çà s’est passé il y a 670 ans !


Le 30 mars 1349
   L’héritier du roi de France devient le Dauphin
Le Dauphiné est une région alpine qui s’étend autour de Vienne et Grenoble. Au Moyen Âge, c’est une terre d’Empire dont le comte doit rendre hommage à son suzerain, l’empereur d’Allemagne…
   L’origine du nom demeure obscure. On peut seulement noter que deux dauphins (cétacés) figurent sur les armoiries du comté. Peut-être une allusion à une légende locale ? Peut-être aussi le nom vient-il du prénom Dolfin, en usage au nord de l’Angleterre, qui aurait été donné au XIIe siècle par la comtesse Mahaut, d’origine anglaise, à son fils aîné…
    Toujours est-il qu’au milieu du XIVe siècle, endetté et désespéré à la suite de la mort de son fils unique, le comte du Dauphiné Humbert II décide de vendre ses États au fils du roi de France Philippe VI de Valois, le futur Jean II le Bon.
    La transaction est conclue pour la coquette somme de 120 000 florins (le florin est une monnaie d’or émise par Florence et très appréciée partout) et signée au château de Vincennes le 23 avril 1343.
  Après quoi, Humbert II – bien qu’âgé de seulement 29 ans – s’enferme dans un couvent de dominicains !
  Six ans plus tard, le 30 mars 1349, sans attendre la mort de Philippe VI, Jean remet le Dauphiné à son fils Charles pour lui assurer des revenus réguliers mais aussi pour éviter d’avoir à rendre hommage à l’empereur !
   Du coup, Charles (futur Charles V le Sage) prend le titre de dauphin du Viennois, qui était celui des comtes du Dauphiné depuis 1192, et ajoute les armes du Dauphiné aux siennes. À sa suite, jusqu’au XIXe siècle, tous les héritiers du royaume de France porteront ce titre et seront appelés « Dauphin ».

Des héritiers bien dotés:
   Les rois de France n’ont pas été les premiers à doter l’héritier de la couronne d’un titre (en l’occurrence celui de Dauphin) pour le faire patienter à l’abri du besoin.
  Cette pratique fut inaugurée par le roi d’Angleterre Édouard 1er, qui a donné à son fils le titre de prince de Galles le 25 avril 1284.
   Elle se retrouve aussi dans la monarchie espagnole, dont l’héritier est prince des Asturies, à la tête du Saint Empire romain germanique, où le fils de l’empereur allemand est roi de Rome, dans la monarchie belge dont l’héritier est duc de Brabant, également dans des familles princières. Ainsi l’héritier des princes de Condé est-il duc d’Enghien.