La nutrition :


Minceur, digestion… on démêle le vrai du faux de la nutrition

S’il y a bien un domaine où les idées reçues ont la vie dure, c’est celui de la nutrition. Certains aliments se voient accusés de tous les maux, d’autres au contraire sont supposés avoir des vertus. Qu’en est-il vraiment ?

L’ananas peut donner des aphtes ?

Vrai. Chez certaines personnes, la consommation d’ananas, de noix ou de gruyère donne systématiquement des aphtes.

Il ne faut pas boire d’eau pendant les repas ?

Faux.  » L’eau ne perturbe pas la digestion en diluant les sucs digestifs  », explique Raphael Gruman, diététicien-nutritionniste.  » On peut donc en boire pendant les repas. Les personnes qui cherchent à réduire leurs apports alimentaires ont aussi tout intérêt à boire un petit verre d’eau avant de passer à table, il aura un effet rassasiant.  »

Les produits allégés en matière grasse font maigrir ?

Faux.  » On sait aujourd’hui que ce sont les sucres et non les matières grasses qui sont les principaux responsables du surpoids. Inutile donc d’acheter des produits allégés en graisses en espérant maigrir  » , rappelle Raphaël Gruman. De plus, c’est trompeur car ils incitent à manger davantage. Mieux vaut adopter une alimentation équilibrée et manger sainement sans se priver.

Le café, c’est parfait pour se réveiller ?

Faux. Les effets stimulants de la caféine ne se font ressentir qu’au bout d’1 heure 30. Inutile donc de se préparer un café en espérant se donner un coup de fouet dans les minutes qui suivent. « Pour se réveiller quand la somnolence arrive, mieux vaut boire un verre d’eau fraîche et aller faire quelques pas au grand air », conseille Raphaël Gruman.

Certains fromages donnent mal au crâne ?

Vrai. Les fromages vieillis ou fermentés (roquefort, parmesan, gruyère) renferment de la tyramine. Ce composé chimique libère de l’histamine et des prostaglandines qui peuvent provoquer des maux de tête chez les personnes prédisposées.

Les légumes secs sont parfois difficiles à digérer?

Vrai. Pois chiches, haricots blancs, lentilles et fèves sont nutritionnellement très intéressants car riches en fibres en et en protéines végétales. Problème : ces légumes secs favorisent les ballonnements et les gaz. Les solutions pour éviter ces désagréments ? Vous pouvez les laisser tremper une journée avant de les cuisiner, jeter la première eau de cuisson avant de les remettre à cuire, ajouter à l’eau de cuisson du cumin ou du fenouil, et enfin, augmenter très progressivement vos apports.

ça s’est passé il y a ….


……environ 77ans

Le 13 juin 1944, une V1 ( »Vergeltungswaffe  » ou arme de la vengeance) s’écrase dans l’estuaire de la Tamise.

Les villes britanniques sont une nouvelle fois visées. Il ne s’agit plus comme avec le  » Blitz  »  de 1940 d’attaques par des vagues de bombardiers. On a affaire cette fois à une arme nouvelle : la bombe volante (en fait un missile de croisière).

Ultime défi

V1 en volLongue de 7,90 mètres, avec une charge de 750 kilogrammes d'explosifs, la V1 est propulsée par un pulso-réacteur mais doit d'abord être catapultée à partir d'une puissante rampe de lancement.

L’engin quitte sa rampe à environ 250 km/h mais n’atteint sa pleine vitesse (650 km/h) qu’après que son piston de lancement se soit décroché de sous son ventre. Il arrive (assez rarement) que le piston ne se décroche pas et le missile chute au bout de 500 mètres de vol.

Quand la bombe volante fait son apparition, les Anglo-Saxons ont déjà opéré le Débarquement  sur les plages de Normandie. C’est dire que l’Allemagne nazie est proche de la défaite finale. Les V1 sont pour Hitler une ultime tentative de reprendre la main en terrorisant la population britannique avec des bombardements aveugles.

