Pour mieux surveiller ses frontières …..

….. face à la vague de Covid, la Chine déploie une armée d’oies?!

La Chine mène une stratégie  » zéro Covid  » face à la nouvelle vague pandémique. Avec une surveillance accrue des frontières pour limiter l’immigration clandestine, qui pourrait amener le virus de l’extérieur. Le gouvernement chinois a déployé depuis l’an dernier une armée surprenante dans le sud-ouest du pays, le long de sa frontière commune avec le Vietnam : elle est composée de 500 oies. Explications.

(Carte : Ouest-France)

À la frontière entre la Chine et le Vietnam  , aux alentours de la ville de Chongzuo, des troupes pas comme les autres sont utilisées depuis le mois d’octobre 2021, par le gouvernement chinois. À première vue, les soldats ne semblent pas très terrifiants, pour la simple et bonne raison que ce sont… des oies ! Eh oui, ces oiseaux ont un véritable rôle militaire : ils sont chargés de faire reculer les personnes qui tenteraient de franchir illégalement la frontière et qui pourraient amener le Covid-19 en Chine, rapporte le média National Geographic  .

L’usage d’oies …..

…….de garde, une pratique ancienne

Cette idée du gouvernement chinois peut paraître saugrenue, mais si utiliser des oies dans un contexte pandémique est inédit, l’usage d’oies de garde est ancien. Les premiers bataillons d’oies connus datent de 390 avant J.-C. En donnant l’alerte, elles auraient permis de sauver Rome d’une invasion secrète de la Gaule. L’oie est reconnue depuis des siècles pour alerter d’une intrusion. Ainsi, la Chine, qui redoute que le virus du Covid-19 entre dans le pays via l’immigration clandestine, s’est donc inspirée de cette tactique historique pour contribuer à sa stratégie  » zéro Covid  » menée depuis le début de la pandémie, qui vise à éradiquer le coronavirus plutôt que de vivre avec.

Une tactique que le pays maintient alors qu’il fait face à sa plus forte vague de Covid-19 depuis le début de l’épidémie. Si bien que la ville de Shangaï, qui compte 26 millions d’habitants est actuellement confinée pour ralentir la propagation du virus et tout le pays est coupé du monde.

Avant de se lancer, le gouvernement chinois a d’abord effectué un essai avec un petit groupe d’oiseaux en juin 2021. Cette expérience a révélé que les oies sont encore plus sensibles aux intrus et au bruit que les chiens. Quelques mois plus tard, une armée d’oies composée de 500 oiseaux, répartie sur 500 km de frontière, est donc déployée. Les oies donnent l’alerte et attaquent toute personne qui entrerait en Chine illégalement, en provenance du Vietnam, depuis plus de six mois.

Les oies défendent leur territoire bec et ongles

Pour remplir leur mission, les oies ont des armes naturelles redoutables : leurs cris, leur bec et surtout leur instinct territorial. Elles n’ont pas besoin d’être entraînées, une fois qu’elles sont établies quelque part, elles défendent leur territoire bec et ongles, avec férocité, et des tactiques d’intimidation capables de mettre en déroute des êtres humains.

Les oies sont également épaulées par 400 chiens de garde qui accompagnent la police des frontières lors de ses patrouilles. Mais l’avantage indéniable des oiseaux, c’est qu’ils sont les seuls à effectuer une surveillance permanente, 24 heures sur 24.

Leur présence à la frontière entre la Chine et le Vietnam semble porter ses fruits.  » En décembre 2021, les cris perçants d’une oie auraient permis à la police des frontières chinoise d’arrêter deux clandestins qui tentaient de traverser la frontière  », a rapporté l’organisme de presse  »South Country Morning News  », cité par National Geographic. Et il y a eu probablement eu d’autres faits d’armes de la part de ce redoutable bataillon à plumes.

Les commentaires ne sont pas utiles ni nécessaires, j’écris maintenant pour moi d’abord (mais je les laisse  » ouverts  » au cas où)

4 réflexions sur “Pour mieux surveiller ses frontières …..

Les commentaires sont fermés.