Napoléon ,acteur !


A son époque , Napoléon premier aurait mérité le César du meilleur acteur :

  Tout le monde connait la fameuse bataille d’Austerlitz ……Il semblerait que la victoire de la bataille  ( 2 décembre 1805) se soit jouée avant la bataille grâce à une très habile manipulation : Les jours précédents , l’empereur aurait demandé à ses hommes de fuir tout affrontement avec les troupes ennemies .

Les dirigeants de l’armée  » austro russe  » en conclurent  que les troupes françaises étaient bien mal en point …..Napoléon laisse aussi filtrer de fausses informations …..Apprenant celles- ci , l’ennemi estiment les troupes françaises à 40 000 homme ( alors qu’elles sont près du double ! )

Là où Napoléon Napoléon montre qu’il est une excellent comédien , c’est quand il reçoit l’émissaire du tsar ; il apparait sale , au abois, etc….L’émissaire n’y voit que du feu ; à son retour au camp , il assure que l’empereur est mal en point, même tremblant de peur ! 

Evidemment, le commandant pense qu’il peuvent attaquer en toute confiance  , sans précaution particulière ……et ……perdre ainsi la bataille !

2 réflexions sur “Napoléon ,acteur !

  1. Comme tout bon tacticien, Napoléon était un excellent acteur et désinformateur qui était aussi un metteur en scène dont ses interlocuteurs étaient parfois les acteurs. Cependant, pour Austerlitz la chance a été aussi de son côté.
    Napoléon 1er est en grande partie redevable de son triomphe à la chance et à un brouillard matinal qui a caché ses mouvements à l’ennemi.
    Au petit matin du 2 décembre 1805, comme prévu, 40.000 Austro-Russes descendent du plateau du Pratzen pour attaquer la partie la plus faible de l’armée française mais ils ignore que c’est une ruse..
    Tapies dans le brouillard, deux divisions vont décider du sort de la journée. Profitant de ce que les colonnes ennemies descendent du plateau, elles tombent sur leur flanc et plusieurs régiments s’établissent sur les hauteurs du Plateau.
    La Garde impériale russe tente une violente contre-attaque. Mais Napoléon 1er accompagné de son état-major et de sa propre Garde la repousse. La lutte pour le Pratzen est finie.
    L’aile gauche, quant à elle, est prise en étau par la Garde et les divisions de Soult installées sur le Pratzen.
    Des soldats russes tentent de traverser un lac gelé mais la glace se rompt, bombardée par l’artillerie de la Garde. Ils se noient tristement. Le nombre de ces victimes s’élève à quelques centaines.
    Il ne reste plus à la Garde impériale qu’à compléter la victoire, tandis que se lève un splendide soleil, en milieu de journée.Les pertes des alliés austro-russes sont très lourdes, au total 7 000 tués. Les Français comptent 1.288 morts.

    Napoléon 1er est en grande partie redevable de son triomphe à la chance et à un brouillard matinal qui a caché ses mouvements à l’ennemi.
    Au petit matin du 2 décembre 1805, comme prévu, 40.000 Austro-Russes descendent du plateau du Pratzen pour attaquer la partie la plus faible de l’armée française mais ils ignore que c’est une ruse..
    Tapies dans le brouillard, deux divisions vont décider du sort de la journée. Profitant de ce que les colonnes ennemies descendent du plateau, elles tombent sur leur flanc et plusieurs régiments s’établissent sur les hauteurs du Plateau.
    La Garde impériale russe tente une violente contre-attaque. Mais Napoléon 1er accompagné de son état-major et de sa propre Garde la repousse. La lutte pour le Pratzen est finie.
    L’aile gauche, quant à elle, est prise en étau par la Garde et les divisions de Soult installées sur le Pratzen.
    Des soldats russes tentent de traverser un lac gelé mais la glace se rompt, bombardée par l’artillerie de la Garde. Ils se noient tristement. Le nombre de ces victimes s’élève à quelques centaines.
    Il ne reste plus à la Garde impériale qu’à compléter la victoire, tandis que se lève un splendide soleil, en milieu de journée. Les pertes des alliés austro-russes sont très lourdes, au total 7 000 tués. Les Français comptent près de 1300 morts.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.