Tétu moi !


Avant d’abandonner ce site , je m’amuse à  » trifouiller  » la couleur du texte, le fond etc.….

Publicités

Ma boulangère me manque…………….


  Comme j’ai déjà du l’écrire ,  » ma  » boulangerie habituelle est fermée jusqu’au 1er août , donc je suis obligé d’aller à l’autre boulangerie (en haut du village près de mon ancien magasin )….Bien entendu , comme la propriétaire ne me connait pas : Pas de pain réservé pour moi ….Bref, j’y suis allé tout à l’heure , la gérante /propriétaire est loin d’être aussi aimable , accueillante que la  » mienne  » …….Voyant qu’il ne restait que peu de pain sur le  » présentoir  » , je lui demandais ce qu’il lui restait …Elle : » Ce que vous voyez là  » ! Voyant un semblant de pain ( d’habitude j’achète des « baguettes  » ) , je lui demandais ce qu’ était ce pain ? Elle : » un pain aux céréales  » , moi:  » C’est à dire  ?  »   Elle: « Avec des céréales  » !!!!! Pfffff inutile d’insister ; j’en achetais un ,payais  et partis sans même un  » au revoir  » ……… (quand je suis passé acheter mes cigarette , j’ai dit à mon  » ex boulangère  » devenue buraliste  :  » j’ai hâte de voir votre fils rentrer de vacances  car là haut, ce n’est pas la joie  » ), j’eu droit à un gentil sourire de sa part accompagnant quelques mots confirmant l’ouverture de MA boulangerie le 1er août ….

Accident férroviaire spectaculaire …………


Il y a 123 ans , en n octobre 1895, un accident spectaculaire coûtait la vie à une marchande journaux et causait de gros dégâts à la façade de la gare. 

    Un accident comme il en arrive peu et dont le bilan aurait pu être bien plus lourd. Dans son édition du 24 octobre 1895, Le Figaro relate la spectaculaire course folle d’une locomotive et de son tender (le second wagon destiné au transport de charbon alimentant l’engin) qui traversent la façade de la gare de l’Ouest après un problème de freinage.Accident de chemin de fer a la gare Montparnasse en 1895

  «La locomotive du train n°56 qui, après avoir passé à travers la muraille de la gare Montparnasse, est venue tomber sur la place de Rennes, est toujours dans la même position, écrit le quotidien sous la plume de Georges Grison. On peut juger de cette position par le dessin très exact que nous en donnons.» Évidemment, toute l’interrogation du moment porte sur les circonstances de l’accident. «Outre que le relèvement et l’enlèvement nécessiteront un travail considérable, le parquet ne veut pas qu’on touche à cette machine avant l’examen complet et contradictoire des ingénieurs. Pour cet examen, des ouvriers sont occupés à construire un léger échafaudage qui permettra aux ingénieurs du contrôle d’examiner en détail la machinerie et les robinets.»

   Au cœur des débats: le fonctionnement du «frein Westinghouse à air comprimé». Ce mécanisme réputé très fiable n’a pas pu être mis en œuvre correctement par le mécanicien lors de l’accident. Particulièrement spectaculaire, l’accident a attiré l’attention de la presse internationale, mais aussi des badauds. «En attendant, pour ne pas gêner les ouvriers dans leur travail, autant que pour éviter des accidents ultérieurs, l’approche de la façade de la gare continue à être interdite au public», écrit encore Le Figaro.

    Déblaiement toute la nuit Accident de chemin de fer a la gare Montparnasse en 1895

   Dès le lendemain, le journal fait le point sur le chantier. «Les travaux de déblaiement et de relevage ont continué toute la nuit et une partie de la journée d’hier, à la gare Montparnasse, écrit le quotidien. Nous avons décrit les précautions prises pour éviter toute secousse lors de la descente de la locomotive et du tender qui est au-dessus. Ceci établi, on a déblayé en dedans: hier matin, à neuf heures, une locomotive a été attelée au wagon-poste et l’a retiré des deux ornières creusées par les roues de la locomotive dans l’asphalte du trottoir le wagon a été reconduit au dépôt. La même opération s’est renouvelée pour le second fourgon qui a pu également reprendre les rails et être remorqué jusqu’au dehors de la gare.»

