La porcelaine de Limoges…


…… histoire d’un succès :

Un artisanat qui fait la fierté de la France

La porcelaine  et la capitale limousine sont devenues indissociables dans l’esprit des Français. Lorsque ceux-ci admirent les assiettes quasi-translucides finement décorées d’arabesques élégants, ils pensent immédiatement à Limoges ….
Ce n’est que depuis la fin du XVIII -ème siècle que la porcelaine ,certes , fait la richesse et la renommée du Limousin,  lorsque l’aventure de la porcelaine connaît un vrai tournant :

La porcelaine de Limoges fête cette année son 250e anniversaire, à cette occasion :Toute l’histoire de cet artisanat qui fait la fierté de la France :

Le prêtre et l’alchimiste

( Porcelaine chinoise, dynastie Qing, fin de la période Kangxi (1662-1722) )

Depuis les temps anciens, la porcelaine est l’apanage de la Chine. Très coûteuses et très recherchées, les pièces de porcelaines sont acheminées dans les Cours d’Europe, d’abord par la Route de la Soie, puis par voie navale, via la route des Indes. 

C’est à la fin du XVIIe siècle, qu’un Européen s’intéresse particulièrement à la fabrication de ces précieuses faïences : le père François-Xavier d’Entrecolles

Résultat d’images pour père françois xavier d'entrecolles
père François-Xavier d’Entrecolles ?( image du Net )

, jésuite originaire du Limousin, qui étudie en Chine, relate de manière détaillée le procédé de fabrication et de cuisson de la pâte à porcelaine, auxquelles il assiste.
Hélas, même le plus habile des artisans européens ne parvient pas à produire cette matière translucide sans défaut ni cassure
!

C’est en 1710 que le secret de la porcelaine est percé, à Meissen, en Saxe : Un jeune alchimiste nommé  Johann Böttger

 Johann Böttger ?

, qui recherche sans succès » la pierre philosophale  », se rabat sur la porcelaine, plus rentable et moins risquée : c’est un succès !

Les débuts d’une épopée limousine :

Portrait de Turgot ( ci – dessus )

Dans les années 1760, on découvre dans les environs de Limoges, à Saint-Yrieix-la-Perche précisément, une poudre blanche, ( que les femmes utilisent parfois pour leur lessive ).
En réalité il s’agit de kaolin, un des ingrédients essentiels à la préparation de la porcelaine, avec le quartz et le feldspath. Il s’avère que de nombreux gisements de kaolin existent autour de Limoges

Turgot, alors intendant du Limousin, comprend rapidement tout l’intérêt économique de cette découverte. La Cour de France représente un marché important, car le roi et ses courtisans importent à grand prix de la porcelaine de Saxe.

L’eau de la Vienne fera tourner les moulins, les forêts regorgent de bois de chauffage, et il y a à Limoges des faïenciers experts : Turgot appuie le projet d’une manufacture à Limoges. En 1771, une porcelaine dure est produite pour la première fois à Limoges

Le roi Louis XV  fait de cette fabrique une manufacture royale ,qui passe ensuite sous le contrôle du comte d’Artois , frère de Louis XVI. 

La clairvoyance des limougeauds a permis la naissance de cet  » or blanc  », qui va devenir une manne pour la région. 

Le sacre de la porcelaine de Limoges :

( Photo d’époque d’employés de magasins de porcelaine à Limoges )

Après la Révolution, un nom revient souvent à Limoges, celui de François Alluaud

Résultat d’images pour françois alluaud
F. Alluaud ?

. Propriétaire de la manufacture des Casseaux, il est un pionnier du développement industriel de la porcelaine à Limoges. Il innove et améliore les procédés de fabrication, et achète la totalité des gisements de kaolin de la région

Au début du XIXe siècle, les manufactures fleurissent dans la ville : chaque décennie voit une dizaine de nouvelles entreprises fondées. Elles créent des milliers d’emplois, nourrissent des familles entières et poussent les artisans à parfaire sans cesse leurs compétences.

La porcelaine de Limoges devient de plus en plus réputée en Europe, et ses gisements alimentent en kaolin les manufactures allemandes, suisses, russes et d’Europe du Nord.

Les manufactures, multinationales avant l’heure :

Avec l’arrivée du new-yorkais David Haviland à Limoges en 1842, l’histoire de la porcelaine connaît un nouveau rebondissement.
Sous son impulsion, on commence à exporter la porcelaine de Limoges outre-Atlantique. Les Américains dépensent sans compter pour obtenir les pièces si délicates et élégantes devant lesquelles ils se pâment.

