Pour finir….


……un léger sourire : ( richesse de la langue française )

 » Quand t’as plus un radis , plus de beurre à mettre dans les épinards ni de piment dans ta vie , tu te dis que les carottes sont cuites , que c’est la fin des haricots , tu te prends le chou pour un rien , t’as du sang de navet et la tête comme une citrouille tu ne te mêle même plus de tes oignons , bref , tu en as gros sur la patate ;t’es tout juste bon à bouffer les pissenlits par la racines . Je ne vous raconte pas de salades ! J’ai beau avoir un petit pois dans le ciboulot et avoir un cœur d’artichaut , je ne suis pas né de la dernière pluie .Alors, plutôt que faire le poireau comme un cornichon , je préfère appuyer sur le champignon .Quoi ? Je n’fais pas l’ poids ? Chiche ?

 » La complainte du légume  » lol

Limitation de vitesse….en 1865 :drapeau rouge !


Pour limiter les dangers de l’automobile naissante, le  » Red Flag Act  » de 1865 limitait en Angleterre la vitesse à 6 km/h et exigeait la présence d’un piéton muni d’un drapeau rouge marchant à 50 mètres devant le véhicule. Cette série de mesures instaurées par le parlement britannique portait également le nom de Locomotive Act,( le mot locomotive désignaient tout véhicule motorisé ) .

On craignait que ces véhicules, de plus en plus utilisés de manière agricole ou pour le transport quotidien, n’effraient les chevaux, causent des accidents mortels, bloquent les voies étroites et perturbent la tranquillité nocturne. Comme on pensait qu’il serait responsable de la dégradation rapide des routes et des voiries ,ce nouveau type de véhicule était aussi fort taxé . Mais, on démontra rapidement que, possédant de meilleurs freins, qui ne bloquaient pas les roues, les voitures à vapeurs avaient très peu d’impact sur le délabrement des routes, contrairement aux sabots des chevaux

L’obligation du piéton accompagnateur fut supprimée en 1896, sous la pression de passionnés d’automobiles comme Harry John Lawson

Résultat d’image pour Harry John Lawson. Taille: 122 x 160. Source: alchetron.com

.(  un concepteur de bicyclettes britannique, coureur cycliste et pionnier de l’industrie automobile. Dans sa tentative de création et de contrôle d’une industrie automobile britannique, Lawson a lancé la  » Daimler Motor Company »  à Londres  en 1896. Il a ensuite commencé à produire à Coventry .)

Lawson a organisé la journée de promotion du pilotage en 1896, aujourd’hui commémorée chaque année par la course entre Londres et Brighton  sur le même parcours.

L’origine des corbillards…..


.…..nés de la peste et des bateaux de Corbeil.

Certains n’ont jamais pris l’avion. D’autres, peut-être, ne voyageront jamais en bateau…

….Mais il y a un véhicule que nous emprunterons tous , pour notre dernier voyage : le corbillard…..

Je me suis demandé d’où venait ce nom étrange de  »corbillard  » ? En espagnol, en italien, on parle de  »voiture funèbre  » C’est logique. En néerlandais et en allemand, c’est une  »voiture à cadavre  » . Ça fait un peu froid dans le dos, mais c’est tout aussi logique. Alors qu’en français, il faut aller chercher du côté de Corbeil, une petite ville aux portes de Paris.

Corbeil ( qu’on appelle aujourd’hui Corbeil-Essonnes ), est située à une trentaine de kilomètres au sud de Paris.  L’ Essonne se jette dans la Seine à Corbeil. Et c’est grâce à ce confluent que la petite localité s’est développée, il y a bien longtemps. La population du coin profitent de l’énergie hydraulique pour faire fonctionner de nombreux moulins.

Dès le XIIe siècle, les moulins de Corbeil

Résultat d’images pour images '' moulins de corbeil ''

sont » moulins royaux  ». À Corbeil, on fabrique donc de la farine, avec les céréales produites dans la Beauce et la Brie voisines, qui sont des régions très fertiles. On fabrique également du pain. Et tout cela se vend à Paris. L’acheminement de ces marchandises jusqu’à Paris est très facile . Soit par la route, une ancienne voie romaine qui deviendra plus tard la Nationale 7 chère à Charles Trenet lol .

