c’était il y a 105 ans :


Le 15 août 1914 a lieu dans la discrétion l’ouverture officielle du canal de Panamá. L’Europe, qui vient d’entrer dans la plus effroyable guerre de son Histoire, est indifférente à la portée de l’événement.
   Une décennie plus tôt, les États-Unis ont fomenté sur l’isthme une insurrection en vue de détacher le territoire de la république de Colombie et le constituer en État vassal…

Photo / image = construction du canal de Panama …..

   Un enjeu stratégique pour Washington
   Le Panamá ayant  »  l’insigne   » privilège d’être l’endroit le plus étroit de l’isthme qui unit l’Amérique du Nord à l’Amérique du Sud, les Européens ont, dès le XVIe siècle, l’idée d’y percer un canal pour relier l’océan Atlantique à l’océan Pacifique. Après l’échec de Ferdinand de Lesseps, les Américains relèvent le défi et, pour 40 millions de dollars, rachètent les droits des Français sur le canal.
   Depuis leur guerre contre l’Espagne (1898), les États-Unis veulent éviter le contournement de l’Amérique du sud par le détroit de Magellan et le cap Horn aux navires qui relient la Californie à la côte Est, le passage par l’isthme ramenant de 24 500 à 9 500 kilomètres le parcours entre San Francisco et New York.
    Ils songent d’abord à un canal qui passerait plus au Nord, par le Nicaragua, où l’isthme est plus large qu’à Panamá mais n’est pas traversé par une chaîne de montagnes. Finalement, ils se rallient au principe d’un canal à écluses à travers Panamá, selon la conception de l’ingénieur français Philippe Bunau-Varilla.
   Approché par Washington, le gouvernement de la Colombie, qui exerce sa souveraineté sur le territoire panaméen, s’oppose cependant au projet. Du coup, les États-Unis encouragent la bourgeoisie de Panamá à faire sécession le 3 novembre 1903.
   Quinze jours plus tard, ils signent avec le nouvel État le traité Hay-Bunau-Varilla pour la construction du canal. Il porte le nom du secrétaire d’État américain Hay et de l’ingénieur Bunau-Varilla. Il prévoit la cession à perpétuité aux États-Unis d’une bande de 10 miles de large (16 kilomètres) en échange de 10 millions de dollars (une broutille ? ).

Des travaux éprouvants
   Un médecin américain, William Gorgas, engage sans attendre la lutte contre les moustiques qui infectent la région et propagent la malaria. Malgré cela, sous le climat tropical, les travaux de construction du canal se révèlent éprouvants. Ils mobilisent jusqu’à 24 000 ouvriers essentiellement originaires des Antilles, sous la direction de l’ingénieur civil John Stevens.
   Le canal, long de 80 kilomètres, comporte deux lacs artificiels et trois jeux d’écluses de 33 mètres de large :  » Miraflores  » , avec deux chambres inversées ;  » Pedro Miguel  », avec une seule chambre ;  » Gatún  »  avec trois chambres dénivelées. Les travaux auront coûté seulement 375 millions de dollars, soit 22 millions de moins que prévu !
   L’inauguration, au début de la Grande Guerre, le 15 août 1914, se traduit par la traversée du vapeur américain Ancon, en huit à dix heures.
Le trafic interocéanique passe de 2 000 navires par an pendant la Grande Guerre à 14 000 par an au début du XXIe siècle, avec un tonnage supérieur à 200 millions de tonnes. Il représente à ce moment-là 6% du trafic maritime mondial mais sa progression est freinée par la capacité insuffisante des écluses et la largeur du chenal.
Le canal du IIIe millénaire
Le 1er janvier 2000, l’État panaméen a la satisfaction de rétablir sa souveraineté sur toute la zone du canal suite aux traités Torrijos-Carter signés en 1978 entre le président panamén Omar Torrijos et le président américain Jimmy Carter.
Le 22 octobre 2006, par référendum, les Panaméens approuvent un projet d’agrandissement du canal, pour un montant de plus de cinq milliards de dollars. Le chenal élargi et les nouvelles écluses sont inaugurées le dimanche 26 juin 2016, après huit ans de travaux, en présence de plusieurs chefs d’État américains.
Le nouveau canal est désormais accessible à des cargos de type Panamax (366 mètres de long x 49 mètres de large) et d’une capacité de 14 000 conteneurs, soit plus du double de la capacité précédemment autorisée.

4 réflexions sur “c’était il y a 105 ans :

  1. Au départ, un projet français qui couta plus cher que prévu, causa un scandale politico-financier en France et ruina plusieurs petits épargnants.
    Comme par hasard, les Etats-Unis sont venus fourrer leur nez dans cet affaire, les financiers américains sentant la bonne affaire ont poussé les politiques à déclencher un coup d’Etat dont tu parles dans ce billet.
    Et qui tire les marrons du feu ? Les financiers américains comme d’habitude.

    Aimé par 1 personne

    • Et oui Yann , un projet français qui eut on dire  » tomba à l’eau  » ….pour le malheur des petits ( comme souvent )
      Et , comme tu écris , ce sont encore les U.S.A qui s’en sont mélés et tiés profit .
      Merci
      F.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s