Haviland fait également la promotion de la porcelaine dansle Paris du second Empire , où elle remporte un franc succès. Les retombées économiques du travail de Haviland permettent d’investir dans des matériaux encore plus précieux et d’améliorer la qualité de la décoration.

Sortie de la manufacture Haviland avenue Garibaldi à Limoges :

( Four industriel du site du four des Casseaux )

Les innovations techniques de la fin du siècle sont également à l’origine du succès des manufactures.

En 1878, un nouveau système de four industriel est créé et breveté à Limoges. Il permet de faire deux cuissons à des températures différentes dans un seul four ! ( L’un des derniers fours de ce type peut encore se visiter sur le site du four des Casseaux ) .

L’arrivée du chemin de fer, quant à elle, permet de transporter plus facilement les matériaux et réduit le risque de briser les précieuses pièces de porcelaine destinées à la vente. 

De nouveaux horizons pour la porcelaine de Limoges :

(Porcelaine dans les ateliers de fabrication Bernardaud )

Au début du XXe siècle, le temps se gâte pour la porcelaine de Limoges. La crise économique de 1905 secoue le secteur et de nombreux mouvements sociaux ainsi que des grèves dures mettent en péril la production. Dans les décennies qui suivent, ce sont les deux guerres mondiales et la crise de 1929 qui ébranlent fortement le milieu. 

Depuis les années 1980, les manufactures traversent une crise profonde et durable, due à la concurrence sans merci des fabricants asiatiques et à la délocalisation des ateliers.
Plusieurs manufactures ferment, les clients se font moins nombreux, et la porcelaine de Limoges devient un marché de niche, comme beaucoup d’entreprises de l’artisanat d’art . Cela ne l’empêche pas d’être inscrite en 2008 à l’Inventaire du Patrimoine Immatériel en France

Toutefois, l’aventure ne s’arrête pas là… Aujourd’hui, la porcelaine de Limoges est certes le symbole de l’excellence   des grandes maisons d’artisanat françaises, comme Haviland, ou Bernardaud, mais, elle est également à la pointe de l’innovation dans les domaines techniques, médicaux, militaires, car elle possède de nombreuses propriétés insoupçonnées. 

________________________________________

Fabrication vidéo :

Attraction touristique du 19eme siècle :


La morgue de Paris,!

En 1868 Haussmann a fait construire la morgue de Paris sur l’île de la Cité, quai de l’Archevêché, un lieu devenu rapidement une attraction touristique prisée.!

Un bâtiment avec une allure de temple grec où étaient exposés sur des dalles de marbre les corps à identifier par la famille ou les amis.

La réfrigération n’étant arrivée qu’en 1882, de l’eau froide coulait en permanence du plafond afin de conservé les corps, leur donnant un aspect gonflé. Les cadavres devaient généralement être enlevés au bout de 3 jours à cause de la décomposition et une photo ou un moulage venait prendre la place du corps.
Une exposition publique où parfois plus de 50 personnes simultanément se pressaient contre les grandes vitres pour regarder et commenter les cadavres. Les journaux de l’époque spéculaient sur les identités des morts et certains corps sont ainsi devenus célèbres, attirant plus de 40000 visiteurs par jour.
Bien sûr les jeunes femmes nues connaissaient un franc succès et la police n’hésitait pas à confronter publiquement un meurtrier présumé au corps de la victime.
Il faut dire que le rapport avec la mort à l’époque était bien différent de celui d’aujourd’hui
Nadar faisait même des catacombes un lieu touristique ….
Exposition publique des cadavres !
Morgue de Paris =  » lieu touristique  » ?
Arrivée à la morgue ( constat décès ? )
Tri ? Reconnaissance des vêtements

La morgue de Paris a finalement été fermée au public par le préfet Lépine en 1907, au grand dam des commerces locaux, des vendeurs de rue et des journalistes.

Elle deviendra par la suite Institut Médico Légal et déménagera dans un nouveau bâtiment de brique au quai de la râpée en 1923.

A méditer ……


 » Dans le monde actuel , on investit cinq fois plus en médicaments pour la virilité masculine et en silicone pour les femmes , que pour la guérison d’Alzheimer ….D’ici quelques années , nous aurons des vieilles aux gros seins et des vieux aux pénis bien raides , mais aucun d’entre eux ne se souviendra à quoi çà sert .  »

Antônio Drauzio Varella ; né le 3 mai 1943 à Sao Paulo ( Brésil ) est un médecin brésilien , éducateur ,scientifique et vulgarisateur de sciences médicales dans la presse et la télévision …Il est aussi , en plus de la médecine , commentateur public sur des questions telles que les conditions de prisons, le bien- être social , le gouvernement , la littérature . Il est  » connu  » pour son athéisme  » professé  » et le scepticisme ….. 

c’était il y a environ …..


