Jumeaux parfait ? ….


C’est très pratique parfois :

    Il y a environ 2 ans ,en Allemagne , deux voleurs s’introduisaient dans un grand magasin à l’aide d’une échelle de corde ce qui leurs permis de dérober ce qui leurs faisait envie sans déclencher l’alarme ( pourtant très sophistiquée ) .

   Mais, en partant avec leur butin de plus de cinq millions d’euros , ils oublièrent sur place un gant  (pas grand chose en soi , même si le gant eut été en soie lol )  si ce n’est qu’un gant contient de l’ A.D.N :  » Chouette  » pour la police  ………Mais, pas vraiment . En effet, l’A.D.N appartient à nos deux jumeaux parfaits => La police ne peux savoir lequel des deux jumeaux ( ou les 2 ) se trouvait sur les lieux au moment du vol ! La police se trouva donc dans l’obligation de libérer les deux frères ………

  En effet, il parait que la loi est formelle : On ne peut condamner quelqu’un sur une supposition qui reviendrait à  » tirer à pile ou face  » .

Conclusion : La  » recette  » pour un crime parfait  : Avoir un jumeau ou une jumelle pour les femmes ) parfait !?

Fanta SS ? !


  Le Fanta, cette boisson pétillante serait  100%   »made in troisième Reich  » :

   En 1940, guerre oblige, l’Allemagne est privée du sirop nécessaire à la fabrication du Coca-Cola,coca à cause du blocus du régime nazi par les Alliés. Un coup dur pour les 43 usines d’Allemagne qui produisent le populaire soda américain. Max Keith, responsable de la filiale germanique de Coca, invente alors un nouveau soda composé uniquement de produits disponibles en temps de guerre.

Fanta = la boisson de l’imagination :

La formule varie, mais on y trouve presque toujours de la pulpe de pomme (issue de la production du cidre). Keith baptise sa trouvaille Fanta et en fait la « boisson de l’imagination » (Fantasie, en allemand)

çà s’est passé il y a ………


69 ans !

Le 24 février 1950

    Ce jour là était diffusé à la télévision française  ,sur l’unique chaine ,le tout premier direct. Le réalisateur, Claude Barma , l’un des pionniers de la télévision de l’époque, avait choisi de donner à voir une pièce de théâtre très classique, « Le Jeu de l’amour et du hasard » – c’est donc la pièce de Marivaux qui a été retransmise en direct sur l’unique chaîne de télévision, depuis la Comédie-Française, à Paris.

 

  69 ans plus tard, le direct à la télévision n’a plus rien d’exceptionnel.

Pour les chaînes d’information en continu c’est même un incontournable. Un incontournable dont la pertinence a été mise en doute  par le CSA. Les sages du conseil supérieur de l’audiovisuel se sont émus notamment de la couverture de certains  attentats  par les chaînes de télévision, qu’ils ont accusées d’avoir potentiellement mis en danger les vies des otages.
   Pour leur défense, les chaînes de télévision ont mis en avant leur droit à informer, leur sens des responsabilités, et le fait que la Police ne les avait pas empêchés de filmer.  ( Ou quand droit à l’information, et rétention de l’information s’affrontent,  » en direct  » lol .)

Un petit / très léger sourire ………..


Pour finir  :

Une candidate passe une audition pour obtenir une place de danseuse étoile à l’opéra de Paris :  » Je vais vous interpréter  » la mort du cygne  » .

Elle danse une quinzaine de minutes , puis à la fin de sa  » prestation  » , elle demande :  » Alors , qu’avez vous pensé de cette Mort du cygne ?  »

Le professeur :   » Je pense que la pauvre bête a du beaucoup souffrir avant de mourir …… »

çà s’est passé il ya ….


637 ans ! 

24 février 1382 : Révolte de la Harelle à Rouen

Le dimanche 24 février 1382, c’est jour de carnaval. À Rouen, l’une des principales villes du royaume de France, plusieurs centaines d’ouvriers drapiers promènent sur un char le « roi » qu’ils se sont choisi. C’est un marchand du nom de Jean le Gras. Ce dernier décrète immédiatement l’abolition des impôts sur le sel et le vin.

   On est sous le règne de Charles VI et, celui-ci souffrant de démence, le gouvernement du royaume a été abandonné à un conseil de régence qui réunit ses  »oncles  » , de puissants seigneurs qui en profitent pour s’enrichir en taxant tant et plus le petit peuple. Aussi la plaisanterie du « roi de carnaval » est-elle prise à la lettre par la population.

  Une émeute éclate, on ouvre les portes des prisons et pendant trois jours, ce sont des scènes de pillage visant aussi bien les hôtels particuliers des bourgeois que le chapitre de la cathédrale ou les demeures des juifs, assimilés à l’argent. ( déjà à l’époque  ! )

  Cette révolte est dite de la Harelle, d’après « haro », le cri poussé par les émeutiers. Elle va dans la foulée entraîner les Parisiens à se soulever aussi…

Pourqoi ?


napoleon-gilet

   Sur un grand nombre de portraits, Napoléon met une de ses mains dans son gilet. On dit parfois qu’il la tenait ainsi pour soulager une douleur gastrique dont il souffrait tout comme son père. Il existerait en effet des portraits de Charles Bonaparte avec exactement la même posture.

