Emmanuel Macron en « slip kangourou » :


……nouvelle affiche polémique dans le Var : L’afficheur du Var, qui avait notamment représenté le chef de l’Etat en Adolf Hitler, a récidivé ce week-end. Cette fois-ci, Emmanuel Macron est montré en slip kangourou…!!!!!

Après le képi et la perruque… Le slip. L’homme qui placarde des affiches sauvages d’Emmanuel Macron a frappé une nouvelle fois ce week-end, rapporte » Le Figaro  ». Au mois de juillet dernier, cet homme, qui se fait appeler Flori Michel-Ange sur les réseaux sociaux, avait grimé le chef de l’Etat d’une moustache semblable à celle d’Hitler , puis avait affiché cette photo à la Seyne-sur-Mer (Var) et à Toulon (Var). D’autres images avaient suivi, notamment avec le képi du maréchal Pétain ou la perruque de Louis XVI.

Cette fois-ci, toujours sur un panneau publicitaire, le visage du chef de l’Etat a été transposé sur la photo d’un homme torse-nu, portant un slip kangourou. L’image est une nouvelle fois visible dans le Var, aux abords de la ville de Toulon. Après avoir réagi à la politique vaccinale et au pass sanitaire, l’auteur de ces images fait directement référence à la crise des sous-marins entre la France, l’Australie, les Etats-Unis et l’Angleterre. Il accompagne sa photo d’une phrase moqueuse : « Le kangourou de son éminence », en référence aux sous-vêtements masculins font la forme rappelle la poche des kangourous.

Condamné le 18 septembre dernier à 10.000 euros d’amende pour  » injure publique  » par le tribunal correctionnel de Toulon, Michel-Ange Flori ne semble pas avoir fini de faire parler de lui. Invoquant le droit à l’humour, l’afficheur a décidé de faire appel.!!

M.A Flori .
Résultat d’images pour emmanuel macron en slip kangourou image
L’affiche ?

Pourquoi l’hôtel Florida à Madrid fut célèbre ?


A première vue, l’hôtel Florida, à Madrid, était un hôtel de luxe assez semblable aux autres. Mais, durant la guerre civile espagnole, il servit de lieu d’hébergement aux intellectuels antifascistes, souvent venus de l’étranger, et aux correspondants de guerre. D’où sa célébrité.

Un hôtel de prestige ….

L’hôtel Florida ?

Inauguré en février 1924, l’hôtel Florida s’élevait en plein centre de Madrid, non loin de la Gran Via, l’une des artères principales de la ville, dont le tracé n’était pas complètement achevé.

Son architecte, à qui l’on doit de nombreuses constructions madrilènes, n’avait pas » lésiné  » sur le marbre qui ornait la façade.

L’hôtel avait en effet, tout d’un palace : Ses 200 chambres étaient, pour l’époque, à la pointe du confort. Chacune disposait d’une salle de bain, de toilettes et du téléphone. Et l’hôtel était doté du chauffage central.

Cet hôtel prestigieux fut rasé en 1964. Sur son emplacement, on construisit des grands magasins.

Le lieu de rendez-vous des intellectuels antifascistes :

Les journalistes qui couvraient la guerre civile espagnole, qui dure de 1936 à 1939, avaient l’habitude de descendre à l’hôtel Florida. On y trouvait aussi bien le correspondant de la « Pravda », l’organe du parti communiste soviétique, ou de journaux anglais ou américains, comme le « New York Times » ou le « Daily Telegraph ».

Dans les couloirs, ils croisaient des intellectuels aux sympathies antifascistes, qui se donnaient eux aussi rendez-vous à l’hôtel madrilène.

On y trouvait ainsi Ernest Hemingway

, qui venait là en compagnie de Martha Gellhorn, sa maîtresse et future épouse, journaliste elle aussi. Dans une nouvelle écrite à l’hôtel Florida, l’écrivain décrit le fracas des bombardements qui, à intervalles réguliers, secouaient la ville.

