La muraille de Chine….


…Pourquoi a -t – elle été construite ?

Muraille de chine ( vue partielle )

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, la muraille de Chine est la plus vaste construction jamais entreprise par l’homme. Édifiée, pour l’essentiel, entre le IIIe siècle avant J.-C. et le XVIIe siècle de notre ère, elle devait protéger une Chine unifiée des invasions venues du nord.

Des travaux titanesques :

D’après les dernières estimations officielles, la muraille de Chine s’étendrait sur plus de 20 000 kilomètres. D’ailleurs ,elle n’est pas seulement composée de murs, d’une hauteur moyenne de six à sept mètres, mais aussi de fossés et de barrières naturelles, comme des rivières ou des montagnes.

La construction de cet immense édifice, qui engloba sans doute des pans de murs existants, débuta aux alentours de 221 avant notre ère. Cette date marque l’arrivée au pouvoir de l’empereur Shi Huang, qui fonde la dynastie Qin et réunifie la Chine, divisée en royaumes rivaux.

La construction de cette gigantesque muraille nécessita l’utilisation de plus de 100 millions de tonnes de briques, de pierres et de terre. Pour ces travaux pharaoniques, il fallut mobiliser des centaines de milliers de paysans et de soldats.

Un ouvrage défensif:

Cet ouvrage fut bien sûr érigé dans un but défensif. Du temps des Royaumes Combattants, qui précède l’unification de la Chine, les États septentrionaux avaient déjà pris l’habitude de construire des remparts sommaires, pour protéger leur territoire des incursions de peuples installés plus au nord, dans la Russie actuelle.

De même , c’est pour faire barrage à une possible invasion de la Chine par des tribus nomades parcourant les steppes du nord que le fondateur de la dynastie Qin ordonna l’édification de la grande muraille.

Obéissant au même réflexe de défense, ses successeurs s’efforcent de poursuivre et de consolider sa construction. Ainsi, les empereurs de la dynastie Ming, qui règnent du XIVe au XVIIe siècles, complètent la grande muraille pour lui donner en partie son aspect actuel.

Ces importants travaux avaient pour but la protection du pays contre les » Mandchous », qui devaient fonder la dernière dynastie chinoise, et contre les Mongols qui, au XIIIe siècle, conquirent la Chine du nord sous la bannière de Gengis Khan.

Provisions……


Ce matin , ou plutôt à mon réveil ( sérieusement , je ne sais pas ce qui ce passe ces derniers temps , mais je dors trèèès longtemps ( au minimum 12 heures !) . Quel rapport avec le titre du billet ? ( qui n’a d’intérêt que pour moi ) ….

J’avais l’intention ce lundi , d’aller faire quelques achats ( seulement du pain , beurre et café

, au lever et…. » pas grand chose  » le soir , ça va bien un moment mais……)…..

Donc , je descends , arrive dans le salon/salle à manger ,prends mon petit -déjeuner et , après la toilette , me dirige vers le réfrigérateur où est toujours scotchée ma liste de course et là , pas de liste ? !! Et malgré mes recherches , je ne l’ai pas trouvée ….( pas grave , j’ai du la jeter par mégarde ) …..Mais, surprise : Quand j’ouvre un placard pour voir ce que je devrais acheter , celui- ci est plein !! (tout ce qui était sur la liste est là , même plus ! )….

Un petit billet , que je n’avais pas vu est sur la table du salon , billet qui éclaire tout :  » Coucou Francis , nous sommes passés vous déposer des courses , le frais est au frigo  » +  » Manu vous a fait du liquide pour la cigarette électrique  » …..En fait , Emmanuel et son amie sont venus m’amener tout ça ! ( il a la clé ).…..Et quand j’ai téléphoné pour les remercier , la réponse fut  » T’inquiètes , si tu as tout ce qui te manquais , c’est bon  »

Je sais qu’écrire ce genre de truc est ridicule , n’a pas sa place sur un blog etc….. mais pffffffffff! JE M’EN TAPE ! Parce que c’est la preuve ( si il y en a besoin ) que mon fils m’aime autant que je l’aime …….

Un  » bougnat  »


Rencontre avec un bougnat de Paris, Monsieur Tourette, qui reçoit les journalistes dans son petit débit de boisson. Historiquement, le bougnat est un marchand de charbon originaire d’Auvergne, qui tiens souvent un café en parallèle de son activité. Après le récit de quelques anecdotes sur sa clientèle, M. Tourette raconte l’amour qu’il porte à son métier, à sa famille mais aussi au Beaujolais!