Les Allemands vont envoyer vers l’Angleterre jusqu’à 250 engins par jour à partir de plusieurs dizaines de rampes installées sur le littoral de la Manche. 70 s’écrasent sur Londres chaque jour, faisant au total, en trois mois, 6 000 tués chez les citadins.

L’aviation britannique va éprouver les plus grandes difficultés à les intercepter et détruire en vol.

Un V1 a chuté au sol sans exploser

Grâce à un résistant français, Michel Hollard

Hollard photo

, qui localise les 104 rampes de lancement, l’aviation britannique va enfin pouvoir détruire celles-ci une à une et annihiler ainsi la menace. Les attaques de V1 sur l’Angleterre cessent le 1er septembre 1944.

Cependant , elles reprennent avec une intensité redoublée sur la Belgique, en voie de libération par les Alliés, du 21 décembre 1944 au 20 janvier 1945, à partir de rampes de lancement situées en territoire allemand.

En définitive, sur un total d’environ 20 000 engins V1 lancées de juin 1944 à janvier 1945, la moitié sont tombés sur les agglomérations d’Anvers et Liège, détruisant ainsi des milliers de maisons et de nombreuses vies.

Deuxième frappe…..

V2 sur la base de PeenemündeEntretemps, le 8 septembre 1944, de véritables fusées, plus puissantes et à plus long rayon d’action, ont fait leur apparition : les V2 (aussi appelées A4), avec une tonne d’explosifs chacune.

Contrairement aux missiles V1, ces puissantes fusées à combustible et comburant liquide n’ont pas besoin de rampes de lancement massives et fixes.

Elles sont lancées depuis des installations mobiles légères, ce qui complique leur repérage.

Mais dès 1943, les Allemands ont mis en chantier près de Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais, un gigantesque bunker, surnommé la Coupole en raison de sa forme, en vue de stocker, préparer et lancer les V2 destinées à détruire Londres. Le débarquement allié ne leur laissera pas le temps de le mettre en service.

1100 V2 s’écrasent sur Londres jusqu’au 27 mars 1945. Bilan : 2 700 tués. D’autres V2 frappent également la Belgique, en parallèle avec les V1.

Naissance des fusées:

Les V2 ont été mises au point dans le centre de recherches ultrasecret de Peenemünde, sur l’île d’Usedom, dans la mer Baltique, sous la direction d’un génial ingénieur, Werner von Braun,

Résultat d’images pour Wernher von Braun
Von Braun à l’époque .

alors âgé de tout juste 32 ans (il est né le 23 février 1912).

Von Braun a commencé son travail sur les fusées dès 1932 au centre expérimental de Kummersdorf.

Hitler le remarque et le nomme en 1936, quand il n’a encore que 24 ans, directeur du centre de Peenemünde dont il vient de décider la création. Le centre, qui va occuper jusqu’à 12 000 personnes, travaille d’abord sur la propulsion à réaction avant d’orienter ses recherches vers les fusées.

Vers la conquête de l’espace……

Quand l’Allemagne nazie capitule , von Braun en est déjà à projeter des fusées intercontinentales capables de frapper les États-Unis ! Il échappe aux Soviétiques et fuit jusqu’en Bavière, où il se rend aux Français. Ceux-ci le livrent aux Américains, trop heureux de leur bonne prise.

Von Braun prisonnier des FrançaisÀ l’image des autres savants allemands qui ont mis au point les V2, von Braun entre bon gré mal gré au service des vainqueurs. Il poursuivra sans état d’âme ses travaux sur les V2 mais cette fois pour le compte de l’armée américaine.

En 1958, il passera à la NASA et va dès lors accomplir son rêve d’enfant : envoyer des hommes sur la lune ! C’est lui qui dirigera en effet le programme Apollo qui va accomplir cet exploit !  Werner Von Braun meurt dans la discrétion le 17 juin 1977 à Alexandria, en Virginie.

Vidéo :