André Malraux

Malraux

fréquentait aussi l’hôtel. Entre autres raisons, il était venu en Espagne pour former, avec des volontaires internationaux, la fameuse escadrille Espana, qui prit sa part dans les luttes de la guerre civile.

Animé par ses convictions de gauche, George Orwell

Résultat d’images pour george orwell,photos
Orwell .

, l’auteur de « 1984 » ne venait pas seulement en Espagne pour écrire des articles. Les armes à la main, il participait aux combats, logeant de temps à autre, lui aussi, à l’hôtel Florida.

Insolite :


Cette femme a vécu avec tous ses organes à la mauvaise place jusqu’à 99 ans !

Rose Marie Bentley aurait passé toute sa vie avec ses organes à la mauvaise place, jusqu’à l’âge de 99 ans, sans jamais le savoir. Une découverte inédite pour les médecins !

Insolite : cette femme a vécu avec tous ses organes à la mauvaise place jusqu'à 99 ans !

L’histoire inédite de cette Américaine a créé un  » bazar  » dans le monde médical : 

Un corps monté anormalement

Avant son décès, cette Américaine avait décidé de léguer son corps à la Science. Un geste charitable pour faire avancer la médecine. C’est alors que des élèves en médecine ont fait une découverte surprenante lors dela dissection du cadavre. Les étudiants en médecine de  »l’Oregon Health and Science University  » ont dû, dans le cadre de leur cours, disséquer le corps de Rose Marie Bentley.

À leur grande surprise, ce dernier présentait une malformation extrêmement rare que l’on appelle « situs inversus » avec lévocardie . Lorsqu’un des étudiants a ouvert la cage thoracique de cette Américaine afin d’en examiner l’intérieur, les médecins étaient stupéfaits : “Son estomac était à droite. Son foie, qui devrait être situé plutôt à droite était majoritairement à gauche. Sa rate était du côté droit […] et le reste de son tube digestif était également inversé”, a expliqué Nielsen, l’un des élèves en médecine.

Une chance sur 50 millions de tomber sur ce cas !!

Rose Marie Bentley est bel et bien une exception ! Le professeur des élèves en médecine a déclaré : « À mon avis, les chances de trouver une autre personne comme elle, sont de l’ordre d’une sur cinquante millions ». En effet, cette maman de cinq enfants avait une vie tout à fait normale et n’a jamais montré un effet négatif dû à la malformation de ses organes.

Le « situs inversus » avec lévocardie est une anomalie congénitale qui désigne l’inversion, dans une position en miroir, des viscères et organes. Le cas de cette nonagénaire, qui a vécu plus longtemps que la moyenne, a finalement permis aux médecins d’en découvrir davantage sur la Science.

Les petits secrets de Walt Disney…..


……… le génie de l’animation

1/ Petit, il se lève avant l'aube pour livrer les journaux

1/ Petit, il se lève avant l’aube pour livrer les journaux

Si l’univers Disney regorge de contes de fées, l’enfance du petit Walt n’en est pas un. Le quatrième fils d’Elias Disney et de Flora Call né en 1901 à Chicago connaît les coups de martinet et les fins de mois difficiles. Après la faillite de l’entreprise de bâtiment familiale, les Disney ont dû déménager dans une ferme du Missouri. Portier, vendeur de bonbons… Le jeune Walt multiplie les petits boulots. A 7 ans, il se lève chaque jour à 3 heures du matin, pour livrer les journaux avec Roy, son frère aîné. Le peu de temps qu’il lui reste, il dessine. Des animaux, beaucoup, et partout : sur les murs de la ferme et même sur du papier toilette2/ Il tient à ses racines normandes

2/ Il tient à ses racines normandes

Cette icône de l’Amérique a du sang français ! Ses lointains ancêtres sont des seigneurs normands venus d’un village du Calvados, Isigny-sur-Mer, Hugues Suhard et son fils Robert, partis à la conquête de l’Angleterre en 1066 aux côtés de Guillaume le Conquérant. Les deux d’Isigny s’y installent. Leurs descendants émigreront en 1834 aux Etats-Unis.

