Belle  » fable « 


( déjà mis ? )

Un jour, dans une contrée lointaine, un homme extrêmement fortuné envoya son fils à la campagne car il voulait que son fils connaisse la pauvreté. Pendant 3 jours, son fils vécut chez une famille pauvre, en pleine campagne . Une fois de retour à la maison, voici la conversation qui eut lieu entre l’homme fortuné et son fils :père fils

« Alors, c’était comment ? » demanda le père.

« J’ai trouvé ça bien ! » répondit le fils.

« Et as-tu remarqué des différences entre notre maison et la leur ? » demanda le père.

« Oh oui, Papa ! Il y a plein de différences ! » répondit le fils avec une voix pleine d’enthousiasme .

 Il continua : « Nous, on a un chien à la maison. Mais eux, ils en ont quatre !

  « Nous, on purifie de l’eau pour remplir notre piscine. Mais eux, ils ont un grand étang, rempli d’eau fraîche et limpide — et il y a même des poissons dans l’étang !

   « La nuit, on a des lampes pour illuminer notre jardin. Eux, ils ont la lune et les étoiles pour illuminer leurs champs !

  « Notre jardin est limité par des murs, mais le leur n’a pas de limites. C’est comme si leur jardin se fondait dans l’horizon !

  « Nous, on écoute des CD à la maison. Chez eux, on écoute les gazouillis des oiseaux et les bruits de la nature !

   « Notre maison est entourée de murs. Chez eux, la porte est toujours ouverte pour accueillir les amis !

     « En ville, on est tous connectés les uns aux autres par les smartphones et les ordinateurs. À la campagne, les gens sont connectés à la nature et à leur famille ! »

    Le père fut bien étonné par la conclusion de son fils : « Papa, merci de m’avoir montré à quel point nous sommes pauvres. »

   « Certaines personnes sont tellement pauvres qu’elles ne possèdent rien d’autre que de l’argent. »

 Notre bonheur, la nature qui nous entoure : voilà des choses que l’argent ne peut pas acheter.

   Pourquoi les choses que l’on peut acheter avec de l’argent auraient-elles plus de valeur que les choses que l’argent ne peut même pas acheter ?

   Lorsque vous commencerez à apprécier, à leur juste valeur, les personnes qui vous entourent et les choses que vous possédez déjà, vous arrêterez de courir après « le standing des riches ».

   Pourquoi ?

    Parce que vous saurez que vous possédez déjà tout ce dont vous avez réellement besoin !Si vous êtes une personne fortunée, posez-vous ces questions :« Suis-je en train de me déconnecter de mes proches, de mes amis, de ma famille et de ce monde ? »

   « Est-ce normal de vouloir toujours plus d’argent et de le voir comme une fin en soi ? »

 

Je l’aime…..


 

 

 

  Tout nous pousse à vivre en groupe depuis la toute petite enfance. On nous fait croire que sans les autres, nous ne sommes rien.
Je suis loin d’être  sûr du bien-fondé de cette vision de l’humain. Je crois même que se soumettre à ce diktat nous empêche de grandir en sagesse, d’accéder à la Conscience.
Jamais seul, nous sommes sous dépendance. En prison.
Nous avons des ressources intérieures impressionnantes
   La clé du bonheur est au contraire d’apprendre, avant tout, à vivre seul. Libre. Libre de porter son propre destin. D’en faire ce que bon nous semble, de le partager avec qui nous le désirons et, pourquoi pas, de ne pas le partager.
Je suis le seul à me connaître réellement, sans fard. Le seul à croire suffisamment en moi et à pouvoir faire quelque chose pour moi. Personne ne sait pour moi.
   Une fois que l’on a touché à sa solitude, l’on peut vivre en couple ou seul, peu importe. Si je suis sur  de pouvoir vivre sans l’autre, la force est en moi. Je ne crains pas la séparation d’avec l’autre. Je ne lutte pas. Je n’ai peur de rien. J’aime.
   Savoir que je peux vivre seul me permettra aussi de savoir prendre sur moi, de m’assumer, de tenir bon au lieu d’accabler l’autre, de le peiner ou d’exercer mon emprise sur lui.
   Apprendre la solitude est l’épreuve majeure de l’existence humaine.
Une épreuve est une chance de découvertes, d’explorations, de questionnements. Le niveau de difficulté de l’épreuve est fonction du changement profond en cours.
  L’épreuve développe le courage, la patience, la force, l’endurance, la bienveillance, l’humilité. L’épreuve dépouille. L’homme intérieur s’accroit d’autant plus que la difficulté de l’épreuve est grande.
   Affronter sa solitude revient à aborder sa peur de la mort mais aussi de sa propre puissance. Dans le silence, on peut se préparer à son destin de mortel. Cela nous permet de mieux apprécier la Vie, l’Amour, l’amitié .
  Connaissant la solitude, on vit avec courage, lucidité et attention. Je suis unique, irremplaçable et d’un grand prix. Je deviens acteur de mon histoire.
Elle est la voie de la liberté
   Personne ne peut dire ce qui est bon pour moi. Savoir vivre seul est un barrage contre la manipulation mentale, la récupération sectaire, le phénomène de mode.
  Cela nous renvoie à notre jugement personnel, notre intuition, notre esprit critique. Je suis responsable. Responsable de tout ce qui m’arrive.? 

En tous cas , je le crois, je VEUX y croire………