Communication ….


inter espèces ? 

  À la croisée des sciences cognitives et informatiques, le projet Interspecies Internet tente de concevoir des outils de communication électronique inter-espèces.

Il y a dix-huit ans, Peter Gabriel a fait une expérience qui change profondément sa vie: en visite dans un centre pour primates à Atlanta, il improvise un bœuf musical au piano avec deux bonobos, Kanzi et Panbanisha.Les animaux n’ont jamais touché d’instrument mais ils comprennent instinctivement le langage musical. Impressionné par ce qu’il a vu, Gabriel finit par monter une équipe mue par un rêve un peu dingue: inventer un système de communication électronique inter-espèces.

   En 2013, le projet  » Interspecies Internet » se dévoile au monde lors d’une conférence TED. Sur scène, Peter Gabriel est accompagné par  » des pointures  » : Diana Reiss, spécialiste de la cognition et du langage chez les dauphins, Neil Gershenfeld, inventeur du concept de fablab, et Vint Cerf, légende de l’informatique et père fondateur du Web. L’idée passe à peu près inaperçue, mais l’équipe continue de travailler.
   Ces six dernières années, ses membres ont mis au point deux dispositifs, un pour les dauphins, l’autre pour les chimpanzés. Des résultats commencent à tomber, explique  » IEEE Spectrum  » dans un article du 25 juillet.

 

Parler aux animaux… au lieu d’en manger
    Techniquement, l’Interspecies Internet est une gigantesque montagne à gravir. S’il existait, le système idéal serait non seulement une pierre de Rosette du langage animal, mais également une interface de communication adaptée à chaque espèce (puisqu’un dauphin, si doué soit-il, ne pourra pas utiliser les mêmes outils qu’un singe). La tâche semblait jusqu’alors inatteignable mais l’évolution des algorithmes de reconnaissance du langage naturel (NLP) et des interfaces de communication la rendent désormais envisageable.
   Pour y parvenir, l’équipe de recherche développe plusieurs axes de travail. Des interfaces classiques, comme FaceTime ou Skype, fonctionnent déjà partiellement chez les orangs-outans, même s’ils passent plus de temps à jouer qu’à discuter. Les dauphins ont eux aussi leur écran tactile, mis au point en 2017. Côté logiciel, l’Earth Species Project met à profit le deep learning non supervisé pour décoder les sons des baleines, dauphins, primates et autres animaux. De leur côté, des primatologues creusent l’idée de former des singes dans un environnement humain, comme c’est déjà le cas concernant Kanzi, pour servir de traducteur inter-espèce.

    Les pistes ne manquent pas. L’Interspecies Internet avance au rythme de la recherche et de l’innovation. Bien que les enjeux techniques, scientifiques et philosophiques soient colossaux, c’est un autre aspect qui motive Jeremy Coller, le millionnaire américain dont la fondation finance majoritairement l’initiative: celui de la protection animale. Car le jour où nous pourrons parler au bétail, argue-t-il, il nous deviendra beaucoup plus difficile de le manger.

 

Effet placebo ?


      Ce mardi après midi , muni de mon ordonnance  , je suis allé à la pharmacie pour me  » réapprovisioner  » ………Mais la  » brave femme  » qui m’a reçu a déclaré qu’elle ne pouvait pa de donner les  comprimés disant qu’il fallait une nouvelle ordonnance du spécialiste …..( n’ai pas compris ….) . Je n’ai même pas cherché à discuter ……

   Une fois rentré , j’ai regardé mon  » stock  » de médicaments , => il m’en reste de quoi tenir une semaine environ …Sauf un ( le plus  » fort  » ) : Lui je n’en ai plus !

   Mais , j’en ai retrouvé une plaquette …….périmés depuis plusieurs mois ! J’ai pris ce comprimé ne sachant si il aurait encore l’effet voulu ….médicaments 2

  Pour l’instant , çà va : Pas de malaise ….D’où mon interrogation : n’est pas l’effet  » placebo  »  ? 