Leur nom devient d’Isny puis Disney. Ces racines, le dessinateur n’en est pas peu fier ! Elles vont influencer son univers, des chaumières de Blanche Neige qui rappellent la région de ses aïeux, au château de la Belle au bois dormant : son blason est inspiré des armes de la Normandie. Quant aux restaurants de ses parcs d’attractions, ils servent du beurre… d’Isigny.

3/ Il falsifie ses papiers pour aller à la guerre

3/ Il falsifie ses papiers pour aller à la guerre

En 1917, Walt Disney a 16 ans et une obsession : gagner la guerre. Le jeune patriote quitte l’école pour rejoindre son frère Roy qui se bat en France. Mais il est recalé par l’armée. Trop jeune. Qu’à cela ne tienne ! L’adolescent falsifie son passeport et se fait recruter par la Croix-Rouge. Débarqué au Havre le 12 novembre 1918, au lendemain de l’Armistice, il va conduire des ambulances – qu’il décore de ses dessins – dans les Vosges mais aussi à… Marne-la-Vallée. C’est sur ces terres qui ne sont alors qu’un immense champ de betteraves, que le jeune Américain s’embourbe un jour de 1919 avant d’être recueilli par le garde-barrière du coin. Soixante-treize ans plus tard, le 12 avril 1992, Disneyland Paris est inauguré à Marne-la-Vallée. Les héritiers Disney ont préféré cette ville discrète à Barcelone.

4/ Il s’est fait voler son lapin

4/ Il s’est fait voler son lapin

L’empire Disney a démarré dans un garage ! Celui de son oncle Robert, à Hollywood, en 1923. C’est ici que les frères Walt et Roy jettent les bases des futurs Studios Disney. Quelques camarades pour aider, des heures de travail incalculables… Le succès arrive vite : son premier personnage, Oswald le lapin chanceux, est un carton. Créé en 1927 avec le dessinateur Ub Iwerks, le héros à longues oreilles est porté à l’écran par Universal Pictures. Mais le distributeur, qui en détient les droits, le confie bientôt à d’autres studios… Voilà Walt dépossédé de sa mascotte !

5/ C'est un piètre dessinateur

5/ C’est un piètre dessinateur

Le pape de l’animation n’est pas doué en dessin, même si enfant, il a pris des cours au Chicago Art Institute. Peu à peu, il délègue cette tâche à ses talentueux artistes, les Imagineers. Son génie se situe dans sa créativité sans limites. « Je ne peux pas rester en place. Il faut que j’explore et que j’expérimente », confie-t-il. En 1928, il sort le premier dessin animé parlant : une révolution ! Quatre ans plus tard, il est le seul, brevet Technicolor en poche, à réaliser des dessins animés en couleur. Avec Blanche Neige et sa caméra multiplane, il sera même un précurseur de la 3D… dès 1935 !

6/ Il interdit barbe et moustache à ses employés

6/ Il interdit barbe et moustache à ses employés

 » L’homme est dans la forêt.  » Cette citation empruntée à Bambi, les employés du groupe l’utilisent entre eux comme un code signifiant :  » Le patron arrive. Remettez-vous au travail !  » C’est qu’on ne plaisante pas au pays enchanté de Disney. Avec l’implacable Walt, pas de femmes dans l’animation car, répond-il à une postulante :  » Elles ne font pas de travail créatif.  » Intraitable, le grand chef interdit à son personnel barbe et moustache quand il en arbore fièrement une depuis ses 25 ans. Cet interdit provoque même une grève ! Un mouvement qui n’est rien comparé à celui de 1941 : pendant cinq semaines, un millier de salariés l’accusent de les sous-payer. Pour celui qui voit son entreprise comme une grande famille et ne veut pas qu’on l’appelle Monsieur mais Walt, c’est l’incompréhension. Et une blessure telle qu’il en fera une dépression.