J’en ai connu ( dans les Ardennes , quand j’étais gamin ) , mais seulement pour le charbon ….

C’était il y a …..


…….environ 78 ans :

22 février 1943

Décapitation de la  » Rose blanche  »

Le 22 février 1943, trois étudiants allemands d’une vingtaine d’années sont guillotinés dans la prison de Stadelheim, près de Munich. Leur crime est d’avoir dénoncé le nazisme dans le cadre d’un mouvement clandestin,  » La Rose blanche  » (Die Weiße Rose en allemand).

Hans et Sophie Scholl et leur ami Christoph Probst

Les débuts de la résistance :

Habitant à Ulm et âgé de 14 ans en 1933, au début , le lycéen Hans Scholl n’est pas insensible aux discours de Hitler.

Robert et Magdalene Scholl avec leurs enfants (Hans, le troisième, et Sophie, cinquième, dans le sens de la lecture) Comme tous les jeunes Allemands de son âge, il s’engage avec sa sœur Sophie (12 ans) dans les Jeunesses Hitlériennes mais prend assez vite ses distances.

Aidé par ses parents et encouragé par l’éditeur Carl Muth du mensuel catholique Hochland, il rompt avec le national-socialisme et se consacre à ses études de médecine.

Il lit les penseurs chrétiens (Saint Augustin, Pascal) et l’écriture sainte. Mais il est arrêté et emprisonné en 1938 pour sa participation à un groupe de militants catholiques.

Quatre ans plus tard, il prend une décision importante : Hans Scholl (1918-1943)

En effet , il décide  »d’entrer en résistance par l’écrit » après avoir lu des sermons de l’évêque de Münster Mgr von Galen dénonçant  la politique du gouvernement à l’égard des handicapés.

Un noyau dur se constitue autour de Hans et Sophie Scholl

Résultat d’images pour Sophie Scholl

(protestants) et de trois étudiants en médecine que lie une solide amitié : Alexander Schmorell (25 ans, orthodoxe et fils d’un médecin de Munich) ; Christoph Probst (23 ans marié et père de trois jeunes enfants), et Willi Graf (24 ans, catholique). Bientôt , ils sont  rejoints par Traute Lafrenz, une amie de Hans.

En juin 1942, alors que Hitler est au sommet de sa puissance, le petit groupe décide d’appeler les étudiants de Munich à la résistance contre le régime nazi, qu’ils qualifient de  » dictature du mal  ».

Sophie se garde d’informer de ses actions son fiancé, un soldat engagé sur le front de l’Est.

La rose  » s’épanouit »

En moins de quinze jours, les jeunes gens rédigent et diffusent 4 tracts, signés  » La Rose blanche  » . Imprimés dans l’atelier de Munich mis à leur disposition par l’écrivain catholique Théodore Haecker

, ils sont diffusés de la main à la main, déposés chez des restaurateurs de la ville ou adressés par la poste à des intellectuels non-engagés, des écrivains, des professeurs d’université, des directeurs d’établissements scolaires, des libraires ou des médecins soigneusement choisis.

Les tracts font référence à d’éminents penseurs (Schiller, Goethe, Novalis, Lao Tseu, Aristote ) et citent parfois la Bible. Ils invitent lecteurs à participer à une  » chaîne de résistance de la pensée  » en les reproduisant et en les envoyant à leur tour au plus grand nombre possible de gens.Le petit groupe de résistants est lié d'une forte amitié.

Willi Graf

Résultat d’images pour willi graf
W. Graf

est enrôlé dans l’armée en juillet 1942 et découvre à cette occasion nombre d’atrocités. Quant à Hans Scholl et Alexander Schmorell, incorporés comme maréchal des logis dans la Wehrmacht en tant qu’étudiants en médecine, ils passent trois mois sur le front russe et constatent avec effroi l’horreur des traitements infligés aux juifs, aux populations locales et aux prisonniers soviétiques.

À partir de novembre 1942, les résistants de La Rose Blanche sont soutenus par  le professeur Kurt Huber (49 ans, catholique convaincu) de l’université de Munich, qui devient leur mentor .Ils impriment et diffusent leurs tracts à des milliers d’exemplaires dans les universités allemandes et autrichiennes d’Augsbourg, Francfort, Graz, Hambourg, Linz, Salzburg, Sarrebruck, Stuttgart, Vienne et même de Berlin !