Ou ( c’est encore plus facile ) par la Seine, qu’il suffit de descendre jusqu’au cœur de la capitale. Pour ça , on utilise des coches

Résultat d’images pour coches bateaux à fond plat images
coche ??? ( pas sur )

, des bateaux à fond plat spécialement conçus pour la navigation fluviale et le transport de marchandises.
Et comme il n’y a évidemment ni voile ni moteur, ces bateaux sont halés, c’est-à-dire qu’ils sont tractés par des chevaux qui marchent sur le chemin de halage.

Dès le XIIIe siècle à Paris, , on a pris l’habitude de surnommer ces bateaux de Corbeil  » les corbillats  » . Ils arrivent dans la capitale pleins à craquer et ils repartent généralement vides… Jusqu’au moment où survient cette grande épidémie de peste que l’on va appeler  » la peste noire’’.

En novembre 1347, la peste est signalée dans le port de Marseille. En janvier, elle est en Avignon. En juin, à Bordeaux. Et le 20 août 1348, on observe des cas de peste à Paris. Ça commence avec quelques frissons, un mal de tête, puis on voit apparaître des pustules, des bubons et l’on en meurt dans les 36 heures. Il faut évacuer les pestiférés. La peste bubonique va tuer pratiquement la moitié de la population européenne. À Paris, cela fait des dizaines de milliers de morts, des cadavres qui s’entassent dans les rues sans que personne ne sache plus comment ni où les évacuer.

C’est alors qu’on pense aux corbillats, les bateaux de Corbeil qui rentrent chez eux à vide. Ils sont réquisitionnés pour sortir de Paris les corps des victimes de la peste, probablement dès 1348 et dans d’autres épisodes d’épidémie par la suite. C’est ainsi que, peu à peu, on va donner le nom de  »corbillat  » puis  »corbillard » aux véhicules transportant les morts.

Il y a le  » corbillard des villes  » et le » corbillard des champs  »… Ce dernier, n’est le plus souvent une simple charrette à bras. En ville, le cercueil est plutôt posé sur un chariot à quatre roues. Et si on meurt dans les beaux quartiers, il est surmonté d’un baldaquin. À moins que le corbillard ait carrément des airs de calèche, tiré par un ou deux chevaux.

Le premier corbillard motorisé : Il circule bien loin de Corbeil, à Chicago, le 15 janvier 1909. Ce jour-là, on enterre Wilfred Pruyn dont on dit qu’il avait été chauffeur de taxi. Si c’était le cas, il aurait été bête qu’il s’en aille avec une voiture à cheval ! Son cercueil est donc fixé sur le toit d’une automobile. La formule rencontre un tel succès qu’elle ne tarde pas à se généraliser. Toutes les grandes marques automobiles conçoivent leur corbillard. Comme dit Brassens

Résultat d’images pour brassens images

, avec une petite pointe de regret pour les funérailles d’antan où les corbillards avançaient cahotant :  » Maintenant, les corbillards à tombeau grand ouvert emportent les trépassés jusqu’au diable vauvert  ».

_______________________

Explication en vidéo :

Concours Lépine !


Mr Lépine !

Qui était ce monsieur ?

Louis Jean-Baptiste Lépine, né à Lyon le 16/08/1846 et mort à Paris le 9/11/1933 à 87 ans ), est un avocat et homme politique français ,préfet de police , inventeur de la brigade criminelle !!! et plus connu pour avoir inventé le  Concours Lépine. Il est également le créateur du musée de la préfecture de police ! en utilisant les pièces qu’il avait fait réunir pour l’exposition universelle de 1900 et qui présentait déjà cette administration au public.

 Fils d’un comptable , il fait ses études à Lyon, Paris et Heidelberg  . Il a un frère ainé, Raphaël , qui devint par la suite un physiologiste de renom et a connu une belle carrière professionnelle dans le domaine de la médecine expérimentale.