   Il s’agit également de refaire la voirie touchée. «On était, hier soir, en train d’enlever les pavés et les rails de la chaussée sur une largeur de trois mètres. L’avant de la machine étant enfoncé d’environ quatre-vingts centimètres, il faut creuser une tranchée pour le dégager. On la laissera ensuite glisser doucement sur le lit de madriers.»

    Mais si cet accident a finalement causé peu de victimes, il a tout même conduit au décès d’une commerçante de la gare. «On a procédé hier soir aux obsèques de la malheureuse marchande de journaux victime de l’accident, précise Le Figaro. Bien qu’elle ne fut pas légitimement mariée avec M. Aguélard, la Compagnie de l’Ouest a fait remettre à celui-ci un secours de 300 francs. Quant aux deux enfants, elle se charge de leur avenir, soit en leur assurant une pension, soit en les plaçant dans un orphelinat de l’administration.»

Invention anti…….


Anti- infidélité! Décidément , on aura tout vu ! 

 

Avis à toutes les personnes jalouses, vous pouvez maintenant partir de chez vous en toute quiétude, votre moitié ne pourra plus vous tromper…du moins dans votre lit! Comment, me direz-vous? En investissant dans un matelas anti-infidélité.

Expliquation :

Matelas anti-infidélité

   L’ entreprise espagnole Durmet a décidé de créer un matelas pour traquer les conjoints infidèles. D’après leur spot publicitaire le développement des sites de rencontres aurait fait explosé le taux d’infidélité. Pour combattre ce fléau, ce matelas serait donc la solution.

  Réel objet d’espionnage, le matelas Smarttress est doté de plusieurs capteurs détectant tous mouvements jugés anormaux et les signalera à son malheureux propriétaire.

  Le système de détection, portant le doux nom de  » Love Detection System »,  est composé de 24 capteurs permettant de relever par minute, la durée, le nombre et l’intensité des  » impacts  » !! qui ont lieu sur votre matelas. De ce fait, il peut déceler toute activité inhabituelle sur votre lit. Si suspicion d’ infidélité il y a , »Love Detection System » envoie directement au conjoint trompé une notification sur son smartphone.

Il faudra tout de même débourser 1550 euros pour acquérir ce matelas anti-infidélité et surtout avoir un conjoint infidèle assez stupide pour aller faire ses galipettes extra-conjugale dans ce lit connecté. !

 ( Je me demande ce que  » çà donne  » si un chien partage le lit de son maître ou de l’épouse  par exemple  ? ) Quand je dormait chez Manu et Lise avant leur divorce , leur chien dormait souvent sur mon lit ……..

çà c’est passé un 24/25/07…….:


Le 25 juillet 1978 : (  il y a 40 ans) :  Naissance du premier bébé éprouvette !

Ce premier bébé conçu par fécondation in vitro était une fille ( né par césarienne ) .Son nom : Louise Brown . Sa naissance eu lieu à Oldnam au royaume uni ( je crois ) . Bien sur , cette naissance par fécondation fut une avancée majeure ….

Depuis , plusieurs millions de bébés- éprouvette  ont vu le jour grâce à cette technique . En France , le premier est né le 24 février 1982 ( il y a donc 36 ans ) elle ( encore une fille ! )  fut nommée Amandine 

bébé éprouvette

Le 24 juillet 1967 ( il y a 51 ans ) : De Gaulle :  » Vive le Québec libre !  » 

   Cette phrase du Général De Gaulle ,prononcée lors d’une visite au Québec , est restée célèbre , mais elle a amené une vive polémique à l’époque : Le gouvernement canadien l’avait jugée inacceptable car elle confortait le mouvement indépendantiste . Elle amena une crise diplomatique entre la France et le Canada , crise qui ne s’apaisa qu’en 1969 quand De Gaulle a démissionné de la présidence de la république ……..

