Un goût d’Amérique….


…… au cœur du Bourbonnais :

En France, il y a seulement une vingtaine d’élevages de bisons, dont deux dans l’Allier. Matthieu Perron, installé à Rocles, a ouvert les portes de son exploitation le 18 septembre à l’occasion de la toute première fête des bisons d’Auvergne, l’occasion d’admirer son troupeau de 230 bêtes…

Ce bison d'Amérique broute l'herbe de l'Allier. Il est élevé pour sa viande peu grasse et riche en protéines.
Ce bison d’Amérique broute l’herbe de l’Allier. Il est élevé pour sa viande peu grasse et riche en protéines.

Matthieu Perron installé à Rocles (03, Allier ) s’est lancé en 2012 dans cet élevage très particulier, les bisons restent des animaux sauvages et leur croissance est beaucoup plus lente que celle des autres bovins.
« Ce sont des animaux que l’on peut considérer comme préhistoriques, ils poussent très lentement, ils atteignent leur taille adulte à 7 ans… On n’ attend pas 7 ans, on attend 3 ans ce qui est le meilleur compromis entre le rendement carcasse, c’est à dire la quantité de la viande, la tendreté, la qualité et le goût de la viande. »

Ce type d’élevage très spécifique est tellement confidentiel qu’il n’y pas de filière de commercialisation organisée pour cette viande. Matthieu Perron a donc opté pour la vente directe sur internet ou sur les marchés.

Il y vend de la viande surgelée ,de la salaison , des terrines et même des plats cuisinés parfois de la viande fraiche .
Pour ce qui est du goût, la viande de bison est proche du bœuf : « C’est une viande d’avenir et contrairement aux préjugés, gens pensent que c’est comme du gibier car c’est un animal qui est poilu, gros et ils pensent que ca va être dur et fort et ce n’est pas du tout le cas. »

Pour rentabiliser son élevage, Matthieu Perron doit vendre au moins cinquante bisons par an. Il espère ouvrir bientôt un magasin pour proposer ses produits directement sur son exploitation.

Ne manquent plus que quelques Indiens lol !

Résultat d’images pour images indiens chassant les bisons

çà s’est passé il y a…


….. 125 ans !

28 décembre 1895 : la première séance payante de cinéma

En 1895, les frères Lumière inventent le Cinématographe. Ils cherchent alors une idée de film qui leur permettrait d’organiser la première séance publique payante de l’histoire du 7ème art. Ils se mettent d’accord pour filmer la sortie des ouvriers de leur usine de Lyon. Mais le tournage va s’avérer plus compliqué que prévu. Il va leur falloir s’y reprendre à plusieurs reprises avant d’atteindre leur but.

Capture d’écran du film des frères Lumière : « La Sortie de l’usine Lumière à Lyon »

Le 28 décembre 1895, les frères Lumière organisent la première projection publique payante de l’histoire du cinéma.:

La séance se déroule au Salon indien du Grand Café, boulevard des Capucines, à Paris.

Le film diffusé se nomme « la sortie de l’usine Lumière à Lyon ». Il s’agit d’une œuvre qui dure 45 secondes.!

Il existe plusieurs versions du court-métrage, dont la première a été tournée le 19 mars 1895.  Retour un peu en arrière :.

Lumière et Lumière, inventeurs du Cinématographe.

Le 13 février de la même année, les deux frères déposent le brevet d’un « appareil servant à l’obtention et à la vision des épreuves chronophotographiques ». Bref,  »la caméra Cinématographe  » est inventée.

Ils cherchent alors un sujet qu’ils pourraient filmer. Ils se décident : Ils vont immortaliser la sortie des ouvrières de leur usine de plaques photographiques, à Lyon, dans la rue qui porte aujourd’hui le nom de « rue du Premier film ».

Un premier tournage chaotique.

Le 19 mars, donc, les frères Lumière s’installent dans la salle à manger de leur contremaître qui donne sur leur usine.

A midi, les ouvrières sortent du bâtiment. Louis attrape la manivelle et commence à filmer.

Les travailleuses ignorent alors qu’elles sont en train d’être immortalisées. Parmi elles, on voit aussi quelques hommes à la moustache bien fournie, ainsi que le chien du concierge.

Tout à coup , un attelage sort de l’usine, et la caméra s’arrête.  »Lumière et Lumière  » n’avaient pas prévu assez de bande pour filmer tout l’évènement.

Le film est projeté trois jours plus tard lors d’une conférence tenue à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, rue de Rennes, à Paris. On compte parmi les spectateurs, Léon Gaumont, qui fondera la célèbre marque ……

Mais les deux frères considèrent que la qualité du film n’est pas assez bonne pour une séance payante. Ils décident de tourner à nouveau la scène.

Un seconde tournage maitrisé.

Ce deuxième tournage se déroule un dimanche, jour chômé. Les frères demandent alors aux ouvriers, qui étaient à la messe, de simuler une sortie d’usine.

Ce qui explique que, sur cette version, les hommes et les femmes sont tous  »endimanchés  » .

Cette fois, pour éviter une sortie d’usine chaotique, les réalisateurs demandent à leurs  »apprentis acteurs » de tous sortir vers la droite. Et pas de chariot à la fin !?

C’est cette version qui va être diffusée le 28 décembre 1895 dans la première projection publique et payante de l’histoire.

Le film:

Les frères Lumière, véritable inventeur du cinéma ?

Les historiens se battent encore pour savoir si les frères Lumière sont les véritables inventeurs du cinéma :

Certains clament qu’il s’agirait plutôt de Thomas Edison.

En 1891, l’américain ( Edison ? ) créé le kinétoscope, qui permet de visionner des films de quelques secondes en posant son œil contre un trou percé dans l’appareil.