çà s’est passé dans la région oùj’habite :

Il y a en viron 79 ans :

Ouverture du procès de Riom :

Le 19 février 1942, au coeur de la Seconde Guerre mondiale,

19 février 1942 :

Ouverture du procès de Riom

Le 19 février 1942, au coeur de la Seconde Guerre mondiale, un procès politique et très médiatique s’ouvre à Riom, petite ville proche de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme),Riom qui est devenue la capitale judiciaire de la  » zone libre  » …

À la suite de la défaite de 1940, le gouvernement de Vichy entend juger les responsables de » l’impréparation » de l’armée et poursuit quelques-uns des dirigeants de l’entre-deux-guerres.Léon Blum  et Édouard Daladier, qui ont présidé les gouvernements duFront populaire avant l’invasion allemande, ainsi que le généralissime Maurice Gamelin, qui a conduit les forces armées à la reddition, sont au banc des accusés.

Léon Blum au procès de Riom (1942)Les Allemands qui appuient cette initiative voudraient que les accusations portent sur la responsabilité de la France dans le déclenchement du conflit.

La défense de Blum et Daladier rappellent habilement que le chef de l’État, le maréchal Pétain  , avait été Ministre de la Défense et membre du Conseil supérieur de la Guerre en 1934. À ce titre, il avait donc une grande part de responsabilités dans l’impréparation de l’armée : il avait ainsi réduit le budget militaire de 20% et arrêté la ligne Maginot aux Ardennes. Le Front populaire, au contraire, avait fortement relancé l’armement de la France…

Se retournant contre ses instigateurs, ce  » procès-boomerang  » irrite au plus haut point Hitler. Le 21 mars, l’ambassadeur allemand Otto Abetz

exige sa suspension et le 15 avril, le procès est  » temporairement  » suspendu. Pierre Laval

Résultat d’images pour Pierre Laval

est rappelé au gouvernement le lendemain .

Un procès politique et très médiatique s’ouvre à Riom, petite ville proche de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), devenue la capitale judiciaire de la  » zone libre  ».

À la suite de la défaite de 1940, le gouvernement de Vichy entend juger les responsables de l’impréparation de l’armée et poursuit quelques-uns des dirigeants de l’entre-deux-guerresLéon Blum et Édouard Daladier

Résultat d’images pour Édouard Daladier

, qui ont présidé les gouvernements duFront populaire  avant l’invasion allemande, ainsi que le généralissime Maurice Gamelin

Résultat d’images pour généralissime maurice gamelin

, qui a conduit les forces armées à la reddition, sont au banc des accusés.

Léon Blum au procès de Riom (1942)Les Allemands appuient cette initiative mais voudraient que les accusations portent sur la responsabilité de la France dans le déclenchement du conflit.

La défense de Blum et Daladier rappelle habilement que le chef de l’État, le maréchal Pétain , avait été Ministre de la Défense et membre du Conseil supérieur de la Guerre en 1934. À ce titre, il avait donc une grande part de responsabilités dans l’impréparation de l’armée : il avait ainsi réduit le budget militaire de 20% et arrêté la ligne Maginot aux Ardennes. Le Front populaire, au contraire, avait fortement relancé l’armement de la France…

Se retournant contre ses instigateurs, ce  » procès – boomerang  »  énerve au plus haut point Hitler. Le 21 mars, l’ambassadeur allemand Otto Abetz exige sa suspension et le 15 avril, le procès est  » temporairement  » suspendu. Le lendemain,Pierre Laval  est rappelé au gouvernement.