çà s’est passé il y a environ…..


57 ans :

Le 8 février 1962 :

   Depuis plusieurs mois, les clandestins de l’ O A S ( Organisation de l’armée Secrète )  multiplient les attentats contre les officiels français accusés de négocier l’abandon de l’Algérie avec le FLN.

Le 7 février 1962, une charge de plastic est déposée sur un rebord de fenêtre au domicile du ministre des Affaires culturelles, André Malraux,  à Boulogne-sur-Seine.

Delphine Renard, 7 février 1962 Des éclats de verre blessent cruellement une fillette de quatre ans, Delphine Renard. L’émotion est immense et les syndicats et partis de gauche appellent les citoyens à se rassembler place de la Bastille, à Paris, dès le lendemain soir, jeudi 8 février 1962.

Le ministre de l’Intérieur Roger Frey interdit la manifestation dans la crainte de débordements. Le préfet de police Maurice Papon, qui s’est déjà illustré dans la répression du 17 octobre 1961, déploie d’importants effectifs de police sur la place de la Bastille pour en interdire l’accès.

   En début de soirée, les manifestants se rassemblent malgré tout  aux alentours et commencent à affronter les policiers. Ces derniers chargent la foule…

Les CRS chargent la foule anti-OAS sur le boulevard Charonne (Paris, 8 février 1962)

   Sur le boulevard Voltaire, des manifestants essaient d’ échapper aux coups de matraque en descendant dans le métro Charonne. Mais c’est pour s’apercevoir que les grilles ont été fermées dès le début de l’après-midi.

    Vers 20 heures, alors que la foule commence à se disperser, des policiers s’acharnent sur la cohue qui se presse dans l’escalier du métro. Des manifestants, assommés, sont même jetés par-dessus la rambarde sur les manifestants collés aux grilles…

Finalement , les grilles cèdent sous la pression de la foule. À l’heure du bilan, on comptera huit morts, victimes d’étouffement ou d’infarctus, ainsi qu’une centaine de blessés parmi les manifestants et un peu plus de deux cents parmi les forces de l’ordre.

Quarante jours plus tard , les accords d’Evian sont signés , mettant fin à la guerre d’Algérie ( mais pas aux dissensions et aux   »ressentiments   » nés de celle-ci, tant parmi les Algériens que parmi les Français.)

4 réflexions sur “çà s’est passé il y a environ…..

  1. Qu’on le veuille ou non, le Général avait compris que le temps des colonies était révolu et que ces colonies coûtaient cher à l’Etat plus qu’elles ne rapportaient, contrairement à ce qu’on dit.
    Le discours ambigu du général De Gaulle à Alger ne pouvait que faire naitre ds ressentiments dans un des deux camps. Son fameux « Je vous ai compris ! » s’adressait-il aux partisans de l’Algérie française ou aux indépendantistes ? Nul ne le saura jamais.
    Les premiers responsables de la tragédie du métro Charonne sont les chefs de l’O.A.S. qui ont fait régner la terreur pendant quelques mois tant en métropole que sur le territoire algérien. Nous étions en situation de guerre sur le territoire : l’O.A.S qui était composée autant de militaires que de Pieds-Noirs qui se sentaient trahis représentait un danger pour tous les citoyens.
    Face aux exactions de ces terroristes, il fallait interdire toute manifestation et employer la force car donner des signes de faiblesses aurait donné à l’O.A.S. l’impression qu’elle était en position de force face à un pouvoir faible.

    J'aime

    • Une analyse tout à fait pertinente et complète de ta part Yann , comme toujours .
      Je me souviens quelque peu ( j’étais tout de même jeune ) d’une tante du côté paternel , qui était rentrée d’Algérie à l’époque … Elle critiquait fortement De Gaulle disant qu’il les avait trahis justement .
      Que les Algériens lui ( leurs ) avaient tous volés ….
      Avec le temps et les études , je me suis dis , ai compris que c’est les Français qui avaient exploités le peuple algérien. Et toute cette violence….
      F.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.