7/ Sans sa famille, il s'effondre

7/ Sans sa famille, il s’effondre

C’est au travail qu’il a rencontré sa future épouse en 1924. Lillian Bounds est alors intervalliste (  » les petites mains ‘de l’animation  » ) aux studios Disney. Tous les soirs, Walt ramène  » Lilly  » chez elle, dans son vieux pick-up. Un an après, ils se marient : elle sera la seule femme de sa vie et l’un de ses plus grands soutiens. Son autre pilier, c’est Roy. L’ancien banquier maintient l’entreprise à flot quand l’artiste de la famille risque la faillite avec ses grands projets. Pour Steamboat Willie ( qui rend célèbre Mickey ), Disney se sépare de sa voiture pour 400 dollars. A la fin de Blanche Neige (1935), il est au bord de la ruine. Quant à Disneyland (1955), il le finance avec la vente de sa maison de vacances et en hypothéquant son entreprise !

8/ Il connaît des échecs… mais se relève toujours !

8/ Il connaît des échecs… mais se relève toujours !

L’un de ses ratés les plus retentissants ?  » Fantasia  ». A sa sortie, en 1940, les spectateurs désertent les salles au bout de vingt minutes. Un flop. L’idée de Disney ( démocratiser la musique classique ) était pourtant belle et audacieuse.  » Maintenant, le caviar, c’est terminé. On revient aux choses simples  », tranche, amer, le cinéaste. Il n’aura pas plus de succès avec Alice au pays des merveilles. En 1951, l’adaptation du livre de Lewis Carroll ne passe pas : en Angleterre, la presse se déchaîne et le public boude le film. Pas de quoi abattre Disney :  » Pour réussir, travailler dur, ne jamais abandonner et surtout chérir une obsession magnifique.  »

9/ Il a des rapports troubles avec les nazis

9/ Il a des rapports troubles avec les nazis

En 1937, son frère Roy rencontre à Berlin Joseph Goebbels, le ministre de la Propagande d’Hitler, pour la promotion de Blanche Neige –(que le Führer va adorer ). L’année suivante, c’est Walt en personne qui accueille la cinéaste d’Hitler, Leni Riefenstahl, quelques jours seulement après les terribles pogroms de la Nuit de cristal, alors que tout Hollywood   tourne le dos à l’Allemande. Fin 1941, changement de ton : les Etats-Unis ont rejoint les Alliés. Une partie des studios sert de dépôt d’armes et des dessins animés de propagande sont produits pour l’armée. Dans  » Der Fuehrer’s Face  » , sorti en 1943, on voit Donald cauchemarder qu’il vit sous le joug du IIIe Reich et le cartoon s’achève avec un jet de tomates mûres à la face d’Hitler. On distribue même des badges de Mickey pour remonter le moral des troupes et son nom sert de code lors du Débarquement.

10/ Il a une planque à Disneyland

10/ Il a une planque à Disneyland

C’est en regardant ses filles Diane et Sharon tourner dans un carrousel que Disney a une idée révolutionnaire : un parc d’attractions inspiré de son univers où parents et enfants pourront s’amuser ensemble. Disneyland ouvrira le 17 juillet 1955 en Californie. Une chambre, une salle de bains, une kitchenette… Caché dans le toit de la caserne des pompiers, sur Main Street, un appartement modeste reçoit les visites régulières d’« Oncle Walt ». Depuis la fenêtre de son bureau, il épie la foule, guette ses réactions. Il lui arrive de mettre la main à la pâte, qu’il s’agisse de distribuer des poussettes ou de piloter un bateau à vapeur !

