Ménagère /Manager


Un mot qui a fait un bon bout de chemin en Europe, de ses origines latines à son retour triomphal dans la langue française en tant qu’anglicisme au cours du XIXe siècle.

Peut-il exister un lien entre deux termes bien connus : le manager et la ménagère.

Des origines latines:

Le mot  » manager  » a des origines latines et provient plus exactement du mot  »manus » (la main). 

Par la suite, manus donne naissance au terme italien maneggiare,  » manier  » ou  » diriger un cheval en le guidant par la main  ». Le mot français  » manège  », lieu où l’on entraîne généralement les chevaux, dérive d’ailleurs plus exactement de l’italien maneggio (maniement, manipulation).

Difficile de dire si nos  »amis d’outre-Manche  » ont intégré directement le terme italien dans leur langue ou si c’est bien le terme français qui a conquis les îles britanniques. (Une importation des deux termes en parallèle est une possibilité )

Au XVIe siècle, le nom anglais manage, qui signifie encore  » équitation  » ou  » dressage des chevaux  », devient verbe.  »To manage » reste encore associé à la culture équestre, mais est assez vite adopté par le monde de l’entreprise, (il s’agît alors de diriger quelqu’un ou quelque chose ou d’administrer des affaires ). (tout le monde le sait )

L’heure de la Révolution industrielle n’a pas encore sonné pour le Royaume-Uni, car il faudra attendre 1769 pour que Watt

Watt ?

mette au point sa machine à vapeur, pourtant la gestion des ressources est au cœur des préoccupations avec le mouvement des enclosures . ( L’emploi de verbes comme to manage et ses dérivés tels que manager se développent dans ce cadre).

Une étymologie en discussion ?

L’explication étymologique équestre sur les origines du mot  » manager  » avec l’enchaînement : manus (latin)  maneggiare (italien)  manage (vieil anglais)  to manage (anglais moderne) → manager (anglais et français modernes), est la plus communément admise.

Elle a l’immense avantage de coller à merveille avec les discours sur l’art du management et l’habileté nécessaire pour diriger une équipe.

Le terme manager dérive donc assez logiquement du verbe to manage, alors pourquoi certains veulent-ils l’associer aujourd’hui au mot français  » ménagère  ? Que vient faire cette explication dans une évolution étymologique a priori étayée et logique ? 

Serait-il possible que  »manager » doive quoi que ce soit au vieux français  »mesnager » ?

La piste de la ménagère:

Mesnager dont le féminin a fini par donner  » ménagère  », à l’époque où le  » s  » passe bien souvent à la trappe pour donner naissance à un très bel accent, n’a pas tout à fait les mêmes origines que  »manège  »,bien qu’il lui ressemble fortement.  

Tout d’abord, mesnager a des liens avérés avec le maynagier (travailleur journalier au XIIIe siècle), lui-même issu de maisnage (ménage).

D’où vient  » maisnage » ? Du verbe manoir (à l’origine du nom  » manoir  », également adopté par les anglais sous sa forme manor), qui signifie  » habiter  » ou  » demeurer  », et est dérivé du latin manere (rester).

Mesnager constituerait une origine bien plus prosaïque à  » manager  » ?

Pas forcément.

Il faut savoir par exemple que Sully, ministre du roi Henri IV, promu surintendant des finances de la France, était réputé être un bon mesnager en son temps. Il serait donc probable que le terme ait traversé la Manche pour nous revenir. En effet, la définition de mesnager correspond en partie à ce que l’on attend d’un manager : ménager se dit d’une personne qui administre avec épargne, avec économie

De plus, nous savons qu’un mot tel que mesnager a pu être déformé en anglais où le  » a  » peut tout aussi bien être prononcé  » a  » que  » é  ».

Le manager et la ménagère sont-ils liés ? Mieux vaut laisser les linguistes trancher la question étymologique, même s’il semble que la première explication avec un transfert de termes équestres vers le monde de l’entreprise est la plus répandue.

Au fond, est-ce si important ? Une chose est sûre : la  » ménagère  » pourrait parfois apporter d’excellents conseils aux  » managers  » de ce monde