Cioran :Citations


E.Cioran : Cioran

Emil Michel Cioran
Né à Rasinari (Roumanie) le 08/04/1911 ; Mort à Paris (France) le 20/06/1995

Né dans un petit village de Roumanie, Emil Michel Cioran suit dès 17 ans des études de philosophie à Bucarest. Bien que ses auteurs de référence soient Nietzsche, Schopenhauer ou encore Spengler, il choisit de faire une thèse sur Bergson avant de poursuivre ses études à Berlin. A 22 ans, il publie son premier ouvrage, Sur les cimes du désespoir, qui le propulse immédiatement parmi les références de la littérature roumaine. Cependant, quatre ans plus tard, le succès laisse la place au scandale lorsqu’il publie Des larmes et des saints. C’est d’ailleurs une période trouble pour Cioran qui côtoie un temps les jeunesses fascistes.

Une existence précaire
Installé à Paris dès 1937, il renonce quelques années plus tard à sa langue maternelle pour écrire en français. Il ne retournera d’ailleurs jamais en Roumaine où, à partir de 1947, les communistes interdisent ses œuvres. Ayant terminé sa thèse sur Bergson, il consacre sa vie à l’écriture et à quelques traductions. A travers des ouvrages comme Les syllogismes de l’amertume ou Le mauvais démiurge, il développe une pensée emprunte de scepticisme et fortement influencée par le nihilisme. Reconnu au sein des milieux intellectuels, il fréquente notamment Eugène Ionesco, Samuel Beckett, Gabriel Marcel et Mircea Eliade. Il est toutefois inconnu du grand public, ce qui, faute de travail, le condamne à vivre chichement dans un hôtel puis une chambre de bonne. Symbole de cette existence précaire, il mange au restaurant universitaire jusqu’à ses 40 ans, âge à partir duquel l’entrée lui fut refusée.

A la frontière de la poésie
Cioran publie en 1973 De l’inconvénient d’être né, son ouvrage le plus diffusé en France. Il poursuit la construction d’une pensée non systémique, exprimée dans des textes cours et des aphorismes, à la frontière de la philosophie et de la poésie. Son œuvre est parfois critiquée pour son pessimisme, jugé exubérant et proche de la « pose intellectuelle ». En fait, penseur du tragique de l’existence humaine, Cioran place les « misères du moi » au cœur de ses réflexions, les considérant comme le moteur de la véritable recherche philosophique. Il meurt en 1995 à Paris, huit ans après avoir publié son ultime ouvrage, Aveux et anathèmes.

 

 

“Depuis deux mille ans, Jésus se venge sur nous de n’être pas mort sur un canapé.”

 

“Journal : le besoin de consigner toutes les réflexions amères, par l’étrange peur qu’on arriverait un jour à ne plus être triste…” ( valable aussi pour mes blogs aujourd’hui ) 

“Et avec quelle quantité d’illusions ai-je dû naître pour pouvoir en perdre une chaque jour !”

“Un homme qui se respecte n’a pas de patrie. Une patrie, c’est de la glu.”

15 réflexions sur “Cioran :Citations

  1. J’aime beaucoup la première citation sur Jésus ! Bien que croyant, je ne considère pas cette trace d’humour comme un blasphème. Croyant, oui, intégriste avec des oeillères et qui gobe tout , non !

    Aimé par 1 personne

    • je pense que tout le monde peut s’exprimer, mais normal aussi qu’en retour d’autres s’exprime en étant choqué. moi je pense qu’il y a desfois des phrases qui ne sont pas , et pardon de le dire, très marrante, en premier, voilà une moquerie sur Jesus, mais elle se moque des croyants et ne respecte pas que cet homme Jesus, ai perdu la vie, et non pas sur un canapé mais dans des tortures horribles, cet homme même si il était pas un envoyé de Dieu, à souffert , a voulut apporter le bien, moi j’aime pas cette phrase, mais oui idem j’irai pas à en faire un scandale et balancer une bombe .
      chacun son humour, c est normal, je critique pas,

      J'aime

      • Si on relit bien cette citation, ce n’est pas de Jésus que Cioran se moque mais des hommes qui l’ont assassiné. En effet, il écrit : »Depuis deux mille ans, Jésus se venge sur nous … » ce qui montre bien qu’il punit les hommes de ne pas l’avoir secouru et laisse mourir en souffrant.