L’effet  » placebo  » consiste à faire croire à une personne qu’un procédé ou une substance peut la soigner alors qu’en pratique, il ou elle n’a pas d’effet thérapeutique intrinsèque. Et pour certains, cela fonctionne: la simple promesse d’une guérison améliore leur état.
    »L’effet placebo, c’est le fait d’observer une amélioration d’un symptôme dans un groupe où le traitement n’a pas de principe actif spécifique, par rapport à un groupe qui ne reçoit aucun traitement » , définit Olivier Desrichard, professeur de psychologie à l’université de Genève. Celui-ci n’est pas toujours distinguable du phénomène de guérison spontanée, comme cela arrive lors d’un rhume ou de maux de tête, ce qui peut rendre difficile sa mesure.  »C’est un phénomène étudié depuis longtemps, il commence à être bien cerné  » 

Conditionnement et suggestion
   L’utilisation de placebos en médecine est probablement aussi vieille que la médecine elle-même. Pendant la seconde guerre mondiale, le chirurgien Henry Beecher injectait des solutions salines aux blessés avant de les opérer pour leur faire croire qu’il s’agissait de morphine, alors que les stocks étaient épuisés. Un peu plus tard, à l’aube des années 1960, ce même médecin a montré que l’effet placebo ne se limitait pas aux médicaments: il concerne n’importe quel procédé, dès lors que le malade est convaincu de son efficacité.
   » Un patient convaincu qu’il va guérir se met dans des conditions favorables à cette guérison »

   Près de soixante ans plus tard, l’effet placebo garde encore un peu de son mystère. Pourtant, ses mécanismes ont été en grande partie élucidés.  » Il y a deux grands déterminants psychologiques dans l’effet placebo, indique Olivier Desrichard. Le conditionnement classique d’une part, et la suggestion d’autre part ». Le premier est une réponse biologique qui découle de l’association entre un rituel de soins (consultation médicale, prescription, prise de médicaments…) et un souvenir positif (la guérison).
     Quant à la suggestion,  » c’est ce qui se produit lorsque le médecin affirme que le médicament fonctionne, que ça va aller mieux », résume le chercheur.  »Un patient convaincu qu’il va guérir, qui a confiance en son thérapeute et qui focalise une grande partie de son attention sur les signes de sa guérison, se met dans des conditions favorables à cette guérison  » , complète Aurélie Trouilloud, dans sa thèse de doctorat en pharmacie soutenue en 2003.

             ________________________________________________________________

    Evidemment , ce mercredi , je téléphonerais à l’hôpital pour demander un rendez- vous avec le neurologue , mais le rendez- vous ne sera certainement pas possible avant la fin de ces fichus comprimés ! 

Alors…….Si je ne passe pas sur le net , vous qui me lisez , possible que je sois à l’hôpital ………

 

 

30 Juillet :Fête de…..


L’ Amitié!

On peut toujours rêver…….

Le 30 Juillet 2011, l’O.N.U fête l’amitié . Cette journée spéciale dédiée aux amis a été  » initiée  » en 1930  pour des raisons commerciales par la fondatrice de la marque américaine de cartes de voeux Hallmark et était fêtée en août ….Elle devint une journée internationale , célébrée pour la première fois le 30 juillet 2011 , ceci après décision de l’ O.N.U qui , dans un esprit pacifiste , veut  » promouvoir  »  l’Amitié entre les peuples , les pays , cultures et les individus ….

     Un discours qui fait du bien même si il faut se reférer au Docteur Coué !
La résolution 65/275 votée par l’ONU insiste sur la participation des jeunes et sur celle des futurs dirigeants de pays, à des activités qui impliquent les différentes cultures et proment la compréhension entre les pays et les communautés et le respect de la diversité.
   La Journée Internationale de l’amitié soutient aussi les buts et les objectifs de la « Déclaration et du Programme d’action sur une culture de la paix » (ONU).
L’ONU encourage les gouvernements, les ong et les individus à organiser toutes sortes d’événements, activités et initiatives qui contribuent aux efforts de la communauté internationale de promotion d’un dialogue entre les civilisations, la solidarité, la compréhension mutuelle et la réconciliation.
ONU drapeau

Au fait : Que représente , signifie le  » logo  » sur le drapeau de l’O.N.U ?

L’emblème a été conçu par une équipe de graphistes pour la Conférence de San Francisco en 1945. L’équipe était dirigée par Oliver Lincoln Lundquist.
Une carte du monde
Le dessin représente  » une carte du monde figuré en projection  » azimutale équidistante  » ; le pôle nord servant de centre; autour de la carte, une couronne de branches d’olivier stylisées et croisées; le tout en or sur champ gris-bleu, les mers en blanc. La projection de la carte s’étend jusqu’au 40e degré de latitude sud, et comprend quatre cercles concentriques ».

Le sceau officiel des Nations Unies a été approuvé le 7 décembre 1946.

L’emblème de l’ONU est incorporé dans les logos de plusieurs membres de la  » famille des Nations Unies  ». Il est aussi utilisé sur les timbres de l’ONU.
L’utilisation du drapeau est régulée par le Code du drapeau des Nations Unies.