  L’hypothèse d’une douleur semble plausible compte tenu de ce que nous savons aujourd’hui de son état de santé. On peut ainsi lire dans le rapport de l’autopsie de Napoléon Bonaparte réalisée le 6 mai 1821 :

« […] en examinant cet organe [l’estomac] avec soin, je découvris, sur la face antérieure, vers la petite courbure et à trois travers de doigt du pylore, un léger engorgement, très peu étendu et exactement circonscrit. L’estomac était percé de part en part dans le centre de cette petite induration. L’adhérence de cette partie au lobe gauche du foie en bouchait l’ouverture. »

Malgré quelques querelles entre médecins, il est généralement admis que Napoléon a souffert pendant de nombreuses années d’un mal gastrique. Mais il ne fut pas à ce point insupportable qu’il ait dû soulager sa douleur en tenant la zone concernée avec sa main.

      Alors comment expliquer qu’il soit si souvent représenté ainsi ?

  Il s’agissait tout simplement, à l’époque, d’une règle de bienséance. Mettre ainsi sa main faisait partie des bonnes manières. On peut lire dans le livre de Saint Jean-Baptiste de la Salle intitulé « Les règles de la bienséance et de la civilité chrétienne » publié au début du 18e siècle:

« C’est un défaut de croiser les bras sur la poitrine, de les entrelacer derrière le dos, de les laisser pendre avec nonchalance, de les balancer en marchant, sous prétexte de soulagement ; l’usage veut que si l’on se promène avec une canne à la main, le bras qui est sans appui soit posé légèrement contre le corps, et qu’il reçoive un mouvement presque imperceptible, sans cependant le laisser tomber de côté ; si l’on n’a point de canne, ni manchon, ni gants, il est assez ordinaire de poser le bras droit sur la poitrine ou sur l’estomac, en mettant la main dans l’ouverture de la veste, à cet endroit, et de laisser tomber la gauche en pliant le coude, pour faciliter la position de la main, sous la basque de la veste. En général, il faut tenir les bras dans une situation qui soit honnête et décente. »

   Napoléon, en mettant ainsi la main dans son gilet, ne soulageait pas de douleur à l’estomac mais se tenait comme devait se tenir un gentilhomme et prouvait ainsi ses manières irréprochables !?

Je ne t’écrirais plus…..( pause )


Sous un pli bleu je t’envoyais, La Tendresse de Bernard Dimey,
Tu trouvais que c’était joli, tu n’y as jamais rien compris,
Je t’envoyais des chansons de Brel, celles qui frappent où le cœur se fêle,
Je pensais qu’elles pourraient, peut-être, faire pousser un arbre au désert.

Je t’envoyais des fleurs séchées, de la lavande et des pensées,
Il n’y a pas d’amour heureux, disait Aragon amoureux,


J’écrivais tout et sans pudeur, je me déshabillais le cœur,
Je t’écris une dernière fois, c’est ma dernière chanson pour toi …

Je ne t’écrirai plus, je n’en ai plus besoin,
Je ne t’écrirai plus, maintenant tout va bien,
Je ne t’écrirai plus, le calme est revenu, la tempête a cessé,
j’ai fini de t’aimer

Je ne t’écrirai plus, je n’en ai plus besoin,
Je ne t’écrirai plus, maintenant tout va bien,
Je ne t’écrirai plus, le calme est revenu, la tempête a cessé,
j’ai fini de t’aimer

Je te recopiais des poèmes, piqués à ce vieux fou d’Hugo
Lui qui savait dire je t’aime, sans jamais avoir l’air idiot.
Je me servais d’Apollinaire, et de Rimbaud, et de Verlaine,


Ce rêve étrange et pénétrant, moi aussi, je l’ai fait souvent.

Je ne t’écrirai plus, je n’en ai plus besoin,
Je ne t’écrirai plus, maintenant tout va bien,
Je ne t’écrirai plus, le calme est revenu, la tempête a cessé,
j’ai fini de t’aimer

Je ne t’écrirai plus, je n’en ai plus besoin,
Je ne t’écrirai plus, maintenant tout va bien,
Je ne t’écrirai plus, le calme est revenu, la tempête a cessé,
j’ai fini de t’aimer …

Je ne t’écrirai plus

Je ne t’écrirai plus

Claude Barzotti

Retraites  » post -nazi  »


  Belgique: Pour avoir collaboré au régime nazi, l’Allemagne verse encore des pensions à 27 personnes

DIPLOMATIE ? !

  Ces retraites complémentaires garanties par Adolf Hitler en 1941 vont de 425 à 1275 euros par mois !

?


   » Le peuple n’a que faire de liberté. Il a seulement besoin de la certitude que son avenir ne sera pas un long chemin de croix. Il a besoin d’un guide en qui croire, et la seule question qui compte pour chaque homme est: être berger ou mouton ?  »

Auteur ?