Cette nuit:R.A.S ….


…..envie de rien alors….PAUSE …..

souvenir

1970 : Le Noël de la famille Sturm  ( des  » cas semblables existent toujours !)

La famille Sturm qui vit depuis plusieurs années dans un autobus aménagé au cœur du bidonville du Bras-Favé à Conflans-Sainte-Honorine. Le père, ancien marinier, a préféré débarquer en 1966 pour vivre avec sa femme et ses neuf enfants. Parents et enfants nous racontent leurs conditions de vie difficile dans cet autocar acheté chez un ferrailleur. Quelques mois après ce reportage de Raymond Meyer, les Sturm seront relogés et la télévision retournera les voir. La famille passait alors son premier Noël dans une vraie maison.

Vidéo :

Pour l’instant : Télé ….


Le souvenir de toi ….

En 1944, à Auschwitz.Tomasz Limanowski, un prisonnier polonais, et Hanna Silberstein, une jeune juive, tombent amoureux. Quand il apprend qu’Hanna est enceinte, Tomasz met au point un stratagème pour s’enfuir du camp avec elle. Le couple découvre que la propriété familiale de Tomasz est réquisitionnée par la Wehrmacht. Le jeune homme décide de rejoindre le maquis. A son retour, sa mère lui apprend qu’Hannah est morte.

Film tiré d’une histoire vraie ! Le souvenir de toi - Anna Justice - critique du téléfilm

A tout à l’heure ….peut-être ..

https://video.lefigaro.fr/tvmag/video/le-souvenir-de-toi-vf-diffuse-le-22-01-21-a-20h55-sur-arte/

Tout le monde s’en fiche …mais…


Le salaire de la peur, film d’aventures mythique de Henri-Georges Clouzot, diffusé ce soir à 23h25 sur France 3, aurait été tourné en Provence. On se croirait en Amérique latine !

Palme d’or à Cannes et Ours d’or à Berlin en 1953,  » Le salaire de la peur  » , diffusé ce soir sur Arte, est l’œuvre la plus noire, la plus cruelle et la plus désespérée d’ Henri-Georges Clouzot ..

Le film : À Las Piedras, une ville frontière d’Amérique latine, quatre Européens acceptent une mission suicide pour payer leur billet d’avion de retour : Jo et Mario, deux Français ( Ch. . Vanel et Yves Montand ) Luigi, un Italien (Folco Lulli), et Bimba, un Allemand (Peter van Eyck) doivent transporter en camion de la nitroglycérine pour souffler l’incendie d’un puits situé à 500 kilomètres. Contre les 2 000 dollars proposés par la compagnie pétrolière, ils entament un  » voyage au bout de l’enfer  ».

_____________________________

Voyage de noces en Amérique latine ..

Ce serait à l’occasion de son voyage de noces au Brésil avec Vera Clouzot  

, que le cinéaste a eu l’idée d’adapter le roman de Georges Arnaud paru en 1950 ( le film est d’ailleurs le premier film où la jeune femme apparait devant la caméra de son époux. Il la dirigera à nouveau dans  »Les Diaboliques  »et  » Les Espions  » ) . Bien que l’action se situe dans une contrée imaginaire d’Amérique Centrale, l‘équipe du film a créé l’illusion de ces paysages… en Camargue. Le tournage s’est déroulé intégralement en Provence, où les nombreux décors ont été reconstitués. Las Piedras, ville fantôme et prison à ciel ouvert, dont tous rêvent de s’échapper est une pure invention : elle a été construite par l’équipe d’Henri-Georges Clouzot en Camargue, à 25 kilomètres de Nîmes, avec de fausses maisons, un faux cimetière, de faux immeubles et une rue principale cabossée pour l’occasion.