Le hall de l'université de Munich où furent arrêtés les jeunes résistants. Le petit groupe collecte en même temps du pain pour les détenus de camps de concentration et s’occupe de leurs familles. Il est toutefois déçu par le peu d’écho de ses initiatives au sein de la population étudiante .

Un cinquième tract intitulé « Tract du mouvement de résistance en Allemagne » est distribué à plusieurs milliers d’exemplaires dans les rues, sur les voitures en stationnement et les bancs de la gare centrale de Munich !

Une statue de Sophie Scholl, ornée de roses blanches, est aujourd'hui installée dans l'entrée de l'Université de Munich.Plus fort encore, en février 1943, Hans Scholl et Alexander Schmorell écrivent la nuit des slogans sur les murs du quartier universitaire :  » Liberté ! Hitler massacreur des masses ! A bas Hitler !…  »

Imprimé à plus de 2.000 exemplaires, distribué et envoyé par la poste, le sixième et dernier tract commente la défaite de Stalingrad , condamne les méthodes nazies et invite la jeunesse du pays à se mobiliser.

Comme quelques centaines de ces tracts n’ont pu être expédiés, Hans Scholl décide de les diffuser dans l’Université de médecine.

Malheureusement, le matin du 18 février 1943, Hans et sa sœur Sophie sont aperçus par le concierge de l’université en train de jeter un dernier paquet de tracts du haut du deuxième étage donnant sur le hall. Ils sont aussitôt arrêtés avec leurs amis, livrés à la Gestapo  et emprisonnés à Stadelheim.

Un procès expéditif

Le 22 février 1943, après une rapide instruction, le Tribunal du peuple chargé des  » crimes politiques  » se réunit pour un procès expéditif de trois heures.

Il est présidé par Roland Freisleir 

Résultat d’images pour roland freisler
Roland Freisleir 

, venu spécialement de Berlin. Cet ancien communiste est l’un des chefs nazis les plus brutaux qui soient. Sophie Scholl, qui a eu une jambe brisée au cours de son « interrogatoire » par la Gestapo et comparaît sur des béquilles, lui fait face avec un courage inébranlable.

Freisler prononce lui-même la condamnation à mort pour trahison de Hans Scholl, de sa sœur et de leur ami Christoph Probst ( baptisé quelques heures avant son exécution par un prêtre de la prison ).

Sophie et Hans sont exécutés par les fonctionnaires de la prison de Stadelheim le jour-même après avoir revu une dernière fois leurs parents, Robert et Magdalene Scholl. Hans Scholl s’écrie  » Vive la Liberté !  » avant de mourir sur la guillotine . Depuis, les trois jeunes martyrs reposent les uns à côté des autres dans le cimetière voisin de la forêt de Perlach.

Résultat d’images pour cimetière 10 la forêt de perlach

Christoph Probst, père de trois enfants, a été exécuté avec Sophie et Hans Scholl.Quelques mois plus tard, un second procès frappe quatorze accusés pris dans la même vague d’arrestations : le professeur Kurt Huber, Alexander Schmorell et son camarade Willi Graf sont condamnés à mort.

À l’automne 1943, le réseau de Hambourg est lui aussi démantelé par la Gestapo.

Dix autres membres de la Rose Blanche , amis des Scholl, jeunes étudiants des universités d’Ulm et de Sarrebruck, ou sympathisants actifs comme Eugen Grimminger

EugenGrimminger low res.tif

qui les avait aidés financièrement , sont envoyés en camp de concentration où ils paieront aussi de leur vie leur participation aux activités du mouvement.

____________________________

Malgré son caractère confidentiel, la Rose Blanche bénéficie d’une notoriété nationale et même mondiale. Le 27 juin 1943, parlant de  » la naissance d’une foi nouvelle, celle de l’honneur et de la liberté  », l’écrivain allemand en exil Thomas Mann

T.Mann

lui rend hommage sur les ondes de la BBC tandis que durant l’été 1943, l’aviation anglaise jette sur le pays un million d’exemplaires du dernier tract rédigé par le professeur Huber.

L’ami de cœur de Sophie, qui était sur le front de l’Est, obtient une permission sitôt qu’il apprend son arrestation mais il arrive à Munich deux heures après son exécution. Il va entrer dès lors dans la résistance au péril de sa vie…

La Rose Blanche a vécu à peine un an mais la mémoire d’une lutte héroïque , contre la résignation et pour la défense de la liberté d’opinion lorsqu’elle est menacée , elle, ne s’éteindra jamais.