çà s’est passé il y a 105 ans ….


Le 16 mars 1914 :

   Nous sommes rue Drouot, l’après-midi. Une voiture s’arrête devant l’entrée du quotidien Le Figaro.

    Une dame en sort. Elle a l’air strict. Elle porte une robe noire et, petite particularité, elle a caché ses mains dans un manchon de fourrure. C’est Henriette Caillaux, la femme du ministre des Finances de l’époque, Joseph Caillaux. Elle entre et demande à parler au directeur, Gaston Calmette.

    Mais ce dernier n’est pas là. Qu’à cela ne tienne : Madame Caillaux attendra. Elle s’assied à quelques pas du bureau. À 18h, Calmette est de retour, gagne son bureau, reste quelques minutes et s’apprête à ressortir, quand on le prévient que Madame Caillaux l’attend depuis un long moment. Gaston Calmette n’en croit pas ses oreilles.

   En effet , depuis quelques semaines, Le Figaro mène une violente campagne contre Joseph Caillaux. Il a même dévoilé la correspondance intime du ministre avec sa maîtresse. Calmette demande à l’huissier de faire entrer Madame Caillaux. « Vous vous doutez sans doute de l’objet de ma visite », dit-elle. Très vite elle sort de son manchon un browning, vide le chargeur sur Calmette : quatre balles atteignent leur cible. Le directeur du Figaro est grièvement blessé, et va mourir à l’hôpital.

    Madame Caillaux est arrêtée et reconnaît tout, précisant qu’elle voulait que le journal cesse de s’en prendre à son mari.      Celui-ci accourt, effondré ; il va devoir démissionner, bien sûr, pour organiser la défense de sa femme. Or, aussi étrange que cela paraisse, et ce sera la grande affaire de l’été 1914, Henriette va être acquittée par les assises. Le 28 juillet 1914, le jury a estimé qu’elle avait agi en légitime défense en quelque sorte

2 réflexions sur “çà s’est passé il y a 105 ans ….

  1. En légitime défense ? Mon oeil ! Elle voulait laver l’honneur de son mari.
    Si elle a été acquittée c’est sas doute parce qu’elle était l’épouse d’un ex ministre des finances et que entre juges, hommes politiques et autres personnes qui appartenaient à la même classe sociale, on essayait de ne pas très sévère entre soi.

    J'aime

    • strong>em>çà me parait évident aussi Yann : ( qu’elle voulait venger son mari ) , en lisant  » légitime défense » , j’ai aussi été surpris .
      Et la suite de ton commentaire me semble tout à fait pertinente ……et quelque peu révoltante : La justice n’est ( ne sera jamais la même pour tout le monde ) .
      F.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.