Les auberges de jeunesses ?

   Richard Schirrmann, (né à Grunenfeld (Prusse-Orientale) le 15 mai 1874 et décédé à Grävenwiesbach (Hesse) le 14 décembre 1961) Schirrmann, est un instituteur allemand, connu pour avoir été l’initiateur du concept de l’auberge de jeunesse

    Dès 1907, alors qu’il est instituteur dans la Ruhr, il prend l’initiative de transformer sa classe en dortoir pour accueillir des groupes de jeunes pendant les congés scolaires.    En 1911 il crée la première auberge de jeunesse, au château d’Altena en Westphalie  Altena chateau, grâce à des aides reçues pour encourager son projet. Schirrmann projette d’accueillir, moyennant une participation minime, principalement des enfants, mais bientôt des adolescents, puis des étudiants et de jeunes ouvriers utilisent les facilités offertes.
   L’idée se développe et se répand dans d’autres pays, d’abord en Scandinavie et en Europe centrale, puis après la première guerre mondiale au Royaume-Uni et aux États-Unis. C’est Marc Sangnier Sangnierqui sera le pionnier des auberges de jeunesse en France à partir de 1929.
   Le mouvement qui se construit est laïc et reprend plusieurs éléments au scoutisme, lui aussi en plein essor : la vie en collectivité au grand air, l’autogestion éducative, mais, contrairement à lui, se teinte d’influences communistes et socialistes, voire anarchistes. Les auberges de jeunesse sont aussi, dans l’entre-deux-guerres, un important foyer pacifiste. Par la suite, il perdra son orientation politique et ne gardera que son orientation de mouvement de loisir.

3 réflexions sur “Les auberges de jeunesses ?

  1. Comme tu l’écris si justement, il y aura en France deux moyens d’apprendre aux jeunes à s’épanouir dans la nature et à apprendre à se débrouiller avec les moyens du bord dans la nature.
    Ce seront les auberges de jeunesses mais ces auberges de jeunesses très teintées d’idées de gauche accueillaient les jeunes dans des auberges qui appartenaient souvent au Parti Communiste, parti puissant et riche à l’époque.
    Face à eux, se trouvaient de fait les mouvements scouts plutôt d’obédience religieuse (catholiques, protestants et juifs), des mouvements qui avaient moins d’argent et qui emmenaient les jeunes dormir sous des tentes de quatre personnes et à qui on apprenait à se débrouiller pour vivre au quotidien.
    A la fin d’une année, chaque scout se voyait décerner un badge de cuisinier de charpentier, de tailleur de bois, etc.
    Deux mouvements avec le même but mais qui permettaient de véhiculer à des jeunes des idées politiques discrètement.

    J’aime

    • Bonjour Yann ,
      Je ne savais pas que les scouts accueillaient aussi le jeunes de religion juive ?
      Evidemment, ces mouvements , comme souvent cherchaient à influencer la jeunesse ( souvent encore  » malléable  » ) pour leurs idées politiques à venir …….
      Je n’ai jamais appartenu / jamais fréquenté ni l’un ni l’autre : Chez moi , à la campagne, nous passions une bonne partie des vacances à camper entre amis ( dont l’un , d’un milieu plus  » aisé  » avait une belle tente ) , c’était le bon temps lol …..Ces jours renforçaient encore nos liens amicaux …
      F.

      J’aime

Les commentaires sont fermés.