11/ Farouchement anticommuniste, il balance au FBI

11/ Farouchement anticommuniste, il balance au FBI

C’est un film aux abonnés absents sur la jeune plateforme de streaming Disney +. Depuis sa sortie en 1946, Mélodie du Sud dérange. Dans ce long métrage, une plantation de coton, d’anciens maîtres… et une accumulation de clichés racistes à la gloire de l’esclavage. Walt Disney est un farouche conservateur. Il rêve d’une Amérique comme celle du début du XXe siècle – Main Street à Disneyland est à cette image – débarrassée de tout communiste ! Selon Philippe Videcoq qui a adapté ses dessins animés en français, « plus il avançait en âge, plus il était pro-Américain, et même hostile à toute idée venue de l’Est. » En pleine guerre froide, ce maccarthyste zélé va jusqu’à dénoncer les dirigeants syndicaux de son entreprise mais aussi ses confrères qui fricoteraient avec l’ennemi. Il aurait même vendu Charlie Chaplin   au FBI.

12/ Il veut bâtir une cité futuriste idéale

12/ Il veut bâtir une cité futuriste idéale

Au début des années 1960, Walt Disney a un nouveau rêve : une ville utopique et futuriste dédiée à la créativité. Son nom ? Epcot ( » Prototype expérimental d’une communauté de demain  »). Passionné d’urbanisme, l’entrepreneur veut construire sa cité idéale en Floride, près d’un Disneyworld alors en chantier. Un dôme géant pour réguler le climat, des énergies renouvelables, la part belle aux piétons… Son but ? Que cette ville parfaite et ses 20 000 habitants influencent le reste du monde, ni plus ni moins ! Emporté à 65 ans en 1966 par un cancer des poumons ( il brûlait trois paquets de cigarettes par jour ) Disney ne verra pas son projet se réaliser. Il faudra attendre 1996 pour que surgisse des marais, à quelques kilomètres d’Orlando, Celebration. Une ville privée fondée par la Walt Disney Company mais qui tient plus du refuge pour riches que de la cité avant-gardiste.

La petite histoire de la grande …


….. Chef de l’Eglise catholique, le pape Pie II serait aussi l’auteur d’un livre amoureux, relatant en détails l’amour passionnel entre une jeune mariée et son amant. Comment le souverain pontife s’est-il retrouvé auteur de littérature érotique ?

Le jour où le pape Pie II a écrit un livre érotique
Vatican ?

 1 – Pape et écrivain : les deux vies de Pie II

40 Facts About the Borgias, One of History's More ...
Pie II ?

(Pie II, de son nom de naissance Enea Silvio Piccolomini, et généralement connu dans la littérature sous son nom latin Æneas Sylvius, fut le 210ᵉ pape de l’Église catholique )

  2 – « Ô noble poitrine » : le livre érotique du pape  3 – Pie II, plus conservateur qu’il n’en a l’air 

Deux vies en uneLes écrits libertins, suggestifs voire même érotiques ont accompagné la naissance de la littérature, bien avant l’apparition de  » la collection Harlequin  ». Durant l’Antiquité, le poète latin Ovide est l’auteur d’une véritable initiation à la séduction avec L’Art d’aimer. Plusieurs centaines d’années plus tard, en plein Moyen-Âge, les romans courtois de Chrétien de Troyes font office d’initiation à l’amour. Au XVIIIe siècle, c’est Pierre Choderlos de Laclos qui publie ses Liaisons dangereuses, correspondance épistolaire entre deux libertins du siècle des Lumières .

« Ô noble poitrine » : le livre érotique du pape :

Ecrite en 1444, l’Histoire de deux amants imagine la rencontre entre une jeune bourgeoise mariée et un membre de la suite du duc d’ Autriche, de passage dans la ville de Sienne. Fous amoureux l’un de l’autre, les deux jeunes gens échangent des missives parfois enflammées, par le biais d’un intermédiaire qui garde leur secret. Cette histoire d’amour s’achève brutalement avec le départ de l’amant pour son pays d’origine, qui contraint la jeune mariée à retrouver son mari jaloux. Voici un extrait de l’œuvre de Pie II, cité dans une étude disponible en ligne.

