C’était il y a environ ….

140 ans :

   Le 29 mars 1880 : Jules Ferry expulsait les religieux de l’enseignement …

Alors ministre de l’Instruction publique Jules Ferry prend deux décrets par lesquels il ordonne aux Jésuites de quitter l’enseignement dans les trois mois.

   Fervent républicain athée et franc-maçon issu d’une riche famille de libres penseurs de Saint-Dié (Vosges), Jules Ferry ( ici en  1903 ) Ferry1883 donne aux enseignants des congrégations catholiques le même délai pour se mettre en règle avec la loi ou quitter aussi l’enseignement. Ces mesures viennent en réaction aux excès de la loi Falloux, votée trente ans plus tôt sous la IIe République, qui accordait aux congrégations religieuses une liberté totale d’enseignement.

Sus aux curés !

    5 000 congrégationnistes sont presque aussitôt expulsés sans ménagement excessif et certains municipalités anticléricales font du zèle en expulsant aussi les religieuses qui se dévouent dans les hôpitaux.

   Cette laïcisation  » à marches forcées  » de l’enseignement provoque de violents remous et oblige le président du Conseil Charles de Freycinet à démissionner le 19 septembre 1880. Il est remplacé à la tête du gouvernement par… Jules Ferry lui-même.

   Le nouveau chef du gouvernement en profite pour compléter l’application de ses décrets. Le 21 décembre 1880, le député Camille Sée, ami de Jules Ferry, fait passer une loi qui ouvre aux filles l’accès à un enseignement secondaire public où les cours de religion seront remplacés par des cours de morale. L’année suivante, il fait voter la création de l’École Normale Supérieure de Sèvres en vue de former des professeurs féminins pour ces lycées. L’Église n’a donc plus depuis lors  le monopole de la formation des filles.

 Jules Ferry établit aussi  la gratuité de l’enseignement primaire par la loi du 16 juin 1881 et le rend laïc et obligatoire par la loi du 29 mars 1882. L’enseignement primaire, public, gratuit et obligatoire, devient le fer de lance de la IIIe République. Ses thuriféraires ( clercs )  exaltent les  » hussards noirs de la République  », modestes et dévoués instituteurs qui préparent les écoliers à devenir de bon citoyens et de fervents patriotes.

 

Aux origines de l’école primaire :

   La laïcisation de l’enseignement, il faut le noter , n’a rien à voir avec la généralisation de l’instruction primaire. Celle-ci a été engagée par François Guizot, ministre de Louis-Philippe 1er, et Victor Duruy, ministre de Napoléon III, donc bien avant Jules Ferry. En 1870, lors de l’avènement de la IIIe République, 78% des hommes et 66% des femmes sont déjà en mesure de signer leur registre de mariage (et donc considérés comme sachant lire et écrire) !!

Ferry ecoles

 ( Ecole de province en 1906 )

______________________________________________

Des Français mieux instruits

   La laïcisation de l’enseignement mise en oeuvre par Jules Ferry n’a rien à voir,cependant  , avec le développement de l’instruction publique.

   En France, en 1686-1690, sous le règne de Louis XIV, 29% des hommes et 14% des femmes seulement étaient aptes à signer leur registre de mariage et donc considérés comme sachant lire et écrire ! Ils sont  47% ( H ) et 27% ( F )en 1786-1790, à la veille de la Révolution.

( V. Duruy )

   C’est sous le règne de Louis-Philippe Ier que l’État commence à se soucier de l’éducation des enfants. À ce moment-là, la moitié des Français ne savent encore ni lire ni écrire et le pays est très en retard par rapport à l’Angleterre et d’autres pays de l’Europe du nord.

Par la loi majeure du 28 juin 1833, le ministre François Guizot met en oeuvre l’instruction primaire publique en imposant l’ouverture d’au moins une école dans chaque commune. Sous Napoléon III, le ministre Victor Duruy amplifie son action.     Il développe les lycées et encourage l’instruction des filles malgré l’opposition des milieux traditionnels.

   Ainsi , à la fin du Second Empire et avant que n’intervienne Jules Ferry, la France est déjà un pays fortement alphabétisé. Aux environ de 1870, 72% des nouveaux mariés sont en mesure de signer le registre de mariage (78% des hommes, 66% des femmes). Dans le nord et l’est du pays, cette proportion dépasse allègrement les 80%.

2 réflexions sur “C’était il y a environ ….

  1. Il ne faut pas oublier que Jules Ferry, même si son idée de rendre l’éducation gratuite et laïque pour tous, garçons et filles, fut une excellente idée qui était révolutionnaire pour l’époque, Jules Ferry était un athée et surtout un extrémistes anti curés.
    C’est d’ailleurs pour cela que certaines communes qui l’ont suivi dans ses directives furent si extrêmes avec les prêtres et les nonnes.
    Il est vrai que lorsque les prêtres s’occupaient de l’enseignement, celui-ci était réservé aux garçons et les prêtres tentaient par le catéchisme de faire de ces garçons d’excellents catholiques bien soumis à l’Eglise.
    Jules Ferry, en chassant les curés de l’enseignement, ne fit pas mieux en changeant le catéchisme par des cours de morale : il fit des garçons et des filles des futurs citoyens bien obéissants face à la loi.
    Mais surtout, il inculqua, par ces cours de morale et par l’Histoire (quelque peu revue et arrangée), de futurs patriotes très respectueux de leur patrie et totalement prêts à partir servir ce même pays sous les drapeaux en cas de guerre.
    Alors oui, Jules Ferry permit à des gens d’être plus instruits grâce à certaines grandes écoles, certes il forma ses fameux hussards noirs mais comme tu le dis, il n’a rien inventé en matière d’enseignement à proprement parlert et a surtout voulu servir les intérêts de la République contre ceux de l’Eglise.

    J'aime

    • Bonsoir Yann
      Effectivement, j’ai découvert que Ferry était non seulement athée, mais anti-clérical à l’extrême ..( on peu être non croyant et admettre que d’autres croient en un dieu ) , Ce qui m’a surpris , c’est en effet l’attitude des certains maires ….Ha les  »cours  » de catéchisme ! çà et la messe une fois par semaine pfffff qu’est ce que j’ai souffert ( mon athéisme commençait à l’époque ) …..J’ai connu aussi , au début , à l’école les cours de morale , çà nous paraissait aussi  » rasoir  » . Quoique je dois avouer que certaines bribes de ces cours ont joué un rôle dans ma vie future ….mais pas sur le plan patriotisme …..Pour le reste , tu as tout à fait raison , dans le contexte de l’époque , il a cherché à exclure le clergé de toute activité non religieuse … Perso , je trouve que c’est une bonne chose , mais…..chacun est libre de ses opinions ….
      Ma mère qui était très croyante ne comprenait pas que je le sois pas , et je pense que c’était du à son manque d’instruction justement : Elle ne pouvait pas comprendre , tenir une discussion …….
      Merci pour avoir lu et mis un mot qui complète parfaitement mon petit billet ….
      F.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.