» hobo code  » ?

Qu’est que c’est que ce  » hobo  – code  » ?

code-hobo( Symboles  » hobo-code  » )

Au milieu du 19ème siècle aux Etats Unis, les travailleurs migrants pauvres parcouraient le pays d’un bout à l’autre à la recherche de travail. Ils sautaient sur les wagons de train pour voyager gratuitement.

    Leur vie dans l’illégalité était dangereuse. Ces hommes développèrent alors un langage propre, le  » Code hobo » ou  » Hobo code » en anglais, pour pouvoir communiquer entre eux sans risque. Un système à base de symboles dessinés destiné à permettre aux vagabonds de rendre la vie dans la rue un peu plus confortable.

   Ces signes servaient tout à la fois à se prévenir de chiens dangereux, de propriétaires hostiles, de juges ou de la présence de policiers. Mais le code leur permettait aussi de partager des informations utiles sur d’éventuels hôtes, les coins recommandés pour passer la nuit ou encore les lieux où des soins pouvaient leur être prodigués.

Les Hobos c’est à dire les migrants pauvres écrivait ces signes avec de la craie ou du charbon.

   Voici certains des signes couramment utilisés :

–  Une croix signifiait qu’il y avait de la nourriture servie aux hobos après un sermon.
–  Un triangle avec des mains signifiait que le propriétaire avait un pistolet.
–  Un zigzag horizontal signifiait un chien qui aboie.
–  Un chapeau et un triangle, des richesses.
–  Deux cercles entrelacés signifiaient des menottes.
–  Un chat, qu’une femme aimable vivait là.

   Avec le temps, le sens de nombre de ces symboles a été perdu. Mais on peut  en voir encore dans certains endroits. Par exemple sur un ferry à la Nouvelle Orléans.

2 réflexions sur “ » hobo code  » ?

  1. En effet ces gens qui ne vivaient pas comme l’Américain moyen étaient mal vus et pourtant c’était des travailleurs saisonniers qui participaient à l’économie du pays contrairement aux clochards qui ne travaillaient pas.
    Ces hoboes étaient souvent des ouvriers agricoles ou des travailleurs itinérants. Leur nom vient sans doute de là puisque hobos serait une contraction de hoe boy, ce cri que leur lançaient les chauffeurs de locomotive ou de «homeless boy» qui signifie garçon sans maison.
    Plus tard, dans l’imaginaire américain, le hobo a été teint d’un certain romantisme allié à la conquête de l’Ouest. Un romantisme et des hommes qui inspirèrent bon nombre de chanteurs folk comme Woody Guthrie, Pete Seeger, Joan Baez ou Bob Dylan et le chanteur de blues et John Lee Hooker.
    Ces mêmes hoboes ont aussi inspirés de grands auteurs américains comme Jack Kerouac ou Jack London. Mark Twain s’est inspiré du portrait des hoboes pour créer son héros Tom Sawyer.
    Sinon, cette histoire de symboles est fort intéressante et prouve que, bien que routards et vagabonds, ces hommes étaient fort bien organisés et s’aidaient entre eux par codes interposés.

    J’aime

    • Merci encore une fois pour ces précisions Yann , ce qui m’a amené à mettre ce billet , c’est le code qu’ils employaient symbolique de leur entr’aide (astucieux ) …..Effectivement , contrairement à ce que je pensais avant d’avoir cherché , ces  » hobos  » , ils n’avaient rien de clochards .

      J’aime

Les commentaires sont fermés.