« Qu’il y a-t-il de plus beau, de plus resplendissant que ce corps ? […] Ô noble poitrine, ô seins qui s’offrent à la caresse, est-ce vous que je touche, vous que je tiens, vous sur lesquels tombent mes mains ? Ô douces formes, ô corps parfumé, est-ce bien toi que je tiens ? »

« O suaves baisers, o douces étreintes, o morsures coulantes comme miel ! »

çà s’est passé un 8/07 ……..


8 juillet 1853

Le  » commodore  » Perry débarque au Japon

Le 8 juillet 1853, le commodore Matthew Perry apporte à l’empereur du Japon un message d’amitié du président américain Franklin Pierce. En fait d’amitié, il s’agit d’une injonction à se soumettre.!!!!!

Les Japonais, qui s’étaient jusque-là tenus à l’écart des affaires du monde, se laisseront-ils assujettir comme, avant eux, les Chinois et la plupart des autres peuples d’Asie ?..Un message d’amitié en forme de menace

Le commodore (capitaine de vaisseau commissionné) s’inquiète auprès du gouvernement japonais des mauvais traitements qu’ont eu à subir des marins américains naufragés sur les îles japonaises.

Ses quatre  » bateaux noirs  », surnommés ainsi parce qu’ils utilisent du charbon et crachent de la fumée, provoquent un grand émoi chez les Japonais. Ces derniers prennent conscience de leur retard sur les  » Barbares  » d’Occident.

Il faut dire que l’archipel est soumis depuis 1603 aux  »shôguns  » de la famille Tokugawa . Ces maires du palais ont relégué l’empereur, le tenno (ou taino), dans un rôle religieux et honorifique. Ils ont dompté les grands seigneurs féodaux, les daimyo. Ils ont fermé l’archipel aux influences étrangères, avec interdiction quasi-générale d’entrer ou de sortir du pays… De ce fait , les Japonais mesurent mal les changements techniques et intellectuels qui se sont produits dans le monde et en particulier en Occident au cours des 250 dernières années.

Au cours d’une seconde visite, le 13 février 1854, le commodore Perry commande sept navires de guerre, dont quatre à vapeur. Il se fait menaçant et exige du shôgun qu’il ouvre les ports japonais aux navires de commerce et aux baleiniers américains.

Le shôgun s’incline et ses représentants signent un traité le 31 mars 1854 à Kanagawa par lequel ils garantissent le rapatriement des éventuels naufragés. Ils consentent aussi à ouvrir les ports de Shimoda et Hakodaté aux navires de commerce battant pavillon américain. Ils offrent enfin aux États-Unis un statut de faveur et accueillent en 1856 un premier consul américain, Townsend Harris.

( Harris )

Dans les années suivantes, le Royaume-Uni et les principales puissances européennes réclament et obtiennent des privilèges équivalents.

Les Japonais les plus lucides comprennent qu’ils doivent adopter rapidement les principes et les techniques des Occidentaux s’ils ne veulent pas être colonisés comme leur voisin chinois. D’autres préfèrent s’en prendre directement aux Occidentaux et se laissent entraîner à de sanglantes émeutes.

C’est le début d’un long conflit entre les réformistes et les conservateurs, ces derniers étant conduits par le shôgun. Il se termine en 1867 par la victoire des premiers et le renvoi du shôgun.

Le jeune empereur Mutsuhito

Mutsuhito

 (15 ans !) prend lui-même le pouvoir et entreprend à marches forcées de réformer le Japon. Il va en faire le premier pays industriel non occidental.

Pour finir :


Pourquoi Georges Sand s’appelait  » George  »


Comme moi ,vous ne le saviez peut-être pas mais la romancière s’appelait en réalité Amantine Aurore Lucile Dupin. Pourquoi a-t-elle choisi ce nom ? La réponse, ici. En bonus, quatre infos à connaître sur cette femme de lettres à la pensée et aux écrits avant-gardistes.