Le refus politique d’Yves Montand :

J’ai lu qu’au départ, le film devait se passer au Guatemala. Mais un voyage à Rio quelque temps avant, aurait convaincu Yves Montand et Simone Signoret de la misère régnant en Amérique Latine et Montand refuse donc d’aller y tourner, Le cinéaste lui propose alors l’Espagne, mais la réponse est la même à cause du régime franquiste. C’est la raison pour laquelle le film est réalisé dans le sud de la France où la bambouseraie d’Anduze avec sa végétation luxuriante donne l’illusion parfaite de la forêt tropicale. Ce thriller à couper le souffle donnera lieu à un excellent remake intitulé Le convoi de le peur signé W Friedkin en 1978 …

________________________

extrait ( Montand et Vanel )

Voir aussi , si e cœur vous en dit : ( merci Soumeya )

https://wordpress.com/read/blogs/45349667/posts/14952

C ‘était il y a environ …..


95 ans :

Le 26 janvier 1926 :

Naissance de la télévision :

John Baird présente sa télévision (1925)Le mardi 26 janvier 1926, des membres de la Royal Institution assistent à la première séance de télévision véritable.

En réalité , ce n’est que d‘une petite image animée en noir et blanc de 30 lignes verticales, mais elle permet de distinguer clairement la silhouette d’un personnage transmise à partir d’un émetteur situé dans la pièce voisine. !

La séance a lieu à Londres au 22 Frith Street, dans le laboratoire de l’inventeur ,John Logie Baird

Résultat d’images pour john logie baird

(38 ans) , un ingénieur et entrepreneur écossais . Après de longues recherches, il avait présenté une première fois son procédé en octobre 1924 dans le magasin Selfridges, sur Oxford Street, mais le résultat avait été trop médiocre pour être pris en considération.

Un long chemin :

La télévision de John Baird est l’aboutissement d’une longue chaîne d’innovations : Tout commence en 1875 quand l’Américain G. R. Carey suggère l’emploi du sélénium, un matériau dont la résistivité varie en fonction de l’éclairement, pour la transmission d’images à distance. Quelques années plus tard, en 1883, l’Allemand Paul Nipkow

Résultat d’images pour paul gottlieb nipkow

invente et fait breveter un disque tournant analyseur d’images, le   » télescope électronique  » . John Baird s’en servira pour son dispositif.

Le mot télévision lui-même apparaît  »avant la chose  », en 1900, lors de l’Exposition universelle de Paris !

En 1923, le chercheur américain d’origine russe Vladimir Zworykin

Résultat d’images pour Vladimir Zvorykin

invente une caméra électronique (l »’ iconoscope  ») à l’origine de la télévision électronique et le 18 novembre 1929, alors qu’il travaille pour Westinghouse, il présente le premier récepteur de télévision entièrement électronique. Enfin, en concurrence avec John Baird, l’inventeur américain Charles Francis Jenkins

Résultat d’images pour Charles Francis Jenkins

fait en juin 1925 une démonstration publique de transmissions d’images animées selon un principe similaire à base de disque tournant analyseur d’images.

En juillet 1928,  » l’infatigable  » John Baird procède à de premiers essais de télévision en couleur. Enfin , un peu plus tard , le 30 septembre 1929, il effectue en association avec la BBC (la radio britannique) les premières émissions régulières télévisées à partir de l’émetteur de Daventry.

<</>>

Connection limitée ( faute de paiement )..alors..


Ce soir télé :

 »Les brigades du tigres  » => la bande à Bonnot .

Du 3 au 27 février 1913, se déroulait le procès de la « bande à Bonnot » dont le leader, Jules Bonnot était tombé sous les balles de la police quelques mois plus tôt

Gangsters ou Anarchistes ?

Au début de l’été 1907, les grèves dans le Midi viticole se multiplient. C’est dans ce climat social mouvementé que la bande à Bonnot va émerger. Pour Jules Bonnot, la revendication seule ne suffit plus, il faut agir contre son ennemi juré : la société bourgeoise. A cette époque, toute forme d’expression libertaire est interdite et surtout sévèrement réprimée. Les anarchistes, syndicalistes sont surveillés de près. Mais la bande à Bonnot était-elle vraiment l’expression de l’illégalisme anarchiste ? Jules Bonnot : simple voyou ou vrai anarchiste ? Ina.fr revient sur une affaire qui a fait parler nombre d’artistes et d’historiens spécialistes de l’anarchie

