C’était-il y a ….


environ 81ans:

11 novembre 1940 : Les lycéens de Paris défient Pétain et l’occupant

À l’automne 1940, la France s’installe dans la collaboration avec l’occupant allemand. Le 24 octobre, Pétain rencontre Hitler à Montoire. Mais la fronde gronde à l’Université. L’illustre professeur Paul Langevin, coupable de manifester son aversion pour le nazisme, est arrêté le 30 octobre (il sera relâché 40 jours plus tard). À l’approche de la commémoration de l’Armistice, qui célèbre la défaite de l’Allemagne le 11 novembre 1918, des étudiants et des lycéens parisiens (le lycée débute à cette époque avec la classe de 6e), envisagent de manifester devant la flamme du Soldat Inconnu, sur les Champs-Élysées. Ils y sont encouragés par la radio de la France Libre, à Londres.

À titre préventif, le gouvernement interdit les manifestations. Mais le jour venu, des jeunes gens venus du Quartier latin et des grands lycées parisiens, en particulier Janson de Sailly, commencent à converger vers les Champs-Élysées. Certains déposent une gerbe en forme de croix de Lorraine sous l’Arc de triomphe. On compte un total de trois mille à cinq mille manifestants, essentiellement des jeunes garçons et des jeunes filles issus de la bourgeoisie parisienne. Ils huent Pétain, Laval et Hitler devant les soldats allemands médusés installés aux terrasses des cafés.

La police intervient mollement pour les disperser et procède à quelques arrestations, une centaine au total. Enfin, à dix-huit heures, des troupes de la Wehrmacht déboulent sur l’avenue et tirent à l’aveugle. La foule se disperse sans que l’on compte heureusement aucun mort. C’était la première expression publique de la Résistance.

Image du net …

Covid-19: des manifestations …….


….contre les restrictions en Europe. Des milliers de personnes se sont réunies dans plusieurs villes d’Europe ce samedi pour protester contre les restrictions en vigueur dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Ce samedi ,des manifestations ont rassemblé des milliers de personnes en Allemagne, en Suisse, en Grande-Bretagne, en Bulgarie ou encore en Autriche pour dénoncer la « dictature » des restrictions sanitaires contre la pandémie. Des heurts ont aussi éclaté avec la police dans la ville allemande de Cassel. Selon un porte-parole de la police locale ; dans cette ville du centre de l’Allemagne, entre 15.000 et 20.000 personnes ont participé à la manifestation. Les affrontements se sont produits quand des contestataires qui s’étaient retrouvés sur une place du centre, serrés les uns contre les autres, sans masques de protection, ont tenté de se frayer un passage à travers un cordon de policiers pour se joindre à d’autres mécontents. Les forces de l’ordre ont alors fait usage de gaz au poivre pour les disperser.

Il y aurait aussi eu des bagarres avec des contre-manifestants. Le police a accusé les manifestants d’ « attaques répétées » contre les secouristes. « Nous ne tolérons pas de telles attaques », a-t-elle ajouté sur Twitter, mettant prématurément fin au rassemblement en raison des violations des règles d’hygiène.

Alors que l’Allemagne avait pu procéder début mars à quelques assouplissements , lundi, la chancelière Angela Merkel et les dirigeants des 16 Etats régionaux (länder) se réuniront pour décider d’éventuelles nouvelles mesures .La manifestation de Cassel s’est déroulée à l’appel du mouvement « Querdenker » ou « Anticonformiste », qui a organisé plusieurs des plus grands rassemblements hostiles aux restrictions sanitaires en Allemagne depuis le début de la pandémie. Il fédère des membres de l’extrême gauche, des adeptes des théories du complot, des détracteurs de la vaccination ainsi que des partisans de l’extrême droite.

L’Allemagne a enregistré samedi 16.000 nouveaux cas de contamination et 207 morts de plus ( beaucoup d’autres villes ont connu des manifestations de ce genre , mais moins importantes ) …..