Changer de nom pour pouvoir être publiée

Son pseudonyme naquit de la volonté de semer le trouble quant à son identité pour augmenter ses chances d’être publiée dans un univers de l’édition alors résolument masculin. En 1831, elle choisit d’adopter le prénom George, féminin méconnu de Georges, et y ajoute “Sand”, diminutif de “Sandeau”, nom de Jules, son amant de l’époque.

Défendre le droit des femmes au divorce

Engagée dans la lutte pour l’égalité hommes – femme, la romancière marque son époque par ses engagements politiques forts. Elle défend le droit au divorce et encourage les femmes à prendre le contrôle de leur vie financière et sexuelle. Des idées visionnaires acclamées et encensées par ses amis écrivains parmi lesquels Hugo et Balzac.

Lancer la mode  » garçonne  »

Comme elle l’explique dans son roman  »Histoire de ma vie  », la robe et les talons, d’usage pour une femme, ne lui conviennent pas. Ni pratiques, ni confortables. Alors, George Sand décide d’adopter la redingote. La mode masculine pour femmes est lancée.

Pour un temps journaliste au Figaro

Romancière, George Sand s’essaye aussi au journalisme. Elle participe notamment au lancement de trois journaux: La Cause du peuple, Le Bulletin de la République, et l’Éclaireur. En 1831, c’est au Figaro qu’elle est engagée. Quelques mois seulement avant la sortie de son premier roman à succès, Indiana.

Amante enflammée d’Alfred de Musset

De Musset
Résultat d’images pour georges sand
G.Sand

Elle entretient de 1833 à 1835 une histoire des plus tumultueuses avec le poète Alfred de Musset. Cette histoire, digne d’un roman, elle l’écrira quelques années plus tard, et la publiera, en 1859, sous le titre de Elle et lui. Engagée pour l’égalité, elle l’était aussi pour la passion.

çà s’est passé le 20 juin 1492…..


…..il y a 529 ans !

Martin Behaïm

réalise le premier globe terrestre :

À Nuremberg, le 20 juin 1492, soit quelques semaines avant la découverte du nouveau monde  par les Européens, le cartographe et navigateur Martin Behaïm achève la réalisation du premier globe terrestre… Ce globe, d’un diamètre d’environ 50 centimètres, est aujourd’hui conservé dans sa ville natale.

La rotondité de la Terre, mise en évidence deux mille ans plus tôt, ne fait alors de doute pour personne. Il faudra néanmoins attendre un demi-siècle de plus pour comprendre avec Copernic qu’elle tourne autour du Soleil et n’est qu’une planète parmi d’autres

Ronde, la Terre ?

Bien que très doués en astronomie, les Sumériens, qui vivaient en Mésopotamie 3000 ans av. J.-C., se représentaient la Terre comme un disque plat posé sur un océan sans limite.

C’est seulement au Ve siècle av. J.-C., au temps de Périclès, que des philosophes grecs, tels que Pythagore de Samos et Parménide, commencent à se représenter la Terre sous la forme d’une sphère, cette représentation leur apparaissant cohérente avec la courbure de l’horizon.

Vers 230 av. J.-C., l’astronome et mathématicien Eratosthène confirme avec brio la rotondité de la Terre et, qui plus est, mesure sa circonférence avec une remarquable précision.

Dans un premier temps, il repère au solstice d’été le moment où le soleil est à son zénith et atteint le fond d’un puits à Syène (aujourd’hui Assouan, en Égypte),

Dans un deuxième temps, le même jour de l’année, au même moment, il mesure à Alexandrie, à un millier de kilomètres plus au nord, l’ombre portée par un bâton.