Jules Bonnot

Entre 1906 et 1907, Jules Bonnot s’exerce à l’ouverture des coffres forts tout en ouvrant comme « couverture » deux ateliers de mécaniques à Lyon.  La nuit, il se transforme en truand avec son bras droit : Platano. En 1910, Bonnot se rend à Londres et entre en qualité de chauffeur au service de Sir Arthur Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes ! C’est à son retour de son périple anglais que lui vient l’idée de « moderniser » sa technique de vols. Il est le premier à utiliser l’automobile dans l’arsenal du crime. Ce qui va lui donner, pendant quelques mois une suprématie certaine sur la police peu équipée en véhicules. C’est d’ailleurs pour lutter contre ce nouveau style de criminalité que Georges Clémenceau

Résultat d’images pour georges clemenceau

 va créer la fameuse brigade du tigre qui utilisera la traction avant. 

Le premier coup

C’est le 21 Décembre 1911 que débute véritablement la saga de la « Bande à Bonnot » qui tiendra en haleine toute la France et ridiculisera la police démunie devant la rapidité et la mécanique de leurs automobiles. 
Ce jour-là, vers 9h du matin, Bonnot, Garnier, Callemin et un quatrième larron décident de s’attaquer au garçon de recette de la Société Générale, rue Ordener à Paris .C’est donc la première fois qu’une voiture est utilisée pour un braquage .. Le butin est plutôt maigre : des titres et seulement 5000 francs en espèce. Le garçon de recette, lui, est gravement blessé. Le lendemain la bande fait les gros titres de la presse. Traqués, les braqueurs errent dans Paris, sans évasion possible. D’autres se joignent à eux, comme René Valet et Soudy.

Edmond Locard, le créateur de la police scientifique de Lyon, évoque la bande à Bonnot et Jules qu’il connut bien. Il raconte ses propres souvenirs sur cette bande, qui inventa « le vol à fusillade ». Selon lui, Jules Bonnot n’était pas anarchiste mais aimait le faire croire car il comptait ainsi être envoyé au bagne et éviter la guillotine. « C’était un voleur et un assassin ». Il raconte sa fin. Il évoque le garage de Bonnot et son outillage près de Lyon qu’il perquisitionna. Il évoque la maîtresse de Bonnot et le mari de celle-ci, témoin consentant de cette liaison, qui sont tous deux passés aux Assises. Parmi les complices, « c’est le seul à avoir été condamné aux travaux forcés alors que le pauvre, n’avait qu’un seul défaut… celui d’être cocu !« 

https://www.programme-television.org/jwplayer/embed/2501006/externe

malaise à la télé ….


   Ce mercredi 19 juin, c’est un gros malaise qui s’installe sur le plateau des 12 coups de midi. Ce jour-là, un candidat en fauteuil roulant tente de répondre à une question pour le moins déplacée et qui vise directement son handicap.

   Originaire de Saint-Pierre de Varennes en Saône-et-Loire, le participant a survécu à un terrible accident de moto. Mais désormais, il se retrouve handicapé et, est obligé de se déplacer en fauteuil roulant. Une histoire qui a bien évidemment touché le présentateur qui lui aussi, avait survécu à un terrible accident en deux roues.

   Et ce jour-là, il affronte Lucas pour un duel en tête-à-tête. Rapidement, la production enchaîne les questions dont une qui provoque un véritable malaise sur le plateau :  » Dans le Nouveau Testament, qui dit à un infirme mendiant devant la belle porte du Temple  »Lève-toi et marche » ?

  Devant l’énoncé de la question, Sébastien se met à rire nerveusement et Jean-Luc Reichmann tente de sauver la situation. Rapidement, il s’adresse à la production des 12 coups de midi, avec une pointe d’ironie :  » Vous qui êtes en fauteuil, on est en plein dedans là (…) Là, l’ordinateur a été au top du top. »
   Évidemment, le candidat acquiesce et Paul ne peut s’empêcher de rire nerveusement à son tour. Il faut dire qu’il connaît exactement la problématique du handicap et de la différence. Atteint du syndrome d’Asperger, il finira par expliquer :  » Ça me fait rire que la question soit posée à Sébastien. Mais j’espère pour lui qu’un jour, il pourra se lever et marcher  »  Très touché par cette remarque, Sébastien lui répond gentiment : « Ça va être compliqué mais c’est gentil, merci Paul »

 

Le garçon au pyjama rayé


Le garçon en pyjama rayé affiche

Affiche du film .

