» La saint Glin Glin  » ?

   L’expression  » Reporter à la Saint Glin-Glin  »  ( comme chacun sait ) , c’est le repousser à une date indéterminée ou à jamais, la Saint-Glinglin n’appartenant pas au calendrier des saints.

     La première mention officielle de cette expression date de 1897. Un article de presse relate alors une décision du tribunal de police de Paris : après avoir promis à son créancier de le rembourser à la Saint-Glinglin, un débiteur aurait été condamné à le payer à la Toussaint (le 1er novembre).
Un jeu de mot savant
L’expression  » la Saint-Glinglin  » serait un jeu de mots un peu savant, qui joue sur l’homophonie entre seing ( » signal  » ou  » signature  ») et saint, et la déformation de l’onomatopée  » glin ». La Saint-Glinglin, c’est donc à proprement parler  »le signal qui fait gling gling  » , c’est-à-dire la sonnerie de la cloche… Et pourquoi les juges ont-ils choisi le jour de la Toussaint ? Car c’est la fête de tous les saints qui n’ont pas de jour dédié dans le calendrier et, ce matin-là, les cloches des églises sonnent bel et bien à toute volée !

 

 

2 réflexions sur “ » La saint Glin Glin  » ?

  1. Je connaissais l’origine cette expression par contre, j’ignorais l’histoire de ce jugement avec condamnation du débiteur à payer à la Toussaint.
    Les juges se sont rappelés à juste titre à quoi servait la Toussaint dans le calendrier catholique et ont su en profiter.
    Ceci ne pourrait pu avoir lieu puisque depuis la loi de 1905, ils ne peuvent plus faire référence à cette date.

Les commentaires sont fermés.