc François-Ferdinand, réside au Palais du Belvédère à proximité, attendant avec impatience le trône. C’est son assassinat l’année suivante qui déclenchera la Première Guerre mondiale.

En 1913 , Vienne est la capitale de l’Empire austro-hongrois, qui comprend 15 nations et bien plus de 50 millions d’habitants. A l’époque , Vienne était son propre type de bouillon de culture et attiraient les ambitieux de tout l’empire .

J’ai lu que : Moins de la moitié des deux millions d’habitants de la ville sont nés dans le pays et environ un quart venaient de Bohême (aujourd’hui l’ouest de la République tchèque) et de Moravie (maintenant l’est de la République tchèque), de sorte que le tchèque était parlé aux côtés de l’allemand dans de nombreuses situations .=> Une douzaine de langues étaient parlées dans l’empire ! Les officiers de l’armée austro-hongroise devaient savoir donner des commandements dans 11 langues en plus de l’allemand, dont chacune avait une traduction officielle de l’hymne national.

Ce mélange unique aurait créé son propre phénomène culturel, le café viennois.???? ( Une des origines de la légende se trouverait dans des sacs de café laissés par l’armée ottomane après l’échec du siège turc de 1683 ) .

La communauté intellectuelle viennoise était en fait assez petite et tout le monde se connaissait et … cela permettait des échanges à travers les frontières culturelles. Les discussions dans les cafés de Viennes favorisaient ,aidaient les dissidents politiques et ceux en fuite…..  »Si vous vouliez trouver un endroit où vous cacher en Europe où vous pourriez rencontrer beaucoup d’autres personnes intéressantes, alors Vienne serait un bon endroit pour cela  » écrit Charles Emmerson dans  » 1913 : A la recherche du monde avant la Grande Guerre  »

Résultat d’images pour charles emmerson photos
< ==== le livre

La communauté intellectuelle viennoise était assez petite et tout le monde se connaissait et … cela permettait des échanges à travers les frontières culturelles. Ceci favorisera les dissidents politiques et ceux en fuite.

Le Café Landtmann,

le  » repaire  » préféré de Freud, se dresse toujours sur le Ring, le célèbre boulevard qui entoure la ville historique d’Innere Stadt. Trotsky et Hitler quant à eux , fréquentaient le Café Central, à seulement quelques minutes de marche, où les gâteaux, les journaux, les échecs et, surtout, les conversations étaient les passions des clients.….Une partie de ce qui rendait les cafés si importants était que  » tout le monde  » y allait .Il y a donc eu une  » fertilisation croisée  » entre les disciplines et les intérêts, en plus ,les frontières qui sont devenues si rigides ensuite étaient très fluides.

La montée en puissance de l’intelligentsia juive et de la nouvelle classe industrielle, rendue possible par l’octroi ( taxes indirectes établies au profit des communes sur les objets et denrées destinés à la consommation locale ) de Franz Joseph en 1867 , et le plein accès aux écoles et aux universités viennent s’ajouter à tout cela ..

Un certain nombre de femmes ont également eu un impact.

Alma Mahler ( dont le mari compositeur est décédé en 1911) était également compositeur et est devenue la muse et l’amante de l’artiste peintre Oskar Kokoschka

Résultat d’images pour oskar kokoschka
Auto -portrait

et de l’architecte Walter Gropius.

Bien que la ville ait été et reste symbole de musique, de somptueux bals et de valse, elle avait un côté particulièrement sombre :Un grand nombre de ses citoyens vivaient dans des bidonvilles et en 1913, près de 1 500 Viennois se suicidèrent.?

Personne ne sait si Hitler a rencontré Trotsky ou si Tito a rencontré Staline. Mais des œuvres comme » le Dr Freud vous recevra maintenant, M. Hitler  » ( une pièce radiophonique de 2007 !? de Laurence Marks et Maurice Gran ) sont des images vivantes de telles rencontres.

Une grande partie de la vie intellectuelle de Vienne a été détruite par l’incendie qui a éclaté l’année suivante .

L’empire a implosé en 1918, tout en propulsant Hitler

Résultat d’images pour photos d'hitler jeune
Hitler jeune ?

, Staline

Résultat d’images pour staline en 1918 photo
Staline  » jeune  » ?

, Trotsky

Résultat d’images pour Léon Trotski
Trotsky  » jeune  » ?

et Tito

Résultat d’images pour Tito en 1918 photos
Tito ?

dans des carrières qui marqueront à jamais l’histoire du monde.!!!