     J’ai regardé ce film à la télé ce soir ….Bien sur , l’histoire est disons  »  invraisemblable  » . Mais quoiqu’on en dise , je trouve cette histoire / fiction à la fois horrible mais aussi touchante : Le fils d’un nazi auquel les parents disent que le camp de concentration est un  » camp de vacance  » , qui se lie d’amitié avec un enfant juif du camp , lui donne de qui manger en cachette après qu’il lui ait expliqué que le camp n’a rien d’un  » camps de vacance  »…..fini par obtenir la même tenue ( le pyjama rayé  ) pour entrer dans le camp où il finira gazé comme son ami ……
bref résumé :
   En rentrant un jour de l’école, Bruno apprend qu’il doit quitter Berlin, car son père a reçu une promotion dans son travail. Celui-ci, un officier nazi remarqué par Adolf Hitler, est envoyé en Pologne pour diriger un camp d’extermination : Auschwitz. Toute la famille doit alors déménager en Pologne. Bruno, lui, est très triste, car il doit quitter ses amis, sa maison qu’il aime tant, ainsi que Berlin. Arrivé dans sa nouvelle maison, Bruno n’a qu’une seule envie : rentrer. La nouvelle maison est triste et lugubre, et il s’y ennuie…   Jusqu’au jour où il va apercevoir quelque chose d’étrange, derrière une épaisse forêt. Il voit des baraquements, un sol poussiéreux, des soldats, mais encore plus bizarre : des gens qui sont tous habillés de la même façon : d’un pyjama rayé. Peu de temps après, poussé par sa curiosité et son envie ardente d’exploration, Bruno va échapper à la surveillance de ses parents, traverser la grande forêt et se rendre au camp. En s’approchant de la clôture de barbelés, il rencontre un enfant juif de huit ans, comme lui, qui s’appelle Shmuel, et, malgré la clôture de barbelés qui les sépare, un dialogue va naître, avant de laisser place à une inébranlable amitié…
.. Basé sur le best-seller de John Boyne du même nom, Le Garçon au pyjama rayé est un drame poignant et bouleversant, qui présente la Seconde Guerre mondiale à travers les yeux innocents d’un petit garçon.

 

Pourquoi je regarde ce genre de film ?
1) Parce qu’il ne faut pas oublier ( Ces idées, ces théories racistes reviennent aujourd’hui , des partis » officiels » comme le F.N les prônent à nouveau )
2) Parce que celui-ci montre que certains Allemands ne savaient pas
3) Parce que c’est une formidable histoire montrant l’innocence des enfants devant la folie des adultes et….C’est une fiction ( bien entendu ) qui décrit une très belle amitié ……

çà s’est passé il y a ………


69 ans !

Le 24 février 1950

    Ce jour là était diffusé à la télévision française  ,sur l’unique chaine ,le tout premier direct. Le réalisateur, Claude Barma , l’un des pionniers de la télévision de l’époque, avait choisi de donner à voir une pièce de théâtre très classique, « Le Jeu de l’amour et du hasard » – c’est donc la pièce de Marivaux qui a été retransmise en direct sur l’unique chaîne de télévision, depuis la Comédie-Française, à Paris.

 

  69 ans plus tard, le direct à la télévision n’a plus rien d’exceptionnel.

Pour les chaînes d’information en continu c’est même un incontournable. Un incontournable dont la pertinence a été mise en doute  par le CSA. Les sages du conseil supérieur de l’audiovisuel se sont émus notamment de la couverture de certains  attentats  par les chaînes de télévision, qu’ils ont accusées d’avoir potentiellement mis en danger les vies des otages.
   Pour leur défense, les chaînes de télévision ont mis en avant leur droit à informer, leur sens des responsabilités, et le fait que la Police ne les avait pas empêchés de filmer.  ( Ou quand droit à l’information, et rétention de l’information s’affrontent,  » en direct  » lol .)