D’autres pays ont connu les mêmes manifestations  » anti – masque  » :

En Suisse, environ 5000 personnes ont manifesté dans la ville de Liestal (selon la police ). Certaines personnes brandissaient des pancartes sur lesquelles était écrit : « Ca suffit ! », « Les vaccins tuent ».

Tandis qu’un homme portait sur le visage l’inscription « Masque obligatoire, fermez votre bouche » « Les esclaves modernes portent un masque », pouvait-on lire sur plusieurs autres pancartes . Ils estiment que le gouvernement suisse a recours à des mesures « dictatoriales » pour imposer les restrictions sanitaires, comme la fermeture des restaurants et des bars. A Vienne, environ un millier de manifestants, dont certains d’extrême droite, ont défilé avant que la police ne les disperse, selon la presse autrichienne.

Et à Sofia, une manifestation anti-restrictions a rassemblé 500 personnes, beaucoup ne portant pas de masque.

Royaume-Uni, Pays-Bas, Suisse

A Londres, des milliers de personnes ont aussi défilé pour protester contre les restrictions sanitaires, après s’être rassemblées à Hyde Park. La police de la capitale britannique a indiqué avoir interpellé 33 personnes, majoritairement pour avoir enfreint les règles en vigueur depuis janvier, règles qui interdisent toute sortie sans motif autorisé … 

Aux Pays-Bas, où des émeutes avaient déjà eu lieu en janvier après la mise en place d’un couvre-feu, la police a fait usage de canons à eau pour disperser un groupe de 500 personnes rassemblées illégalement sur la place des Musées d’Amsterdam….

En Suisse, 5000 personnes environ ont manifesté dans la ville de Liestal, selon la police. Certaines brandissaient des pancartes sur lesquelles était écrit : « Ca suffit ! », « Les vaccins tuent ».

A Sofia, une manifestation anti-restrictions a rassemblé 500 personnes, beaucoup d’entre elles ne portaient pas de masque.

Des frigos partagés…..


Les  » frigos partagés  » émergent un peu partout en France depuis quelques temps ; leur rôle est de lutter contre le gaspillage alimentaire , aider les plus démunis et….créer des liens sociaux ( çà me rappelle  » l’épicerie solidaire  » dont j’ai du déjà parler ici , où je vais chaque semaine ) . Une idée ,un concept devenu crucial ces derniers temps avec la crise sociale et sanitaire …

Un réfrigérateur installé en pleine rue, avec des denrées gratuites et accessibles à tous. L’idée peut surprendre, mais séduit et se développe un peu partout en France.

Ainsi, fin janvier, la ville d’Amiens a accueilli le sien, au pied de la cathédrale, à l’initiative de l’association » En Savoir Plus  » et du collectif  » Robin.e.s des bennes  ». 

Louise Boyard ,( à l’origine du projet ) explique que  » l’objectif est de venir en aide aux personnes qui en ont le plus besoin » : Les étudiants, les personnes isolées, celles en chômage partiel et les personnes plus précaires. »

Un  » frigo partagé »

Le Québec comme exemple :

L’idée du frigo partagé lui est venue lors d’un séjour au Québec, en 2018 :  » Là-bas, il y en a beaucoup dans chaque quartier. Ils sont en avance sur nous. À mon retour, je me suis interrogée si le concept était réalisable à Amiens, dont je suis originaire. » La jeune femme a mis plus d’une année à monter le projet.  » Les démarches prennent du temps et il faut aussi des financements.  » ( La mise en service s’est chiffrée à 3 500 euros ) …

Le concept prend tout son sens avec la crise sanitaire.  » Le Covid a été un peu le révélateur, poursuit louise Boyard . On ouvre les yeux sur une précarité grandissante. L’idée est d’aider les gens à manger à leur faim, et à manger du bon. Tout en luttant contre le gaspillage.  »  À toute heure de la journée, les personnes peuvent venir se servir en libre-service.  » Le fait qu’il soit dans la rue évite que les personnes aient à rentrer dans une structure. On reste sur quelque chose de discret et simple d’accès.  »

 Les bénévoles du collectif Robin.e.s des bennes lors de l’inauguration du frigo partagé à Amiens.

