Bientôt….


Le solitaire , ( encore plus solitaire ces derniers temps ) , que je suis atteindra ses…..66 balais . Employé dans le sens courant ,çà signifie avoir un an de plus ….Cela, tout le monde le sait , mais d’où vient cette expression ? Quel rapport entre un balai et l’année anniversaire ?

  Ce choix  » ménager  » pour évoquer son âge a toujours une origine reste bien floue, il y a beaucoup d’hypothèses : (humoristique, historique, philosophique, étymologique,…) et beaucoup de personnes se sont penchées sur la question!

1 ) l’explication  » terre-à-terre  »: dans l’ancien temps, la coutume était d’utiliser un balai par an. Donc lorsque l’on fêtait son anniversaire, cela correspondait à un balai supplémentaire.

2 ) Une expression imagée qui dit que plus on vieillit, plus on a acheté de balais au cours de sa vie.

3 )  Une explication humoristique: … c’est à force de dire: j’ai X ans et des poussières! L’expression « et des poussières » serait apparue vers 1938 dans le langage courant. Il serait donc possible, bien , qu’ utilisant une bonne dose d’esprit etbalais.jpg  d’humour, que l’expression « balais » pour signifier « ans » soit apparue en réaction à celle-ci,( elle est dans le dictionnaire depuis 1976 ). Il faut avouer que le parallèle entre les expressions « j’ai 29 ans et des poussières » et « j’ai 30 balais » est intéressant!( Perso , c’est celle qui me semble la plus plausible )

4 ) l’explication métaphorique: les voitures-balais, à l’origine, servait lors des courses cyclistes à récupérer les derniers coureurs en difficulté. Aujourd’hui ce terme s’utilise pour désigner les véhicules qui suivent les grandes manifestations pour nettoyer ou bien la dernière voiture d’un cortège de mariés. Il pourrait donc s’agir d’une  »Métaphore probable sur la voiture-balai, qui “ramasse” les années ? »

5 ) Enfin , l’explication étymologique: le mot balai (= »année d’âge ») serait tiré du mot gitan « babel » qui signifie « en arrière, en dernier, plus tard » .

Voilà , à chacun de choisir . ( enfin non, personne ne lis jamais donc presque personne ne choisira ) ,

Les biscuits  » LU  »..


….et approuvés lol…..

Le célèbre Véritable Petit Beurre nait vers 1886 de l’union de deux talentueux artisans biscuitiers,
Jean-Romain Lefèvre et Pauline-Isabelle Utile. Depuis ses débuts, le célèbre biscuit a toujours été
entouré d’artistes qui ont contribué à en bâtir l’image : des dessinateurs (Eugène Quinton, Alfons Mucha),
des vedettes (Fernandel

, Georges Feydeau) ou encore des publicitaires (Raymond Loewyn

Tomi Ungerer).

On n’imagine pas , mais :Derrière le vrai  » Petit Beurre  » , se cache une véritable création :

Vers 1886 , Louis Lefèvre-Utile s’inspire de la forme du napperon  » à l’heure du thé  » ? ! pour dessiner le biscuit qui deviendra le  » Véritable Petit Beurre  » . En cherchant le  » design  » idéal , l’idée d’une sorte d’allégorie du temps lui vient :

Découvrez ses véritables secrets de création...
( illustration trouvée sur le net )

_________________________________________________________________

Le 14 avril 1900 , la première Exposition Universelle du siècle ouvrait ses ports à Paris ….qui accueille environ 50 millions de visiteurs ( c’est l’expo où il fallait être ) . La marque de biscuits LU est donc au rendez – vous et…sort du lot grâce à une technique de vente originale : Utiliser l’art de l’époque .En 1900 , au pied de la tour Eiffel , la tour LU toute neuve se voit de loin dans l’Exposition .

Capture d’écran 2017-04-10 à 14.13.48.png

Le patron de l’entreprise , Lefèvre Utile

Résultat d’images pour louis lefèvre utile

, passionné d’art , en fait son argument de vente …Il ne suffit pas aux gâteaux d’ être bons , ils doivent aussi être attrayants par la beauté de leur emballage , on peut dire qu’il invente le  » marketing artistique  »…Sur les boites de biscuits , ses affiches publicitaires , il fait reproduire des peintures d’artistes ! Il repère alors un jeune artiste inconnu : L’ affichiste Alfonse Mucha

Alfonse Mucha

Très vite, les boites LU sont très vite décorées dans le style  » Art Nouveau  » , avec des femmes aux courbes  » généreuses  » , aux longs cheveux et les épaules dénudées ! Ainsi , l’art de l’époque entre dans les maisons sous la forme de boites de biscuits , et dans les rues, les boutiques , tout le monde reconnait la marque LU ….Cette  » recette  » fonctionne  » si bien que le fils de L.M. Utile , l’utilise à son tour quand il reprend les commandes de la maison ….

En 1937 , toujours à Paris qui accueille une nouvelle Exposition universelle ; l’art nouveau a fait place à  » l’Art déco  » .On construit un autre pavillon LU qui évidemment, suit l’art de son temps .

C’est une gigantesque pavillon , construit entre le pont de l’Alma et le pont Alexandre III . Il ressemble à une grosse boite de biscuits ….Les visiteurs y pénètrent par une grande entrée surmontée d’un immense petit – beurre . A l’intérieur ,le symbole LU est partout : Sur les grandes photos, sur les rideaux et les murs …pour donner envie de  » succomber à la tentation des biscuits  » . Des années après , la marque continue à faire appel à l’art de son temps .Dans les années 1950 , quand les U.S.A et le  » design » sont à la mode , tous les emballages sont redessinés ! Le logo LU apparait avec les lettres L et U blanches sur fond rouge , et…les ventes progressent encore ( En 1960 , cent millions de paquets sont vendus ) !

Boîte à biscuits en forme de tramway, vers 1898, Jules Joseph Carnaud.