Connaissant la distance entre les deux villes et négligeant la différence d’inclinaison des rayons du soleil, il en déduit avec une remarquable précision que notre planète a une circonférence de 250.000 stades, soit pratiquement 40.000 km, valeur aujourd’hui admise. ( De la Géographie de Ptolémée à Imago Mundi )

La Géographie de Claude Ptolémée, un Grec d’Alexandrie (90-168), reprend les conclusions des savants antérieurs. Grâce à cet ouvrage bien connu des érudits du Moyen Âge, la rotondité de la Terre va être enseignée dans les Universités occidentales dès le XIIIe siècle et il n’y aura guère que des religieux sectaires ou des ignorants pour la nier ou l’ignorer.

En 1410, le théologien français Pierre d’Ailly publie un ouvrage de cosmographie appelé à une grande diffusion : Imago Mundi. Sans cesse réédité et enrichi pendant tout le XVe siècle, cet ouvrage synthétise la vision médiévale du monde.

Selon  » Imago Mundi  », les terres émergées, toutes regroupées dans la moitié nord du globe terrestre, sont entourées d’un immense fleuve, la  » mer Océane  ». Il est parsemé d’îles dont chacune a une singularité, avec des habitants tels que les Pygmées, les Cyclopes, les Cynocéphales (hommes à tête de chien), les anthropophages etc. L’équateur marque la limite au-dessous de laquelle il est impossible aux hommes d’accéder .Erreur féconde

À l’époque de Christophe Colomb , les érudits, marins et géographes connaissent aussi bien Imago Mundi que la Géographie de Ptolémée. Ils s’interrogent seulement sur la largeur de la  » mer Océane  » qui est censée séparer l’Europe de l’Asie.

Or, Ptolémée, dans sa célèbre Géographie, a retenu pour la circonférence de la Terre une valeur nettement inférieure à celle d’Ératosthène, de l’ordre de 180.000 stades ou 33.000 km.

Sur cette base, l’astronome florentin Paolo Toscanelli réalise, en 1468, à l’attention du roi du Portugal, une carte qui montre l’Europe séparée de l’Extrême-Orient par un océan de seulement 10.000 km de large, avec en son milieu une île mythique du nom d’Antilla !

Cela va induire en erreur Christophe Colomb : en sous-estimant gravement la distance qui sépare, à l’ouest, l’Europe de l’Extrême-Orient, le navigateur génois va oser entreprendre le voyage qui l’amènera à découvrir un Nouveau Monde.

Insolite…..


L’aigrette ardoisée ou héron noir chasse en formant un parapluie de son corps

L’aigrette ardoisée, Egretta ardesiaca, ou héron noir possède une technique de chasse particulière puisqu’elle forme un parapluie de son corps afin de faire une ombre sur l’eau.

Une technique appelée  » canopy feeding  »chez les anglo-saxons extrêmement rusée puisqu’elle attire les petits poissons à la recherche d’un abri, les amenant finalement à leur mort.

Ce parasol a également l’avantage de réduire l’éblouissement à la surface de l’eau pour l’échassier, lui donnant une meilleure vue pour aller attraper une pitance qui se croit en sécurité.

Si les pattes jaunes de ce héron africain sont également utilisées pour distraire les cibles, c’est principalement l’utilisation de cette ombre corporelle qui est privilégiée pour se nourrir.

Former un parapluie de son corps pour tromper les proies est certainement une technique sournoise mais elle est surtout très efficace.

Journée des….


…..familles !

La journée internationale des familles est fêtée le 15 mai ….. Elle a été proclamée par l’O N U dans la  » résolution  » du 20 septembre 1993 .

Cette journée est censée montrer l’importance de la famille et de sa situation? pour la communauté internationale ?

A cette date, des programmes télé ,des conférences devraient mettre en évidence les problèmes qui touchent les familles !

Et les familles sont encouragées à passer la journée ensemble , à faire des  » choses  » ensemble …….

Une Famille

N.B : Encore faut il avoir une famille …..Si oui , que les membres soient en bonne entente ( ce qui n’est pas mon cas par ex. )..

Bref : Une débilité de plus ( comme toutes ces journées de…ceci ou cela )

KLIK …