On n’y met pas n’importe quoi….

 »Attention, on ne peut pas tout mettre dans le frigo, prévient Louise Boyard, également salariée de l’association  » En Savoir Plus  ». Des fruits et légumes bien sûr, des denrées fraiches non périmées ou dont la date d’utilisation optimale est dépassée depuis peu.( comme à l’épicerie solidaire ) Par contre, pas de viande ni de poisson cru. Et pas d’alcool.  » Des bénévoles vérifient les produits et nettoient régulièrement le frigo.

Pour l’instant, il est alimenté par le collectif  » Robin.e.s des bennes  » et des gens lambda.  » À terme on souhaiterait que les restaurateurs puissent y déposer leurs invendus  » , souligne L. Boyard . Après un mois et demi de fonctionnement, le frigo partagé d’Amiens a déjà rencontré son public.  » Il marche très bien parce qu’on a monté ce projet avec tout un quartier. Environ une quinzaine de personnes viennent se servir chaque jour. C’est un beau départ, très prometteur.  »

Partout en France ?

Le collectif envisage d’en mettre à disposition six ou sept dans les rues amiénoises d’ici les trois prochaines années. Le concept n’est pas nouveau en France car d’autres initiatives existent déjà comme  » Les Frigos solidaires  » qui proposent une cinquantaine de frigos dans les rues à travers toute la France, dont une grande majorité en région parisienne. Il y a également » Frigo Troc  » qui se développe dans les villes moyennes comme Rennes ….

_________________________

P.S : Je ma demande si SEULS les  » démunis  » se servent ? ( A l’épicerie solidaire , comme çà se passe dans un local et avec une carte  » d’adhérent  » , c’est tout de même plus sur )

C’était il y a environ 35 ans ….


1986 – Ouverture du premier Restos du Coeur dans la région parisienne

C’était à Conflans Sainte Honorine en présence de Coluche,  Coluche et ses Restaurants du Cœur ( toujours d’actualité )

Ce billet parce que je dois aller absolument ( si je veux manger ) à  » l’épicerie solidaire  » ( dont j’ai déjà  » parlé ). Sinon, tout çà , tous le savent !

______________________________

Les Restaurants du cœur :

Les  » Relais du cœur  », connus sous le nom de Les Restos du cœur , sont une association loi de 1901 à but non lucratif créée en France par Coluche

en 1985 . ( le premier  » resto du cœur  » a été ouvert officiellement en 1986 )

Logo de l’association
(  » logo  » des restos )

L’ association a pour particularité d’avoir bénéficié du soutien de plusieurs personnalités françaises,( à mon avis pour la pub , donner une bonne image de ces personnalités ) dès ses débuts, et d’une vaste médiatisation , ce qui retient l’attention de la classe politique, permet d’établir de nouvelles lois, (

Le 20 Octobre 1988, le Parlement français vote à l’unanimité la “Loi Coluche”. :

La Loi Coluche permet aux donateurs de bénéficier d’un crédit d’impôt sur les dons faits aux associations. )

et attire la participation de nombreux bénévoles .

Les Restos du cœur se composent au début de 11 antennes nationales, de 117 associations départementales et de 2 013 centres .( aujourd’hui ? )

L’ aide alimentaire  permet une aide d’urgence mais représente surtout le point de contact privilégié pour permettre un accompagnement mais représente surtout le point de contact privilégié pour permettre un développement vers l’autonomie .