…….102 ans :

Le 14 avril 1912 …..Le Titanic sombre au cours de son voyage inaugural, dans la nuit du 14 au 15 avril 1912. C’est la catastrophe maritime la plus  » médiatique  »de tous les temps. Mais, j’ai lu que , si grand qu’il soit, le bilan de la catastrophe (au moins 1 502 victimes) n’est pas exceptionnel et le monde a connu depuis des naufrages plus  meurtriers.???!!!!

Un exploit technique :

Le paquebot britannique est mis sur cales le 31 mars 1909 au chantier naval Harland and Wolff, à Belfast, quatre mois après sa  » Sister ship  » (ou jumeau), l’Olympic. Construit pour la compagnie  »White Starline  », le Titanic est présenté comme le plus luxueux et le plus grand paquebot de tous les temps. Ce n’est toutefois pas le plus rapide… Le record de vitesse appartient au Mauretania, de la compagnie rivale Cunard Line.

Long de 269 mètres, large de 28, d’un poids de 46 328 tonnes, le Titanic était à l’époque , le plus gigantesque engin mobile construit de main d’homme. Sa hauteur totale atteint 52 mètres dont 10,5 seulement sous l’eau. Il compte 3 moteurs et 29 chaudières, sept ponts dont quatre pour la première classe. Il est surmonté de quatre cheminées imposantes (19 mètres de haut) dont l’une, décorative, qui ne sert qu’à l’aération des cuisines ( ? ) .

Le Titanic au départ de Southampton

Le luxe intérieur correspond , pour les premières classes du moins, à l’aspect extérieur : Piscine, bains turcs, gymnase, court de squash, électricité et chauffage dans toutes les chambres, escalier sculpté dans le style  »Art Nouveau  », dôme lumineux ! !…

‘ L’orgueilleux  » navire est réputé insubmersible du fait de sa double coque en plaques d’acier, divisée en 16 compartiments étanches dont chacun peut être isolé des autres par une porte coulissante en cas d’incident. Les portes , dotées de détecteurs qui les ferment automatiquement au simple contact de l’eau ,sont actionnées depuis la passerelle par une simple poignée. !!

Les salons des premières classes à bord du Titanic (1912)
Le salon des 1ères classes .

En conséquence, l’armateur n’a pas jugé nécessaire de prévoir autant de places dans les canots de sauvetage que de personnes à bord ! Pour ne pas encombrer les ponts supérieurs, il a réduit de 32 à 20 le nombre de chaloupes, avec une capacité de 1178 places (moitié moins que le total des personnes à bord !).

Le Titanic appareille donc de Southampton (Angleterre) le 10 avril 1912 à 13h30 pour un voyage qui doit le mener à New York avec à son bord 2 207 personnes d’après les chiffres officiels : 885 membres d’équipage, 329 passagers de première classe, 285 en seconde et 706 en troisième. 

( Les passagers de première ont payé 86 à 512 livres ; ceux de troisième classe 7 livres (cabine collective).)

Le dimanche 14 avril à 22h55, le Californian, qui navigue au large de Terre-Neuve, passe non loin du Titanic. Il signale à ce dernier la présence de plusieurs icebergs.

Mais le directeur de la compagnie  Joseph Bruce Ismay

( Joseph Bruce Ismay )

(49 ans) , désireux de remporter le record de vitesse dans la traversée de l’océan , » fait fi  »de toute prudence. Devant le Mauretania et la Cunard ! Le capitaine Edward John Smith (62 ans)

( capitaine Edward John Smith )

, bien qu’expérimenté, se laisse convaincre de pousser les feux.

Un naufrage inconcevable…..

Le paquebot file à 22 nœuds sur une mer  » lisse comme un miroir  ». Le drame se produit à 23h40. La vigie voit trop tard la masse d’un iceberg et l’officier de garde ne peut faire marche arrière. Il tente malencontreusement de l’éviter et le heurte sur le côté…

Cinq compartiments étanches du navire sont endommagés par autant de déchirures dont la plus grande fait quatre mètres de long et… un centimètre de large. Lentement, le Titanic prend l’eau sans qu’il soit possible de le sauver. 

À minuit 20, le capitaine Smith ordonne l’évacuation du navire. Il va être englouti avec lui deux heures plus tard. Se brisant en deux, le paquebot sombre et repose depuis lors par 3800 mètres de fond.

