Un 30 /31 octobre suite


30 octobre 1632 : Montmorency décapité à Toulouse

Le 30 octobre 1632, le duc Henri II de Montmorency (37 ans), filleul du précédent roi Henri IV, est décapité dans la cour d’honneur du Capitole, le palais où siège le conseil municipal de Toulouse, les capitouls. On doit fermer les portes du Capitole pour empêcher les Toulousains, favorables au duc, d’entraver l’exécution !

Henri II de Montmorency (30 avril 1595, Chantilly ; 30 octobre 1632, Toulouse), auteur anonyme, musée du LouvreHenri II a été nommé gouverneur du Languedoc vingt ans plus tôt, comme les précédents ducs de sa famille, à commencer par son aïeul, le connétable Anne de Montmorency.

Nommé Maréchal de France mais s’étant vu refuser le titre de connétable, il s’associe à Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, dans un complot contre Richelieu. Il est capturé à Castelnaudary le 1er septembre 1632, par le maréchal Henri de Schomberg, qui lui succèdera brièvement comme gouverneur du Languedoc.

Son exécution est un avertissement à l’adresse des grands féodaux. Ceux-ci se tiendront coi jusqu’à la mort de Louis XIII et la régence d’Anne d’Autriche.

 

30 octobre 1691 : Soumission de l’Irlande

Le 30 octobre 1691, le traité de Limerick met fin à la conquête de l’Irlande par les troupes anglaises. L’honneur est sauf pour les catholiques irlandais. Mais les conventions de paix ne tarderont pas à être violées par les troupes anglaises d’occupation, semant une discorde durable entre les deux communautés.

 

30 octobre 1697 : traités de Ryswick et fin de la guerre de la Ligue d’Augsbourg

Le 30 octobre 1697 est signé le deuxième traité de Ryswick, un premier l’ayant été le 20 septembre précédent. Ces deux traités, signés dans une ville hollandaise proche de La Haye, mettent fin à la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697). Ils donnent un coup d’arrêt à l’expansion de la France sous le règne du Roi-Soleil.

Louis XIV Louis 14 restitue à l’Angleterre, aux Provinces-Unies et à l’Espagne toutes les conquêtes qu’il a faites depuis le traité de Nimègue (1678), y compris Luxembourg mais à l’exclusion de Strasbourg. Il concède aux Provinces-Unies (Pays-Bas) le droit d’installer des garnisons dans plusieurs places fortes belges (la Barrière) pour surveiller la frontière française. Grande humiliation : il reconnaît Guillaume III d’Orange comme roi d’Angleterre. Il abandonne les têtes de pont conquises sur la rive droite du Rhin mais annexe la plus grande partie de l’Alsace à l’exception de plusieurs places fortes.

Il garde aussi un droit de regard sur le duché indépendant de Lorraine et de Bar et reçoit de l’Espagne la moitié occidentale de l’île de Saint-Domingue, aujourd’hui Haïti. Au terme d’une guerre dure mais malgré tout victorieuse, cette paix est incomprise. « Je la tiens plus infâme que celle de Cateau-Cambrésis », déclare Vauban.Vauban

 

30 octobre 1864 : Fin de la « guerre des duchés »

Le 30 octobre 1864, la paix de Vienne met un terme à la « guerre des duchés » qui avait vu l’Autriche, la Prusse et d’autres États allemands attaquer le petit Danemark pour lui enlever les duchés du Slesvig, du Holstein et du Lauenbourg. C’était la première des trois guerres qui allaient conduire le chancelier prussien Otto von Bismarck à l’unification de l’Allemagne.

 

30 octobre 1905 : Manifeste du tsar Nicolas II

Le 30 octobre 1905, suite à la Révolution de janvier et à sa défaite face aux Japonais, le tsar Nicolas II doit publier un Manifeste par lequel il instaure un régime constitutionnel en Russie. Mais cette expérience ne durera pas plus de quelques mois et son échec conduira le tsarisme à sa mort.

 

30 octobre 1918 : Armistice de Moudros

Le 30 octobre 1918 est signé l’armistice par lequel l’empire ottoman se retire de la guerre contre la Grande-Bretagne et ses alliés. La séance se tient sur un cuirassé anglais, en face de la rade de Moudros (Lemnos).

Les 12 000 conseillers militaires allemands quittent aussitôt le pays. C’est également le cas des principaux dirigeants Jeunes-Turcs, dont les ministres Talaat pacha, Enver pacha et Cemal pacha, qui rejoignent nuitamment l’Allemagne pour échapper à l’éventualité d’un procès…

Suite de l’article

30 octobre 1922 : « Marche sur Rome »

Le 30 octobre 1922, les militants fascistes du parti de Benito Mussolini célèbrent par une « Marche sur Rome » la nomination, la veille, de leur chef à la tête du gouvernement. C’est la première victoire d’un parti non-démocratique en Europe occidentale.
Publicités

çà c’est passé….