Coluche s’était déjà engagé contre la famine en Ethiopie en interprétant avec d’autres artistes, la chanson  » SOS Ethiopie  » l’humoriste est interpellé par des lettres et un auditeur d’ Europe 1 sur la nouvelle pauvreté en France . Fin septembre 1985 ,  , Coluche, en direct sur Europe 1, se révolte contre les gaspillages alimentaires d’une  » société de consommation  »  et dénonce aussi la destruction des surplus agricoles en France et en Europe :

 » Quand il y a des excédents de nourriture et qu’on les détruit pour maintenir les prix sur le marché, on pourrait les récupérer et on essaiera de faire une grande cantine pour donner à manger à tous ceux qui ont faim (…) J’ai une petite idée comme ça (…) si des fois il y a des marques qui m’entendent, s’il y a des gens qui sont intéressés pour sponsoriser une cantine gratuite qu’on pourrait commencer à faire à Paris et puis qu’on étalerait dans les grandes villes de France, nous on est prêts à aider une entreprise comme ça, qui ferait un resto qui aurait comme ambition au départ de servir 2 000 à 3 000 repas par jour gratuitement  » ….

L’idée est lancée: L’ami de Coluche, Aldo Martinez

Résultat d’images pour Aldo Martinez
(A.Martinez ? )

propose pour générique de l’aventure  » Les cantines du cœur  » mais son imprésario P. Lederman le trouve trop  » misérabiliste  » et choisit  » Les restos du cœur  » . Dès le 14 octobre, les statuts de l’association sont déposés. La médiatisation et l’organisation des premiers centres régionaux de distribution ainsi que leur approvisionnement sont assurées par des étudiants des écoles de commerce, fédérés par l’un de leurs camarades étudiant à Sup de Co  , Alexandre Lederman, fils de l’imprésario de Coluche. Le premier restaurant du cœur ouvre ses portes en France le 21 décembre 1985 sous une tente dans un terrain vague du 19 ème arrondissement . Quinze jours plus tard, une vingtaine d’antennes régionales sont mises en place qui distribuent 60 000 paniers-repas jusqu’au 21 mars …..

La même année, au Parlement européen , le député belge José Happart

Résultat d’images pour josé happart
J.Happart ?

a pris la parole et dénoncé une situation économique dont sont victimes des millions de personnes déclarant :  » N’est-il pas inadmissible que le coût des soins de santé et des charges dues à la pauvreté sera plus important que celui d’une aide alimentaire fournie à la société concernée ? » …..

__________________________________________

Les Restos du cœur aident toute l’année les personnes démunies, avec une campagne d’hiver de novembre à mars, et une campagne d’été d’avril à octobre.

Les bénévoles distribuent :

des paniers – repas équilibrés , à cuisiner chez soi ;

des repas chauds, pour les sans-abri ;

une aide spécifique pour les bébés dans les centres Restos bébé du Cœur ;

des produits d’hygiène.

___________________________________________________

Interdit de mourir !


Interdit de mourir le week-end à La Gresle, dans la Loire
    Une maire a publié un arrêté interdisant aux habitants de sa commune de décéder à domicile le week-end et les jours fériés. Un « coup de gueule » pour alerter sur la pénurie de médecins qui frappe les zones rurales.

Commune de La Gresle (Loire ):

interdit de mourir

« Il est interdit aux habitants de décéder à domicile sur le territoire communal les samedis, dimanches et jours fériés pour une durée indéterminée. » La commune de       La Gresle, dans la Loire, est désormais soumise à cet arrêté depuis sa publication le 6 décembre dernier.
   A l’origine de ce texte surprenant, la maire, Isabelle Dugelet, dont l’objectif est de dénoncer la pénurie de médecins qui frappe son village de 850 habitants.