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Beaucoup plus loin en arrière :                                                                                                                                                                                                                                                                              » La loi des suspects »                                                                                                                                                                 
juillet 1799                                                                                                           Les rebelles n’ont plus qu’à bien se tenir. Les mesures « terroristes » reviennent à l’ordre du jour.                                                                                                                                         Afin de réprimer l’agitation royaliste qui renaît, notamment à Bordeaux, Toulouse, Narbonne et Montpelier, le Conseil des Anciens a approuvé aujourd’hui une loi instaurant le système des otages.                                                                                        Dans les départements déclarés en état de troubles, les administrations locales doivent dresser des listes de ci-devant nobles, de parents d’émigrés ou de contre-révolutionnaires notoires, susceptibles d’être retenus en otages pour faire pression sur les bandes armées royalistes.                                                                                      En cas d’assassinat de fonctionnaires de la République, même de curés constitutionnels, quatre de ces otages seront déportés.                                                             En outre, ils seront rendus responsables des dommages causés par les royalistes et devront régler des indemnités aux familles de leurs victimes ou aux paysans lésés par les pillages.

L’affaire Benalla suite (avec la vidéo! )


En résumé :

   D’Evreux, où il est né, au Havre, où il a résidé, jusqu’à l’Elysée, le parcours d’Alexandre Benalla reste ponctué de curieuses questions qui rejaillissent en zones d’ombre sur le fonctionnement de l’Etat. Dans quel cadre précis évoluait, place de la Contrescarpe, le 1er mai 2018, l’adjoint au chef de cabinet du président de la République, casque de police sur la tête et brassard police au bras ? Quel est son rôle exact à l’Elysée ? Comment un homme qui n’est ni policier ni gendarme et n’a pas été formé à cela peut-il être chargé de fonctions de sécurité et de protection du chef de l’Etat ? La cacophonie au sommet du pouvoir sur le rôle exact joué par Benalla, ce fameux 1er mai 2018, illustre en tout cas la personnalité à tiroirs de ce conseiller élyséen très particulier.

1er mai : les autorités se renvoient la balle

C’est ce que montre la vidéo !!

   Casqué comme un policier, doté d’un brassard police – qu’il va ôter à un moment donné -, Alexandre Benalla avait été autorisé par la préfecture de Police de Paris à assister aux opérations de maintien de l’ordre, comme le souligne la préfecture : « Il n’est pas rare d’accueillir pour de courtes durées des personnes extérieures à la police pour des opérations de maintien de l’ordre (journalistes, chercheurs, stagiaires…). Ces personnes sont dotées du matériel suivant, permettant d’assurer leur protection: casque, gilet par balles… » Mais pas de brassard police, bien entendu. Et la préfecture de préciser : « Ils doivent se cantonner à un rôle d’observateur. Monsieur Benalla était autorisé par l’Elysée. Dès lors sa présence a été prise en compte par la préfecture dans les conditions définies ci-dessus. ». Les vidéos le prouvent : Benalla – qui n’a pas répondu aux demandes d’entretien formulées sur WhatsApp par L’Express – ne s’est pas cantonné à l’observation des faits et a largement mis la main à la pâte.

L’IGPN, saisie jeudi par le ministre de l’Intérieur, devra déterminer comment l’intervention du collaborateur de Macron a pu s’inscrire dans le dispositif policier mis en place. Le climat sera tendu, objecte déjà David Michaux, secrétaire national du syndicat Unsa-CRS : « Dans l’esprit des CRS présents, le type est un policier de la BAC, il n’est pas du tout identifié comme un civil qui n’a rien à faire là, sinon il aurait été empêché d’agir et aurait été interpellé sans état d’âme. Les CRS sont outrés qu’on tente de leur faire endosser ça. On a découvert l’identité de cet homme comme vous, hier soir ».

    Et de préciser : « Le casque que porte Alexandre Benalla n’est pas un casque CRS, c’est un casque de sécurité publique de la police nationale tout ce qu’il y a de plus banal ». Un haut gradé remet en cause le principe même de la présence en pleine manifestation d’un observateur civil : « Il n’est pas normal qu’on ait un free-lance sorti de nulle part débarquant dans un dispositif CRS. Où était la hiérarchie CRS à ce moment-là ? » En tout cas, c’est panique à bord dans la CRS 15 (basée dans le nord de la France), qui intervenait ce jour-là.

