Cocorico !!!


Coqs, canards, cloches… Qui en veut aux bruits de la campagne ?

    Victoire pour Maurice.!

    Ce coq vivant à Saint-Pierre-d’Oléron (Charente-Maritime) va pouvoir continuer de chanter en paix. Ainsi en a décidé, ce jeudi 5 septembre, le tribunal correctionnel de Rochefort, saisi par les voisins Jean-Louis et Joëlle Biron, des Limousins qui ont acheté sur l’île leur résidence secondaire. Ils ne supportaient plus d’entendre l’animal chanter dès le matin et avaient donc dépêché un huissier pour constater que Maurice pousse la chansonnette très tôt chaque jour. Ils avaient ensuite attaqué les propriétaires, Corinne et Jacky Fesseau.

 

 

    C’est presque devenu une habitude : on ne compte plus le nombre de procès intentés à des cloches, coqs, canards et autres crapauds par des voisins qui ne supportent plus de les entendre. Le cas de Maurice, devenu symbole malgré lui de cette opposition, a même franchi nos frontières, jusqu’aux États-Unis, où il a eu droit aux honneurs du New York Times! Ces conflits de voisinage, hautement médiatisés et en forte hausse, témoigneraient, selon certains, d’une véritable scission du pays, écartelé entre la France des villes et la France des champs.

Traditions contre silence
   Dans ce face-à-face, ce sont deux visions qui s’affrontent. Côté rural, on entend ( c’est le cas de le dire )  défendre ces sons qui font partie du patrimoine historique.      Ils seraient mis en danger par des  » néoruraux  » récemment arrivés des villes qui ne veulent plus entendre un coq chanter ou des cloches sonner. Côté  » néo-rural  » , d’anciens urbains venus échapper au brouhaha citadin défendent coûte que coûte le droit au silence chez soi.
   Au Biot (Haute-Savoie), ce sont, par exemple, les cloches des vaches qui dérangeaient des riverains, essentiellement propriétaires de résidences secondaires. Après une pétition – plus de 120 000 signatures ! – et une manifestation pour défendre les bovins, le maire Henri-Victor Tournier a finalement coupé la poire en deux en gardant les cloches, mais en déplaçant l’abreuvoir pour éloigner les bêtes.

  De nombreux cas similaires existent , sont allé jusqu’en justice pas toujours au ‘ profit  »des  » faiseurs de bruits campagnards  » 

  Le coq Maurice a eu de la chance. Car si la majorité des cas sont réglés à l’amiable, le tribunal, quand il est saisi, n’est pas toujours clément avec les animaux et les églises. Dans le Bas-Rhin, le tribunal administratif a tranché : les cloches d’Asswiller, attaquées par deux couples, devront sonner moins fort entre 22 heures et 7 heures, ou se taire.!

village clocher

Bonnus :

5 réflexions sur “Cocorico !!!

    • Bonjour Marie
      En tous cas , cette histoire pour le moins insolite mais vraie m’a plu …..Je ne comprends pas les gens de la ville qui vienne à la campagne et là se plaignent des bruits typiques des villages …..
      Merci pour ton commentaire , à bientôt
      Bisous
      Francis

      J'aime

  1. Un jugement plein de bon sens qui réjouit une majorité de Français. Le problème vient de ces nouveaux ruraux, ces rurbains, qui ne connaissent rien à la campagne, aux habitudes des habitants, aux sons du quotidien qui sont les bruits naturels de la vie à la campagne.
    Ces gens qui s’installent disent être venus pour avoir le calme mais ils confondent calme et silence. Ce sont les mêmes qui font un bruit d’enfer chaque samedi ou dimanche matin avec leur tondeuse, leur taille-haies ou leur motoculteur. Ces mêmes gens refusent de se plier aux lois naturelles et aux us et coutumes de la campagne et veulent imposer leur façon de vivre comme s’ils étaient en terrain conquis. Pourtant ce sont les mêmes qui reprochèrent aux immigrés de ne pas se plier aux lois françaises, de ne pas accepter nos habitudes et de vouloir nous imposer leur culture ! Comme par hasard ces rurbains se conduisent de la même façon à la campagne.
    Il faudrait prendre exemple sur ce maire qui a apposé un panneau à l’entrée de son village et qui annonce ceci : « Attention village français ! Vous pénétrez à vos risques et périls.
    Ici, nous avons des clochers qui sonnent régulièrement ; des cops qui chantent très tôt, des troupeaux qui vivent à proximité. Certains ont même des cloches autour du cou, des agriculteurs qui travaillent pour vous donner à manger. Si vous ne supportez pas ça, vous n’êtes pas au bon endroit ! Sinon nous avons de bons produits de terroir, des artisans talentueux et heureux de vous faire découvrir leur savoir-faire et leur production. »

    J'aime

    • C’est exactement çà Yann !
      Ici , de nombreuses maisons sont achetées par ces vacanciers :Ils commencent par ôter le charme de ces bâtisses ; là où les murs sont encore en pierres , ils les recouvrent (font recouvrir ) par un crépis blanchâtre remplacent les tuiles par des ardoises etc.….Et comme tu le dis , font un  » bruit d’enfer  » le dimanche en tondant leurs pelouses sans compter leurs barbecues qui enfument tout le quartier et font  » la fête  » jusqu’à la nuit ……Le plus souvent , quand ils ne viennent que pour une semaine par exemple , ils amènent même leurs provisions pour la nourriture et des produits d’entretien etc…=> ils ne  » donnent  » rien aux commerçants du village…….Bref , ce sont des imbéciles ( à mon avis ) ……
      Merci pour ton commentaire  » pertinent  » comme toujours .
      A plus
      F.
      P.S :J’adore la fin de ta réaction !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s