Hélène Jegado …..


Souvent présentée comme  »la plus grande tueuse en série de l’histoire de France  », Hélène Jegado est une cuisinière française qui donnait la mort à ses victimes par empoisonnement. Parmi ses cibles, on trouve près de 100 personnes, dont 60 ont succombé à ses repas fatals.

Une cuisinière sans histoire :

Sous ces airs de modeste cuisinière, Hélène Jegado fut une véritable calamité pour les personnes qui l’entouraient..

Née en 1804, à Plouhinec (dans le Morbihan),issue d’une famille de cultivateurs pauvres , la Bretonne ne semblait pas prédestinée à figurer dans les faits divers. , elle commença très rapidement la carrière de domestique et devint également cuisinière.

C’est sous ces professions que la jeune femme parcourut la Bretagne et finit par être embauchée par l’abbé Le Drogo, dans le presbytère de Guern (Morbihan), en juin 1833.

Trapue, le visage couvert de bubons, Hélène Jegado ne paie alors pas de mine et n’attire pas la méfiance de son employeur. Pourtant, après quelques remontrances, la cuisinière ( qui avait tendance à consommer de l’alcool sans permission ) décide de se venger de la pire des manières :

Moins d’une semaine après une dispute, le père de l’abbé rend l’âme à l’âge de 66 ans.
Le début d’une véritable hécatombe, puisque la jeune nièce de l’abbé (âgée de seulement 7 ans) et l’abbé lui-même succombent également à d’atroces souffrances.

Cauchemar en cuisine….

Pendant près de 18 ans, l’étrangère cuisinière parcourt donc la Bretagne en compagnie d’un mystérieux coffret en bois, dans lequel se trouvent de nombreuses épices (dont un certain  »sel fou », qui lui servait à masquer l’amertume du poison qu’elle plaçait dans les plats).

Enfants, adultes, vieillards : personne n’échappe aux préparations maléfiques qu’elle concocte sans motif particulier.

Cependant , après plusieurs décès suspects,  »la Jégado » fait toutefois l’objet d’une enquête approfondie. Lorsque l’autopsie des victimes révèle la présence massive d’arsenic, la Bretonne est alors confondue par la police (malgré son déni constant).

Condamnée à mort, elle est finalement guillotinée sur le Champ-de-Mars de Rennes, le 26 février 1852 ; avant que son corps  » atypique  »ne fasse l’objet de dissections poussées.

Croquis de la Jegado fait lors de son procès

Sauver des vies avec….


……un sandwich moisi !

Résultat d’images pour images sandwich moisi

Il y a plus de deux milles ans, en Grèce, en Egypte ou en Chine , j’ai lu qu’on utilisait du pain moisi pour guérir les plaies infectées !

Sans avoir jamais vu une bactéries , les anciens avaient compris qu’il y avait une substance thérapeutique dans les moisissures !..

Comme chacun le sait , la pénicilline ne sera découverte qu’en 1928 par Alexandre Fleming .

Résultat d’images pour Alexander Fleming

Ceci après pour réussir à la purifier et la produire en quantité , au début des années 40 , elle devient le premier antibiotique testé sur les blessés de l’armée américaine et de l’armée britannique .La guerre finie , c’est le remède miracle : La pénicilline

Résultat d’images pour pénicilline images

permet de combattre grangrène,pneumonie méningite , diphtérie, tétanos, syphilis …..etc. Elle a sauvé ainsi , jusqu’à nos jours des centaines de miller de vies .