Cocorico ! ? lol

   J’ai lu qu’il y a environ 3 ans , la première route solaire au monde a vu le jour dans le village de Tourouvre , en Normandie ( en décembre 2016) ……Depuis ce jour là , les automobilistes  ( environ 200 par jour ) ,sortent du village par la  » R D 5  » en roulant sur des panneaux solaires collés sur la chaussée ! route solaire

   Les dalles , spécialement conçues devraient produire l’équivalent de l’éclairage public d’une ville de 5000 habitants , selon  » Wattway  » , promoteur du projet subventionné par l’état …..Avantage : La production d’électricité ne gêne personne sur ces surfaces qui , parait il , ne sont en moyenne occupées par les autos que 20% du temps .L’avantage principal serait surtout : Avec un million de kilomètres de routes , le France pourrait , en théorie accéder à l’indépendance énergétique en payant seulement un quart du réseau .

Il parait que , depuis 2017 , 2 autres tronçons seraient testés en région parisienne pour alimenter des équipements publics . 

   Deux questions ,  » bémols  » :

   Les panneaux résisteront ils , avec le temps , au passage des poids – lourds et aux intempéries ? En plus , le  » watt – crête  » ( unité de mesure de l’énergie solaire ) produit de cette façon , revient à 17 euros ,contre 1, 30 euro pour le solaire en grande toiture ….. » Wattway  » disait pouvoir atteindre ce prix en 2020

                          _____________________________________________________

En 2019 ( environ  3 ans après ) :

Fiasco ? ou????

La première route solaire du monde a coûté 5 millions d’euros à l’Etat. Si le département confirme qu’il s’agit bien d’un échec pour ce qui est de la production d’énergie, elle n’est en revanche pas un fiasco sur toute la ligne.

 

 Un échec « sur un plan économique, financier, en termes de production d’électricité », estimait le directeur de cabinet du président du conseil départemental de l’Orne. Mais pas un fiasco sur toute la ligne, comme il l’explique lors d’une entrevue avec un journaliste

  Dans quel contexte cette première route solaire a été construite ?

– Cette route solaire est née de la volonté de Ségolène Royal, lorsqu’elle était ministre de l’Environnement en 2016. À Tourouvre qui est une cité de caractère de 1.500 habitants située au cœur du Perche, il y avait l’entreprise S NA qui fabriquait des vinyles, qui s’est mise à construire des panneaux photovoltaïques. Avec Colas (filiale du groupe Bouygues), ils ont conclu un partenariat autour de ce projet de route solaire. Quand Ségolène Royal a eu vent de ce partenariat, elle s’est engagée à construire 1 kilomètre de route solaire avec Colas. Elle a d’abord demandé s’il était possible d’installer ce projet sur une route départementale, et le département de l’Orne a donné son accord. La décision a été prise en juillet 2016, et la route a été inaugurée en décembre 2016. C’était donc ultra-rapide. Même si au niveau du département, nous étions déjà un peu dubitatifs. 

Qui a payé la facture?

  » L’Etat a payé la totalité de la facture de cette première route solaire. Le département de l’Orne était maître d’oeuvre, puisque c’était une route départementale, mais ça ne nous a rien coûté. Nous avons été remboursés franc pour franc. Ce projet a coûté 5 millions d’euros hors taxe, l’Etat nous a remboursé 5 millions hors taxe et naturellement, nous avons récupéré la TVA. Donc au niveau du département, c’était une opération blanche. » 

Trois ans après cette inauguration, quel bilan tirez-vous de cette route solaire?

 Oui, cette route est un échec sur le plan économique, car la production d’électricité n’est pas au rendez-vous. Nous attendions 20.000 euros de produit d’électricité de 2017 à début 2019 et nous n’en avons récupéré que 40%, ce qui représente 8.000 euros pour la vente d’électricité à EDF. Par contre, pour notre collectivité, c’est un succès total en termes de communication et de notoriété. Au point que les touristes chinois et coréens se sont rendus sur place.

2 réflexions sur “Cocorico ! ? lol

  1. L’idée au départ est bonne mais suite au bilan ornais, il y aura sûrement des choses à revoir. Quant au prix au kw, Il va falloir qu’avec le temps la rentabilité soit présente.
    Si cela coûte cher c’est sans doute parce que c’est une distance courte et qu’il y a peu de passage.
    Une fois améliorées les techniques de production et le nombre de passages en augmentation, petit à petit le coût du kw devrait chuter sinon les entreprises et l’Etat devront abandonner ce projet original.

    • Effectivement , j’ai pensé comme toi : L’idée était bonne , mais beaucoup de choses sont à revoir , à améliorer …Peut-être un nouvel essai dans une région plus fréquentée ? Des investissements d’autres sociétés privées ?

Les commentaires sont fermés.