Qui est responsable ?


/

 

Le photographe Paul Nicklen et des membres de l’organisation de défense de l’environnement Sea Legacy se sont rendus sur l’île de Baffin, au Canada, dernièrement.    Et ce qu’ils y ont vu les a beaucoup choqués. Ils sont tombés sur un ours polaire affamé et très visiblement amaigri.

   Sur une vidéo , on voit le plantigrade squelettique en recherche désespérée de nourriture.
   On peux  ainsi plonger le museau dans une poubelle pour manger des restes laissés par des pêcheurs inuits, relève la presse canadienne. «Cette scène me brise le coeur, elle me hante toujours. Quand les scientifiques disent que les ours sont en voie d’extinction, je veux que la population se rende compte à quoi cela ressemble. Voici à quoi ressemble la famine», a commenté Paul Nicklen à son journal, «National Geographic». «Voici à quoi ressemblent les changements climatiques», a écrit le magazine en reprenant la vidéo du photo journaliste, vendredi.
«Probablement mort dans les heures qui suivaient»
«Il n’était pas vieux mais est probablement mort dans les heures qui suivaient», poursuit Paul Nicklen. Selon lui, cette situation découle directement du réchauffement climatique

     En effet à pareil époque, l’île est normalement recouverte de glace et la fonte de celle-ci à fait fuir les phoques, nourriture favorite des ours.
    Des internautes, depuis la publication de ces images, accusent Paul Nicklen d’avoir laissé à l’abandon le pauvre animal. Ce dernier répond que même si son équipe lui avait donné de la nourriture, ce qui est interdit au Canada, cela n’aurait que prolonger la misère du pauvre animal. «Ce n’est pas comme si je me promenais avec un tranquillisant ou 400 tonnes de viande de phoque», conclut-il.

 

 

 

 

 

Je ne suis pas ….


 

 

Je ne suis pas de cette France
Soucieuse de la croissance
Je ne suis pas de cette France
Qui veut gagner toujours plus
Amasse résidences secondaires
Dividendes d’actionnaires

Je suis d’un pays
Où l’on croit en l’harmonie
Un pays sans territoire
Dont les rêveurs vivent séparés
Faute de pouvoir
Se retrouver, ou se supporter

Je ne suis pas du canton
Des manipulations
Des cargos de mots bidons
Les robinets à ragots
D’ici ou des pros d’la démago
N’auront pas mon cerveau

Je suis d’un pays
Où l’on croit en l’harmonie
Un pays sans territoire
Dont les rêveurs vivent séparés
Faute de pouvoir
Se retrouver, ou se supporter

Je ne suis pas de cette France
Où se viole la confiance
Se fabrique les grandes souffrances
Trahisons par SMS
Complaisances de nos CRSS
Calomnies indécences

Je ne suis pas des conflits
Je ne suis pas inscrit
Je ne choisis pas vos camps
Me méfie des militants
Même indignés ou insoumis
Je vois derrière les cris

Je suis d’un pays
Où l’on croit en l’harmonie
Un pays sans territoire
Dont les rêveurs vivent séparés
Faute de pouvoir
Se retrouver, ou se supporter