Il y a environ 34 ans :

Le 31 octobre 1984 ,Mme Indira Gandhi  I. Gandhi photo, Premier ministre de l’Union indienne, est assassinée par ses propres gardes du corps, des Sikhs ralliés à la cause indépendantiste.
Une héritière en politique :
  Fille unique du père de l’indépendance de l’Inde, le pandit Nehru  Neru, elle devient à son tour Premier ministre en janvier 1966, un poste qu’elle exerce jusqu’en 1977, puis de 1980 à sa mort.
  Elle poursuit l’œuvre de son père, dont elle reprend aussi volontiers le style autoritaire. Son objectif est de moderniser l’Inde, selon des principes inspirés par le socialisme. Battue et même arrêtée en 1977, elle rebondit en janvier 1980 et redevient premier ministre.
  Son deuxième mandat est marqué par les tensions avec la communauté sikh, implantée surtout au Pendjab, au nord de l’Inde.
   Le 5 juin 1984, l’armée indienne pénètre dans le temple sacré d’Amritsar et ouvre le feu, faisant au total plusieurs centaines de morts, y compris parmi les pèlerins. C’est pour venger ce massacre que deux gardes du corps assassinent le Premier ministre avec leurs armes de service.
   Le fils d’Indira, Rajiv Gandhi, lui succède comme premier ministre.
Mais il est également assassiné, par une kamikaze tamoul, le 21 mai 1991. Comme sa mère, il soutenait en effet le gouvernement du Sri-Lanka dans sa lutte contre le LTTE, les «tigres tamouls». Aujourd’hui, sa femme, Sonia Gandhi, d’origine italienne, et son fils Rahul, poursuivent l’œuvre de la famille Nehru-Gandhi, dont les tragédies (qui incluent la mort en 1980 du fils cadet d’Indira, Sanjay, dans un accident d’avion) font des «Kennedy indiens».

P.S : Un Sikh ? : Sikh

Toute personne quel que soit sa race, sa caste, sa religion d’origine, sa nationalité ou son sexe est un ou une Sikh(e) s’il ou elle:

  1. ) Croit en un seul Dieu qui est la Vérité.
  2. ) A foi dans les dix Gurus Sikh, Guru Granth Sahib et le Guru Khalsa Panth (communauté Sikh) et, au moins, essaye de mener une vie en accord avec l’enseignement du Guru.
  3. ) Suit les sacrements les cérémonies en accord avec le Rehat Maryada (code deconduite) comme approuvé par le Guru Khalsa Panth (Sarbat Khalsa à l’Akal Thakt Sahib),
  4.  ) foi dans le khanda di Pahul (Amrit Parchar)
  5. ) N’a foi en aucune autre religion (mais, bien sûr, respecte les autres religions.)
  6. ) Utilise le nom Singh (homme), Kaur (femme.)

ET si………..


J’arrêtais mes deux blogs ? 

Ne visitant que les sites qui m’intéressent ? 

çà demande réflexion ……

Pour l’intant :Direction l’autre écran : La télé , cest bien la télé …………Pas besoin de penser…..

çà c’est passé……


La nuit de samedi du 27/10/2018 au dimanche 28/10/2018 :

Le journaliste  /animateur Philipe Gildas Gildasest décédé à l’âge de 82 ans ….

Il est mort des suites d’un cancer . (C’est Antoine de Caunes  qui l’ a annoncé à l’A.F.P . Gildas a été un des premiers à mélanger journalisme et divertissement en France  ( notamment dans l’émission  » Nulle part ailleurs  » )

 » Tués dans les brancards « 


Après avoir lu un article chez mon ami  » Aphadolie  » ( Aphadolie.com ) .

En Italie :

Les médias italiens l’ont surnommé   » l’ambulancier de la mort  » . ambulance

  Agé de 42 ans , au moment de son arrestation à Catane ( Sicile ) David Garofalo est soupçonné d’avoir éliminé plusieurs personnes pour favoriser l’activité d’entreprises de pompes funèbres qui seraient liées à la  » Cosa Nostra  »  ( mafia ) . pompes funèbres

 Payé 300 euros par  » client  » , l’ambulancier s’attaquait à des personnes âgées  , souvent en stade terminal : Il leurs injectait de l’air dans les veines pendant le transport entre l’hôpital et leur domicile ……… Au lieu de mourir chez eux comme ils le souhaitaient , les malades succombaient par embolie pendant le trajet .

  L’individu avertissait ensuite des entreprises de pompes funèbres mafieuses qui profitaient de la détresse des familles endeuillées Depressed woman with hands over her face. Crying. pour leurs proposer dess services funéraires . Toutes les victimes résidaient dans la même ville , près de Palerme …..c’est en constatant que plusieurs dizaines de décès de ce genre avaient lieu dans cette ville de 24000 habitants  , que les enquêteurs ont lancé l’opération  nommée par les médias  » Ambulance de la mort  » . L’enquête n’en est encore qu’à ses débuts, mais la police soupçonne déjà plus de 50 morts suspectes depuis 2012 ! Douze cas sont déjà considérés comme  » significatifs  » . En plus il semble fort probable que Garofalo ne soit pas le seul ambulancier meurtrier !! 

