Il n’y a que les imbéciles qui ne change pas d’avis ……

    Que quelqu’un ait le courage  , la patience de tout lire m’étonnerais , mais ce n’est pas grave : J’avais envie d’en savoir plus sur cet homme …..

 

    Dans la  » mémoire collective  » , Ghandi  reste le symbole de la non – violence , son image est associée depuis toujours à celle d’un sage   » chétif  » en  » dhoti  » blanc avec des lunettes rondes ……Ghandi

( Un  » dhoti  » =  Vêtement porté par les hindous traditionalistes, constitué par une longue bande d’étoffe drapée autour des hanches et dont un pan, passant entre les jambes, est ramené en arrière et rentré dans la ceinture.)

Pourtant , Ghandi fut d’abord un avocat  bourgeois en  » costume trois pièces  » Ghandi 1 et il s’est construit ce personnage au fil du temps …..

  Il faut savoir qu’avant de devenir le  » chantre  » , symbole de la non -violence , il a eu ,( d’après ce que j’ai lu  ) des positions diamétralement opposées , comme , par exemple , lorsqu’en 1905 , face à la rebellion zouloue , il réclamait que les indiens du Natal suivent  » un entrainement complet  à un véritable service militaire  » et soient armés……..

   Alors ? On oublie et garde le pacifiste ? 

Moi je penche pour  » le pacifiste  » ……..

   Même en cherchant sur le Net , je ne trouve rien sur  » le  » Ghandi  d’avant  :

   Mohandas Karamchand Gandhi est né en 1869 dans une famille aisée de l’Inde. Il se lance dans des études de droit à Londres en 1888, car il est très attiré par l’étranger. Une fois son diplôme obtenu, il exerce le métier de conseiller juridique en Afrique du Sud et découvre les conditions de vie déplorables des noirs et des Indiens dans ce pays. Visés par un racisme incessant, il entame alors son premier « combat » de non-violence (appelé la satyagraha). Il obtient de bons résultats quelques années plus tard, en 1914.

     Il décide alors de retourner en Inde, constatant qu’il connait assez peu son pays d’origine. L’Inde est, à l’époque, un territoire appartenant aux Britanniques. Le désir d’indépendance se fait de plus en plus grand, mais la Première Guerre mondiale survient dans le même temps. Gandhi conseille alors aux Indiens de se battre aux côtés de la Grande-Bretagne pour prouver leur capacité à défendre leur patrie. À partir de 1918, Gandhi lance de nombreux boycotts et manifestations non-violentes contre l’augmentation des taxes : c’est la naissance du Mahatma, du Bapu (père).

La Swaraj ?
En décembre 1921, Gandhi devient le dirigeant exécutif du Parti du Congrès. Il introduit la notion et le but de la Swaraj, l’indépendance totale, dans une nouvelle constitution. Dans le même temps, les boycotts intensifiés se développent, et les Indiens rejettent tout ce qui est britannique (vêtements, marchandises, titres et honneurs…). Mais après des affrontements mortels dans la ville de Chauri Chaura en 1922, Gandhi décide de stopper cette désobéissance civile meurtrière. Il est arrêté en mars et condamné à six ans de prison. Il est libéré deux ans plus tard car il doit être opéré de l’appendicite. Durant son absence, les relations entre les musulmans et hindous se sont détériorées, ce qui l’inquiète énormément.
La marche du sel


    Les nombreuses demandes et négociations pour l’indépendance entamées avec les Britanniques n’aboutissent à rien, et aucune réponse n’est donnée. Le 31 décembre 1929, le drapeau indien est accroché à Lahore et le 26 janvier 1930 est déclaré comme jour de l’indépendance indienne. Pourtant, personne n’a encore rien confirmé. En mars de la même année, Gandhi lance sa marche du sel contre la taxe salière. Des milliers d’Indiens marchent sur une route longue de 400km pour protester et aller chercher leur propre sel jusqu’à la mer. Les Britanniques emprisonnent 60 000 personnes à la suite de cette manifestation. En 1935, l’indépendance partielle de l’Inde est accordée. Gandhi continue son combat pour l’indépendance totale au sein du Parti du Congrès avec le futur Premier ministre, Nehru.