        Aimé par 1 personne

      • Bonjour Julie,
        Comme tu le sais , je suis athée , ne crois pas en un dieu quelconque et surtout pas en  » l’église  » , les curés etc…Mais Jésus était un homme ,un homme que j’admire car il a essayé de faire comprendre aux hommes ce qu’est le tolérance, (  » aimez vous les uns les autres  » etc…) , critiquait ceux qui avaient le pouvoir et opprimaient le peuple .( Ceux qui l’ont fait mourir dans d’atroces souffrances ) .Ces derniers sont ceux que la citation désigne : Les hommes …..
        Si on est croyant , on pense que Jésus était un dieu , donc immortel . Alors aujourd’hui il use de ses pouvoirs pour punir l’humanité ( nous ) qui l’a laissé mourir de cette façon horrible .
        Honnêtement , je ne lis aucune ironie, moquerie dans la phrase de Cioran .
        F.

        Aimé par 1 personne

      • Francis, en fait , je comprends pas vraiment la citation, hier j’en ai discuté avec quelqu’un , on a relu, mais je crois que je pige pas bien le sens, faudrait que je lise le bouquin pour voir à quel moment arrive la citation Jésus se venge etc, , je comprends pas il se venge comment ? pardon je sais que je semble inculte ,
        bisous

        J'aime

      • Bonsoir Julie ,
        Lire le bouquin ne te servirait à rien pour ce qui est de comprendre : Ce n’est qu’une suite de citations de Cioran…..
        Et ne dis pas que tu es  » inculte  » ! C’est faux !!!
        Qu’on soit croyant ou non , il est sur que Jésus a existé , c’était un homme qui cherchait ( à mon avis ) à faire comprendre que l ‘humanité devait faire preuve de plus de tolérance , que tous étaient égaux ( comme plusieurs personnages ont tenté de la faire de nos jours : Martin- Luther King par exemple ) tous ces personnages dérangeaient les  » puissants  » , les « marchands d’armes « , etc…alors, ils ont été tués ( souvent en faisant croire à un accident ) “Depuis deux mille ans, Jésus se venge sur nous de n’être pas mort sur un canapé.”=> (à mon avis ) : Comme  » on  » l’a fait mourir dans d’atroces souffrances , il a laissé les hommes dans leur  » merde  » , les a laissé tomber , comme si il avait dit , » vous voulez vous entre tuer , faire la guerre, tuer des innocents ,des enfants, laisser le pouvoir aux riches alors que d’autres meurent de faim etc…. et bien débrouillez vous » …..
        Alors , çà continue comme à son époque …..( aujourd’hui : Les S.D.F par exemple )….
        Bises

        Aimé par 1 personne

  2. Pour ce qui de la citation sur la patrie, je suis beaucoup moins d’accord : la patrie, au sens premier du mot, c’est la terre de nos pères, cette terre dans laquelle nous avons qu’on le veuille où non nos racines. La patrie est la terre des ancêtres, le pays d’où l’on est originaire et qui nous est cher. C’est le pays dont on se sent étroitement et affectivement lié par l’histoire, la langue, la culture, les traditions, les habitudes de vie.
    Beaucoup de personnes qui ont quitté leur région ou leur pays natal ont, ce qu’on appelle le mal du pays. Chaque fois qu’ils retrouvent le sol natal, région ou pays, ils ressentent une sorte de bien être.
    Qu’on le veuille ou non, on est attaché à la terre de nos aïeux sans même nous en apercevoir au début : d’ailleurs, pourquoi tant d’exilés cherchent-ils à retrouver des personnes issues du même pays qu’eux ? Pourquoi tant d’exilés ont-ils besoin de parler leur langue entre eux, d’écouter leur musique, de goûter leurs plats ou de fêter des fêtes propres à leur pays ?
    Uniquement parce que tout cela vient de ce qu’on appelle ml amère patrie.
    Il semble que Cioran confonde Patrie et Nation.

    Aimé par 1 personne

    • Bonsoir Yann. Ci dessous = Ce que tu veux dire ?
      – Si l’on écoute la Marseillaise : « Allons enfants de la Patrie… », on entend « campagne », « compagne », « ensanglanté »…La patrie, c’est le lieu de naissance de l’individu, sa communauté : des paysages, des églises (bâtiments), sa maison…C’est matériel et c’et tout ce qu’on aime instinctivement.
      La Patrie a pour étymologie le latin patria, « pays du père » et par extension, « sol natal ».

      La Nation est une collectivité abstraite. C’est une idée, un subterfuge, un artifice. La nation n’existe que parce que l’on adhère à cette idée. Alors seulement elle peut être considérée comme « un corps intemporel qui survit à la succession des générations » (Carré de Malberg) issu d’une volonté de « vivre ensemble » (Renan)

      Le problème du terme « nationalisme », c’est qu’il a été lié à des conceptions ethniques, voire raciales. Dans la conception allemande en particulier au début du XIXème, la Nation est liée à la communauté réelle de langue, de culture, de religion, d’une communauté ethnique à l’origine commune .