C’est quand éclate la guerre franco-allemande de 1870 qu’il termine ses études de droit …Pendant la guerre , il  » s’illustre  » et est décoré de la médaille militaire ….Alors qu’il est préfet de la Loire, le 6 décembre 1891, un coup de grisou coûte la vie à 62 mineurs et jette la consternation dans Saint-Étienne. Il prend place dans la première benne descendue au secours des victimes et parcourt les galeries incendiées empestées encore d’un air toxique. C’est à cette occasion qu’il reçoit la médaille d’or de sauvetage

Après les émeutes de 1883 au quartier latin ,  , il est nommé préfet de police de Paris ! Cette année-là, il crée un service centralisé de collecte des objets trouvés ….De 1897 à 1899, il effectue  » une courte parenthèse  » comme Gouverneur général de l’Algérie , où il doit faire face aux émeutes anti-juives qui ont lieu dans la colonie depuis 1895 et augmentent un temps à cause de l’affaire Dreyfus .( Il est rappelé comme préfet de police de la Seine quand Paris connaît les mêmes émeutes )..En 1901, pour lutter contre la crise qui touche les petits fabricants parisiens de jouets et de quincaillerie, il crée un concours-exposition qui deviendra plus tard le concours Lépine .

Durant sa carrière de préfet de police, il met en place la permanence dans les commissariats, équipe les gardiens de la paix   en 1897 d’un bâton blanc et d’un sifflet à roulette, crée la brigade fluviale ainsi que les brigades cyclistes en 1901 (les  » hirondelles  à moustache avec leur pélerine   ») ; fait installer 500 avertisseurs téléphoniques, rouges pour alerter les pompiers, puis pour alerter police-secours ; réorganise la circulation  en instaurant les passages piétons, les sens uniques et les sens giratoires et encourage les premiers développements de la police scientifique  , crée les chiens sauveteurs  , réalise un  » coup médiatique  » en 1908 en créant les  » agents Berlitz  » (formés à l’École de langues Berlitz, ils sont chargés de renseigner les touristes, se distinguant de leurs collègues par le port d’un brassard indiquant la langue maîtrisée ! ).

En 1909, il crée le musée de la préfecture de police  et les collections historiques de la préfecture de police (archives de la police )

Le13 juin 1910 pendant la grève chez » Sanyas et Popot  », l’agent Gauthier frappe à la tête l’ébéniste H.Cler , qui mourra de ses blessures le 21/06/1910   ; la mort de ce militant anarchiste  provoque, une manifestation qui tourna à l’émeute que la police réprime dans le sang .

Durant la même période, le préfet Lépine, vieillissant

Lépine  »vieillissant  »

(et représenté comme tel par les caricaturistes de presse) et approchant de la retraite, est critiqué par les journaux pour l’insécurité croissante provoquée notamment par les  »Apaches » et la bande à Bonnot. Il parviendra à obtenir une augmentation de son budget de la part du Conseil de Paris afin de créer en 1912 une  » Brigade du Chef  » section criminelle de la Sûreté de Paris qui deviendra plus tard, la  » brigade spéciale criminelle  » puis tout simplement, la  » brigade criminelle  »( le 22/08/1944 ) pour éviter de la confondre avec les Brigades spéciales des renseignements généraux ).

En 1912, il est élu membre de l’académie des sciences morales et politiques . En 1913, il quitte la préfectorale et se consacre à la rédaction de ses mémoires , (qui sont publiés en 1929 ). Il se porte en mai 1913 candidat à Montbrison  au siège de député .. Il choisit en 1914 de se présenter dans la Seine, mais il est battu.