 

Alphonse Allais….


 » Mort de rire  » 

Allais Allais mania jusqu’au bout l’humour noir : Ce 28 octobre 1905 , en sortant de son café habituel , il lança à son meilleur ami :  » demain je serais mort ! Vous trouvez çà drôle, mais moi , je ne ris pas …Demain , je serais mort !

  Allais ,  » le clown triste, le satiriste de la modernité , poète extravagant décèda quelques heures après sa dernière  » plasanterie  » , frappé d’une embolie pulmonaire .

  Débarqué à Paris à l’âge de 20 ans , A. Allais se révèle d’abord un des jeunes étudiants doués et extravagants du quartier Saint- Michel pendant la  » Belle époque  » . A 30 ans , il se lance dans le  » pseudo- journalisme  » et devient l’un des pilier du  » Chat noir  » ( un des plus célèbres cabarets de Mont martre ) .

  Faussement littéraire , absurdes, cruels,  » acrobatiques  » , voir nihilistes ou euphoriques , ses blagues, monologues , contes et chroniques « croquent  »  le Paris de 1900 , la bureaucratie , la  » frénésie technologique  » et , bien entendu la morale de son temps .

Quelques  » citations  » :

 » Faire la charité, c’est bien. La faire faire par les autres, c’est mieux. On oblige ainsi son prochain, sans se gêner soi-même « 

 » Rouge: récolte de la tomate par des cardinaux apoplectiques au bord de la mer Rouge. « 

« Par les bois du djinn où s’entasse de l’effroi
Parle et bois du gin ou cent tasses de lait froid. »

« C’est curieux comme l’argent aide à supporter la pauvreté. »

etc…………..

  Près de 40 ans après sa mort , en 1944 , on peut dire que le  » maître de la vie drôle  »  : Sa tombe disparaitra lors d’un bombardement allié !!!!tombe cassée

 » Bourrage de crâne « 


 

  Edward Bernays : la fabrique du consentement ou comment passer du citoyen au consommateur…

   Edward Bernays  est né en 1891 à Vienne et il est mort en 1995 à Boston.

103 années d’une vie fructueuse. Une vie consacrée à l’une des tâches majeures de notre siècle : celle qui consista à pervertir les démocraties pour faire plier les volontés des masses aux desseins des élites, en toute non-violence. Edward Bernays était le neveu de Sigmund Freud et il a su exploiter les avancées apportées par son oncle, ainsi que le rayonnement scientifique de ce dernier dans le domaine de la connaissance de l’irrationnalité, à des fins économiques idéologiques et politiques.
   Sa discrétion dans notre paysage culturel actuel est inversement proportionnelle à l’ampleur de sa tâche. Même dans les agences de pub ou dans les services de relations publiques, son nom est presque inconnu, tout du moins en France.

    Il faut dire qu’il était un fervent partisan d’une « gouvernance de l’ombre » et ses écrits ne tarissent pas sur ce sujet. « créer du besoin, du désir et créer du dégoût pour tout ce qui est vieux et démodé » fut un de ses leitmotiv. « Fabriquer du consentement », « cristalliser les opinions publiques » furent les titres de 2 de ses oeuvres écrites (une quinzaine en tout). « Dompter cette grande bête hagarde qui s’appelle le peuple ; qui ne veut ni ne peut se mêler des affaires publiques et à laquelle il faut fournir une illusion » en furent d’autres.

Tout le monde connait cette affiche :

La vidéo ci – dessous ( très ( trop? ) ) longue , résume bien qui était Bernays :

  Edward Bernays est souvent mentionné comme le père de la propagande moderne ou, plus précisément, de la propagande politique institutionnelle et de l’industrie des relations publiques , et par suite comme celui du spin , autrement dit de la manipulation de l’opinion .
En combinant les idées de Gustave Le Bon sur la psychologie des foules, celles de Wilfred Trotter sur la psychologie sociale et celles de Freud sur la psychanalyse, il a été l’un des premiers à industrialiser la psychologie du subconscient pour persuader l’opinion publique.

  J’arrête ici , ce serait trop long  : Si un ( e) lecteur (trice ) est intéressé (e) , il suffit de chercher sur le Net : Tout y est ! 

 

Insomnie….et…bin’s


   Manu ne venant pas manger ce mercredi  midi , je m’étais réjoui :J’allais pouvoir  » surfer  » un long moment sur internet  avant de dormir longtemps ….Mais : Pas de connexion !!! Pourquoi ? ( Ne suis pas expert moi  ) …..

Bref , comme ce genre de bin’s m’énerve , sentant le malaise venir, je décidais de me coucher ( vers 0 h 00 )……Mais là : Impossible de trouver le sommeil  !

=> Je suis revenu dans le salon , ne cessant de regarder l’écran noir du P.C …..Alors, j’ai retenté une connexion ,: Restauration système etc….Et soudain : Connecté !!!

Maintenant , je croise les doigts lol et appuie sur  » publier  » ……..Voyons …