 

Aucun médecin pour constater le décès :
   Son « coup de gueule » vient de la situation absurde qu’elle a affrontée le dimanche 1er décembre. Ce jour-là, un résident du petit Ehpad de la commune décède vers 11h30. L’infirmière cherche alors un médecin pour qu’il vienne constater le décès. Mais le médecin traitant n’est pas de garde.
   L’infirmière se tourne alors vers le Samu de Roanne, à 22 kilomètres de la commune, qui refuse de se déplacer et demande à la gendarmerie de procéder à une « réquisition administrative » explique Isabelle Dugelet à Allodocteurs.fr. « Je n’avais encore jamais expérimenté ce type de procédure, qui s’avère très long » déplore-t-elle.
 » Il faut que la préfecture ( en l’occurrence sa permanence, puisque les faits se déroulaient un dimanche ) contacte l’Agence Régionale de Santé, que celle-ci nomme un médecin et que les gendarmes aillent le chercher à son domicile et l’emmène jusqu’à l’Ehpad pour qu’il constate le décès » décrit la maire de la commune.
« Situation sanitaire catastrophique »
     Tout en enclenchant cette procédure grâce aux numéros à contacter qu’elle trouve « un peu par hasard », Isabelle Dugelet rappelle tout de même le Samu. Ce dernier parvient finalement à joindre le médecin de garde d’un secteur voisin qui accepte de se déplacer. Mais en tout, pas moins de 2h30 se sont écoulées entre le décès du résident de l’Ehpad et son constat.
Et derrière cette situation se cache un problème récurrent : celui de la pénurie de médecins généralistes qui occasionne une « situation sanitaire catastrophique » à La Gresle comme dans de nombreuses autres communes françaises, selon la maire. « Il y a quelques médecins dans les villages alentours mais ils sont complètement surchargés. Et ceux qui partent à la retraite ne sont pas remplacés » alerte l’élue. Conséquence, pas de garde médicale, peu de médecins traitants et donc peu de remboursement correct des dépenses de santé.
   Un plan d’urgence pour toutes les régions de France
     « La santé est la principale préoccupation des zones rurales et j’interpelle les politiques depuis des années à ce sujet, mais rien n’évolue », déplore la maire. « On nous dit attendre 2025, quand les médecins issus de la suppression du numerus clausus arriveront » poursuit-elle. Une échéance bien trop lointaine aux yeux d’Isabelle Dugelet, qui réclame un « plan d’urgence pour toutes les régions de France qui en ont besoin ».
    Elle propose par exemple la mise en place d’un « maillage territoriale » ou la révision du statut des médecins remplaçants « bien trop avantageuses pour leur donner envie de s’installer », souffle la maire.
   Un mouvement « samedis noirs » pour les médecins généralistes
   Directement concernés par la difficulté d’accès aux soins à l’échelle des territoires, le syndicat MG France appelle d’ailleurs à un « mouvement de fermeture des cabinets le samedi matin, à partir du 14 décembre 2019, en préfiguration de ce qui arriverait si les médecins généralistes n’étaient plus en mesure d’assumer la continuité des soins ».
    En lançant ce mouvement des « samedis noirs », les généralistes réclament en effet une meilleure organisation du système de santé et dénoncent le manque de moyens prévus dans le plan de sauvetage des urgences qui s’appuie sur la médecine de ville.

Dans ma région :


L’association APF France handicap a appelé l’opération « Black Friday Solidaire ». Une quinzaine de membres de l’association, dont une moitié en situation de handicap ont accroché près d’une cinquantaine de blousons aux abords du square Blaise-Pascal, à Clermont-Ferrand, ce mercredi 4 décembre. Ces habits, soutenus par des cintres et avec une étiquette « Servez-vous », sont destinés aux sans-abri qui fréquentent ces lieux. Tous peuvent se servir librement.

Cette opération « unique en France » tente de venir en aide aux personnes qui s’apprêtent à passer l’hiver dehors : « En juin dernier, notre association, qui venait en aide jusque là aux personnes en situation de handicap, a décidé d’élargir son champ d’actions aux autres personnes en situation d’exclusion », explique Sandrine Raynal, directrice territoriale des actions associatives d’S.D.F Clermont.APF France handicap

« Pas de la charité »

Le petit cortège de l’association s’est rendu square Blaise-Pascal en début d’après-midi pour y accrocher l’ensemble des blousons à des arbres : 

Nous avons tenu à ne pas offrir directement les blousons pour que ce ne soit pas de la charité. La charité part généralement d’un bon sentiment, mais, parfois, elle enlève toute dignité à la personne. A travers cette action, toutes les personnes sont libres ou non de se servir.