____________________________

Quelques inventions présentées au concours Lépine en 2019 :

La lampe terrarium, par Jean-Paul Lacroix
La lampe terrarium, par Jean-Paul Lacroix
“Un coin de nature dans un écrin de verre”. L’inventeur de ce terrarium, Jean-Paul Lacroix, innove avec cet espace vert relevé par une lumière LED. Le bocal contient également une aération réglable, pour alimenter les plantes en oxygène.
La caravane extensible, par Eric Beau
La caravane extensible, par Eric Beau
Une surface habitable triplée en quelques secondes ! C’est le défi réalisé par Eric Beau, l’inventeur de cette remorque qui se transforme en caravane de plus de 20m carré. Pratique à transporter, elle devient ensuite une habitation meublée.
Le drone bombardier d’eau
Le drone bombardier d’eau
Pour lutter contre les incendies, ce drone dédié aux pompiers est capable de larguer plusieurs litres d’eau sur un feu déclenché dans une zone difficile d’accès.
Détrompeur de carburant, par Bruno Auribeau
Jaune pour le diesel et vert pour l’essence ! Grâce à ce petit dispositif installé sur le réservoir, il ne sera plus possible de se tromper en faisant le plein de carburant.
L'anti-moustique USB en fibre de joncs
L’anti-moustique USB en fibre de joncs
Grâce à sa prise USB, cet anti moustique peut s’utiliser dans de nombreuses situations, notamment lorsque l’on travaille sur ordinateur.
Accroche bracelet en inox, par Cindy Pineau
Accroche bracelet en inox, par Cindy Pineau
Ce système de fermeture de bracelet facilitera la vie de nombreux utilisateurs. Il permet de mettre et d’enlever son bijou en toute autonomie et sans assistance. Sa créatrice, Cindy Pineau, revendique une fabrication Made in France.
Lampadaire dépollueur, par Tohar Showair
Lampadaire dépollueur, par Tohar Showair
Ce lampadaire connecté se recharge grâce à un panneau solaire. Équipé d’un purificateur, il permet de réduire la température des villes et d’améliorer la qualité de l’air.
Fauteuil électrique tout terrain, par Joseph Collibault, Gérard Lecomte, Pierre Herrburger
Fauteuil électrique tout terrain, par Joseph Collibault, Gérard Lecomte, Pierre Herrburger
Ce fauteuil électrique, baptisé “Scootpartoo” par ses créateurs, permet de franchir la plupart des obstacles sans difficultés, de monter sur les trottoirs ou de rouler sur des graviers. Destiné aux personnes âgées et à mobilités réduites, il concourt dans la catégorie “Santé & nouvelles technologies”.
Le couteau-éplucheur
Le couteau-éplucheur
Ce couteau est capable d’éplucher des fruits et des légumes tout en présentant un côté tranchant.
Les chaussettes à poche, par Frédéric Charles  
Les chaussettes à poche, par Frédéric Charles  
Une petite poche ergonomique pour camoufler de petits objets du quotidien en toute discrétion. Briquet, clés ou carte bancaire, il permet un transport en toute discrétion
.

Australie: Il fabrique un appareil photo avec …..


.…une patate (et ça marche) !Un habitant d’Albany, en Australie, a créé en 2016 un appareil photo conçu notamment avec une pomme de terre...

Colin Lowe

Résultat d’images pour colin Lowe autralien
Colin Love ? ( pas sur )

Ce retraité, habitant d’ Albany , une ville sur la côte ouest australienne, a créé un appareil photo patate après qu’un ami lui a lancé un défi, selon le site Peta Pixel .

L’objet en question est issu de l’union de six objets plus étonnants les uns que les autres : une boîte de conserve, qui forme l’objectif, un aimant à réfrigérateur, deux films 35 mm, du ruban adhésif, quelques élastiques et… une pomme de terre, qui constitue le corps de l’appareil.

L’appareil !

Des clichés en noir et blanc

 » Pudiquement  » appelé  »SpudCam (la caméra patate) », l’appareil prend des clichés d’une qualité tout à fait honorable ! En noir et blanc certes, mais le flou grisâtre donne une allure fantomatique aux silhouettes photographiées et donc une ambiance particulière.

Ce succès s’explique en partie par le fait que Colin Lowe est loin d’être un novice: il est un photographe amateur certes mais un constructeur d’appareils faits maisons depuis longtemps. Il a déjà créé divers objets surprenants, tels que la caméra en graine de Baobab

Des jeunes devant un ancien téléphone lol


Désolé ! Je  »vois  » que j’ai au moins un commentaire , mais je ne sais pas ce qui ce passe , depuis quelques jours , je ne parviens pas à lire ni à répondre aux commentaires : La solution serait peut-être , en attendant une solution , de m’envoyer un mail commentant le billet ( mais compliqué ! ) …=> J’ai envie de tout arrêter !

