Un goût d’Amérique….

…… au cœur du Bourbonnais :

En France, il y a seulement une vingtaine d’élevages de bisons, dont deux dans l’Allier. Matthieu Perron, installé à Rocles, a ouvert les portes de son exploitation le 18 septembre à l’occasion de la toute première fête des bisons d’Auvergne, l’occasion d’admirer son troupeau de 230 bêtes…

Ce bison d'Amérique broute l'herbe de l'Allier. Il est élevé pour sa viande peu grasse et riche en protéines.
Ce bison d’Amérique broute l’herbe de l’Allier. Il est élevé pour sa viande peu grasse et riche en protéines.

Matthieu Perron installé à Rocles (03, Allier ) s’est lancé en 2012 dans cet élevage très particulier, les bisons restent des animaux sauvages et leur croissance est beaucoup plus lente que celle des autres bovins.
« Ce sont des animaux que l’on peut considérer comme préhistoriques, ils poussent très lentement, ils atteignent leur taille adulte à 7 ans… On n’ attend pas 7 ans, on attend 3 ans ce qui est le meilleur compromis entre le rendement carcasse, c’est à dire la quantité de la viande, la tendreté, la qualité et le goût de la viande. »

Ce type d’élevage très spécifique est tellement confidentiel qu’il n’y pas de filière de commercialisation organisée pour cette viande. Matthieu Perron a donc opté pour la vente directe sur internet ou sur les marchés.

Il y vend de la viande surgelée ,de la salaison , des terrines et même des plats cuisinés parfois de la viande fraiche .
Pour ce qui est du goût, la viande de bison est proche du bœuf : « C’est une viande d’avenir et contrairement aux préjugés, gens pensent que c’est comme du gibier car c’est un animal qui est poilu, gros et ils pensent que ca va être dur et fort et ce n’est pas du tout le cas. »

Pour rentabiliser son élevage, Matthieu Perron doit vendre au moins cinquante bisons par an. Il espère ouvrir bientôt un magasin pour proposer ses produits directement sur son exploitation.

Ne manquent plus que quelques Indiens lol !

Résultat d’images pour images indiens chassant les bisons