Être mon père….

Ce n’est pas tout d’être mon père

Du fait qu’un couple de fieffés

Minables a pris le café

Du pauvre ,on nait et nous voilà

Contraint d’aimer ces gens là

Parcequ’un minus de « cinq à sept « Chevauche une mazette

Qui reste froide, sortit du….

 »Un  »qui n’aurait pas du

Ce n’est pas tout d’être mon père

Il faut aussi me plaire.

Etre mon fils ,ce n’est pas tout,

Il faut me plaire itou

Trouver son père sympathique,

C’est pas automatique.

Avoir un fils qui nous agrée,

Ce n’est pas assuré.

Quand on s’avise de venir

Sur terre, il faut se prémunir

Contre la tentation facile

D’être un rejeton d’imbécile

.Ne pas mettre au monde un « connard »

C’est mal commode et c’est un art

Que ne pratique pas souvent

La majorité des vivants

L’enfant naturel, l’orphelin

Est malheureux et je le plains

,Mais ,du moins, il n’est pas tenu

Au respect d’un père inconnu

Jésus, lui fut plus avisé,

Et plutôt que de s’exposer

A prendre un crètin pour papa

Il aima mieux n’en avoir pas

( refrain )

.Ce n’est pas un compte personnel

Que je règle;mon paternel,

Brave vieux ,me plaisait beaucoup,

Etait tout à fait à mon gout.

Quand à moi qui malgré des tas

De galipettes de fada

N’ai point engendré de petit,

Je n’ai pas pu faire d’abruti.

Ce n’est pas tout d’être mon père,

Il faut aussi me plaire.

Etre mon fils n’est pas tout

Il faut me plaire itou

Trouver son père sympatique

Ce n’est pas automatique.

Avoir un fils qui nous agrée

Ce n’est pas assuré.                            

Brassens (je crois) mais ne l’ai jamais entendu chanté? Il m’a plu, car ma vie ressemblait beaucoup à ce qui y est dit. ( Avant le décès de ma mère )

Et voilà : J’ai trouvé une vidéo !

marin-francis08@outlook.com

3 réflexions sur “Être mon père….

  1. Merci Francis! Beaucoup de géniteurs… parfois malgré eux!! Mais peu de pères éducateurs!!
    Mais le plus déstabilisant, c’est quand l’absence vient de la mère, car c’est elle qui guide l’enfant dans ses premières années, elle est le foyer, la force intérieure. Ensuite vient l’apprentissage avec le papa, la découverte et la force extérieure!
    Belle et douce soirée.

    J’aime

  2. Bonsoir Dina
    Pour ce qui est de mon père , ce que tu écris est tout à fait vrai !  »Géniteur  » , je n’en doute pas, mais  » éducateur : absolument pas …..Nous avons eu mes 2 frères , ma sœur et moi , une enfance que je qualifierais de désastreuse :Il était alcoolique, violent ( avec nous , mais aussi avec notre mère ) ….Ma mère n’était pas  » physiquement  » absente , mais ne faisait rien (ne pouvait rien faire ) pour  » arranger les choses  »…..Moi , l’ainé , je faisais de mon possible pour protéger ma sœur puis une fois plus âgé , je protégeais ma mère aussi , lui expliquais comment  » se défendre  » . Tout ce déballage ( je suppose que tu as compris que , si j’ai mis ce billet / texte de Brassens ,c’est parce qu’il me touche , correspond à des étapes de ma vie ? ) , ce déballage donc , parce que depuis le décès de ma mère , mon père tente de se rapprocher de moi .et même si j’essaie d’accepter , d’oublier , ce n’est pas facile …
    Merci
    F.

    Aimé par 1 personne

    • Pour ce qui est de ton père, la réponse est dans ton coeur. Moi j’ai surtout souffert du comportement de ma mère jusqu’à ce que je coupe les ponts un peu avant ma trentaine. Puis j’ai pu enfin me construire sans être rabaissée et humiliée. Elle est revenue 13 ans après, j’étais devenue maman et comprenais le rôle essentiel d’une maman protectrice et éducatrice. J’ai recoupé les ponts au bout de 3/4 ans…

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.