Pour terminer…..


( Heureusement , Manu ne vient pas ce midi  , il viendra manger jeudi )

arbre 1  Ils s’aiment ?arbre 2Ils s’aimaient ? 

arbre 3arbre 4

La nature reprend ses droits……

Klik ….. A ce soir certainement ( jessairais de passer chez  » mes lecteurs  » )

 

Vivian Maier ?


    Connaissez vous Vivian Maier ? Moi non , pas avant d’avoir lu un petit articles ( une dizaine de lignes ) dans un magazine ….Lecture qui m’a incité à en savoir plus sur cette femme :

  Ce que j’ai lu : John Maloof , un jeune agent immobilier achète un jour ( quand ?? )  une caisse contenant 30 000 négatifs de photographies anonymes . En l’ouvrant , il y découvre un formidable trésor  » d’ instantanés de rue   » dont , dit on , la plupart sont captivants et débordent du génie de leur photographe . Mais quel artiste peut bien être derrière ces photos ? se demande Maloof  qui décide de partir à la chasse aux indices et , finalement , après un an de recherche ,il trouve la réponse et surtout un nom : Celui de Vivian Maier . Il la cherche alors mais constate qu’il est déjà trop tard à quelques jours près : Elle vient de mourir , emportant son secret dans la tombe …..En essayant d’en savoir plus, de lever une partie du voile , John présente ces photos , qui seront exposées dans les galeries les plus prestigieuses du monde tout en essayant d’en savoir plus sur leur auteur ….

 » On  » lui parle d’une  » nounou  à la Marie Poppins  » secrète et mystérieuse qui ne parlait jamais de photographie et…cachait son activité à tout le monde ….

   Qui fut elle vraiment ? On ne le saura sans doute jamais , mais Vivian Maier restera dans l’histoire comme celle qui a révolutionné la  » photographie de rue  »

  Ce n’est déjà pas mal …………

Vivian Maier   < =(il semble que ce soi telle….)

Quelques unes de ses photographies :

V.M 1 V.M 2V.M 3V.M auto portrait

J’ ai aussi trouvé ( mais dans une  » encyclopédie papier  » ) :

Vivian Maier, née le 1 er février 1926 à New York , d’une mère française et d’un père d’ascendance autrichienne, et morte le 21 avril 2009 à Chicago, est durant sa vie une nourrice tout en étant parallèlement une photographe de rue amateur, prolifique et talentueuse, dont l’œuvre a été découverte après sa mort, faisant d’elle une artiste célèbre.

 

 » Derrick  » , Horst Trapper ….face cachée !


  La série télé  » inspecteur Derrick  »  a connu un succès important  /international pendant plus de 28 ans , l’acteur Horst Trapper incarnait Derrick ….Pendant ces 28 ans , la série a  » regroupé  » des centaines de millions de spectateurs !

Ce qu’on sait moins , c’est qu’en 2013 , il a été prouvé que l’ acteur H. Trapper avait  fait partie de la  » Waffen – SS  » pendant la deuxième guerre mondiale , alors qu’il se disait ambulancier !

Suite à cette révélation , ces découvertes , la rediffusion de la série fut stoppée en Allemagne , en France et d’autres pays …..

Pour mémoire :

    

Le radeau de la Méduse …..


radeau-de-la-mc3a9duse.jpg

Immortalisé par le peintre Géricault  , le naufrage du radeau de                   

    La Méduse est le résultat d’une incurie, aujourd’hui bien trop méconnue. Le sort funeste de la frégate, qui s’était échouée le 2 juillet 1816 au large de la Mauritanie, avait néanmoins fait scandale à l’époque.

Une succession d’erreurs

    Envoyée, en juin 1816, pour reprendre possession des comptoirs que la France possédait au Sénégal – avant leur confiscation par les Anglais durant la période du Premier Empire – la frégate de La Méduse fait partie de la “division du Sénégal” qui compte également la corvette L’Écho, le brick L’Argus et une gabarre nommée “La Loire”.

  Avec pour destinations Saint-Louis et le cap Vert, le vaisseau transporte plus de 400 personnes au total, parmi lesquelles un bataillon d’infanterie de marine et leurs compagnes, ainsi que le personnel administratif chargé de faire fonctionner la colonie. À la tête de l’équipage, le capitaine Hugues Duroy de Chaumareys est, néanmoins, un vétéran qui n’a pas exercé en mer depuis plus de 25 ans (suite à son émigration forcée au Royaume-Uni, du temps de la Terreur).

Mal entouré et complètement dépassé par les évènements, Chaumareys cumule malheureusement les erreurs d’orientation et, en croyant reconnaître le cap Blanc, le capitaine met le cap vers le sud-est.
Cette erreur est fatale à la frégate qui, lancée à toute vitesse, heurte un haut-fond.

Désemparé devant un tel fiasco, l’équipage peine à remettre le navire à flot et, trois jours plus tard, une tempête précipite La Méduse sur un récif.

C’est le début du naufrage.

Popularisé par l’art :

Au  » grand dam  » des passagers, la frégate ne comporte que quatre canots, une chaloupe et une yole, comme solutions de secours.

  Dans l’urgence, le colonel Julien Schmaltz décide alors de bricoler un radeau de fortune, fait de planches de récupération, reliées entre elles au moyen de grossiers cordages.
Faisant quinze mètre sur huit, le frêle esquif est censé être remorqué jusqu’à la côte africaine par six autres embarcations.

   Réunies dans les vaisseaux les plus stables, les personnalités les plus éminentes évitent soigneusement d’embarquer sur le radeau, tandis que les soldats du bataillon doivent se résigner à le faire.

   Sans surprise, la remorque casse deux heures après avoir été reliée aux canots, laissant ainsi les naufragés seuls, face à l’immensité de l’océan, comprimés dans un espace beaucoup trop petit pour eux.
  Très rapidement, cependant, l’équipage composé de 147 personnes commence à se réduire.
   Des marins sont emportés par les vagues, d’autres sont jetés par dessus bord. Après de multiples révoltes, des passagers affamés finissent même par manger quelques cadavres restés sur le radeau.
   Seules 15 personnes sont encore en vie au moment du passage de L’Argus, alors que la nouvelle du naufrage fait un scandale en France.

  Finalement, dégradé par le conseil de guerre, Duroy de Chaumareys terminera sa vie en exil, tandis qu’un  » certain  »  Théodore Géricault réalisera une toile – grandeur nature – qui immortalisera les victimes de cette mésaventure (Le Radeau de la Méduse, réalisée en 1818-1819).