21 décembre 1645 ……….

( long, trop long : Là si pas de commentaire , je comprends , mais perso , j’ai passé un bon moment )

mort d’Athos, mousquetaire ayant inspiré Alexandre Dumas ! ( Athos a existé  ? ! )

   Son nom complet : Armand de Sillègue d’Athos d’Authevielle, Athos, né en Béarn en 1615, fut mousquetaire du roi Louis XIII et inspira Alexandre Dumas père pour son personnage fictif d’Athos de son roman Les Trois Mousquetaires paru en 1844, fidèle peinture de l’esprit du XVIIe siècle ….

    En 1910, Jean de Jaurgain, membre correspondant de l’Académie royale de Madrid, publiait un ouvrage intitulé  »Troisville, d’Artagnan  » et les Trois Mousquetaires montrant qu’aucune des trouvailles importantes d’Alexandre Dumas n’était contredite par les découvertes des érudits, et que la fantaisie pittoresque du romancier s’accordait merveilleusement à la sévérité des historiens. Parmi les pièces authentiques, des correspondances et des papiers de famille retrouvés par Jean de Jaurgain, se détachaient des portraits, des tableaux de mœurs, auxquels on pouvait contrôler les inventions d’Alexandre Dumas sans constater une défaillance du portraitiste ni une offense du peintre à l’endroit de ce qu’on nomme  » la couleur locale  » : les héros présentés par Dumas  A.Dumassont conformes aux originaux et les milieux dans lesquels ceux-ci se meuvent, se démènent, intriguent, s’amusent, se battent, sont bien les mêmes qu’avec une merveilleuse intuition de l’histoire, l’auteur des Mousquetaires a peints.

trois-mousquetaires affiche

Dumas aurait  raconté lui-même comment l’idée d’écrire son romain lui vint, un jour qu’il lisait le premier volume des  » Mémoires du capitaine d’Artagnan  », rédigés par Courtilz de Sandras. Dans cet ouvrage, ce dernier, qui avait été l’ami de d’Artagnan, raconte avec une belle verve gasconne les duels et les amours du mousquetaire, rapportant même son aventure avec Milady et mettant en scène, les trois Béarnais qu’illustra le feuilletoniste : Athos, Porthos et Aramis.  » Nous l’avouons, déclare Alexandre Dumas, ces trois noms étranges nous frappèrent et il nous vint aussitôt à l’esprit qu’ils n’étaient que des pseudonymes à l’aide desquels d’Artagnan avait déguisé des noms peut-être fameux.  »

Ces brillants gardes du roi, dont le capitaine avait rang de lieutenant général et qui avaient parfois pour lieutenants des maréchaux de camp et pour enseignes des colonels d’infanterie, devaient le conquérir autant par la splendeur de leurs équipages que par la variété de leurs exploits.

On lit dans le curieux  »Journal d’un voyage à Paris  », publié en 1862 par Faugère : 

  » Le 19 janvier 1657, nous pusmes voir entrer le Roy par la Porte Saint-Antoine avec ses nouveaux cent-vingt mousquetaires qui luy servent aussy de garde. Certainement, ce sont des hommes bien choisis et qui vont couverts magnifiquement, car chacun a une casaque bleue avec de grandes croix d’argent à flammes d’or qui finissent en fleur de lis. Sur toute la casaque il y a un grand galon d’argent. On n’y reçoit personne qu’il ne soit gentilhomme et qu’il ne soit brave à outrance. M. Manchini (le duc de Nevers) en est capitaine. Ils ont deux tambours et deux fifres ; ils portent le mousquet et attachent la mesche à la testière, entre les deux oreilles du cheval.  »

   Le 30 novembre, le voyageur ajoute sur son journal :  » Nous apprîmes de M. Lemonoir que le Roy avait commandé à ses mousquetaires de se pourvoir de chevaux gris, voulant que la compagnie en fût montée et qu’ils eussent la queue longue.  » Enfin, Dumas les chérissait peut-être pour leur faconde. La plupart d’entre eux étaient de Gascogne et du Béarn ; la fortune de M. de Troisville, qui commanda longtemps la compagnie sous Richelieu et au début du ministère Mazarin, avait tourné la tête de tous les cadets du pays.mousquetaire 1622<= mousquetaire 1622.

L’ouvrage  » Mémoires du capitaine d’Artagnan, capitaine-lieutenant de la première compagnie des Mousquetaires du roi, contenant quantité de choses particulières et secrètes qui se sont passées sous le règne de Louis-le-Grand  »(1701), en trois volumes, considéré parfois comme apocryphe, car il eut pour auteur,  non  d’Artagnan lui-même, mais l’un de ses amis, Gatien de Courtilz, seigneur de Sandras (1644-1712). Ceux qui, pour faire montre d’érudition, insinueraient que Dumas n’a eu d’autre peine que d’y avoir copié les aventures de son héros, établiraient par cette seule assertion qu’ils n’ont jamais ouvert ce vénérable ouvrage. Sans doute, dans la préface du roman, Dumas lui-même expose qu’il en emprunte tous les éléments à ces mémoires ; mais c’est là un artifice si souvent employé qu’il ne trompe plus personne et auquel l’auteur, tout le premier, serait désolé qu’on se laissât prendre.