KLIKKKKKKKKKKKKKKKKKKKKKKK!

pfffffff

Covid-19: des manifestations …….


….contre les restrictions en Europe. Des milliers de personnes se sont réunies dans plusieurs villes d’Europe ce samedi pour protester contre les restrictions en vigueur dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Ce samedi ,des manifestations ont rassemblé des milliers de personnes en Allemagne, en Suisse, en Grande-Bretagne, en Bulgarie ou encore en Autriche pour dénoncer la « dictature » des restrictions sanitaires contre la pandémie. Des heurts ont aussi éclaté avec la police dans la ville allemande de Cassel. Selon un porte-parole de la police locale ; dans cette ville du centre de l’Allemagne, entre 15.000 et 20.000 personnes ont participé à la manifestation. Les affrontements se sont produits quand des contestataires qui s’étaient retrouvés sur une place du centre, serrés les uns contre les autres, sans masques de protection, ont tenté de se frayer un passage à travers un cordon de policiers pour se joindre à d’autres mécontents. Les forces de l’ordre ont alors fait usage de gaz au poivre pour les disperser.

Il y aurait aussi eu des bagarres avec des contre-manifestants. Le police a accusé les manifestants d’ « attaques répétées » contre les secouristes. « Nous ne tolérons pas de telles attaques », a-t-elle ajouté sur Twitter, mettant prématurément fin au rassemblement en raison des violations des règles d’hygiène.

Alors que l’Allemagne avait pu procéder début mars à quelques assouplissements , lundi, la chancelière Angela Merkel et les dirigeants des 16 Etats régionaux (länder) se réuniront pour décider d’éventuelles nouvelles mesures .La manifestation de Cassel s’est déroulée à l’appel du mouvement « Querdenker » ou « Anticonformiste », qui a organisé plusieurs des plus grands rassemblements hostiles aux restrictions sanitaires en Allemagne depuis le début de la pandémie. Il fédère des membres de l’extrême gauche, des adeptes des théories du complot, des détracteurs de la vaccination ainsi que des partisans de l’extrême droite.

L’Allemagne a enregistré samedi 16.000 nouveaux cas de contamination et 207 morts de plus ( beaucoup d’autres villes ont connu des manifestations de ce genre , mais moins importantes ) …..

D’autres pays ont connu les mêmes manifestations  » anti – masque  » :

En Suisse, environ 5000 personnes ont manifesté dans la ville de Liestal (selon la police ). Certaines personnes brandissaient des pancartes sur lesquelles était écrit : « Ca suffit ! », « Les vaccins tuent ».

Tandis qu’un homme portait sur le visage l’inscription « Masque obligatoire, fermez votre bouche » « Les esclaves modernes portent un masque », pouvait-on lire sur plusieurs autres pancartes . Ils estiment que le gouvernement suisse a recours à des mesures « dictatoriales » pour imposer les restrictions sanitaires, comme la fermeture des restaurants et des bars. A Vienne, environ un millier de manifestants, dont certains d’extrême droite, ont défilé avant que la police ne les disperse, selon la presse autrichienne.

Et à Sofia, une manifestation anti-restrictions a rassemblé 500 personnes, beaucoup ne portant pas de masque.

Royaume-Uni, Pays-Bas, Suisse

A Londres, des milliers de personnes ont aussi défilé pour protester contre les restrictions sanitaires, après s’être rassemblées à Hyde Park. La police de la capitale britannique a indiqué avoir interpellé 33 personnes, majoritairement pour avoir enfreint les règles en vigueur depuis janvier, règles qui interdisent toute sortie sans motif autorisé … 

Aux Pays-Bas, où des émeutes avaient déjà eu lieu en janvier après la mise en place d’un couvre-feu, la police a fait usage de canons à eau pour disperser un groupe de 500 personnes rassemblées illégalement sur la place des Musées d’Amsterdam….

En Suisse, 5000 personnes environ ont manifesté dans la ville de Liestal, selon la police. Certaines brandissaient des pancartes sur lesquelles était écrit : « Ca suffit ! », « Les vaccins tuent ».

A Sofia, une manifestation anti-restrictions a rassemblé 500 personnes, beaucoup d’entre elles ne portaient pas de masque.

Basil Zaharoff…..


.…..richissime  » marchand de mort  » de la Belle Epoque

B.Zaharoff ?