    Lorsque la Seconde Guerre mondiale débute en 1939, Gandhi estime que l’Inde ne peut participer aux combats étant donné qu’on refuse la liberté démocratique à son pays. Il redouble les demandes d’indépendance et rédige un texte destiné aux Britannique connu sous le nom de Quit India. Ce texte devient finalement un mouvement entier, des milliers d’Indiens sont arrêtés et des violences surgissent partout dans le pays.

    Gandhi est clair : aucune participation ou aide à la guerre ne sera accordée si l’Inde n’est pas indépendante. Le 9 août 1942, Gandhi et les dirigeants du Congrès sont arrêtés par les forces britanniques. Durant sa détention, sa femme Kasturba meurt d’une crise cardiaque alors qu’elle est elle aussi emprisonnée. C’est un coup très dur pour Gandhi, marié à Kasturba depuis presque 60 ans. En mai 1944, Gandhi est relâché car très affaibli. Lorsque la guerre prend fin, les Britanniques indiquent que l’Inde sera bel et bien déclarée indépendante. C’est la fin de la lutte Quit India.
Indépendance mais partition
   Mais cette indépendance ne se déroule pas comme prévu : le pays est séparé en deux, musulmans d’un côté et hindous de l’autre, après plusieurs violences entre ces deux communautés. Gandhi est contre une partition de l’Inde, mais le Congrès approuve la décision pour éviter une guerre civile : l’indépendance est proclamée le 15 août 1947. Le pays est séparé : d’un côté, l’Union indienne, de l’autre, le Pakistan. La guerre indopakistanaise ne tarde pas à débuter quelques mois plus tard. Gandhi n’a plus qu’un but : rallier les deux communautés et faire cesser les combats. Grâce à son dernier jeûne, en janvier 1948, il parvient à apaiser durant quelques mois la situation. Mais le 30 janvier 1948, Gandhi est assassiné.          Nathuram Godse, un hindou tenant Gandhi pour responsable de la partition de l’Inde, touche mortellement le Mahatma de plusieurs balles. Godse sera jugé et condamné à mort en novembre 1949. Les cendres de Gandhi furent dispersées dans plusieurs grands fleuves comme la Tamise ou le Nil, dans la tristesse générale de l’Inde mais aussi du monde entier.
Gandhi : dates clés
2 octobre 1869 : Naissance de Gandhi
  D’abord avocat, il exerce à Bombay puis en Afrique du Sud (1893) avant de prendre fait et cause, à son retour, pour le boycott des produits britanniques. Maintes fois emprisonné, prônant la désobéissance civile et la fameuse doctrine Ahimsa (« non violence active »), il prit part aux pourparlers en faveur de l’indépendance (1947). Il est assassiné par un brahmane fanatique à New Delhi le 30 janvier 1948.
   8 septembre 1920 : Le parti du Congrès reconnait le programme de lutte non violente de Gandhi
Le Satyagraha ou principe de non-violence par la désobéissance civile fut instauré par Mohandas Gandhi, organisateur de la lutte de la communauté indienne pour ses droits civiques et pionnier dans le mouvement pour l’indépendance de l’Inde. Le 8 septembre 1920, son programme de lutte non-violente est même reconnu par le Parti du Congrès ou Congrès National Indien dont il devint le dirigeant exécutif en 1921. En Inde, Gandhi est aujourd’hui considéré comme le Père de la Nation et son anniversaire y est une fête nationale.
  12 mars 1930 : Ghandi déclenche la marche du sel
Le Mahatma Gandhi entame une campagne de désobéissance civile contre le pouvoir britannique d’Inde qui impose une taxe sur le sel. Accompagné d’une poignée de disciples, il commence une longue marche appelée « marche du sel ». Au cours de ses 350 km de route des villageois, des journalistes et des intellectuels se rallieront à sa cause. 24 jours après son départ Gandhi atteindra la mer où symboliquement il violera le monopole de l’Etat colonial en ramassant une poignée de sel. Le « père de la nation » indienne sera arrêté sur l’ordre du vice-roi le 5 mai.
8 août 1942 : Gandhi et Nehru arrêtés
    Les Britanniques font arrêter Mohandas Gandhi, Jawaharlal Nehru et d’autres chefs nationalistes indiens. Ces arrestations font suites au Congrès national indien qui a approuvé le mouvement de la désobéissance civile appelé « Quit India ». Elles entraîneront des émeutes qui feront huit morts. Gandhi et Nehru seront emprisonnés à plusieurs reprises jusqu’en 1945. L’Inde obtiendra son indépendance en 1947.
30 janvier 1948 : Assassinat de Gandhi
   Le « père de la nation indienne » est assassiné de trois balles par l’extrémiste indoue Nathuram Godse lors d’une prière publique. Godse reproche à Gandhi d’être trop favorable à la cause des indiens musulmans. Durant 78 ans, Mohandas Karamchand Gandhi, dit le Mahatma Gandhi (Mahatma signifiant «Grande Âme»), aura professé la non-violence radicale, « l’ahimsa » et la résistance passive contre l’occupant britannique. Gandhi avait choisi de faire entendre sa voix par le jeûne politique jusqu’à obtenir satisfaction de ses revendications. Deux millions d’Indiens assisteront à ses funérailles.