   Dans cette même préface il fait allusion à d’autres Mémoires  » à lui signalés par son illustre et savant ami Paulin Paris  » ; ce sont les » Souvenirs de M. le comte de la Fère  » , dont le manuscrit in-folio est coté, affirme Dumas, dans les collections de la Bibliothèque royale. Or, ces Souvenirs du comte de la Fère, et ce personnage lui-même, n’ont jamais existé que dans l’imagination de Dumas. Peut-être, ayant indiqué comme l’une de ses prétendues sources les Mémoires de M. d’Artagnan, et se figurant qu’il se rencontrerait des badauds assez simples pour collationner son texte avec la version originale, se précautionnait-il conte ces naïfs inquisiteurs, en déroutant leur perspicacité qu’il lançait sur la piste d’un document introuvable ? Peut-être voulait-il donner à croire que tout ce qui, dans son livre, ne provenait pas du premier de ces ouvrages, était tiré du second ? Peu importe. Ce genre de supercherie était fréquent à cette époque.

Il y eut trois d’Artagnan d'Artagnan<==d’Artagnan 

qui portèrent tour à tour la casaque bleue à croix d’argent : c’est le deuxième qu’Alexandre Dumas, avec une charmante familiarité, fit entrer dans son épique trilogie. (Il s’appelait Charles de Batz de Castelmore  ); le nom domanial d’Artagnan distinguait une branche cadette de l’illustre maison à laquelle appartenait sa mère, une Montesquiou. Il adopta ce nom que son aîné avait déjà fait apprécier dans la compagnie des Mousquetaires et dont il devait encore aviver l’éclat. C’est en 1640 et non en 1626, comme l’écrivit Dumas pour la commodité de son récit, qu’il quitta le  » castel  » familial pour chercher fortune à Paris

mousquetaire-seconde-compagnie<== mousquetaire 2ème compagnie )

Ses parents n’avaient pu lui donner, pour traverser les trois quarts de la France, que  22 francs et 6 écus ; encore, ce mince bagage lui fut-il volé avant qu’il atteignit la capitale, au cours d’une querelle qu’il eut à Saint-Dié avec un gentilhomme, M. de Rosnay.           L’auteur des Trois Mousquetaires ne négligea pas  cette scène pittoresque, modifiant seulement le lieu de la rencontre  ( Saint-Dié, par Meung ) et le nom de l’adversaire (de Rosnay ), par le comte de Rochefort.

De l’arrivée à Paris de d’Artagnan : Aucune trace. Elle se situe au plus tôt vers 1631 et au plus tard vers 1639, ce qui est vague. Quoi qu’il en soit, il n’a pas pu participer au siège de La Rochelle qui eut lieu en 1627-1628. Dumas n’en a rien su ( ou n’a rien voulu savoir ) . en revanche, et la réalité dépasse ici la fiction, il rencontra bien à Paris ces fameux trois mousquetaires qui nous sont si bien connus par la plume de Dumas. L’entrée de d’Artagnan dans l’antichambre du capitaine de Tréville encombrée de Gascons et de Béarnais, est une esquisse où l’on reconnaît les lignes principales de la grande toile que devait brosser, deux siècles plus tard, avec une verve éblouissante, le fécond romancier ; tout de suite, le Cadet de Gascogne se lie avec ses compagnons légendaires : Porthos, Athos et Aramis.

Et c’est au sein des Mémoires du capitaine d’Artagnan qu’il puisa ces noms : celui du héros, d’Artagnan, le séduisit par sa crâne allure et sa résonance gasconne ; ceux d’Aramis , d’Athos et de Porthos, recueillis également dans l’œuvre. Ces noms étaient parfaitement authentiques.

   Aramis qui, dans le roman de Dumas, devient chevalier d’Herblay, puis évêque de Vannes, puis général des Jésuites, et enfin duc d’Almeréda, était, dans la véritable histoire, Henry d’Aramitz, écuyer abbé laïque d’Aramits en la vallée de Baretous, sénéchaussée d’Oloron : neveu  » à la mode de Bretagne  » de Tréville, le capitaine de la compagnie, il entra aux Mousquetaires en 1640 et épousa, deux ans plus tard, Jeanne de Béarn-Bonasse, dont il eut quatre enfants. Dans son ouvrage, Jean de Jaurgain relate qu’Aramis abandonna jeune la compagnie des Mousquetaires et se retira dans ses terres où il mourut, au milieu de ses enfants,  »en odeur de sainteté  » . De la période de son existence qui est antérieure à la pénitence, le consciencieux historiographe a retenu une anecdote dont la couleur eut certainement ravi Alexandre Dumas : Elle se rapporte à l’un des duels où Aramis fut le second de d’Artagnan. Celui-ci avait déplu à de jeunes seigneurs anglais, au cours d’une visite qu’il faisait à la reine Henriette, en adressant à la femme de Charles Ier des compliments où il entrait un peu d’insolence à l’égard des sujets de Sa Majesté.     L’une deux provoqua donc Charles d’Artagnan. Celui-ci s’en fut à l’hôtel de la rue du Bac, où étaient casernés les Mousquetaires et, en l’absence de Porthos et d’Athos, pria Aramis de l’accompagner. Aramis, qui venait de prendre une médecine, était couché : il se jeta hors du lit et, passant son haut-de-chausse, tint à suivre sur le pré son fougueux camarade. Là, sa pâleur donna un instant d’espoir à l’Anglais qui se trouvait en face de lui et qui attribuait à la crainte le malaise dont Aramis souffrait visiblement.