<div style= »position:relative;padding-bottom:56.25%;height:0;overflow:hidden; »>

</div>

Kliker sur le lien pour voir la vidéo

https://fb.watch/3coWOG1mhh/

C’est quand la  » Saint Glin-Glin  » ?


Comme chacun sait ,  » reporter à la saint glin-glin  » signifie remettre à une date ultérieure , à plus tard ou même à jamais ….Comme ces derniers temps , j’ai tendance à la mettre  » en pratique  » , je me suis demandé d’où venait cette expression ….Bien entendu , il est inutile de chercher ce  » saint  » dans un calendrier lol …D’après ce que j’ai lu , l’expression aurait été utilisée pour la première fois en 1897 . Cette année là , la presse relate une décision du tribunal de police de Paris : après avoir promis à son créancier de le rembourser à la  » saint Glin-Glin  », le débiteur aurait été condamné à le payer le 1er novembre, à la Toussaint ….

 » la Saint Glin – Glin  » serait un jeu de mot jouant sur la similitude ( à l’audition ) entre  » saint et seing  » ( seing = signature ) et la déformation de l’onomatopée  » gling  »en  » glin  » . On peut donc penser que c’est le signal qui fait  » gling -gling  » , c’est à dire le son des cloches … Pourquoi les juges auraient ils choisi le jour de la Toussaint ? Parce que c’est la fête de tous les saints qui n’ont pas de jour dédié dans le calendrier …??? ( je ne savais pas ! , je pensais que , au contraire c’était la fête d’absolument tous …mais ,moi et la religion …….? ) , et que le matin de la Toussaint , les cloches sonnent  » à toute volée  » ..

Saint Glin- glin ne serait pas un saint , mais une cloche ( d’après ce que j’ai lu ) , en effet , le mot  » seing  » en ancien français ne désignait pas seulement une signature , mais aussi la cloche ( du latin  » signum  » = le signal ) et , dans certaines régions , une cloche  » glingue  » , donc elle donne le son  » glin glin  » . ? ( Dans ma région d’origine il est courant d’entendre le verbe  » déglinguer  » pour dire que quelque chose est démonté et pas réparable ) ?

Avec le temps , le seing glinglin qui sonnait à l’église est devenu Saint Glin-glin , aussi fictif que sa fête , la Saint Glin-Glin ……

Image ( trouvée sur le net ) d’un homme qui a attendu un appel de sa dulcinée jusqu’à la saint glin – glin :

Faut vraiment que je n’ai rien dans la tête pour  » pondre  » ce genre de billet ! Mais , il faut bien que je m’occupe et aussi que j’écrive ici en attendant la fermeture faute de paiement !

Tu seras un ….


TU SERAS UN HOMME…….MA…

( Bien entendu , il faut entendre , comprendre ici le mot  » homme  » comme  » humain  » ) lol

à la manière de Rudyard Kipling (« Tu seras un homme mon fils ») …

Lorsque et si …

Si on tremble encore à l’approche de l’autre,
Lorsque le doute encore est infiniment nôtre,
Lorsque les intuitions sont approximatives,
Lorsque devient l’humeur, souvent, agressive,
Lorsque la main est moite et le regard crétin,
Lorsque le tutoiement est encore incertain,
Lorsqu’on éclate en pleurs pour une peccadille,
C’est qu’on est amoureux, ma fille.

Si tu ne trembles plus, si tu n’as plus de doute,
Si ton humeur est droite ainsi qu’une autoroute,
Si galante est ta main
Et ton regard câlin,
Si tu en viens au tu sans tergiversation,
Si tu ne pleures plus avec obstination,
Si tu tires la langue à toute ta famille,
Tu seras un homme, ma fille.

Texte original par R. Kipling :

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou, perdre d’un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leur bouche folle,
Sans mentir toi-même d’un seul mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n’être qu’un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un Homme, mon fils.

Rudyard Kipling