Le  »tortueux  » marchand d’armes Basil Zaharoff (1849-1936) fut l’un des hommes les plus riches du monde. Il fut perçu par les médias des années 1920 /30 jusqu’à sa mort comme l’archétype du  » profiteur de guerre  » , commerçant avec toutes les puissances européennes.

Il parait que dans  » L’Oreille cassée   »(1937), album des aventures de Tintin, on peut voir le personnage de Basil Bazaroff, marchand d’armes qu’on voit paisiblement vendre des canons au San Theodoros du général Alcazar, avant d’aller faire la même chose dans le pays rival, le Nuevo Rico.( Je n’ai pas souvenir de cet album ) . Ce Basil Bazaroff ne serait autre que l’homme d’affaires Basil Zaharoff, décédé en 1936, dont Hergé a reproduit l’apparence (moustache, barbiche, canne, chapeau) et a à peine modifié le nom……

Pendant l’entre-deux guerres, le  » mystérieux  » et richissime industriel dont la biographie est alors semée de zones d’ombre, a été rendu immensément célèbre par les médias, qui ont fait de lui l’archétype du  » marchand de mort  » et du  » profiteur de guerre  » responsable du massacre de 1914-18. La vie de ce personnage redoutablement cynique, reconstituée en 2019 par l’historien Tristan Gaston-Breton

Résultat d’images pour tristan gaston-breton

dans le livre ‘

‘Basil Zaharoff, l’incroyable histoire du plus grand marchand d’armes du monde  », fut extrêmement romanesque…..

Issu d’une famille grecque de Constantinople un temps exilée en Russie pour échapper aux pogroms anti-Grecs, Zaharoff est né en 1849 dans l’Empire ottoman, où il mena une jeunesse aventureuse. Peu à peu , il s’éleva dans les sphères économiques et politiques, c’est dans les années 1880 qu’eut lieu son premier coup d’éclat , lorsqu’il parvient à vendre le sous-marin Nordenfelt à la fois aux Grecs, aux Turcs et aux Russes !!

A la fin du XIXe siècle , il entre au conseil d’administration de la Vickers, un des géants de l’industrie de l’armement britannique, Zaharoff vend par ensuite navires de guerre, sous-marins, pièces d’artillerie et mitrailleuses aux puissances européennes. La Première Guerre mondiale va lui permettre d’accroître considérablement sa fortune et son influence, jusqu’à faire de lui le premier marchand d’armes au monde et l’un des hommes les plus riches de la planète. …..C’est à cette époque que les journaux vont s’intéresser très fréquemment à lui, lui attribuant une influence aussi décisive que souterraine sur les grands événements internationaux de l’époque, et forgeant peu à peu un véritable mythe autour de lui. Il personnalise alors, presque à lui seul, le profil du milliardaire tirant dans son propre intérêt les ficelles du pouvoir européen.

Début  octobre 1921, dans le journal conservateur Le Matin, son nom apparait dans un article sur les relations franco-turques. Henry de Jouvenel y qualifie Basil Zaharoff d’  » homme mystérieux de l’Europe  » et de  » financier cosmopolite ,  riche de plus d’un milliard  », évoquant ses liens avec Georges Clemenceau dont il a recruté le fils ( Michel Clemenceau ) pour la Vickers .

Extrait de l’article :

 » Pour mystérieux qu’il soit, M. Basil Zaharoff n’est pas un inconnu en France. Avant la guerre, il comblait de ses dons nos instituts reconnaissants. Une fois, il acheta un journal, qui n’était politique qu’à demi ; cela passa pour une fantaisie de mécène. Pendant la guerre, il fonda une agence destinée à renseigner la presse française, ce qui était le plus habile moyen de l’inspirer et de la diriger.

Le premier à s’en alarmer fut, je crois, M. Clemenceau. A l’arrivée au pouvoir de ce dernier, M. Zaharoff fut menacé comme d’autres. L’affaire s’arrangea a merveille, puisqu‘il reçut, à quelques jours de là, la grand-croix de la Légion d’honneur.  »

___________________

Trois ans plus tard, le même journal raconte son mariage, à 74 ans, avec  » une grande d’Espagne  », la duchesse de Villa-Franca de los Caballeros, au cours d’une cérémonie au château de Balincourt, dans le Vexin.

Les mariés !

La même année, Zaharoff défraye la chronique en tentant de racheter la principauté de Monaco pour l’offrir à sa femme.!!!!! ( Le Rocher connait alors avec de multiples problèmes financiers ). Mais malgré les pressions multiples exercées sur Louis II de Monaco

Résultat d’images pour louis ii, prince of monaco
Louis II ?