La vidéo :

 

Ceci n’est pas une pub pour la marque  » Vanish  » loin de là !


   Oui, nous sommes en 2018, et il existe encore des gens qui commettent des actes gratuits envers des gens de couleur ou de religion différente. En Angleterre, cette vidéo a suscité l’indignation et la colère chez les musulmans. On y voit un homme qui se filme. Il tient une bouteille en spray de détachant de la marque Vanish. En arrière plan, on voit une femme voilée. Ce que va faire l’homme ensuite m’ a dégoûté …A vous de  » voir » 

Une femme voilée se fait asperger de détachant

Ainsi, comme on peut le voir dans la vidéo en haut de l’article, l’homme tient la bouteille et dit : « j’espère que ce truc fonctionne vraiment« . En France, le slogan de la marque Vanish est « pour que les tâches s’évanouissent« . Il se dirige alors vers une femme voilée qui faisait tranquillement ses courses sans rien demander à personne. Ainsi, l‘homme va jusqu’au bout de son acte et asperge le dos de la femme voilée. Et il en est fier, visiblement : « ah non, ça ne marche pas« , affirme-t-il alors.

 

Un acte raciste en Angleterre

L’homme a tout de suite posté la vidéo de son oeuvre sur les réseaux sociaux. Beaucoup se sont indignés par son acte gratuit, bête et totalement raciste. Ainsi, on peut lire : « tu n’as pas honte ? Tu es fier de toi ? Tu ne pouvais pas la laisser tranquille ? Elle t’as fait quoi de mal ? » ou encore : « J’ai honte d’être anglais comme toi…Comment tu peux faire ça ! Il est temps de grandir ! Abruti ! » Malheureusement, certains tolèrent cet acte raciste, et voient en ce geste une franche rigolade : « énorme ! Mais vu que t’as fais ça sur une arabe, tu es accusé de racisme ! On ne peut plus rigoler ! » Bah voyons… ……….

 

 

çà pourrait être drôle mais…..


  Cet après-midi , comme chaque jour , je suis allé acheter mes cigarettes ….Là , la buraliste me sert mes deux paquets cigarettescomme d’habitude , et je commence à payer via ma C.B ………..C’est alors que survint le problème : Impossible de me souvenir du code de ma carteC.B 1 !!!! Vous imaginez la scène ? 

  Toujours aussi sympa , la dame ( ex boulangère ) , me dit  » vous ne vous en souvenez pas ? , pas grave, vous me paierez demain … » ( j’ ai parfois des trous de mémoire dus à mon traitement , mais c’est la 1ère fois dans ces conditions …) .J’ai pris mes clops, l’ai remerciée et suis rentré ……Après quelques minutes , le code m’est revenu ; alors , je suis allé la payer en m’excusant …Elle :  » çà peut arriver à tout le monde , ne vous en faites pas  » . 

Des avions aux……


Poussettes ! 

   Que celui ( dont j’ai fait partie ) qui a réussi du premier coup à fermer une poussette – cannepoussette sans se coincer les doigts en lève un ( doigt lol ) !

  Saviez vous ( je l’ai appris il y a peu ) que derrière la banalité de cet objet , au demeurant fort pratique quand on en a maîtrisé le mécanisme d’ouverture / fermeture , se cachent des années de recherche en …… aéronautique !? En effet, l’inventeur de cet objet , l’anglais Owen MacLaren ( 1907-1978 ) ,commença sa carrière comme pilote d’essai et ingénieur en aéronautique spécialisé dans les trains d’atterrissage . Il travailla pendant la seconde guerre mondiale sur  le train d’atterrissage du fameux avion de chasse : Le Spitfire …..spitfire

C’est en voyant sa fille encombrée par la poussette de son bébé qu’il aurait eu l’idée d’adapter de l’avion à la poussette , le principe de la structure tubulaire pliante !