Cette action permet notamment aux personnes en situation de handicap de soutenir une action associative : « Un père de famille, dont sa fille avait été aidée par l’association, a été très content de pouvoir participer à ce projet. Il avait le sentiment que la société l’avait aidé et qu’il avait donc envie de rendre la pareille », explique Sandrine Raynal.

L’association APF France handicap se mobilise en faveur des personnes sans domicile fixe depuis près de 80 ans. Au niveau national, près de 150 000 SDF passent chaque année l’hiver dehors. Leur nombre a augmenté de près de 50 % depuis le début des années 2000.

çà s’est passé le 12 mars 1930


( Peut-être long , mais bon pour moi !)

Il y a donc environ 87ans :

Le 12 mars 1930, Mohadas Karamchand Ghandi entamait  une « marche du sel ». C’est la première application concrète de sa doctrine de la non-violence .

  Dans les années précédentes, le Mahatma a multiplié les manifestations non-violentes et les grèves de la faim en vue d’obtenir pour l’empire des Indes un statut d’autonomie analogue à celui dont bénéficient les colonies à population européenne telles que le Canada ou l’Australie.

  Faute de résultat, certains membres de son parti, le parti du Congrès, s’impatientent et menacent à l’inverse de Gandhi , de déclencher une guerre en faveur de l’indépendance.

   Gandhi, pour ne pas être débordé, avertit le vice-roi des Indes que sa prochaine campagne de désobéissance civile aura pour objectif l’indépendance. C’est ainsi qu’il quitte son ashram (monastère) des environs d’Ahmedabad, au nord-ouest du pays, accompagné de quelques dizaines de disciples et d’une meute de journalistes.

  À sa sortie de l’ashram et tout le long du parcours, des foules de pèlerins lui font une double haie d’honneur et tapissent le sol de pétales de fleurs. Un certain nombre se joignent au cortège.

Pratiquement le monde entier a les yeux fixés sur Gandhi…mais on ignore encore l’objectif précis de cette « marche des martyrs »

On peut dire que l’objectif symbolique de cette marche était ……une poignée de sel !

  Après un parcours à pied de 300 kilomètres, le cortège arrive le 6 avril à Jalalpur, au bord de l’océan Indien.

  Gandhi s’avance alors dans l’eau et recueille dans ses mains un peu de… sel. Par ce geste dérisoire mais hautement symbolique, il encourage ses compatriotes à violer le monopole d’État sur la distribution du sel.

   Ce monopole oblige tous les consommateurs indiens, y compris les plus pauvres, à payer un impôt sur le sel et leur interdit d’en récolter eux-mêmes. ( Ceci ressemble à  l’impôt de la gabelle sous l’Ancien Régime, en France.)

Sur la plage, la foule, grossie de plusieurs milliers de sympathisants, imite le Mahatma et remplit des récipients d’eau salée. L’exemple se répand dans tout le pays… À Karachi comme à Bombay, les Indiens font évaporer l’eau et collectent le sel au vu des Anglais. Ces derniers jettent alors plus de 60 000 contrevenants en prison.

    Les Indiens, fidèles aux recommandations pacifistes de Gandhi, se gardent de résister. Le Mahatma lui-même est arrêté le 4 mai 1930. Ironique, il lance à ses geôliers : « Je vais enfin pouvoir dormir ! » Au bout de neuf mois de ce  » repos forcé » , le vice-roi reconnaît son impuissance à imposer la loi britannique. Il libère tous les prisonniers, y compris le Mahatma, et accorde enfin aux Indiens le droit de collecter eux-mêmes le sel.