?? !, les négociations échouent. L’épouse de Zaharoff décède dix-huit mois après leur mariage, l’industriel, terrassé par la nouvelle, renonce alors à son projet.

 Le journal  »l’Intransigeant  » revient sur cet événement fin mars 1926 et en profite pour publier un nouvel article sur le destin de celui qu’il qualifie d’  » homme le plus riche du monde  » ( titre également décerné à la même époque à l’américain Rockefeller

Résultat d’images pour john d. rockefeller
Rockefeller ?

. A nouveau , le journal insiste sur l’influence politique supposée de Zaharoff, qui fuit systématiquement les journalistes .

Le Petit Journal publie encore sur lui en 1932, le surnommant  » le roi de Sheffield  » :

Extrait de l’article :

 » Basil Zaharoff a dépassé Carnegie, il a fait mieux que les Krupp. Toujours invisible, il entendit imposer sa force sur le chaos de notre époque. Au sommet de la politique britannique, au-dessus même de l’Intelligence Service, il aurait pu jouer ouvertement le rôle d’un nouveau Disraéli, ce juif qui vint des ghettos portugais pour forger l’Empire ; il pouvait dépasser le deuxième apôtre des Britons, le vieux Joe Chamberlain, le marchand de vis de Birmingham.

Sir Basil Zaharoff, le faiseur et le défaiseur des troupes balkaniques, entendit demeurer, précis et impénétrable, l’homme d’affaires. Et c’est en cela que sa personnalité reste inoubliable.  »

_____________________

Zaharoff, qui vit désormais reclus à Monaco, fascine la presse, mais il est aussi l’objet de vives critiques. Comme dans l’article  consacré par Jean Huteau

Résultat d’images pour jean huteau
J.Huteau ( jeune )

aux très opaques  » industries de la mort  » dans Les Cahiers des droits de l’homme du 30 juin 1932 :

L’article ( extrait )

 » L’industrie et le commerce des armements , par suite, la préparation à la guerre et la guerre elle-même , fournissent, à un petit nombre d’hommes, d’énormes profits. C’est ainsi que l’illustre Sir Bazil Zaharof, sans ressources aux débuts de sa carrière, courtier international d’artillerie à partir de 1875, directeur de la Vickers après l’écrasement des Boers, tout-puissant dans l’industrie internationale en 1914, devint multimilliardaire (… ).

Il n’est pas douteux que Zaharof a exercé une influence secrète et considérable, qu’il était  » le pourvoyeur de tous les charniers du monde« , et qu’à chaque homme tué correspondait pour lui un accroissement de fortune (…).

Est-il moralement tolérable que les massacres internationaux procurent une telle fortune, une telle puissance à ceux qui en fournissent les armes ?  »

Même chose dans le magazine de tendance communiste Regards  : En juillet 1934, il dénonce  Zaharoff dans un article intitulé  » Ceux qui encaissent  ». Un texte consacré aux manœuvres auxquelles se livrèrent les puissantes industries européennes de l’acier (Schneider, Krupp, Vickers…) avant la Première Guerre mondiale :

Lorsqu’il meurt le 27 novembre 1936, à 87 ans, la presse reconstitue sa biographie en y intégrant parfois des éléments fantaisistes .L’Aube écrit par exemple : 

 » Mais est-ce bien le vrai Zaharoff qui vient de mourir ? En septembre 1933, une information anglaise nous apprenait sa mort. Le lendemain un démenti venait de France, il se reposait dans son château de Balincourt.

Un journal américain envoya un de ses collaborateurs en Europe pour éclaircir ce mystère ; ce dernier rapporta ce témoignage : Sir Basil Zaharoff serait enterré depuis longtemps et c’est un autre homme qui, sous son nom, aurait continué à diriger les diaboliques intrigues des marchands de canons. Mais je crois que ce dernier trait n’est qu’une légende et que le ciel bleu de Monte-Carlo a bien reçu hier matin le dernier soupir de l’homme le plus mystérieux du monde.  »

Basil Zaharoff sombra peu à peu dans l’oubli. Il servit de source d’inspiration à Hergé

, mais aussi à un autre artiste : Orson Welles

Afficher l’image source

, qui fonda sur lui le personnage de Gregory Arkadin, marchands d’armes richissime et inquiétant, dans son film de 1955  »Dossier secret  ».