_____________________________________________

 Le noble Athos Athos était, en réalité, messire Armand de Sillègue, fils puîné d’Adrien de Sillègue, seigneur d’Athos ( tout petit village situé aux portes de Sauveterre-de-Béarn, sur la rive droite du gave d’Oloron ), et d’une certaine N*** de Peyrer, fille d’honorable homme Guillem de Peyrer, marchand et jurat d’Oloron. Mousquetaire de la garde du roi, Athos trépassa à Paris le 21 décembre 1645 et, d’après un acte découvert par l’archiviste Auguste Jal (1795-1873) dans les registres mortuaires de l’église Saint-Sulpice, il semble bien qu’il succomba dans quelque duel, son corps ayant été trouvé  » proche la halle du Pré-aux-Clercs  », d’où on a pu conclure que ce gentilhomme avait peut-être succombé du grand coup d’épée qu’il reçut à travers le corps le soir où, sortant de la foire Saint-Germain, il tira d’un mauvais pas d’Artagnan, assailli par les spadassins de Milady.       

 Dumas ayant besoin d’Aramis le fait vivre beaucoup plus longtemps, et le transforme en ce comte de La Fère, auteur présumé de ces Mémoires imaginaires que nul n’a lus et ne lira jamais.

__________________________________________________

  Quant à Porthos, il s’appelait de son vrai nom Isaac de Portau et, né à Pau le 2 février 1617, était le second fils d’un conseiller du roi et contrôleur provincial des guerres et artillerie du Béarn. D’abord garde du roi, Porthos n’obtint la casaque de mousquetaire qu’au début de 1643. On ignore quelle fut sa carrière militaire et la date de sa mort ; mais des descendants directs de son frère aîné, Jean de Portau, vivaient encore au début du XXe siècle. Il faut se féliciter de ce que Dumas n’ait pas poussé ses recherches jusqu’à se procurer un contrôle des Mousquetaires, car il y aurait constaté qu’Athos était mort avant l’entrée de d’Artagnan dans ce corps d’élite et qu’Aramis et Porthos ne durent pas l’y connaître bien longtemps !

 

     Si Alexandre Dumas n’emprunte pas que les noms des mousquetaires à l’ouvrage de Courtilz de Sandras, mais s’en inspire également pour certains épisodes, notamment celui du voyage de d’Artagnan arrivant de sa province à Paris, ce n’est pas sur ces ressemblances qu’il est possible de fonder une accusation de plagiat : l’œuvre de Dumas diffère totalement du récit de Courtilz, tant par la conduite et l’enchaînement des aventures que par le mouvement, la variété, l’entrain de la narration, l’allure et le ton des personnages, et surtout , qui le croirait ?  Par l’exactitude de la couleur locale. C’est là le prodige : des deux écrivains, c’est le contemporain, bien renseigné des événements, qui semble n’avoir pas su  » voir  » ; et c’est l’autre, l’ignorant, venu deux cents ans plus tard, qui va nous restituer  » l’ambiance  »  de ses héros avec une vérité de convention si puissante qu’elle s’impose, entraîne et persuade !

   Il paraît bien que Dumas s’était pénétré de Tallemant des Réaux  T. des Réeaux, car on reconnaît çà et là dans son oeuvre des traits manifestement empruntés aux Historiettes. Ou bien ne puisait-il pas, moins savamment encore, sa fragile documentation dans un ouvrage publié de son temps, en 1832, chez Gosselin, et qui a pour titre : Intrigues politiques et galantes de la Cour de France sous Charles IX, LouisXIII, Louis XIV, le Régent et Louis XV mises en comédies par Antoine-Marie Roederer, ancien préfet ? Cette  » rhapsodie historico-théâtrale » était bien faite pour satisfaire très largement la rapide et superficielle curiosité du  » bon Dumas  » ; et ce qui donnerait à penser qu’il l’utilisa, c’est que, dans  une des comédies de l’ancien préfet Roederer,  » les Aiguillettes d’Anne d’Autriche  », on voit Buckingham s’emparant par surprise des ferrets de diamants de la reine, qu’il restitue par crainte du scandale. Ceci ressemble beaucoup, tout au moins par le thème, à certain épisode des Trois Mousquetaires…