Le naufrage du Titanic (gravure d'époque)
Naufrage du Titanic ( gravure de l’époque )

Pendant la tragique évacuation, le chef opérateur radio John George Phillips lance sans discontinuer des messages à l’aide. Éjecté du paquebot au dernier moment, il est récupéré sur une chaloupe et meurt de froid peu après . L’eau à -2°C, ne laisse guère de chance aux malheureux qui tentent de s’éloigner à la nage.

Le cargo Californian s’est arrêté devant le champ de glace, à quelques miles du Titanic. Son opérateur radio, endormi, ne capte pas les messages envoyés par Philips !!!. Les matelots de quart voient les fusées de détresse du paquebot mais ne s’en inquiètent pas. Du fait de cette accumulation d’erreurs, le commandant verra sa carrière brisée ..

Un navire, un seul, se porte au secours du géant des mers. C’est le Carpathia (de la Cunard !), arrivé à 3h45 sur les lieux du naufrage. Sous le commandement d’Arthur Rostron

Résultat d’images pour Arthur Rostron
Arthur Rostron ?

, il va recueillir en tout et pour tout 705 survivants. Le naufrage aura fait un minimum de 1502 victimes (non compris d’éventuels passagers clandestins comme le héros du film de James Cameron).

337 corps ont pu être repêchés. Ils seront inhumés pour la plupart dans les cimetières d’Halifax en Nouvelle-Écosse (Canada).

Sur le pont du Carpathia, le révérend Hind prie pour les premières victimes avant leur immersion (DR)
( Prière pour les 1ères victimes avant leur immersion .)

Des témoignages accablants :

Les rescapés du Titanic vont témoigner de l’inconscience des passagers qui, incrédules et trop confiants dans la fiabilité du paquebot, se sont attardés dans les salons et les chambres et ont laissé partir les premières chaloupes à moitié pleines.

Ils vont témoigner aussi de l’injustice faite aux malheureux passagers de la troisième classe, empêchés de gagner à temps les chaloupes. Il semble en effet que l‘on aurait fermé des grilles pour les empêcher de gagner les ponts de la première classe.

Le bilan accablant est très lourd : On compte 205 survivants sur les 329 passagers de première classe (les deux tiers), 118 sur les 285 de la seconde (moins de la moitié) et seulement 178 sur les 706 passagers de la troisième.

Les 885 membres d’équipage ont également payé un lourd tribut avec seulement 112 survivants. Stoïque et conscient de ses devoirs, le capitaine Smith est mort à son poste en lançant cette dernière injonction à ses marins :  » Be British, boys ! » ( » Comportez-vous en Anglais, les gars !  »).

Le directeur Bruce Ismay a pu quant à lui s’échapper à temps. Principal responsable de la tragédie, il finira tranquillement sa vie à 75 ans.

______________________________________________

L’incroyable  » naufrage  » de la presse :

Le surlendemain du drame, les journaux sont induits en erreur par les premières dépêches. Comme Le Petit Journal (16 avril 1912 ), ils font état du naufrage du Titanic tout en annonçant rien moins que le sauvetage de tous les passagers et membres d’équipage. Cruelle méprise.!!!!!

La catastrophe porte un coup à la foi des Européens en un progrès indéfini de la société : on ne va plus parler de la technique dans les mêmes termes qu’auparavant et la Grande Guerre, deux ans plus tard, va porter un coup fatal à la  » suffisance orgueilleuse  » des élites de la Belle Epoque .

C’est certainement en raison de cette dimension symbolique que le naufrage a tant marqué les esprits et continue d’exciter les imaginations…

L’épave a été explorée le 1er septembre 1985 par une équipe franco-américaine. En 1997, le réalisateur de cinéma James Cameron a puisé dans le drame matière à un chef-d’œuvre sentimental et à l’un des plus grands succès commerciaux de l’histoire du cinéma, avec Leonardo di Caprio dans le rôle principal.

( affiche du film )

À la recherche des coupables …….

A cause de sa dimension symbolique, le Titanic continue un siècle plus tard d’exciter la curiosité des chercheurs, jusqu’à susciter des thèses plus ou moins fantaisistes autour des raisons de son naufrage.

La dernière en date est le fait d’un journaliste irlandais, Senan Molony :

Résultat d’images pour senan molony photos

 En examinant des photographies du paquebot avant son départ, il a cru détecter des marques de fragilité sur la coque ; elles seraient la conséquence d’un incendie qui aurait couvé pendant plusieurs semaines dans la soute à charbon et aurait endommagé les compartiments étanches. Pour éviter un préjudice financier, la compagnie White Starline aurait pris le risque de laisser partir le paquebot malgré le risque encouru ?