 

 

6 réflexions sur “Il n’y a que les imbéciles qui ne change pas d’avis ……

      • Et très souvent plus tu creuses plus le mythe s’effondre; et tu n’as pas que lui…

        Le système se sert très bien de ces personnages en leur temps et dans l’histoire (après leurs disparitions).

        Idem pour celles et ceux que l’on nous présente comme de gros méchants, il y a des pans entiers à découvrir…

        Le monde n’est n’est ni tout noir, ni tout blanc; il y a une ‘infinité’ de nuances entre ces deux pôles.

        Tiens, un personnage qui pourra ta laisser pantois (si tu es intéressé) : le Dalaï-lama.

        Le Dalaï Lama ?????
        Je chercherais , merci
        F.

        J’aime

  1. Bonjour, mais où trouves tu tout ces documents pour faire des billets cohérents? je les adore on apprend toujours quelque chose, je suis un peu déçue de voir la double personnalité de cet homme , mais après tout ce n’était qu’un homme Bisous et bonne fin de journée MTH

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Marie
      Il suffit de chercher  » ici et là  » lol : Sur le net bien sur , mais aussi en partant d’une revue comme  » çà m’intéresse  » , » le Vermot  » ,( tu connais  » l’ almanach Vermot  » , c’est un vrai trésor d’infos de toutes sortes ) et même en partant d’un programme télé ….En tous cas , si çà t’intéresse , j’en suis heureux : C’est le but principal de ce genre de billet ….
      P.S : Oui , ce n’était qu’un homme au fond , c’est pour çà que j’écris  » je garde le pacifiste  »
      Bisous , merci
      Bonne fin de dimanche ( ici très chaud ! )
      F.

      J’aime

  2. Ce qu’écrit Aphadolie est très juste. Il y avait une face sombre de Gandhi mais comme celui-ci est devenu depuis des décennies le symbole humain de la non violence.
    On a tenté effacer tout ce qui touche à la période où il appelait une révolte armée sans omettre que cet homme fut infidèle à sa femme durant toutes ces années.
    Comme pour tout personnage symbolique, il y a le côté héroïque et parfois martyr qu’on met en avant en l’embellissant parfois mais il existe l’autre face, moins reluisante, qu’il faut taire pour mettre en valeur le symbole et laisser une image bien lisse.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.