      J'aime

      • la Marseillaise a été écrite à la va vite, et pas pour être l’hyme national, elle s’appelait chant révolutionne, elle est devenu le chant que l’on connait en 1795, mais je trouve que les paroles sont representative des evenements de l’époque, je trouve ce chant sanglant emprunt de guerre,

        J'aime

    • on dit souvent la « mère patrie » donc la terre de nos pères , mais notre « mère nourricière  » aussi dit on
      la racine ! oui, rien que notre maison d’avance que nous retrouvons évoque notre amour et nos souvenirs, notre attachement, et voir d’autres gens peut etre y vivre nous fait mal, c’est toujours notre maison,
      de génération en génération, se passe l’adn, se passe l’éducation se passe une mémoire, et la lutte des hommes , et leur combat pour le mieux vivre, et j’entend aussi les femmes qui on voulut l’égalité , etc, et bien fait que nous avons en nous sans que nous en ayons conscience mais nous portons en nous ces luttes, c’est l’histoire de notre pays quoi que l’on en dise, de notre territoire , territoire pour moi je pense aussi terreau
      je suis d’accord avec toi Yann, et rien ne nous empêche de quitter un pays car la vie nous semble mieux par ex par rapport a la qualité de vie, ou bien le style de vie , ou bien la culture, oui oui, mais en nous reste l’attachement du coeur, comme aussi, des gens ex pour leur région, ou meme plus petit pour leur ville,
      mon pays ma demeure, être enterré sur notre terre, certaines volonté vont dans ce sens,
      moi ce que je voudrai c’est la paix dans le monde, le partage intellligent de la culture, l’Amour du Monde, le respect de la planète et plus de guerre par pitié
      mais oui, nos racines, notre endroit, c’est ainsi, c est meme tres animal, les animaux ont leur endroit et ils y reviennent, bon je suis fatiguée je suis pas au point mais bon faudrait que je lise l’oeuvre de ce monsieur, je parle dans le vide
      ah oui, on dit aussi mon petit coin de paradis pour un lieu

      Aimé par 2 personnes

  3. P.S: Mon père est d’origine italienne ( arrivé en France pendant la guerre ) , ma mère d’origine belge , comment sont-ils devenus français ? çà …Je ne sais .
    Quand je vois/ entends des personnes comme les Lepen ou …..mon frère , çà me conforte dans l’idée que je suis  » citoyen du monde  » et que mon frère est un  » ultra-nationaliste  » , raciste ……Puis aujourd’hui il y a la communauté européenne . Alors  » patrie = terre de nos pères  » ?????.
    Bref , encore une fois ce serait un débat sans fin …
    Amitiés
    F.

    Aimé par 1 personne

  4. j’ai eu une conversation, houleuse avec quelqun car justement je voulais philosopher sur « qu’est ce que être français », pour moi il y a deux choses, la culture qu’on nous a transmise , y être né, y avoir vécu, on peut être né aussi dans un autre pays et fonder une famille, les enfants auront toujours une origine dans leur gêne de part leur parents, mais seront francais, ils auront alors le mode de vie du pays adopté au fur et a mesure , quelque fois les gens sont déchirés entre deux patrie, moi aussi je suis citoyenne du monde, , et de toute façon la mixité a fait le monde, d’Afrique nous sommes partis , la terre s’est peuplée ainsi, et puis la France a eu des invasions, viking, et le mélange Italien, bref, ton père est venu peut etre pour le travail si est plus, je sais pas, il est francais de coeur, je sais pas si il a vécu en italie au fait, ta maman belge est venu aussi, bon bah si ils se sont plus en France oui ils ont des origines de sang ors France mais sont Français d’adoption et de coeur, je comprend pas trop
    pour ton frere, il est raciste , envers certaines personnes apparemment, donc je pense que lui, c est autre chose, car il est pas raciste envers un espagnol je pense apparemment il vise d’autres personnes, des gens de notre première origine du monde, dis lui qu’il fasse un test adn et que dans son sang il a de l’africain, lol,
    bon moi j’aime les peuples, j’aime mon pays ou je vis, j’en aime d’autres differemment, le truc c est la famille, quitter sa famille ses parents, cousins soeurs freres enfants, c est en cela que se situerai ma peine, mon attache, mes souvenirs, je pense que cela fait de même pour les gens qui viennent se réfugier chez nous,
    tout cela est difficile, tiens Jesus a une belle phrase, « aimons nous les uns et autres’ tout est la dedans

    Aimé par 2 personnes

Les commentaires sont fermés.