Il y a 80 ans


Elser, Un Héros ordinaire :

Le soir du 8 novembre 1939, à Munich, dans la brasserie Bürgerbräukeller, Hitler fête l’anniversaire de son putsch raté de 1923. Ce putsch lui avait valu d’être incarcéré pendant plusieurs mois, mais cela ne l’avait pas empêché d’accéder dix ans plus tard à la Chancellerie, autrement dit à la tête du gouvernement allemand.
Par une (mal)chance inouïe, le Führer va échapper ce soir-là à une bombe destinée à le tuer…
13 minutes de trop :
    Georg Elser, un humble menuisier originaire du petit village de Hermaringen, dans le Jura souabe, veut profiter de l’occasion pour assassiner le Führer dont, plus lucide que la plupart de ses contemporains, il a mesuré la malfaisance.
Il ne lui suffit pas de s’opposer en silence, en refusant par exemple le salut nazi. Dans une solitude totale, il décide d’agir par lui-même.
   Après avoir remarqué  que chaque année, Hitler célèbre l’anniversaire du putsch de la Brasserie, il s’installe dès l’été 1939 à Munich et fabrique lui-même une bombe à retardement en usant de son savoir-faire en horlogerie.
   Il va régulièrement aussi prendre un dîner à la brasserie et s’y laisse enfermer la nuit afin de préparer la cachette de la bombe. Enfin, il dépose celle-ci deux jours avant l’anniversaire…
  Comme prévu, Hitler se présente à la brasserie, entouré de la plupart des principaux dignitaires nazis. Hitler 34
    Mais , comme il a hâte de revenir à Berlin, il abrège son discours et quitte les lieux plus tôt que prévu, à 21h07, soit 13 minutes précisément avant l’explosion de la bombe (il bénéficiera d’une chance semblable lors de l’attentat de la Tanière du Loup en 1944).
  La bombe provoque l’effondrement d’une partie du local, faisant huit morts et 63 blessés.

Un héros longtemps oublié
   Très vite, grâce aux restes de la bombe, la police de Himmler identifie les fournisseurs de Georg Elser et retrouve son atelier.
   Le menuisier est arrêté le soir même alors qu’il tente de franchir la frontière suisse. Après quatorze heures d’interrogatoire et de torture, il avoue avoir posé la bombe mais  nie toute complicité face aux policiers qui n’en croient pas leurs oreilles et suspectent les services secrets britanniques.
Hitler demande que le prisonnier soit conservé en vie jusqu’à la fin de la guerre, dans l’attente d’un procès à grand spectacle destiné à magnifier le nazisme. En attendant, il est déporté au camp de concentration d’Orianenburg-Sachsenhausen, près de Berlin, puis transféré à Dachau.
   Mais Hitler ne l’oublie pas. Le 9 avril 1945, alors qu’il est sur le point de se suicider après avoir mené son pays au chaos, il donne par téléphone l’ordre express d’exécuter le  » prisonnier spécial  » .

                           ________________________________________________________

    Les films Georg Elser, de et avec Klaus Maria Brandauer (octobre 1989), et Elser :  » Er hätte die Welt verändert  », par Oliver Hirschbiegel (« Elser, il voulait changer le monde » ; titre français : Elser, un héros ordinaire), retracent l’histoire héroïque de ce résistant allemand ; le premier , longtemps oublié, aujourd’hui hissé à sa juste place.

__________________________________________________________________

La brasserie il y a quelques temps ….

brasseie Munich

 

_______________________________________________________________________________________________

Il y a peu : !

  Polémique à Munich, où la Hofbräukeller, une des grandes brasseries de la capitale bavaroise, veut empêcher la tenue d’un meeting du parti d’extrême droite  » Alternative für Deutschland » qui devait avoir lieu dans sa cave vendredi 13 mai 2016, et lors duquel Frauke Petry, coprésidente de l’ AFD, doit tenir un discours devant plus de 400 militants.
   Interviewé le 5 mai par le quotidien bavarois Süddeutsche Zeitung, le patron de l’établissement, Ricky Steinberg, a expliqué qu’il avait décidé d’annuler la réservation après avoir vu à la télévision les images des échauffourées qui ont eu lieu à Stuttgart le 30 avril à l’occasion de la tenue d’un congrès-clef du parti. Il ajoute avoir eu vent qu’un rassemblement de protestation était prévu devant la brasserie et avoir  »tout sauf besoin de ce tohu-bohu ».
  Outré par la décision de la direction de la brasserie, l’antenne locale de l’AfD Munich-Est, qui avait effectué la réservation il y a des semaines, a porté l’affaire devant le tribunal de Munich, qui a décidé ce jeudi 12 mai 2016 de donner raison au parti populiste, obligeant l’Hofbräukeller à accueillir le meeting prévu le lendemain
 » Suffisamment d’extrémistes de droite »
    Le refus du patron de l’établissement d’accueillir ce rassemblement d’extrême droite avait pourtant recueilli le soutien des Munichois habitués des lieux. Interviewés par un journal , plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs souligné le fait que cette brasserie avait déjà accueilli  »suffisamment d’extrémistes de droite »  par le passé. C’est en effet en ces lieux qu’Adolf Hitler avait déjà prononcé son tout premier discours, le 16 octobre 1919…
    Berceau du nazisme, Munich a accueilli de nombreux rassemblements nazis, dont la plupart avaient lieu dans les caves des grandes brasseries de la ville. C’est par exemple dans une autre brasserie emblématique, la Hofbräuhaus , que le dictateur nazi créa le NSDAP le 24 février 1920. Et c’est dans la cave de la Bürgerbräukeller,  ( qui n’existe plus aujourd’hui ), qu’a eu lieu sa tentative de putsch ratée le soir du 8 novembre 1923, connue sous le nom de  » putsch de la brasserie » .