Ce fut donc une marche vers l’indépendance :

Fortement  attaché aux Indes britanniques de sa jeunesse, Winston Churchill, Churchillalors dans l’opposition parlementaire, ironise sur le « fakir séditieux qui grimpe à moitié nu les marches du palais du vice-roi ». ( plutôt mal inspirée la  » boutade  » de Churchill )

   Le Premier ministre travailliste Ramsay MacDonald,  ( plus perspicace ) , ouvre dès le 13 novembre 1930 à Londres, sous l’égide du roi George V, une première table ronde destinée à débattre d’une hypothétique indépendance de l’Inde.

   En prison comme la plupart des chefs hindous du Congrès, le Mahatma n’y assistera  pas mais il sera convié, l’année suivante, à une deuxième table ronde. Il y fut reçu en triomphe à Londres par les libéraux britanniques qui se résignent à une prochaine indépendance de l’Inde. Cependant, celle-ci sera retardée par la Seconde Guerre mondiale et les dissensions entre hindous et musulmans.

   Le 15 août 1947, l’Empire des Indes devient enfin indépendant mais au prix d’une sauvage guerre religieuse et d’une scission entre Inde et Pakistan. Gandhi y perd la vie.

  La « marche du sel » apparaît aux Indiens comme l’équivalent de la « Tea Party » ?  de Boston qui a conduit à l’indépendance des États-Unis.

Pollu-actualité…….


océann pollué

 En 2050, il y aura plus de plastique que de poisson dans nos océans.

  C’est une honte. La moitié du plastique que nous fabriquons n’est utilisée qu’une seule fois, puis jetée, étouffant ainsi nos océans et les animaux qui y vivent.

  Mais dans quelques jours, nos gouvernements pourraient faire refluer cette marée et s’engager pour des océans propres au cours d’un sommet historique. La pression de l’opinion publique vient de forcer le 2ème pollueur au monde, l’Indonésie, à promettre de réduire de 70% ses déchets plastiques! Aujourd’hui, nous devons forcer la main d’autres grands pollueurs.

  Une pétition ….

https://secure.avaaz.org/campaign/fr/end_plastic_pollution_loc/?bmZUPkb&v=93208&cl=12642624011&_checksum=98ee4e4856effa47ae55a52dc103b5fdf0a09b775e9aa1d7e135b218fd2a9e79

Les  » Enfoirés « 


Paroles :

C’est juste une p’tite chanson
Une p’tite chanson d’amour
Pour tous ceux qui sont pour
Qui y croient jusqu’au bout
Qui se battent malgré tout C’est juste une p’tite chanson
Une chanson pour un soir
Une chanson plein d’espoir
Pour tout repeindre en clair
Allumer les lumières

C’est juste une p’tite chanson
Qui d’viendra belle et grande
Si on chante tous ensemble
Si on unit nos voix
SI tu chantes avec moi

La la la la la la
La la la la la la

La la la la la la
La la la la la la, la la la la la la

La la la la la la
C’est juste une p’tite chanson
La la la la la la
Une p’tite chanson d’amour
La la la la la la
Pour tous ceux qui sont pour
La la la la la la, la la la la la la

La la la la la la
C’est juste une petite chanson
Qu’on chante à l’unisson
Juste une petite chanson
Qui nous permet de voir l’horizon
C’est juste une petite chanson
Du coeur, de la raison
Pour rêver de la lune

C’est possible à l’unisson
C’est juste une petite chanson
Un truc sans prétention
Un p’tit bout d’mélodie
Une caresse, un rire, un frisson
C’est juste une petite chanson
Toute simple comme un bon choix
Une petite chanson, une chanson d’amour

C’est juste une p’tite chanson
(C’est juste une p’tite chanson )
Une p’tite chanson d’amour
(Une p’tite chanson d’amour)
Pour tous ceux qui sont pour
(Pour tous ceux qui sont pour)
Qui y croient jusqu’au bout
Qui se battent malgré tout
C’est juste une p’tite chanson

