C’était il y a environ 100 ans :

Le 29 octobre 1922

Mussolini accède au pouvoir

Le 29 octobre 1922, le roi d’Italie Victor-Emmanuel III

nomme Benito Mussolini  président du Conseil (l’équivalent de Premier ministre).

Un  régime totalitaire d’un  »genre nouveau  »va s’ensuivre de façon progressive ..

La Marche sur Rome de Mussolini et ses partisans le 29 octobre 1922

Un parti non-démocratique

Ancien leader du parti socialiste converti au nationalisme, Benito Mussolini a fondé le 23 mars 1919 des troupes paramilitaires, les Faisceaux italiens de combat (Fasci italiani di combattimento). Ces miliciens armés reconnaissables à leur uniforme, les « Chemises noires », multiplient dès l’année suivante les campagnes d’intimidation. Ils attaquent les Bourses du travail, lieu de rassemblement des syndicats ouvriers et brisent les grèves. Ils bastonnent leurs victimes, les purgent à l’huile de ricin ou parfois les assassinent ! Les fascistes apparaissent ainsi comme des garants de l’ordre (!) face aux menaces révolutionnaires. Ils bénéficient à ce titre de l’indulgence des forces de l’ordre et de la justice et sont regardés avec bienveillance par le patronat italien.

Le Duce Mussolini passe ses troupes en revue en 1938Aux élections législatives de mai 1921, Mussolini est élu avec 34 partisans sur les listes des  » blocs nationaux  ». Il choisit de siéger à l’extrême-droite de l’hémicycle pour marquer son hostilité à l’internationalisme socialiste.

Le 9 novembre 1921, enfin, soucieux de se démarquer des bandes fascistes qui sèment le désordre, il choisit la voie de la légalité en fondant le  » Parti National Fasciste , premier parti d’Europe occidentale ouvertement non-démocratique.

Avec des effectifs supérieurs à plus de 700 000 en 1922, le parti fasciste n’arrive pourtant pas à convaincre le corps électoral. Mais il démontre une nouvelle fois sa force en août 1922 en brisant une grève générale lancée par le parti socialiste et dirigée contre lui.

Là-dessus, Mussolini menace de marcher sur Rome à l’image du poète Gabriele d’Annunzio

et de sa   » Marche sur Fiume  » Les Chemises noires de province, au nombre d’environ 40 000, commencent dans le désordre à converger vers la capitale.

Face à cette menace de coup d’État aux airs de  »grand-guignol  », la droite démocratique supplie le roi Victor-Emmanuel III de décréter l’état de siège. Mais le souverain ne s’y résout pas par crainte d’une guerre civile. Comme le président du Conseil, Luigi Facta

, il pense que Mussolini peut, après tout, aider à sauver un régime en pleine décomposition et qu’il sera toujours temps de s’en débarrasser après.

Le 29 octobre 1922, Victor-Emmanuel propose donc à Mussolini qui, de Milan, observe prudemment les événements, de prendre la tête du gouvernement dans les règles.

Les Chemises noires poursuivent malgré tout leur marche sans rencontrer de résistance, pour le symbole. Pour donner l’illusion d’une prise de pouvoir personnelle, Mussolini entre dans la capitale italienne le 30 octobre, entouré des hiérarques et des militants fascistes, au terme d’une très symbolique « »Marche sur Rome ‘. Le Duce lui-même a pris le train Milan-Rome et rejoint la tête de ses troupes à l’entrée de la capitale.

La  »pantalonnade  » fasciste tourne au triomphe. À la tête d’un gouvernement qui ne compte que quatre ministres fascistes, Mussolini se montre dans les premiers temps respectueux des règles constitutionnelles. Sa détermination et son verbe lui valent la sympathie des élites, y compris d’illustres intellectuels comme Benedetto Croce

.

Mais, dans les provinces, les Chemises noires poursuivent la mise au pas des organisations syndicales. La fête du Travail du 1er mai est supprimée. La grève est interdite. Et en novembre 1922, la Chambre des députés et le Sénat votent les pleins pouvoirs à Mussolini pour un an.

Celui-ci va affirmer son autorité de façon progressive (à la différence de Hitler, dix ans plus tard). Contrairement aux apparences et aux dires de la propagande ( » Il Duce ha sempre ragione  »), il va devoir en permanence se plier à des compromis avec le roi, l’armée, son propre parti et la Constitution. Conformément à celle-ci, il n’est que Premier ministre, ce qui va permettre au roi Victor-Emmanuel III, chef de l’État et chef des armées, de le destituer en juillet 1943 par un  » coup de majesté  ».