C’est juste une p’tite chanson
(C’est juste une p’tite chanson )
Qui d’viendra belle et grande
(Qui d’viendra belle et grande)
Si on chante tous ensemble
(Si on chante tous ensemble)
Si on unit nos voix
SI tu chantes avec moi

La la la la la la
(La la la la la la)
La la la la la la
(La la la la la la)
La la la la la la
(La la la la la la)
La la la la la la, la la la la la la
(La la la la la la, la la la la la la)

Une chanson d’amour
(Aujourd’hui on n’a plus le droit
Ni d’avoir faim ni d’avoir froid              Coluche
Effacé le chacun pour soi
Quand je pense à toi, je pense à moi)
Une pt’tite chanson d’amour, juste une pt’ite chanson
(Aujourd’hui on n’a plus le droit
Ni d’avoir faim ni d’avoir froid
Effacé le chacun pour soi
Quand je pense à toi, je pense à moi)

C’est juste une pt’ite chanson !

Honte !


Tous les enfants aiment-ils le Nutella? Oui, sûrement…sauf ceux qui sont réduits en esclavage pour le produire. illustration-chocolat

Nous sommes en 2016 et pour accroître ses bénéfices, Ferrero — le géant du chocolat propriétaire de Nutella — va jusqu’à tirer profit de l’asservissement de pauvres enfants.

Arrachés à leurs familles et vendus aux plus offrants dans le pire des cas, ces enfants travaillent gratuitement dans des conditions extrêmement dangereuses. Le plaisir que nous prenons à déguster les tablettes de chocolat Ferrero a un prix : celui de leurs vies.

Si plusieurs entreprises ont déjà pris des mesures pour lutter contre ce fléau, Ferrero ne semble pas s’émouvoir du sort de ces jeunes enfants.esclaves-enfants

Il en sera ainsi tant que ses énormes bénéfices ne seront pas menacés.

Et si nous profitions de la période de fêtes qui approche pour demander des comptes au géant du chocolat ? À la veille de Noël, Ferrero souhaite éviter au maximum un scandale autour du travail des enfants. C’est une occasion rêvée pour demander à l’entreprise de mettre un terme à ces pratiques.

Dites à Ferrero de mettre fin à l’exploitation des enfants dans les plantations de cacao — tirer des bénéfices sur le travail d’enfants est intolérable!

Ferrero possède 8,8% du marché mondial du cacao. Avec les quatre autres plus grands groupes du monde, ils se partagent jusqu’à 100 milliards de dollars par an. C’est énorme! Mais au lieu de se servir de cet argent pour payer convenablement les producteurs locaux, Ferrero s’en met plein les poches.

Au lieu d’aller à l’école et de profiter de leur enfance, nombre d’enfants travaillent dans les plantations de cacao où il doivent manipuler des machettes et appliquer des produits chimiques qui dégradent leur santé. Pire: des trafiquants vont même jusqu’à arracher certains enfants à leurs familles et à les réduire en esclavage. 

Le travail forcé des enfants est l’une des conséquences les plus graves générées par la filière du cacao.  Ils sont 2,1 millions d’enfants à y travailler — en Afrique de l’Ouest — selon le Département étasuniens du Travail. Pour sensibiliser les consommateurs, une ONG étasunienne – Green America – propose chaque année un classement des efforts fournis par les 6 plus grandes marques de chocolat pour régler ce problème. En 2016, l’entreprise Ferrero était encore la dernière de la classe…


Grâce à la mobilisation de plusieurs ONG et de plus de 100 000 membres de SumOfUs, le géant Nestlé tenait lui le peloton de tête. Interpellée il y a plusieurs mois sur le sujet, l’entreprise s’était en effet engagée à prendre des mesures fermes contre le travail des enfants sur ses plantations de cacao. Au tour de Ferrero!

Dites à Ferrero que vous refusez de manger du chocolat produit par des enfants qui devraient être à l’école.